Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782823882070
Code sériel : 4720
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe
Nouveauté

Gains

Jean DEMANUELLI (Traducteur), Claude DEMANUELLI (Traducteur)
Date de parution : 16/09/2021

1830. La famille Clare crée à Boston une fabrique de savon. Un siècle et demi plus tard, trustant l’industrie des détergents et l’ère du marketing, la voilà multinationale. 1998. Quarante ans, mère divorcée, Laura Bodey est courtier immobilier à Lacewood, siège des usines Clare Inc. Dans l’ombre de l’empire Clare,...

1830. La famille Clare crée à Boston une fabrique de savon. Un siècle et demi plus tard, trustant l’industrie des détergents et l’ère du marketing, la voilà multinationale. 1998. Quarante ans, mère divorcée, Laura Bodey est courtier immobilier à Lacewood, siège des usines Clare Inc. Dans l’ombre de l’empire Clare, sa vie va soudain basculer, piégée par le cancer capitaliste...

Revisitant l’histoire folle du libéralisme, Richard Powers interroge l’état du monde, se glisse dans le secret des êtres et signe un roman visionnaire, provocateur et bouleversant.

Traduit de l’anglais (États-Unis)
Par Claude et Jean Demanuelli

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823882070
Code sériel : 4720
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • bilodoh Posté le 2 Mars 2021
    Un roman aux deux histoires, la saga d’une grande entreprise et la vie d’une femme aux prises avec le cancer. Un livre un peu déconcertant, sans chapitres ni démarcation visuelle entre les époques. On peut être au 19e siècle avec les Clare, des commerçants anglais et un immigrant plein d’espoirs, doué pour fabriquer les chandelles. Et sans transition, on passe à l’histoire de Laura, fin du vingtième siècle, agente immobilière prospère, mère deux enfants adolescents, un ex-mari et un amant. On suivra l’historique du savon, à travers les découvertes scientifiques et les crises économiques, avec des travailleurs acharnés, des génies de la finance et du marketing et l’irrésistible croissance d’une multinationale. Un ton neutre qui tient du documentaire, qui explique la chimie du savon et des produits dérivés et présente l’essor de la compagnie Clare sous un jour essentiellement positif. En parallèle, on accompagnera Laura dans sa vie quotidienne, à travers les visites à l’hôpital, les ravages de la maladie et de la chimiothérapie. Des pages pleines d’émotions, touchantes, réalistes, avec les hauts et les bas d’une famille ordinaire. Un roman difficile à noter, tant ces deux trames sont différentes. Pour la saga du savon, j’ai appris des choses sur... Un roman aux deux histoires, la saga d’une grande entreprise et la vie d’une femme aux prises avec le cancer. Un livre un peu déconcertant, sans chapitres ni démarcation visuelle entre les époques. On peut être au 19e siècle avec les Clare, des commerçants anglais et un immigrant plein d’espoirs, doué pour fabriquer les chandelles. Et sans transition, on passe à l’histoire de Laura, fin du vingtième siècle, agente immobilière prospère, mère deux enfants adolescents, un ex-mari et un amant. On suivra l’historique du savon, à travers les découvertes scientifiques et les crises économiques, avec des travailleurs acharnés, des génies de la finance et du marketing et l’irrésistible croissance d’une multinationale. Un ton neutre qui tient du documentaire, qui explique la chimie du savon et des produits dérivés et présente l’essor de la compagnie Clare sous un jour essentiellement positif. En parallèle, on accompagnera Laura dans sa vie quotidienne, à travers les visites à l’hôpital, les ravages de la maladie et de la chimiothérapie. Des pages pleines d’émotions, touchantes, réalistes, avec les hauts et les bas d’une famille ordinaire. Un roman difficile à noter, tant ces deux trames sont différentes. Pour la saga du savon, j’ai appris des choses sur l’histoire des États-Unis et de l’entreprise et réalisé à quel point nous sommes entourés d’objets que nous tenons pour acquis, mais qui ont nécessité des décennies d’innovations. L’aspect documentaire est donc réussi, puisque j’ai appris. Pour la vie de Laura, j’ai été touchée par son histoire. Peut-être parce que je connais des femmes qui ont souffert, mais aussi parce qu’on ne sait jamais qui pourrait être atteint par la maladie. Au final, un pavé intéressant, même s’il n’est pas très facile d’accès.
    Lire la suite
    En lire moins
  • bilodoh Posté le 2 Mars 2021
    Un roman aux deux histoires, la saga d’une grande entreprise et la vie d’une femme aux prises avec le cancer. Un livre un peu déconcertant, sans chapitres ni démarcation visuelle entre les époques. On peut être au 19e siècle avec les Clare, des commerçants anglais et un immigrant plein d’espoirs, doué pour fabriquer les chandelles. Et sans transition, on passe à l’histoire de Laura, fin du vingtième siècle, agente immobilière prospère, mère deux enfants adolescents, un ex-mari et un amant. On suivra l’historique du savon, à travers les découvertes scientifiques et les crises économiques, avec des travailleurs acharnés, des génies de la finance et du marketing et l’irrésistible croissance d’une multinationale. Un ton neutre qui tient du documentaire, qui explique la chimie du savon et des produits dérivés et présente l’essor de la compagnie Clare sous un jour essentiellement positif. En parallèle, on accompagnera Laura dans sa vie quotidienne, à travers les visites à l’hôpital, les ravages de la maladie et de la chimiothérapie. Des pages pleines d’émotions, touchantes, réalistes, avec les hauts et les bas d’une famille ordinaire. Un roman difficile à noter, tant ces deux trames sont différentes. Pour la saga du savon, j’ai appris des choses sur... Un roman aux deux histoires, la saga d’une grande entreprise et la vie d’une femme aux prises avec le cancer. Un livre un peu déconcertant, sans chapitres ni démarcation visuelle entre les époques. On peut être au 19e siècle avec les Clare, des commerçants anglais et un immigrant plein d’espoirs, doué pour fabriquer les chandelles. Et sans transition, on passe à l’histoire de Laura, fin du vingtième siècle, agente immobilière prospère, mère deux enfants adolescents, un ex-mari et un amant. On suivra l’historique du savon, à travers les découvertes scientifiques et les crises économiques, avec des travailleurs acharnés, des génies de la finance et du marketing et l’irrésistible croissance d’une multinationale. Un ton neutre qui tient du documentaire, qui explique la chimie du savon et des produits dérivés et présente l’essor de la compagnie Clare sous un jour essentiellement positif. En parallèle, on accompagnera Laura dans sa vie quotidienne, à travers les visites à l’hôpital, les ravages de la maladie et de la chimiothérapie. Des pages pleines d’émotions, touchantes, réalistes, avec les hauts et les bas d’une famille ordinaire. Un roman difficile à noter, tant ces deux trames sont différentes. Pour la saga du savon, j’ai appris des choses sur l’histoire des États-Unis et de l’entreprise et réalisé à quel point nous sommes entourés d’objets que nous tenons pour acquis, mais qui ont nécessité des décennies d’innovations. L’aspect documentaire est donc réussi, puisque j’ai appris. Pour la vie de Laura, j’ai été touchée par son histoire. Peut-être parce que je connais des femmes qui ont souffert, mais aussi parce qu’on ne sait jamais qui pourrait être atteint par la maladie. Au final, un pavé intéressant, même s’il n’est pas très facile d’accès.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Rotkif Posté le 27 Novembre 2020
    Un gros pavé. Quelques longueurs mais on en retient principalement l'expression d'une réelle maîtrise littéraire par Richard Powers
  • Rotkif Posté le 27 Novembre 2020
    Un gros pavé. Quelques longueurs mais on en retient principalement l'expression d'une réelle maîtrise littéraire par Richard Powers
  • SciencesInfuses Posté le 30 Novembre 2018
    Nous pourrions rentrer dans une grande épopée familiale avec ses hauts et ses bas, ses héros, ses parvenus, ses vilains canards, ses enfants ou parents disparus ou bannis. Bien écrit, l'on pourrait s'en contenter. Mais ce roman de Richard Powers surprend en subvertissant ce qui pourrait sembler comme un panégyrique linéaire des pionniers de l'industrie chimique du 19ème à la fin du 20ème siècle par l'intercalation d'une ligne de vie tout ce qu'il y a de plus contemporain. Le personnage de Laura Bodey et son histoire casse cette linéarité par la manière dont ils sont insérés dans le roman et par la critique de la notion de progrès continu, positif et exponentiel qui en jaillit. La finesse de l'écriture permet d'éviter toutefois les écueils d'une critique pamphlétaire. Le choix de l'auteur d'attribuer un cancer des ovaires à Laura Bodey est loin d'être anodin. En 1998, c'est en effet un des cancers qui ne présente pas de lien avec une exposition environnementale à certaines formes de pollutions. Or les suspicions et la danse des intérêts vont bon train autour de Laura Bodey tandis que sa préoccupation principale est au final de préparer son départ au regard de ses prérogatives personnelles.
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !