Lisez! icon: Search engine

Frères de sang

Presses de la cité
EAN : 9782258086807
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe
Frères de sang

Jacques MARTINACHE (Traducteur)
Date de parution : 23/08/2010

« En dépit de sa violence, de son langage cru et de son réalisme brutal, Frères de sang est un roman d'une remarquable subtilité, qui brosse un tableau sans concession du passage à l'âge adulte. » The Washington Post

Le Bronx, dans les années 1970. A bientôt dix-huit ans, il est temps pour Stony de Coco de faire son entrée dans le monde des adultes. Issu d'une famille d'origine italienne plutôt modeste, tout le pousse à suivre les pas de son père et à travailler dans le bâtiment ?...

Le Bronx, dans les années 1970. A bientôt dix-huit ans, il est temps pour Stony de Coco de faire son entrée dans le monde des adultes. Issu d'une famille d'origine italienne plutôt modeste, tout le pousse à suivre les pas de son père et à travailler dans le bâtiment ? une perspective qui ne l'enchante guère.

Malheureusement, le climat familial tendu ne laisse que trop peu d'espace à l'épanouissement personnel, et Stony passe le plus clair de son temps à essayer de protéger son petit frère Albert de sa mère, une femme névrosée et violente. Pourtant, lorsqu'il trouve un emploi dans un hôpital, Stony se prend à rêver d'un autre avenir. Mais pourra-t-il échapper à ses origines ?

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258086807
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Sociolitte Posté le 15 Avril 2017
    Stony Le Bronx dans les années 70. Une famille populaire. Un adolescent qui n'aura pas droit à "l'égalité des chances". Son destin. Les oppressions qui l'enchaînent. Sa liberté. Le tout écrit dans une langue qui se veut fidèle à la réalité sociale. Magistral et salvateur ! 30/05/2015
  • Frunny Posté le 25 Avril 2016
    Chronique d’une famille italienne dans le Bronx des années 1970. Tommy De Coco, chef électricien et chef de famille infidèle, vit avec sa femme, l’hystérique Marie. Ils sont les parents de Stony, 17 ans, et d’Albert, 8 ans, petit garçon fragile et anorexique. Le quotidien est sans surprise. Après ses journées au chantier, Tommy passe ses soirées à boire avec son frère, Chubby, dans des bars glauques. Stony est un adolescent qui se cherche, préoccupé par son avenir, les filles et le sort de son frère fragile. A la croisée des chemins, Stony comprend qu'il ne veut pas reproduire la vie violente et en déliquescence de ses parents. Chez les De Coco, l'Amour s'exprime par les coups et les insultes car les mots ne sont pas présents. Stony souhaite s'occuper des enfants et intègre un service hospitalier qui lui confirme que son choix est le bon. Mais il va falloir s'extirper de destin familial. Chez les De Cocos, on est électricien de père en fils et on ne bifurque pas. Malgré la crudité des propos, des scènes, ce roman est tout simplement magnifique. Passées les 100 premières pages, la magie opère par l'Humanité de Stony et la mise à nu des failles de la famille. L'auteur pose une question universelle :... Chronique d’une famille italienne dans le Bronx des années 1970. Tommy De Coco, chef électricien et chef de famille infidèle, vit avec sa femme, l’hystérique Marie. Ils sont les parents de Stony, 17 ans, et d’Albert, 8 ans, petit garçon fragile et anorexique. Le quotidien est sans surprise. Après ses journées au chantier, Tommy passe ses soirées à boire avec son frère, Chubby, dans des bars glauques. Stony est un adolescent qui se cherche, préoccupé par son avenir, les filles et le sort de son frère fragile. A la croisée des chemins, Stony comprend qu'il ne veut pas reproduire la vie violente et en déliquescence de ses parents. Chez les De Coco, l'Amour s'exprime par les coups et les insultes car les mots ne sont pas présents. Stony souhaite s'occuper des enfants et intègre un service hospitalier qui lui confirme que son choix est le bon. Mais il va falloir s'extirper de destin familial. Chez les De Cocos, on est électricien de père en fils et on ne bifurque pas. Malgré la crudité des propos, des scènes, ce roman est tout simplement magnifique. Passées les 100 premières pages, la magie opère par l'Humanité de Stony et la mise à nu des failles de la famille. L'auteur pose une question universelle : "peut-on échapper à son milieu ? " La toute dernière page est une réponse qui noue les tripes. Une oeuvre noire, puissante, sans fioritures mais ô combien humaine. Un moment de lecture unique !
    Lire la suite
    En lire moins
  • bswoessner Posté le 24 Janvier 2016
    C'est l'histoire d'une famille du Bronx, d'origine italienne, dans les années 1970. Tommy le père est électricien, comme son frère Chubby, tous deux machos, violents, buveurs et coureurs de jupons. Ils voudraient faire entrer Stony, fils aîné de Tommy, dans le métier. Stony, dont le petit frère est anorexique et brimé par leur mère, souhaiterait travailler dans un hôpital pour enfants. Il a des éclairs de lucidité quand à son père et son oncle, mais ne peut s'empêcher de vouloir leur plaire. C'est un livre sur le pouvoir de la famille, la pression du clan et des liens familiaux. Faut-il plaire à sa famille ou mener sa vie comme on le souhaite ? Un livre fort et violent à la manière de ses personnages, et qui se lit d'une traite. Il faut passer outre les premières pages, qui sont rebutantes parce que trop vulgaires; on comprend alors très vite que pour rendre ses personnages vulgaires, l'auteur utilise leur langage pour tout le livre y compris les descriptions, ce qui est finalement assez bien vu. Un très bon livre, dont on se souvient clairement plusieurs semaines après l'avoir refermé.
  • Lencreuse Posté le 22 Janvier 2016
    "Noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir" oui si peu. Voilà qui pourrait être le sous-titre de ce roman de Richard Price, "Frères de Sang", paru en 2010 en France mais écrit en 1976. C'est d'ailleurs dans les années 70 que se joue l'intrigue du livre, au milieu du Bronx et au coeur d'une famille d'origine italienne, les De Coco. D'un côté Tommy et Marie et leurs deux enfants Stony et Albert. De l'autre Louie dit Chubby, le frère de Tommy et sa femme Phyllis. Une famille soudée, où les belles-soeurs se confient comme deux amies, où les frères Tommy et Chubby partagent les verres au bar, le même boulot d'électricien et les prostituées, où Chubby aime son neveu Stony comme un fils. Soudée oui mais pleine de souffrances rentrées et de non-dits. Les hommes trompent leurs femmes sans vergogne tout en les aimant (!). Le père et l'oncle souhaitent le meilleur pour Stony, ce grand adolescent de 18 ans qui se retrouve à l'heure des choix : la fac ou le travail. Mais Stony, lui, a un autre choix à faire : un boulot d'électricien bien payé mais qui ne serait que ce qu'attend de lui sa famille (afin... "Noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir" oui si peu. Voilà qui pourrait être le sous-titre de ce roman de Richard Price, "Frères de Sang", paru en 2010 en France mais écrit en 1976. C'est d'ailleurs dans les années 70 que se joue l'intrigue du livre, au milieu du Bronx et au coeur d'une famille d'origine italienne, les De Coco. D'un côté Tommy et Marie et leurs deux enfants Stony et Albert. De l'autre Louie dit Chubby, le frère de Tommy et sa femme Phyllis. Une famille soudée, où les belles-soeurs se confient comme deux amies, où les frères Tommy et Chubby partagent les verres au bar, le même boulot d'électricien et les prostituées, où Chubby aime son neveu Stony comme un fils. Soudée oui mais pleine de souffrances rentrées et de non-dits. Les hommes trompent leurs femmes sans vergogne tout en les aimant (!). Le père et l'oncle souhaitent le meilleur pour Stony, ce grand adolescent de 18 ans qui se retrouve à l'heure des choix : la fac ou le travail. Mais Stony, lui, a un autre choix à faire : un boulot d'électricien bien payé mais qui ne serait que ce qu'attend de lui sa famille (afin de perpétrer l'histoire familiale où les hommes sont électriciens de père en fils) ou répondre à son véritable désir à savoir travailler avec des gosses. Parce que les gosses, il les aime, à commencer par son petit frère Albert, frêle enfant anorexique de 6 ans. Et c'est bien le seul qui semble s'en soucier : Tommy, son père l'ignore gentiment, sa mère Marie le harcèle méchamment. Mais pourquoi cet enfant refuse-t-il de manger ? Et ce n'est sûrement pas un psy qui règlera le problème, ça non ! Stony passe un marché avec son père : il travaillera deux semaines dans un hôpital au service pédiatrie puis deux semaines sur les chantiers avec son père. Puis il choisira. Les deux semaines à l'hôpital le révèleront à lui-même - tout semble clair : c'est bien là qu'il doit être. Mais le marché est passé, il ira donc faire son essai d'électricien auprès de son père si fier. Et une fois mis le pied dans l'engrenage, comment en sortir réellement ? Comment lutter contre l'atavisme quand la famille si présente, aimante à sa manière vous entraine, vous enchaine ? Et quand soudain tout déraille, Stony aura-t-il encore le choix ? Bon roman sombre, dur, teinté d'alcool et de sexe, "Frères de sang" contient ici et là quelques lueurs d'espoir. Stony se révèle incroyable et lumineux auprès des enfants malades, capables de leur faire oublier leurs blessures. Mais la vie, l'entourage, la famille se muent en véritable rouleau compresseur qui balaie tout sur son passage et nous laisse un goût amer. Avec sa langue crue et sa violence latente, Richard Price livre un regard sans concession sur cet instant si particulier du "passage à l'âge adulte" et la capacité à réellement faire des choix.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Esorlecram Posté le 24 Mars 2015
    Richard Price nous décrit la vie quotidienne d’une famille du Bronx,ni meilleure ni pire que les autres. Le père Tommy a un boulot stable d’électricien, la mère un peu folle se venge de son mal-être sur son fils cadet qui en est devenu anorexique. Stony, l’aîné, le plus équilibré de la famille, rêve de soigner les gosses handicapés d’un hôpital, mais son père veut qu’il devienne électricien comme lui. Tout cela se passe dans un monde où la violence est monnaie courante, où les hommes vont au bordel comme nous irions boire un verre au café du coin. Le langage est cru, vulgaire, mais correspond très bien au milieu décrit. Et tous ces personnages assez primaires ont un fond évident d’humanité, qui fait que le lecteur les considère souvent avec sympathie. Et même si les coups pleuvent, le mot famille a un sens pour tous. On imagine dès lors que Stony, le fils aîné, choisira malgré lui de devenir électricien ! Un très bon livre, mais qui ne risque pas de faire remonter le moral.
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.