RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            J'aime pas les autres

            Julliard
            EAN : 9782260017844
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            J'aime pas les autres

            Date de parution : 30/09/2010

            « Comment je me suis fâché avec tout le monde, je ne sais plus très bien. Longtemps, j'ai cru aimer les autres. Peut-être que je croyais les aimer parce que je voulais qu'ils m'aiment. Vous voulez toujours que les autres vous aiment. Enfin, vous croyez. C'est des gens bizarres, les...

            « Comment je me suis fâché avec tout le monde, je ne sais plus très bien. Longtemps, j'ai cru aimer les autres. Peut-être que je croyais les aimer parce que je voulais qu'ils m'aiment. Vous voulez toujours que les autres vous aiment. Enfin, vous croyez. C'est des gens bizarres, les autres. Vous pensez qu'ils sont comme vous. Et pas du tout. Ils sont comme les autres. J'aime pas les autres. »
            De la petite école à la grande, y compris celle de la vie, des premiers baisers à la longue quête de l'âme soeur, la jeunesse du narrateur, Anatole Berthaud, aurait pu être parfaitement heureuse... s'il n'y avait pas eu les autres. Entre roman d'apprentissage et récit autobiographique, le dernier livre de Jacques A. Bertrand nous enchante, comme toujours, par sa finesse, son humour et son élégance d'esprit.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782260017844
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Julliard
            10.99 €
            Acheter

            Ils en parlent

            PRESSE


            À propos de son dernier livre, La Course du Chevau-léger



            « Un périple mystérieux, d’une sensibilité rare, subtil, soucieux de ne jamais peser. »
            Philippe-Jean Catinchi , Le Monde des Livres

            « Jacques A. Bertrand se montre, comme toujours, un funambule plein de grâce qui rit au bord des gouffres et voit dans la légèreté une indispensable politesse à rendre à l’existence. »
            Gérard Pussey, Elle

            « Un voyage pudique et léger qui porte tout le poids du monde. Plus tard vous refermerez le livre sur cette promesse : Le lendemain fut une autre éternité . Promesse tenue. »
            Jean-Baptiste Harang, Le Magazine Littéraire

            « Jacques A. Bertrand nous conte ici l’histoire de ce chevau-léger à mi-voix ? sans haussement de ton, sans emphase, sans autre effet que cette mélancolie empreinte d’ironie douce qui est le tempo de prédilection de ce prosateur infiniment subtil et élégant. »
            Nathalie Crom, Télérama

            « Il y a dans ce roman de plein air qui dérive, léger comme un aérostat, tout ce qu’on aime chez Jacques A. Bertrand : la tendresse triste, l’ironie philosophique, et cette prose de poète dont parfois la douceur fait mal. »
            Jérôme Garcin, Le Nouvel Observateur

            « La Course du Chevau-léger, cette épopée amoureuse, pleine de secousses, de trains rapides, d’hôtels tristes se déroule comme un tapis au pouvoir magique. »
            André Rollin, Le Canard Enchaîné

            PRESSE

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • zagzaguel Posté le 20 Août 2015
              Anatole Berthaud n'aime pas les autres. Car c'est bien connu, c'est à cause des autres que l'on est comme on est. Nous suivons linéairement la vie de cet homme de sa petite enfance avec les autres à l'école, à son adolescence avec les autres élèves et les autres encore plus mystérieuses que sont les filles. Puis au service militaire avec les autres gradés ou non. L'écriture est légère, fluide, drôle ou un peu plus réflexive, critique parfois acerbe, mais on comprend bien que sous la provocation du titre, il les aime les autres... J'ai passé un bon moment, même si ce ne sera pas mémorable. On trouve de bons mots qui tombent justes, mais aussi beaucoup qui font flop! Je n'ai aussi pas su apprécier comme il faut les apartés mettant en scène Sartre et Beauvoir. J'ai trouvé cela inutile.
            • Laury-Anne Posté le 26 Novembre 2014
              Quel ouvrage cynique ! Dans les premières pages, l’auteur revient sur son enfance, et c’est presque le pire parce qu’on s’y reconnaît vraiment. C’est un petit livre vraiment très fort en présence.
            • marina53 Posté le 12 Août 2013
              Avec un titre aussi provocateur et singulier, l'auteur ne risque pas de se faire que des amis ! Nous suivons Anatole, notre héros, depuis sa plus tendre enfance jusqu'à aujourd'hui. Des brides de souvenirs qui remontent à la surface: le papa instituteur trop exigeant avec son fils, la pension où les dimanches de colle étaient de mise, le service militaire, les copains, la découverte de la gente féminine... et les autres qu'il n'aime pas. Tout est raconté sur un ton parfois léger parfois plus grave, tout en finesse et avec un brin d'humour. L'auteur, même s'il a inventé et arrangé un peu la réalité, a mis beaucoup de lui dans ce roman qui résume la place que prennent les autres dans notre propre vie. Que serions-nous finalement sans eux ? Avec une plume aérienne et concise, il nous montre finalement qu'il les aime les autres, doublement. J'aime pas les autres...Rien de personnel !
            • athena1 Posté le 27 Février 2013
              C'est peut être la plus courte autobiographie qu'il m'ait été donnée de lire et peut être aussi en quelques sorte la moins intéressante... Disons que cet ouvrage n'a pas pour fonction première de nous livrer la vie de notre auteur, mais il s'agit plus d'une réflexion sur ces autres auxquels nous sommes confrontés dès notre naissance, et à cette vie que nous passons à éviter les embûches posées par cette promiscuité. Rien de grave si ce n'est que notre auteur comme tout mortel est atteint du syndrome de Stockholm et finalement tout au long de sa vie choisira ses propres bourreaux. En bref un livre amusant même s'il enfonce quelque peu les portes ouvertes. Le plus c'est ces quelques passages de dialogue entre Sartre et Beauvoir, j'ai apprécié.
            • yv1 Posté le 29 Mars 2012
              J'ai connu Jacques A. Bertrand, il y a une petite quinzaine d'années avec un très beau livre : Le pas du loup, écrit après la mort de sa mère. Dans J'aime pas les autres, Jacques A. Bertrand change de registre et nous livre, à travers la vie d'Anatole Berthaud de la petite école à la grande, une chronique sur l'apprentissage d'un jeune homme dans les années 50/60. La vie du narrateur aurait pu être heureuse s'il n'y avait pas... les autres. C'est un petit livre très plaisant, entre roman et autobiographie, bourré d'humour et de digressions très drôles, dans lesquelles l'auteur nous donne son avis sur des sujets aussi divers que la philosophie, le gruyère et le champagne, la cigarette, l'appartenance à un groupe, ... Si vous voulez vous détendre après une lecture difficile, voici le bon remède : lisez Jacques A. Bertrand.
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE JULLIARD
            Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.