Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782823874310
Code sériel : 17534
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Fables (Intégrale)
Catherine Bouttier-Couqueberg (préface de)
Date de parution : 14/08/2019
Éditeurs :
12-21

Fables (Intégrale)

Catherine Bouttier-Couqueberg (préface de)
Date de parution : 14/08/2019
Pour la comédie, la tragédie ou l’éloquence, toutes les places étaient déjà prises. La Fontaine ressuscite alors la fable, qui dormait depuis l’Antiquité et le Moyen Âge. Un genre très... Pour la comédie, la tragédie ou l’éloquence, toutes les places étaient déjà prises. La Fontaine ressuscite alors la fable, qui dormait depuis l’Antiquité et le Moyen Âge. Un genre très humble mais qui lui offrait tout le théâtre de l’univers.
Avec des animaux, il allait bâtir une comédie humaine immense et...
Pour la comédie, la tragédie ou l’éloquence, toutes les places étaient déjà prises. La Fontaine ressuscite alors la fable, qui dormait depuis l’Antiquité et le Moyen Âge. Un genre très humble mais qui lui offrait tout le théâtre de l’univers.
Avec des animaux, il allait bâtir une comédie humaine immense et prodigieuse de délices et de cruauté, et réinventer, dirait-on, la langue française.
La Fontaine était un enfant, un sphinx, un farceur, un philosophe, un génie du langage. Rien n’égale, dans aucune littérature, la popularité de ses fables. Le lire et le relire, c’est retrouver le paradis sur Terre.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823874310
Code sériel : 17534
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Lamifranz 17/06/2022
    Je ne vous ferai pas l'injure de vous demander qui a écrit les "Fables de La Fontaine", ni les "Contes de ma mère l'Oye", ni le "Roman de la momie", chacune de ces œuvres a bien sûr été écrite par ... son auteur respectif. Pour les "Fables", c'est bien évidemment Jean de la Fontaine, ça coule de source. Depuis notre jeune âge, nous avons été abreuvés de ces petits joyaux animaliers, à la morale limpide, qui ont étanché notre soif de connaissance, de sagesse, d'humour, de finesse, bref, vous êtes au courant. "Le corbeau et le renard", "La cigale et la fourmi", "Le loup et l'agneau", "Le lièvre et la tortue"... voilà trois siècles et demi que l'Arche de Noé du Père La Fontaine nous accompagne, avec son cortège d'animaux tour à tour malins ou stupides, avec ces images immortalisées par les dessinateurs, Gustave Doré, en particulier, avec cette poésie immédiate, d'une simplicité renversante, qui parle tout de suite à l'esprit et au cœur, avec enfin cette profondeur de vue, qui à travers l'allégorie, révèle au grand jour les petits travers de l'âme humaine... Si vous le voulez bien, sortons un peu de ce lot de fables ultra connues, que nous avons... Je ne vous ferai pas l'injure de vous demander qui a écrit les "Fables de La Fontaine", ni les "Contes de ma mère l'Oye", ni le "Roman de la momie", chacune de ces œuvres a bien sûr été écrite par ... son auteur respectif. Pour les "Fables", c'est bien évidemment Jean de la Fontaine, ça coule de source. Depuis notre jeune âge, nous avons été abreuvés de ces petits joyaux animaliers, à la morale limpide, qui ont étanché notre soif de connaissance, de sagesse, d'humour, de finesse, bref, vous êtes au courant. "Le corbeau et le renard", "La cigale et la fourmi", "Le loup et l'agneau", "Le lièvre et la tortue"... voilà trois siècles et demi que l'Arche de Noé du Père La Fontaine nous accompagne, avec son cortège d'animaux tour à tour malins ou stupides, avec ces images immortalisées par les dessinateurs, Gustave Doré, en particulier, avec cette poésie immédiate, d'une simplicité renversante, qui parle tout de suite à l'esprit et au cœur, avec enfin cette profondeur de vue, qui à travers l'allégorie, révèle au grand jour les petits travers de l'âme humaine... Si vous le voulez bien, sortons un peu de ce lot de fables ultra connues, que nous avons étudiées à l'école, certainement récitées, parfois ânonnées, et attardons nous un peu sur quelques-unes moins connues, mais tout aussi savoureuses : connaissez-vous "Les femmes et le secret" ? C'est une fable où un homme teste la capacité de sa femme à tenir un secret : il feint d'accoucher d'un œuf et demande à sa femme de garder le silence. On devine la suite. Et ce n'est pas une fable à l'encontre de nos charmantes compagnes (n'est-ce pas messieurs), puisque l'auteur déclare : Rien ne pèse tant qu'un secret Le porter loin est difficile aux dames Et je sais même sur ce fait Bon nombre d'hommes qui sont femmes. Une de mes préférées est "Le Chat, la belette et le petit lapin" : une belette et un lapin se disputent un terrier. Cherchant un jugement équitable, ils se tournent vers un juge impartial, un chat, qui, nouveau Salomon, les met tous les deux d'accord : Aussitôt qu’à portée il vit les contestants, Grippeminaud le bon apôtre Jetant des deux côtés la griffe en même temps, Mit les plaideurs d'accord en croquant l’un et l’autre. Il y a quelque chose de magique, ne trouvez-vous pas, dans cette osmose entre le propos et sa manifestation écrite, entre ce que veut dire ou suggérer le poète, et la façon dont il le dit. on avancera sans doute l'art poétique, qui est certain, la profondeur et la noblesse de l'inspiration (souvent puisée chez les Anciens, mais pas seulement), on mettra en avant un savoir-faire particulier aux beaux esprits de ce siècle (voyez Molière), il reste que pour le lecteur, de quelque époque qu'il soit, une fable de La Fontaine reste un enchantement. Un dernier mot sur la "morale" qui clôt généralement chaque fable : ce n'est jamais une morale politique, ni religieuse, c'est juste une morale "au coin du bon sens" que chacun peut appréhender sans arrière-pensée. Les petits défauts, les travers que dénonce La Fontaine sont le fait aussi bien des grands que des petits, des bons que des méchants, ils sont le fait d'hommes et de femmes comme nous : La Fontaine est un moraliste certes, mais un moraliste humaniste. Et un sacré conteur, je ne vous dis que ça... Tiens, justement, rappelez-moi de vous parler un jour des "Contes en vers" écrits par notre auteur : si subtilement, si délicieusement, si merveilleusement… coquins !
    Lire la suite
    En lire moins
  • mylena 18/11/2021
    A déguster fable par fable, à petites doses, et sans se contenter des plus célèbres qui sont cependant les plus amusantes. Mais presque toutes sont d’un style imagé et vivant grâce à la langue orale des dialogues. La Fontaine renouvelle complètement le genre en reprenant des fables déjà connues comme celles d’Esope, tout en les modernisant. Les personnages sont la plupart du temps des animaux, avec de fines parodies de l’homme dans les comparaisons avec l’animal. Les remarques incidentes narquoises de l’auteur contribuent à rendre ces fables vivantes. Par contre le mélange des tons, certainement très agréable à l’époque, est ce qui a le plus mal vieilli et qui nécessite le plus de notes explicatives, peut-être encore plus que le vocabulaire lui-même. Les premières fables écrites étaient destinées aux enfants du roi, ce sont celles qui ont le moins vieilli, basées sur le bon sens; les plus tardives, destinées à un public plus adulte, sont plus portées sur la critique sociale et les défauts des hommes. Il y a toujours une morale mais La Fontaine dépeint plus qu’il ne juge. Par contre il tend à exprimer un certain pessimisme et pousse à rester à sa place assignée. Cette vision... A déguster fable par fable, à petites doses, et sans se contenter des plus célèbres qui sont cependant les plus amusantes. Mais presque toutes sont d’un style imagé et vivant grâce à la langue orale des dialogues. La Fontaine renouvelle complètement le genre en reprenant des fables déjà connues comme celles d’Esope, tout en les modernisant. Les personnages sont la plupart du temps des animaux, avec de fines parodies de l’homme dans les comparaisons avec l’animal. Les remarques incidentes narquoises de l’auteur contribuent à rendre ces fables vivantes. Par contre le mélange des tons, certainement très agréable à l’époque, est ce qui a le plus mal vieilli et qui nécessite le plus de notes explicatives, peut-être encore plus que le vocabulaire lui-même. Les premières fables écrites étaient destinées aux enfants du roi, ce sont celles qui ont le moins vieilli, basées sur le bon sens; les plus tardives, destinées à un public plus adulte, sont plus portées sur la critique sociale et les défauts des hommes. Il y a toujours une morale mais La Fontaine dépeint plus qu’il ne juge. Par contre il tend à exprimer un certain pessimisme et pousse à rester à sa place assignée. Cette vision de la société est contrebalancée heureusement par la place qu’il accorde à la liberté, considérée comme un bien essentiel et pour lequel il n’est pas grave de fuir les conflits, sacrifier ses ambitions ou son confort. Là encore il pousse à rester à sa place, mais cette fois, c’est plutôt dans le sens de s’accepter tel que l’on est. Mon édition est une édition complète et assez ancienne (1929), mais de type très scolaire avec beaucoup de notes. Ces notes me rassurent sur le vieillissement du texte, car il me semble que les mêmes mots et expressions étaient déjà vieillots. Des textes classiques mais résolument modernes à relire de temps en temps.
    Lire la suite
    En lire moins
  • MrVladdy 23/07/2021
    Bien. J'ai aimé mais je dois bien reconnaître que ma lecture ne fut pas plaisante pour autant. Historiquement et culturellement, ses fables ont une importance indéniable mais en tant que simple lecteur lambda, elle me laisse de marbre. Elles sont même plutôt lourde à lire dans notre époque et les différentes annotations plombent pas mal ma lecture. Le genre de lecture dont j'éprouvais plus de plaisir à l'école lorsque j'étais accompagné par un professeur qui connaissait son sujet et pouvait nous en parler afin qu'on puisse mieux les appréhender. Intéressant à découvrir mais une lecture gâché principalement par mon manque de bagages culturel à son sujet.
  • CatF 14/05/2021
    J'ai lu et relu ces fables du seul et unique Jean de la Fontaine. Et puis certaines je les ai appris par cœur : le corbeau et le renard, la cigale et la fourmi... Les incontournables ! Comme tous les enfants de France... Ma préférée : la grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le bœuf et la vôtre ? Bonne lecture !
  • Chaterine 28/04/2021
    J'ai la chance de posséder ce magnifique fablier abondamment illustré par Grandville. Il contient l'intégrale des fables de La Fontaine sur plus de 600 pages. Pour moi, les fables de La Fontaine sont toujours d'actualité. Les mille et un travers des grands de ce monde comme des plus obscurs citoyens n'ont pas tant changé depuis le 17ème siècle. Et j'ai toujours admiré la forme si expressive de ces fables dont le rythme appuie constamment la teneur. Je le mets parmi les 6 livres pour une île déserte, parce que je m'imagine bien dans cette solitude, ajouter le plaisir du son en les récitant à haute voix, à celui plus habituel de la lecture des autres titres.
Inscrivez-vous à la newsletter des lecteurs numériques : 12-21
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !