En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Et soudain, la liberté

        Les Escales
        EAN : 9782365693479
        Façonnage normé : EPUB3
        DRM : Watermark (Tatouage numérique)
        Et soudain, la liberté

        ,

        Collection : Domaine français
        Date de parution : 31/08/2017
        Une incroyable traversée du XXe siècle : l’histoire romancée d’Evelyne Pisier et de sa mère, deux femmes puissantes en quête de liberté.
        "L'OVNI" littéraire de la rentrée !
        Mona Desforêt a pour elle la grâce et la jeunesse des fées. En Indochine, elle attire tous les regards. Mais entre les camps japonais, les infamies, la montée du Viet Minh, le pays brûle. Avec sa fille Lucie et son haut-fonctionnaire de mari, un maurrassien marqué par son engagement pétainiste,... Mona Desforêt a pour elle la grâce et la jeunesse des fées. En Indochine, elle attire tous les regards. Mais entre les camps japonais, les infamies, la montée du Viet Minh, le pays brûle. Avec sa fille Lucie et son haut-fonctionnaire de mari, un maurrassien marqué par son engagement pétainiste, elle fuit en Nouvelle-Calédonie.
        À Nouméa, les journées sont rythmées par la monotonie, le racisme ordinaire et les baignades dans le lagon. Lucie grandit ; Mona bovaryse. Jusqu’au jour où elle lit Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir. C’est la naissance d’une conscience, le début de la liberté.
        De retour en France, divorcée et indépendante, Mona entraîne sa fille dans ses combats féministes : droit à l’avortement et à la libération sexuelle, égalité entre les hommes et les femmes. À cela s’ajoute la lutte pour la libération nationale des peuples. Dès lors, Lucie n’a qu’un rêve : partir à Cuba. Elle ne sait pas encore qu’elle y fera la rencontre d’un certain Fidel Castro...
         
        Et soudain, la liberté, c’est aussi l’histoire d’un roman qui s’écrit dans le silence, tâtonne parfois, affronte le vide. Le portrait d’une rencontre entre Evelyne Pisier et son éditrice, Caroline Laurent – un coup de foudre amical, plus fou que la fiction. Tout aurait pu s’arrêter en février 2017, au décès d’Evelyne. Rien ne s’arrêtera : par-delà la mort, une promesse les unit.
         
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782365693479
        Façonnage normé : EPUB3
        DRM : Watermark (Tatouage numérique)
        Les Escales
        11.99 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • MMGeorges Posté le 2 Août 2018
          Un roman bouleversant. Entre éclats de rire, scènes émouvantes et apprentissage de la vie, Caroline Laurent nous raconte la vie d'Evelyne Pisier dans un récit juste et poignant. Une véritable découverte littéraire où l'émancipation de la femme à toute sa place. Un roman d'une justesse incroyable, à lire sans une once d'hésitation !
        • nicolashouguet Posté le 16 Juillet 2018
          J’attendais dans le petit café, rue Etienne Marcel où je commence à avoir mes habitudes. Une dizaine de jours auparavant, j’avais retrouvé Caroline Laurent, au hasard d’un salon littéraire à Nancy. Et pendant une table ronde, j’avais découvert dans sa voix le souvenir intact de son amie Evelyne Pisier, dont je n’avais jamais entendu parler. Caroline et moi nous étions rencontrés lors d'un déjeuner glorieux chez Caroline Vié. L’une de ces amitiés qui s’ébauchent comme des évidences et des promesses qui demeurent en suspens, dans l’attente d’un lendemain. On avait parlé de littérature, de Charlie hebdo, de tout ce qui nous fait vivre et respirer. D’engagements aussi dont notre génération indolente découvrait l’urgence, des convictions ancrées en nous que le drame faisait ressurgir. Et notre époque dépouillée d’idéaux découvrait la violence du monde et ne savait trop quoi lui opposer. Caroline Laurent était absente des réseaux sociaux quand j’y étais omniprésent. On n’avait pas pu poursuivre la rencontre. Deux ans se sont écoulés. Je m’étais résigné à ne pas lui donner suite, parce qu’après tout, la vie passe. Et puis, j’ai entendu il y a quelques mois des remarques circonspectes et méfiantes sur cette éditrice qui devenait auteure. Je voulais me faire... J’attendais dans le petit café, rue Etienne Marcel où je commence à avoir mes habitudes. Une dizaine de jours auparavant, j’avais retrouvé Caroline Laurent, au hasard d’un salon littéraire à Nancy. Et pendant une table ronde, j’avais découvert dans sa voix le souvenir intact de son amie Evelyne Pisier, dont je n’avais jamais entendu parler. Caroline et moi nous étions rencontrés lors d'un déjeuner glorieux chez Caroline Vié. L’une de ces amitiés qui s’ébauchent comme des évidences et des promesses qui demeurent en suspens, dans l’attente d’un lendemain. On avait parlé de littérature, de Charlie hebdo, de tout ce qui nous fait vivre et respirer. D’engagements aussi dont notre génération indolente découvrait l’urgence, des convictions ancrées en nous que le drame faisait ressurgir. Et notre époque dépouillée d’idéaux découvrait la violence du monde et ne savait trop quoi lui opposer. Caroline Laurent était absente des réseaux sociaux quand j’y étais omniprésent. On n’avait pas pu poursuivre la rencontre. Deux ans se sont écoulés. Je m’étais résigné à ne pas lui donner suite, parce qu’après tout, la vie passe. Et puis, j’ai entendu il y a quelques mois des remarques circonspectes et méfiantes sur cette éditrice qui devenait auteure. Je voulais me faire une idée. Je ne m’attendais à vraiment rien de précis. Juste de la curiosité. Je lui demande de me faire parvenir le livre au titre superbe, Et soudain, la Liberté paru aux éditions Les Escales . Je le reçois. Je trouve la jeune femme sur la couverture absolument sublime. Il y a des regards qui vous appellent. Qui vous aimantent. Je crois que je l’ai aimée dès que je l’ai vue, songeuse, un profil rêveur en noir et blanc sous une casquette de gavroche. Je lis les premiers chapitres. Je suis happé. Happé comme jamais dans les tourbillons d’une histoire un peu ignorée. Sous mes yeux se réincarne la France des Colonies, cette enfance privilégiée en Indochine. On découvre la vie de Lucie (le nom que s’est choisi Evelyne) et de sa mère Mona, vivant sous la coupe d’André, père et époux, seigneur et maitre. Maurassien, pétainiste et ultra-conservateur. Pétri de certitudes séculaires, et régnant sans partage sur son foyer. Lucie grandira sous la domination de ce tyran, découvrant le monde avec ses codes à lui. Mona, son épouse, est passionnément amoureuse et lui est totalement dévouée. On ressent en ce qui la concerne cet aspect ravageur des passions qui effacent les identités et les individualités profondes. Jusqu’à une certaine ignorance du monde et de soi. Il faut être courtois avec les domestiques mais en aucun cas les traiter comme nos égaux. Respecter cet ordre vertical et fantasmé de l'univers, où l’on peut se prendre pour les maitres bienveillants et augustes qui règnent sur des indigènes à votre service. On a largement oublié aujourd’hui cet aspect de la colonisation. Caroline Laurent, en poursuivant le roman qu’Evelyne Pisier n’a pas pu achever, livre un récit d’émancipation. Ces femmes, qui peu à peu, voient l’époque basculer. Dans la guerre d’abord. Et surtout ce qui l’a suivie en ces recoins du monde. Elles vont tout perdre, se trouver prisonnières des japonais dans des camps dont, jusqu’à ce livre, j’ignorais l’existence. Lucie va connaître la faim. Mona le viol. Et la désespérance. L’univers qui s’effondre. Elles retrouveront André après la fin de la guerre et Hiroshima. Mais quelque chose change. Après un bref retour en France, André va trouver un poste en Nouvelle-Calédonie. Lucie est séparée de sa nourrice chérie. Eduquée chez les sœurs où elle connaitra la médiocrité et l’humiliation. Mona, à la faveur d’une amitié avec Marthe, une bibliothécaire fascinante et communiste, va lire le Deuxième sexe de Simone de Beauvoir et prendre conscience de son aliénation. Prendre conscience d’elle-même, de sa vie de femme à accomplir. Des injustices à redresser (liées à l’avortement par exemple, et au droit des femmes à disposer de leur corps). Mona va peu à peu se libérer de l’emprise de son époux. Passer son permis de conduire. Prendre un amant. Evoluer peu à peu vers une forme d’engagement absolu et intransigeant, revenant sur toutes les idées reçues qui l’ont forgée. Devenant autre. Devenant elle. Lucie suivra sa mère contre les abus et les mensonges de son père, confit dans la faillite et la défaite de la pensée qu’il continue de défendre envers et contre tout, dans un aveuglement, ainsi qu'une forme d’intégrité têtue dans ses croyances ignominieuses. Ce père dont l’éducation et les références ressemblent de plus en plus à des trahisons. Toutes sa vie, Evelyne (ou Lucie), oeuvrera à redresser les torts de son père, ses indulgences pour l’holocauste, les humiliations qu’il leur a infligées à sa mère et à elle, se vengeant sur elles de ses défaites et de ses blessures narcissiques. Je lisais le livre. J’étais pris dans le tourbillon de ces destins. Frissonnant. Dans cet incroyable souffle. J’étais absolument bouleversé. J’en avais besoin de ce livre, qui me sortait d’un état un peu cotonneux. J’envoie un SMS absolument enflammé à Caroline. Il faut que je la rencontre. « Je ne m’attendais pas à la puissance, au souffle, à la beauté du destin. Je ne m’attendais pas à ce que mon premier geste au matin soit celui de tendre la main pour trouver ton livre et pas mon téléphone. Je ne m’attendais pas à ton écriture, à sa sensibilité, à sa justesse, à sa pudeur qui me met les larmes aux yeux. Je ne m’attendais pas à te découvrir si fort. C’est magnifique » C’est comme ça que je lui ai fixé rendez-vous dans ce café. J’avais fini le livre au matin. J’avais traversé le destin lumineux d’Evelyne en quelques jours que je lui avais totalement consacrés. J’avais partagé ses engagements, ses souffrances, ses éveils, ses frissons. Je la ressentais en moi. Je l’aimais. Elle me manquait. Elle est morte en février. Je ne peux me défendre contre l’idée que je l’ai manquée de peu. Que j’aurais infiniment aimé la connaître. Qu’elle me fascinait. Pour cette trajectoire de femme libre qu’elle a tenue. Pour cette lutte féministe, discrète et intègre, qu’elle incarnait. Pour sa manière d’assumer tout également. Y compris cette liaison passionnée avec Fidel Castro du temps de sa splendeur (au début des années 60), quand il incarnait encore une voix singulière entre les deux grands ogres, les Etats-Unis et l’URSS. Cette Amérique du sud qui, pendant un court moment, a cru trouver en lui son héros. Evidemment la jeune étudiante qu’elle était alors ne rêvait que de Cuba. Se retrouvant au pied de l’estrade avant un discours du grand homme, voyant le Che, elle était galvanisée. Encore dans l’innocence des possibles. Des débuts. Et elle va aimer Fidel. Lui aussi. Et le roman sera à certains moments celui de cette passion. Mais très vite, elle va voir ses abus. Notamment contre les homosexuels. Il la domine. Il la fascine. Elle ne lui résiste pas. Il s’en est fallu de peu qu’elle ne se voue à lui et ne lui sacrifie ses engagements les plus profonds. Et l’on prend conscience que souvent, dans un couple, sommeille aussi cette dimension de renoncement à soi (ce qu’avait exactement connu sa mère. Et probablement toutes nos grands-mères ou pas loin. C’est incroyablement proche, cet oubli des femmes). Si j’ai ressenti l’existence d’Evelyne en moi si fort, c’est grâce à Caroline, elle-même qui ne s’est pas abstraite du processus. En racontant leur lien, son deuil, elle inclut son lecteur. Dans ce qui ressemble d’abord à des intermèdes, presque des parenthèses, elle raconte son écriture. Les doutes qui l’assaillent, elle qui est habituellement en retrait, les mains dans le cambouis des mots des autres. Et l’illégitimité profonde que ressentent tous ceux qui écrivent. Mais elle est liée par une promesse. Par les derniers mots d’Evelyne Pisier. « Il faut que Caroline finisse le livre ». Le récit de sa vie, de son émancipation devient presque en miroir le récit de cette auteure qui se découvre. De cette jeune femme aussi qui dévoile les échos qu’éveilla en elle l’histoire de cette autre femme. Elle avait 28 ans. Elle était éditrice. Evelyne en avait 75. Mais entre elles, on ressent l’évidence, la concordance des âmes. L’harmonie d’une amitié qui préexiste. La symétrie des convictions. Elles se sont connues six mois. Pourtant quand elle en parle, on a le sentiment qu’elles se sont connues toujours. Qu’elles sont du même bois et de la même famille. Que ce livre est un passage de témoin. Que dans les souvenirs d’Indochine ou de Nouvelle Calédonie, il y a aussi ceux de l’ile Maurice (d’où la famille de Caroline Laurent est originaire) et de sa propre mère. Dans les combats de mai 68, il y a la candeur, les idéaux et la pureté que notre génération cherche partout. Finalement le cœur de ce livre, c’est cette rencontre et cette coïncidence. Cette femme qui vibre encore de sa jeunesse, du grand souffle de sa vie et qui la transmet à celle qui en achève et en ordonne l’écriture. A mon tour, j’ai ressenti l’attrait irrésistible de cette liberté-là, de cet affranchissement que l’on ose si rarement. A bouleverser l’ordre du monde. A ne pas rester à la place qu’on nous a assignée. A assumer sa sensibilité, ses aspirations. A oser vivre. A oser écrire avec au cœur l’urgence d’une nécessité. Comme un serment qu’on tient. Peu à peu, on voit une auteure émerger, incontestable. Peut-être est-ce le beau présent d’Evelyne Pisier à Caroline Laurent : lui avoir confié sa vie pour lui permettre d’affirmer sa voix. Magnifiquement. Contre toutes les idées reçues. Contre toutes les rigidités. Contre toutes les étiquettes. Et soudain, la liberté… Le soir tombe sur la rue. On discute encore. De la littérature qui sauve et permet de trouver sa place. Des rencontres aussi. Des hasards qui n’existent pas. On vibre du souvenir d’Evelyne. Que j’ai bizarrement la sensation de connaître et d’aimer. Plusieurs fois, j’ai eu le sentiment qu’elle a partagé avec nous cette conversation, simple et profonde, ainsi que nos rires. Moi j’avais les yeux encore pleins de l’émerveillement de cette lecture. De ses frissons et des époques dont elle a ravivé la mémoire. Je me rends à une lecture prévue un peu plus tard ce soir-là. J’attends jusqu’au dernier moment avant de partir. Ce moment a été suspendu. Je dis à Caroline que les Egyptiens anciens avaient cette croyance que tant que l’on parlait d’eux, que l’on se souvenait d’eux, les disparus ne l’étaient pas. Et hier, dans nos voix et dans nos regards, dans notre amitié qui trouvait ici sa confirmation inespérée après ce déjeuner d’il y a deux ans, au soleil de ses souvenirs à elle et de la célébration de tout ce qu’elle avait traversé, Evelyne était en effet avec nous, plus vivante que jamais.
          Lire la suite
          En lire moins
        • fanette812 Posté le 26 Juin 2018
          Une lecture très chouette. J'ai aimé découvrir la vie d'Evelyne Pisier, assez mouvementée, intense et surtout en prise avec des moments clés de l'Histoire: la colonisation, la guerre d'Indochine, d'Algérie, la guerre froide, la révolution cubaine, mai 68... La vie intime et personnelle d'une mère et sa fille se voit très souvent bouleversée par les événements autour d'elle. Et au delà d'un bouleversement physique ou géographique c'est surtout les mentalités qui évoluent et qui envisagent la société autrement. L'originalité ici c'est que c'est que c'est d'abord la fille qui se rebelle et fait part d'idées nouvelles. Puis sa mère va très vite les faire siennes et les dépasser. A tel point qu'elle finit plus militante que sa fille. Ce que j'ai aussi aimé, c'est la présence de Caroline Laurent en tant qu'éditrice, écrivaine et amie d'Evelyne. Elle est présente tout au long du livre. Elle raconte à la fois sa relation avec Evelyne, la difficulté d'écrire ce livre sans elle, et parfois sa propre vie à elle. C'est donc un roman de femmes, à plusieurs voix, des femmes de leur époque qui ont eu le courage d'écouter leurs propres valeurs, même si elles étaient à contre-sens de leur époque.
        • secondo Posté le 1 Juin 2018
          Pour Ki aime les sagas familiales mi-biographiques insérées dans un suivi historique, facile à lire. Pour Koi : Pour notamment comprendre cette histoire de la France hors les murs, en Indochine par exemple. Pour Kan : Un temps tranquille Caroline Laurent, agrégée de lettres modernes, romance la vie d’Évelyne Pisier et de sa mère à partir d’ébauches de roman et de notes d’Évelyne. Elle complète le livre avec sa propre correspondance de mails issue de sa rencontre d’amitié déterminante avec Évelyne et enfin elle comble les « blancs » par du mortier fiction. Voilà pourquoi le genre du roman est choisi et que les prénoms sont changés. « De biographie, Évelyne avait choisi la fiction, paradis de l’imaginaire, qui est trahison, peut-être, liberté, assurément. ». Le ton est donné et dès le début on connait déjà la triste fin avec le suicide d’Évelyne à 66 ans. Démarrage du récit quand le Vietnam s’appelait Indochine et que la colonisation était une normalité, avec son lot de racisme décomplexé, de rabaissement constant de celui qui est pourquoi chez lui. Rabaissement également de la femme, la mère d’Évelyne, femme riche et soumise, en acceptation totale des idées de son mari, André, imbuvable et intransigeant.... Pour Ki aime les sagas familiales mi-biographiques insérées dans un suivi historique, facile à lire. Pour Koi : Pour notamment comprendre cette histoire de la France hors les murs, en Indochine par exemple. Pour Kan : Un temps tranquille Caroline Laurent, agrégée de lettres modernes, romance la vie d’Évelyne Pisier et de sa mère à partir d’ébauches de roman et de notes d’Évelyne. Elle complète le livre avec sa propre correspondance de mails issue de sa rencontre d’amitié déterminante avec Évelyne et enfin elle comble les « blancs » par du mortier fiction. Voilà pourquoi le genre du roman est choisi et que les prénoms sont changés. « De biographie, Évelyne avait choisi la fiction, paradis de l’imaginaire, qui est trahison, peut-être, liberté, assurément. ». Le ton est donné et dès le début on connait déjà la triste fin avec le suicide d’Évelyne à 66 ans. Démarrage du récit quand le Vietnam s’appelait Indochine et que la colonisation était une normalité, avec son lot de racisme décomplexé, de rabaissement constant de celui qui est pourquoi chez lui. Rabaissement également de la femme, la mère d’Évelyne, femme riche et soumise, en acceptation totale des idées de son mari, André, imbuvable et intransigeant. Coup de théâtre avec le soulèvement Viet-Minh et premier ressort terriblement romanesque : Évelyne et sa mère sont internées dans un camp de concentration (la faim, le viol, les coups) et leurs vies vont radicalement changer de rail. C’est le début de l’affranchissement, la graine de liberté est plantée. Puis c’est le retour en catastrophe en France, et le nouveau départ en Nouvelle-Calédonie, les amours, les enfants, les révélations révolutionnaires, les révélations sur toutes les inégalités de races, de sexes, de classes sociales, de déterminismes. Ces révélations vont conduire Évelyne vers une certaine forme de liberté, mais qui sera très vite muselée : Sa relation avec Fidel Castro en est l’exemple le plus révélateur. Évelyne devient follement amoureuse du «Commandante en Jefe » alors qu’il ressemble tellement à son propre père, André : Machiste, homophobe, guidé par une idée fixe, qui ne s’embarrasse pas d’état d’âme, qui contraint, qui décide et qui n’admet pas de décisions féminines. Toute éprise de liberté qu'elle, Évelyne suit le pré-dictateur en herbe Castro même si elle voit les incohérences l’éblouir dangereusement. Évelyne reste une « éternelle mineure » même dans cette relation. Sa vie d’après avec le Dr Kouchner, les enfants, la famille semble bien fade malgré l’agrégation, malgré sa réussite professionnelle. Le roman se lit très facilement, l’écriture est limpide et souple comme un ruban de soie qui se déroulerait sur soixante ans de vie. Cependant la partie personnelle de Caroline Laurent, qui s’intercale entre les différents chapitres ne présentent que peu d’intérêt. De plus le style est quelquefois quasi-enfantin, un peu trop naïf et ponctué de poncifs lourdauds qui désarticulent le roman. C’est comme si Caroline Laurent ne savait pas trop comment combler les espaces vides et avait un peu bâclé la tâche. Par ailleurs le suicide annoncé au début du livre n’est pas du tout expliqué et là aussi on a l’impression que l’on passe vite sur une partie décisive parce qu'en manque d'informations. C’est donc un roman d’un grand intérêt biographique et historique notamment pour les chapitres en Indochine et à Cuba, mais maladroitement servi par une écriture encore jeune
          Lire la suite
          En lire moins
        • Lolokili Posté le 14 Mai 2018
          Point n'était besoin de romancer l'existence déjà si romanesque d'Evelyne Pisier (sœur d'une certaine Marie-France, pour les ceusses qui s'en souviennent), intellectuelle française aux multiples facettes, gracieuse enfant née dans les années quarante au cœur de l'Indochine en guerre. Témoin, victime ou militante engagée, bercée par l'émergence des mouvements féministes, elle aura mené son émancipation au rythme des grands basculements du siècle dernier, de la seconde guerre mondiale à Mai 68 en passant par la révolution cubaine ou la décolonisation. Ça nous fait un pitch plus que concis, je sais, et c'est exprès. Car le destin peu ordinaire d'Evelyne et de sa famille mérite que l'on s'attarde en détail sur cette autobiographie romancée et non sur un résumé forcément réducteur. Avant de mourir soudainement l'année dernière, l'auteure avait fait promettre à Caroline Laurent, sa jeune éditrice et amie, d'achever son roman. Au cas où… Il en résulte aujourd'hui cet intéressant travail à deux voix où les réflexions de Caroline se mêlent au passionnant témoignage d'Evelyne. Un cheminement conjoint vers la liberté, dans la touchante connivence d'une amitié par-delà l'au-delà.

        Ils en parlent

        « Et soudain, la liberté est un roman bouleversant aux mille facettes qui porte en lui la rencontre de deux femmes, de deux générations, celle d'un auteur et de son éditrice.
        La transmission, l'émancipation, l’amour sont les sujets de ce magnifique texte, où la force se mêle à la douceur. De l’Indochine à la Nouvelle-Calédonie, Évelyne Pisier nous emmène sur les traces de son enfance, entre rêve et cauchemar. Caroline Laurent nous ouvre la porte d’un monde de partage et de création.
        Sans aucun doute l’un des plus beaux romans de cette rentrée 2017 et un coup de cœur monumental. »
         
        Librairie Nouvelle Asnières
        INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
        Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com

        Lisez maintenant, tout de suite !