Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221127544
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Hypérion

Le cycle d'Hypérion - Tome 1

Guy ABADIA (Traducteur)
Collection : Ailleurs et Demain
Date de parution : 17/11/2011

Hypérion est un livre-univers, comme le Dune de Frank Herbert, un roman d’aventures haletant mais aussi un exploit littéraire impressionnant qui ressuscite dans l’avenir le poète anglais John Keats et fait écho à son oeuvre majeure, Hypérion.
Au 28e siècle, sur la planète Hypérion, les dangers s’amoncellent. Celui de la...

Hypérion est un livre-univers, comme le Dune de Frank Herbert, un roman d’aventures haletant mais aussi un exploit littéraire impressionnant qui ressuscite dans l’avenir le poète anglais John Keats et fait écho à son oeuvre majeure, Hypérion.
Au 28e siècle, sur la planète Hypérion, les dangers s’amoncellent. Celui de la guerre avec l’approche de la flotte des Extros en perpétuel conflit avec l’Hégémonie. Celui du gritche, figure mythologique et meurtrière que révère l’Eglise des Templiers. Celui de l’ouverture des Tombeaux du Temps qui dérivent de l’avenir vers le passé à la rencontre d’une imprévisible catastrophe.
Dans l’espoir de sauver Hypérion et d’accomplir leurs destins suspendus, sept pèlerins se dirigent ensemble vers le sanctuaire du gritche. Il y a le père Lenar Hoyt, prêtre catholique, qui a vu l’enfer ; le colonel Kassad, dit le Boucher de Bressia, à la recherche d’un rêve ; Martin Silenus, le poète, qui a connu la Vieille Terre et perdu les mots ; Brawne Lamia, la belle détective, qui a aimé un John Keats synthétique : le Consul qui a régné sur Hypérion ; Sol Weintraub, l’érudit, dont la fille perd des années ; et le Templier Het Masteen, qui garde ses secrets.
Autant d’énigmes, autant d’histoires, qu’ils choisissent de conter avant d’affronter les labyrinthes d’Hypérion. Autant de styles différents.
Cette édition numérique comprend :
- une préface de Gérard Klein
- une préface aux Cantos d'Hypérion de Dan Simmons
- un extrait de La Chute d'Hypérion, tome 2 du cycle
- le poème Hypérion, de John Keats
- la bibliographie complète des oeuvres de Dan Simmons
- un dossier sur la collection: Ailleurs & Demain, quarante ans de science-fiction


Le cycle d'Hypérion:
1. Hypérion
2. La Chute d'Hypérion
3. Endymion
4. L'Éveil d'Endymion

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221127544
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • CineKino Posté le 21 Mai 2020
    Trente ans après sa parution, je découvre enfin une des plus fameuses œuvres de science-fiction, avec ce premier tome de la série dite des Cantos d'Hypérion, composée de quatre livres (et deux nouvelles). Et c'est peut-être pas plus mal d'avoir tardé, sans quoi j'aurais sans doute été souvent moins enthousiasmé par mes lectures SF depuis mon adolescence ! C'est en effet le chef-d'œuvre annoncé, par son univers, son ambition ou encore sa narration. C'est ce dernier élément qui m'a le plus étonné, dérouté au début puis rapidement conquis : sur la trame du voyage de sept pèlerins vers la planète Hypérion, connue pour son culte d'une créature terrifiante appelée Gritche, chaque personnage va faire le récit des raisons de sa venue… chacun de ces récits s'étalant sur près de 100 pages ! C'est donc presque un recueil de nouvelles que l'on a ici, avec des histoires et des styles très différents. Ainsi, le commandant Kassad nous livre un récit de guerre alors que la détective privée Lamia nous plonge dans une enquête policière et le prêtre Hoyt dans une aventure horrifique. Quant au style, chacun a sa façon de raconter, la plus marquante étant sans doute celle du poète Silenus avec... Trente ans après sa parution, je découvre enfin une des plus fameuses œuvres de science-fiction, avec ce premier tome de la série dite des Cantos d'Hypérion, composée de quatre livres (et deux nouvelles). Et c'est peut-être pas plus mal d'avoir tardé, sans quoi j'aurais sans doute été souvent moins enthousiasmé par mes lectures SF depuis mon adolescence ! C'est en effet le chef-d'œuvre annoncé, par son univers, son ambition ou encore sa narration. C'est ce dernier élément qui m'a le plus étonné, dérouté au début puis rapidement conquis : sur la trame du voyage de sept pèlerins vers la planète Hypérion, connue pour son culte d'une créature terrifiante appelée Gritche, chaque personnage va faire le récit des raisons de sa venue… chacun de ces récits s'étalant sur près de 100 pages ! C'est donc presque un recueil de nouvelles que l'on a ici, avec des histoires et des styles très différents. Ainsi, le commandant Kassad nous livre un récit de guerre alors que la détective privée Lamia nous plonge dans une enquête policière et le prêtre Hoyt dans une aventure horrifique. Quant au style, chacun a sa façon de raconter, la plus marquante étant sans doute celle du poète Silenus avec son langage fleuri. Si cette succession de récits nécessite un effort d'immersion à chaque fois, on est rapidement happé par ces histoires, presque toutes palpitantes. En plus de nous faire découvrir le narrateur et ses liens avec Hypérion, Dan Simmons permet au lecteur de comprendre petit à petit l'organisation de cet univers, ses populations et leurs relations, plutôt que de nous assommer avec des descriptions interminables. Et quel univers ! On n'en a qu'un aperçu dans ce premier tome, mais je suppose que toute sa richesse apparaîtra pleinement dans les suites. Suites que je vais lire sans trop tarder, le récit principal (le voyage des pèlerins jusqu'aux tombeaux du temps qui abritent le Gritche) se terminant par un gros cliffhanger. Un premier tome passionnant et d'une grande richesse mais très lisible, qui mérite amplement ses nombreuses récompenses littéraires. J'espère que la suite parviendra à garder le même niveau.
    Lire la suite
    En lire moins
  • LeScribouillard Posté le 16 Mai 2020
    Il est temps de se mettre à jour, les enfants. En effet, vous connaissez mon penchant chez les auteurs et sous-genres à commencer par des œuvres tout à fait mineures voire oubliables pour finir sur les classiques, et je me dois de rectifier le tir en réparant ma culture qui ressemble à certes un énorme gruyère, mais un gruyère quand même. À commencer par LE classique du NSO (New Space Opera pour les connaisseurs) : Le cycle d’Hypérion, inauguré par le diptyque Les Cantos d’Hypérion et son cultissime premier volume Hypérion, longtemps resté scindé en deux volumes dans la langue de Benalla. On risque de rabâcher des choses déjà dites, de faire simplement dans la recommandation… mais essayons quand même ! L’invasion extro menace les planètes humaines. Dans ce contexte politique plus que tendu, le culte sanglant gitchtèque demande à ce que l’on perpétue ses traditions : et à vrai dire ce serait peut-être pas plus mal étant donné que le monstre qu’elle vénère, le Gritche (aucune parenté avec celui qui veut arrêter Noël), a la réputation d’exaucer le vœu d’un de ses pèlerins ce qui pourrait changer la grande comme la petite Histoire, lesquels ne sont pas obligés d’adhérer à... Il est temps de se mettre à jour, les enfants. En effet, vous connaissez mon penchant chez les auteurs et sous-genres à commencer par des œuvres tout à fait mineures voire oubliables pour finir sur les classiques, et je me dois de rectifier le tir en réparant ma culture qui ressemble à certes un énorme gruyère, mais un gruyère quand même. À commencer par LE classique du NSO (New Space Opera pour les connaisseurs) : Le cycle d’Hypérion, inauguré par le diptyque Les Cantos d’Hypérion et son cultissime premier volume Hypérion, longtemps resté scindé en deux volumes dans la langue de Benalla. On risque de rabâcher des choses déjà dites, de faire simplement dans la recommandation… mais essayons quand même ! L’invasion extro menace les planètes humaines. Dans ce contexte politique plus que tendu, le culte sanglant gitchtèque demande à ce que l’on perpétue ses traditions : et à vrai dire ce serait peut-être pas plus mal étant donné que le monstre qu’elle vénère, le Gritche (aucune parenté avec celui qui veut arrêter Noël), a la réputation d’exaucer le vœu d’un de ses pèlerins ce qui pourrait changer la grande comme la petite Histoire, lesquels ne sont pas obligés d’adhérer à sa religion… à condition que les compagnons du pèlerin gagnant meurent et qu’ils se soient embarqués dans un voyage au fin fond de sa planète dont personne n’est encore jamais revenu. Sa planète, c’est Hypérion. Sauvage, inhospitalière, morte géologiquement. Hantée par cette créature qui semble tenir autant de Dieu que du diable… Ni une ni deux, nos pèlerins s’embarquent dans la joie et la bonne humeur. Un mystérieux consul, Het Masteen, commandant de vaisseau tout aussi mystérieux, l’ex-colonel Fehdmann Kassad obsédé par une femme semblant à la fois l’incarnation de l’éros et du thanatos, Hoyt, un catholique préoccupé par le déclin de sa religion… et un lourd secret, Silenus, une sorte de Baudelaire sous LSD, Brawne, une femme loin des attentes du lecteur mâle de l’époque, et Sol Weintraub, juif érudit errant avec un mystérieux bébé. Une galerie de personnages hauts en couleur dignes de ce roman baroque. Baroque car tous ensemble, ils vont se mettre à raconter leurs histoires, leurs démêlés avec Hypérion à une autre époque. Et c’est là que le roman se fait riche, utilisant la forme des histoires à tiroirs, voire à tiroirs dans les tiroirs, proposant à chaque fois un registre et une ambiance tout à fait différents. Un récit d’aventures rappelant l’exploration coloniale comme nombre d’ouvrages fantastiques (Les Murailles de Samaris, Les Montagnes Hallucinées), un polar, une SF militaire teintée de romance érotique… Sans jamais qu’un récit s’avère inutile ou gratuit. Les clins d’œil et références à d’autres œuvres de SF sont omniprésents (Le cycle de Mars, La terre mourante, L’Incal, et un certain chapitre évoque un Samuel R. Delany des bons jours), et on trouve même entre autres un élément qui influencera un point précis du cycle d’Alamänder. À noter qu’il est fait mention de l’avenir des communistes, des musulmans, des français, des juifs et des palestiniens… Chose plutôt rare dans la SF étasunienne ! Vous l’aurez compris, ce livre ne pouvait que me plaire. Côté défauts, pinaillons, Silenus lâche par moments des obscénités gratuites le rendant un peu too much. Mais c’est bien à l’édition française qu’il faut porter le blâme : l’édition intégrale, bien que très belle, ne possède pas un sommaire pour répertorier les chapitres ou les récits, mais uniquement… les deux volumes du découpage français. Bref, Hypérion est une splendide fresque remplie d’idées narratives et dramaturgiques, tantôt intime, tantôt pleine de sense of wonder. Inutile d’en dire davantage, si vous n’avez pas peur de la SF résolument adulte et que vous voulez voir du space op de grande envergure avec autant de raisonnements métaphysiques que de rayons laser qui font piou-piou, vous avez frappé à la bonne porte. Après, je dis ça, c’est pour votre culture…
    Lire la suite
    En lire moins
  • brunosbille Posté le 14 Mars 2020
    A classic excellent book
  • Maeglin Posté le 13 Mars 2020
    Que dire de cette histoire, sinon que c'est une pure merveille ? Cela faisait une éternité que je n’avais pas lu de science-fiction et Hypérion était sans nul doute un excellent moyen de m’y replonger. Il n’a fallu que quelques lignes à Dan Simmons pour me happer dans son monde incroyable. J’ai savouré chaque page, chaque mot. Tout m’a plu dans ce tome, pas un seul instant je ne me suis ennuyé. Les descriptions sont un pur bonheur, les récits des pèlerins sont extrêmement bien écrits – tout comme l’ensemble du livre – et j’ai beaucoup apprécié les changements de style qui accompagnaient les souvenirs des différents personnages. L'ensemble est particulièrement bien ficelé, les témoignages se succèdent de manière fluide et judicieuse, la lumière se fait peu à peu sur l’Église gritchtèque, le gritche lui-même, et même plus largement sur l'Hégémonie ou encore le TechnoCentre. De ce que j’en ai vu dans Hypérion, Dan Simmons m’apparaît comme un grand maitre de la science-fiction… J’ai véritablement adoré. Il y avait bien longtemps que je n'avais pas autant accroché à une histoire, qu'un auteur ne m'avait pas autant fait rêver.
  • Aelinel Posté le 1 Novembre 2019
    En conclusion, j’ai eu beaucoup de mal à écrire cette chronique! D’habitude, je ne prends jamais de notes au cours de mes lectures mais pour ce roman, je pense que cela aurait peut-être été une bonne chose tant l’univers est dense, riche et complexe! Les personnages sont bien travaillés, les styles d’écriture divers et variés permettent de remettre en question ce que l’on sait, le sense of wonder est impressionnant, l’intrigue originale et déroutante, etc… Bref, je comprends mieux pourquoi ce roman a tant obtenu de prix (Prix Hugo, Prix Locus et Prix Seiun de roman de Science Fiction en 1990) car c’est amplement mérité! Inutile de vous dire que la suite La chute d’Hypérion est déjà en commande! Retrouvez ma chronique complète sur mon blog :
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.