Lisez! icon: Search engine
Archipoche
EAN : 9782377350001
Façonnage normé : EPUB2
Nombre de pages : 219
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

La bonne fortune d'Elisabeth Wellington

ANNIE HAMEL (Traducteur)
Date de parution : 01/01/2017
À bord du paquebot qui l’emmène en Amérique, Elisabeth Wellington peine à croire en sa vie nouvelle.Après le décès inattendu de son père, qui la destinait à épouser le duc d’Altberry dans l’espoir d’éponger ses dettes, elle a décidé de quitter l’Angleterre. Libre désormais de tout engagement, elle se rend,... À bord du paquebot qui l’emmène en Amérique, Elisabeth Wellington peine à croire en sa vie nouvelle.Après le décès inattendu de son père, qui la destinait à épouser le duc d’Altberry dans l’espoir d’éponger ses dettes, elle a décidé de quitter l’Angleterre. Libre désormais de tout engagement, elle se rend, pleine de rêves et d’espoirs, dans le Montana, où elle se destine à devenir institutrice.Pourtant, à la fin du xixe siècle, c’est une région encore peu peuplée, où les conditions de vie sont rudes. Qu’importe ! Elisabeth est prête à tout.Il n’y a cependant un obstacle qu’elle n’aurait jamais imaginé. Et celui-ci porte le nom d’un homme : Garrett Steele. Pourquoi se montre-t-il si froid, si farouche, face à la jeune et audacieuse Elisabeth ? Elle qui est pourtant l’institutrice de son fils Janie.On connaît l’adage : « Fuis-moi, je te suis ; suis-moi, je te fuis ». Alors quand des sentiments naissent d’un terreau si aride, la passion peut prendre les formes les plus inattendues…Première édition : l’Archipel, 2000. 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782377350001
Façonnage normé : EPUB2
Nombre de pages : 219
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • LourseLit Posté le 17 Mai 2017
    A la fin du 19ème siècle, Beth va fuir son Angleterre natale pour rompre ses fiançailles avec un homme détestable et se retrouve au fin fond du Montana, là où personne ne l’attend ! Elle y est venue pour Janie, la fille de Garrett avec qui elle correspond depuis quelques années. Elle s’installe dans leur petite ville, prend le poste de l’institutrice, retape une vieille maison et en fait son foyer. J’ai un peu tiqué sur le manque de réalisme de ce point tout de même. Cette jeune femme de bonne famille qui n’a jamais tenu un foyer va, comme par hasard, relever le défi haut la main ! Très vite courtisée par le maire de la ville, Owen, elle va écouter sa raison et accepter sa demande en mariage. Mais son coeur et son corps sont bloqués sur Garrett ! Je n’en dis pas plus, c’est une romance donc il va se passer divers événements, tantôt heureux, tantôt compliqués. Comme dans toute romance, il y a ces sentiments qui sont tus, il y a ces discours entre les hommes et les femmes qui ne savent pas se parler et il y a l’amour qui triomphe. J’ai beaucoup apprécié le personnage de... A la fin du 19ème siècle, Beth va fuir son Angleterre natale pour rompre ses fiançailles avec un homme détestable et se retrouve au fin fond du Montana, là où personne ne l’attend ! Elle y est venue pour Janie, la fille de Garrett avec qui elle correspond depuis quelques années. Elle s’installe dans leur petite ville, prend le poste de l’institutrice, retape une vieille maison et en fait son foyer. J’ai un peu tiqué sur le manque de réalisme de ce point tout de même. Cette jeune femme de bonne famille qui n’a jamais tenu un foyer va, comme par hasard, relever le défi haut la main ! Très vite courtisée par le maire de la ville, Owen, elle va écouter sa raison et accepter sa demande en mariage. Mais son coeur et son corps sont bloqués sur Garrett ! Je n’en dis pas plus, c’est une romance donc il va se passer divers événements, tantôt heureux, tantôt compliqués. Comme dans toute romance, il y a ces sentiments qui sont tus, il y a ces discours entre les hommes et les femmes qui ne savent pas se parler et il y a l’amour qui triomphe. J’ai beaucoup apprécié le personnage de Beth, parce qu’elle se donne les moyens nécessaires pour que sa vie soit réussie. Elle a de la répartie, elle dit les choses, c’est souvent rare pour un personnage féminin de cette époque. Je suis habituée à lire des romances historiques qui se passent généralement dans les milieux aristocratiques anglais et là, j’ai bien aimé le fait d’être dans le Montana, dans un petit ranch. Ça change et c’est plutôt sympa, ça permet d’aborder d’autres thèmes. Après lecture, je trouve quand même le titre du roman assez particulier, on pourrait trouver mieux !
    Lire la suite
    En lire moins
  • DrunkennessBooks Posté le 6 Mai 2017
    La Bonne Fortune d’Elisabeth Wellington n’est pas une nouveauté mais une réédition publiée chez Archipoche avec une couverture (disons le franchement) beaucoup moins kitsch. Elisabeth, jeune femme bien comme il faut de la noblesse britannique, décide de tout plaquer et de partir pour le Montana afin de devenir institutrice suite à un échange de lettres avec la petite Janie. La faute à un fiancé antipathique et brutal… Là-bas, elle va faire la connaissance de Janie, de son père Garrett, du meilleur ami de celui-ci et des deux harpies du village, les sœurs Homer. Évidemment, la jeune aristocrate va faire preuve de persévérance et de courage pour faire face à tous les obstacles de sa nouvelle vie et se révéler à elle-même. Bref, tout un programme ! Dans l’ensemble, le roman de Robin Lee Hatcher est agréable à lire. Simple et avec un rythme efficace, l’intrigue nous transporte dans une Amérique encore sauvage en cette fin du XIXème siècle. J’ai beaucoup apprécié le fait que l’histoire se déroule au fin fond du Montana. Cela change des salles de bal et des manoirs anglais qui sont souvent le théâtre des romances historiques. D’ailleurs le Montana est vraiment un personnage à part entière du livre... La Bonne Fortune d’Elisabeth Wellington n’est pas une nouveauté mais une réédition publiée chez Archipoche avec une couverture (disons le franchement) beaucoup moins kitsch. Elisabeth, jeune femme bien comme il faut de la noblesse britannique, décide de tout plaquer et de partir pour le Montana afin de devenir institutrice suite à un échange de lettres avec la petite Janie. La faute à un fiancé antipathique et brutal… Là-bas, elle va faire la connaissance de Janie, de son père Garrett, du meilleur ami de celui-ci et des deux harpies du village, les sœurs Homer. Évidemment, la jeune aristocrate va faire preuve de persévérance et de courage pour faire face à tous les obstacles de sa nouvelle vie et se révéler à elle-même. Bref, tout un programme ! Dans l’ensemble, le roman de Robin Lee Hatcher est agréable à lire. Simple et avec un rythme efficace, l’intrigue nous transporte dans une Amérique encore sauvage en cette fin du XIXème siècle. J’ai beaucoup apprécié le fait que l’histoire se déroule au fin fond du Montana. Cela change des salles de bal et des manoirs anglais qui sont souvent le théâtre des romances historiques. D’ailleurs le Montana est vraiment un personnage à part entière du livre qui fait l’objet de descriptions très soignées et détaillées. On s’y croirait presque ! Autre point que j’ai bien aimé : le récit à la troisième personne. Celui-ci alterne entre les points de vue d’Elisabeth et de Garrett mais pas seulement ! Les personnages secondaires, comme les horribles sœurs Homer, ont aussi droit à quelques passages racontés de leur point de vue. Dans le cas des deux vieilles filles, cela me les a rendues encore plus détestables. Mais dans l’ensemble cela permet surtout de donner davantage de consistance à des personnages secondaires qui ne se contentent pas de faire de la figuration. Au fur et à mesure des pages, on s’attache à Elisabeth, à la jeune Janie ainsi qu’à son père. Si la fin semble évidente dès les premières pages, j’ai quand même apprécié la manière dont l’auteur ménage le suspens et voir les personnages évoluer et s’ouvrir les uns aux autres. Si La Bonne Fortune d’Elisabeth Wellington ne se démarque pas particulièrement par son originalité, son cadre, le Montana, et ses personnages aussi bien principaux que secondaires, en font une romance agréable à lire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • viou03 Posté le 29 Avril 2017
    Une jolie romance historique. Beth fuit l'Angleterre et traverse l’Atlantique pour rencontrer une fillette Janie avec qui elle correspond et espère décrocher le poste d'enseignante dans le village de Janie. J' ai adoré le personnage de Beth, une jeune femme simple, déterminée, pleine de bonté, qui se contente de peu malgré ses origines nobles. Garrett, le père de Janie, lui ne croit pas en l'amour, ni aux femmes. C'est un homme désabusé mais un excellent père et ami. On retrouve dans cette histoire, les deux commères du village, les deux vielles filles jalouses, les deux harpies qui vont essayer par tous les moyens de discréditer Beth aux yeux de la population de cette petite ville. Beth fait face en restant elle-même, elle a bien cerné les deux personnages. La romance est pimentée par un côté torturé venant de Garrett qui a peur de ses propres réactions, de ses sentiments qui est désabusé après ce qu'il a vécu avec sa première épouse. C'est très plaisant à découvrir, on se régale. Un très belle lecture, une romance qui ravira bien des cœurs.
  • tissianabp Posté le 2 Février 2017
    Merci aux Editions de l’Archipel, Archipoche et à LP Conseils pour ce service presse. Tout plaquer, partir à l’autre bout du monde et repartir à zéro, cela peut faire rêver, mais à la fin du XIXe siècle, qui plus est pour une femme, cela relève de l’inconcevable et pourtant c’est bien ce qu’Elisabeth Wellington fait. L’Angleterre et Londres derrières elle, elle se rend aux Etats Unis dans la toute petite ville de New Prospects pour démarrer une nouvelle vie aux antipodes de la précédentes. Elisabeth est une femme qui vient de la haute société anglaise, elle transpire l’élégance, le raffinement, le tact et les bonne manières et pourtant sous cet aspect lisse du personnage on découvre très vite une femme sûre d’elle, ambitieuse, têtue, volontaire, qui n’a pas peur de l’inconnu mais également douce, compréhensive et dotée d’un grand cœur. Elle dénote totalement des femmes de sa nouvelle contrée et on ne peut qu’éprouver du respect en la voyant s’adapter avec classe, c’est une femme particulièrement stable et gentille, rien ne peut altérer ses motivations et ses ambitions, une héroïne qui ne peut que nous charmer et nous faire rêver. Garrett, lui est le Cow Boy dans toute sa splendeur, charismatique, courageux,... Merci aux Editions de l’Archipel, Archipoche et à LP Conseils pour ce service presse. Tout plaquer, partir à l’autre bout du monde et repartir à zéro, cela peut faire rêver, mais à la fin du XIXe siècle, qui plus est pour une femme, cela relève de l’inconcevable et pourtant c’est bien ce qu’Elisabeth Wellington fait. L’Angleterre et Londres derrières elle, elle se rend aux Etats Unis dans la toute petite ville de New Prospects pour démarrer une nouvelle vie aux antipodes de la précédentes. Elisabeth est une femme qui vient de la haute société anglaise, elle transpire l’élégance, le raffinement, le tact et les bonne manières et pourtant sous cet aspect lisse du personnage on découvre très vite une femme sûre d’elle, ambitieuse, têtue, volontaire, qui n’a pas peur de l’inconnu mais également douce, compréhensive et dotée d’un grand cœur. Elle dénote totalement des femmes de sa nouvelle contrée et on ne peut qu’éprouver du respect en la voyant s’adapter avec classe, c’est une femme particulièrement stable et gentille, rien ne peut altérer ses motivations et ses ambitions, une héroïne qui ne peut que nous charmer et nous faire rêver. Garrett, lui est le Cow Boy dans toute sa splendeur, charismatique, courageux, téméraire, un peu bourru, caractériel mais également très sexy, il nous attire immédiatement par son charme brut mais surtout par l’amour qu’il éprouve pour sa petite fille. La dualité du personnage est saisissante et captivante, on passe de l’attirance à la tendresse pour cet homme avec une facilité déconcertante. De plus, sous sa carapace on découvre au fil des pages un homme brisé et blessé en amour ce qui le rend d’autant plus intéressant, on éprouve une forte envie de le voir apaisé et enfin heureux. Un autre personnage très intéressant dans cette histoire c’est Janie la fille de Garrett. Cette petite fille de 10ans est le lien entre nos deux précédents protagonistes, mais c’est surtout sa maturité qui nous envoute le plus. Elle est douce, volontaire, débrouillarde, intelligente et dotée d’une très forte envie de tout faire pour avoir le droit à une famille complète et épanouie, on ne peut que se prendre d’affection pour elle. Quant à l’histoire en elle même, bien qu’elle soit sans surprise et qu’on devine très vite la fin, elle est très agréable, les choses se font en douceur et avec délicatesse, le tout ponctué d’évènements y apportant de la vivacité et de l’intérêt. Un point particulièrement intéressant, c’est la description que nous offre l’auteur tant sur les paysages, que sur les lieux et les personnages, on arrive très facilement à visualiser et à s’imprégner, on se retrouve plonger dans ce passé souvent inconnu des lecteurs et c’est un bon en arrière à la fois instructif et captivant. En conclusion, une belle romance historique qui nous fait voyager dans un lieu magnifique et qui nous fait rêver par cette histoire d’amour comme on les aime.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.