RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La chambre mortuaire

            12-21
            EAN : 9782823806236
            Code sériel : 4190
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            La chambre mortuaire

            Date de parution : 04/07/2013

            Étrange personnage que le docteur Simon Bloomberg ! Dans son hôtel particulier de la rue Mazarine à la façade presque aveugle, conçu comme une pyramide égyptienne, cet aliéniste au regard pénétrant et à la réputation sulfureuse traite ses patients selon des méthodes avant-gardistes qui font scandale. Lorsque la jeune Anglaise...

            Étrange personnage que le docteur Simon Bloomberg ! Dans son hôtel particulier de la rue Mazarine à la façade presque aveugle, conçu comme une pyramide égyptienne, cet aliéniste au regard pénétrant et à la réputation sulfureuse traite ses patients selon des méthodes avant-gardistes qui font scandale. Lorsque la jeune Anglaise Sarah Englewood entre à son service, elle tombe immédiatement sous le charme de ce scientifique hors du commun, fascinée par le mystère qui l’entoure. Pourquoi ne voit-on jamais sa femme, une archéologue de renom dont les trouvailles encombrent chaque recoin de la maison ? Et pourquoi une des pièces est-elle interdite d’accès ? Tandis qu’une série de meurtres inexpliqués défraient la chronique parisienne, une relation trouble se noue entre l’intrépide Anglaise et l’ombrageux médecin…

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782823806236
            Code sériel : 4190
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            12-21
            10.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • LectureChronique2_0 Posté le 19 Mars 2019
              Ce roman est un polar historique qui se déroule dans le Paris du 19ème siècle. Nous suivons les aventures de Sarah Englewood, gouvernante fraîchement débarquée au service de l'aliéniste Dr Simon Bloomberg d'un côté, et de l'autre l'enquête des deux policiers sur la disparition d'un corps à la morgue et la mort suspecte d'un dandy. Un lien unit tous les protagonistes en la personne de Elzbieta, dont le fantôme plane dans cette étrange maison appelée "la cour des miracles" dont elle a elle-même conçu les plans, s'élevant telle une pyramide égyptienne. A vous de découvrir son rôle exact au cours du récit. Les personnages secondaires, les singes et la maison également, tout transparait et évolue dans une opacité dérangeante, tant les cachoteries et les bizarreries en effraieraient plus d'un, pourtant sain d'esprit. Simon Bloomberg, éminant docteur critiqué par ses pairs, intrigue par ses pratiques novatrices et suscite bien des interrogations de la part de Sarah. Est-ce un homme intègre et fiable ? Veut-il vraiment sa mort comme elle le soupçonne ? Les policiers de la sureté Desnoyer et Mesnard vont être amenés à faire preuve de toute leur sagacité pour retrouver le coupable, écarter la folie et la tromperie pour ne privilégier... Ce roman est un polar historique qui se déroule dans le Paris du 19ème siècle. Nous suivons les aventures de Sarah Englewood, gouvernante fraîchement débarquée au service de l'aliéniste Dr Simon Bloomberg d'un côté, et de l'autre l'enquête des deux policiers sur la disparition d'un corps à la morgue et la mort suspecte d'un dandy. Un lien unit tous les protagonistes en la personne de Elzbieta, dont le fantôme plane dans cette étrange maison appelée "la cour des miracles" dont elle a elle-même conçu les plans, s'élevant telle une pyramide égyptienne. A vous de découvrir son rôle exact au cours du récit. Les personnages secondaires, les singes et la maison également, tout transparait et évolue dans une opacité dérangeante, tant les cachoteries et les bizarreries en effraieraient plus d'un, pourtant sain d'esprit. Simon Bloomberg, éminant docteur critiqué par ses pairs, intrigue par ses pratiques novatrices et suscite bien des interrogations de la part de Sarah. Est-ce un homme intègre et fiable ? Veut-il vraiment sa mort comme elle le soupçonne ? Les policiers de la sureté Desnoyer et Mesnard vont être amenés à faire preuve de toute leur sagacité pour retrouver le coupable, écarter la folie et la tromperie pour ne privilégier que la raison qui n'a parfois elle-même plu toute sa tête. Attention à vous, cher lecteurs, à ne pas tomber vous-même dans l'aliénation en le lisant. Vous voilà prévenu !
              Lire la suite
              En lire moins
            • ManouB Posté le 12 Septembre 2018
              Il s’agit du premier épisode de La cour des miracles, une série parue en 10/18 dans la collection "Grands Détectives". L'histoire se déroule à Paris à la fin du XIXe siècle et met en scène l’aliéniste Simon Bloomberg et sa jeune gouvernante anglaise Sarah Englewood. Paris 1888. Sarah, une jeune anglaise, est embauchée comme gouvernante chez l’aliéniste Simon Bloomberg. Celui-ci est un personnage mystérieux mais attirant. Son approche moderne de la psychiatrie l’oppose à de nombreux collègues. Ses expériences sur les malades sont révolutionnaires. Dans son hôtel particulier de la rue Mazarine à la façade presque aveugle, conçu comme une pyramide égyptienne, son cabinet ne désemplit pas. Pourtant le lieu est austère et angoissant : les trouvailles d’Elzbiéta, sa femme, encombrent chaque recoin de la maison dès l’entrée. Des chimpanzés sont enfermés dans une cage et crient dès qu’un étranger approche. Les couloirs sombres semblent s’allonger indéfiniment… Bref ! un vrai mystère plane sur cette maison, les gouvernantes défilent et le docteur Bloomberg est évasif sur sa femme, archéologue connue, toujours absente… De plus, pourquoi une des pièces est-elle interdite d’accès ? Sarah est de plus en plus effrayée et fascinée à la fois. Une relation trouble se noue entr’eux… Un soir, en lisant le... Il s’agit du premier épisode de La cour des miracles, une série parue en 10/18 dans la collection "Grands Détectives". L'histoire se déroule à Paris à la fin du XIXe siècle et met en scène l’aliéniste Simon Bloomberg et sa jeune gouvernante anglaise Sarah Englewood. Paris 1888. Sarah, une jeune anglaise, est embauchée comme gouvernante chez l’aliéniste Simon Bloomberg. Celui-ci est un personnage mystérieux mais attirant. Son approche moderne de la psychiatrie l’oppose à de nombreux collègues. Ses expériences sur les malades sont révolutionnaires. Dans son hôtel particulier de la rue Mazarine à la façade presque aveugle, conçu comme une pyramide égyptienne, son cabinet ne désemplit pas. Pourtant le lieu est austère et angoissant : les trouvailles d’Elzbiéta, sa femme, encombrent chaque recoin de la maison dès l’entrée. Des chimpanzés sont enfermés dans une cage et crient dès qu’un étranger approche. Les couloirs sombres semblent s’allonger indéfiniment… Bref ! un vrai mystère plane sur cette maison, les gouvernantes défilent et le docteur Bloomberg est évasif sur sa femme, archéologue connue, toujours absente… De plus, pourquoi une des pièces est-elle interdite d’accès ? Sarah est de plus en plus effrayée et fascinée à la fois. Une relation trouble se noue entr’eux… Un soir, en lisant le journal, elle découvre une étrange affaire – un homme s’est jeté, nu, du toit de son immeuble et s’est écrasé sur la voie publique… Mais elle ignore que le cadavre, amené à la morgue, a mystérieusement disparu en pleine nuit. Cette anomalie fait perdre toute raison scientifique aux deux agents chargés de l’enquête, Léonce Desnoyers et Raoul Mesnard, qui ne sont pas au bout de leurs surprises ! L’auteur sait y faire pour entretenir le suspense et captiver le lecteur. Il joue avec lui, lui donnant certains éléments, lui en cachant d’autres pour mieux le tromper ensuite. Chaque chapitre est comme un nouvel épisode d’une série télévisée : on passe d’un personnage à un autre, d’un lieu à un autre… On peut s’y perdre au début ou trouver la lecture de ce roman difficile mais le suspense est tel que le lecteur veut savoir la suite !! De plus on s’attache vraiment aux personnages en particulier à Sarah… C'est un excellent roman !
              Lire la suite
              En lire moins
            • 1001histoires Posté le 11 Mai 2017
              Un modèle de roman policier historique !
            • fanfan50 Posté le 1 Juillet 2015
              Encore un livre lu pendant mes vacances et assez vite, trop pour prendre des notes. L'auteur m'a intéressé car il est né à Phnom-Penh comme moi. Le début de l'ouvrage ne m'a pas trop captivée mais bon, j'ai persisté et j'ai appris des choses dans ce Paris du 19ème et dans le coin des aliénistes. La morgue telle qu'elle était à l'époque est atroce. Les corps sont à la vue de quiconque est pris d'une curiosité morbide et ils sont aussi abondamment lavés à l'eau froide pour éviter une trop rapide décomposition. Si on est à la recherche d'un cher disparu, on peut aussi aller dans cet endroit pour essayer de le reconnaître. Heureusement que de nos jours, c'est différent et ainsi on voit que nous sommes plus sensibles de ce côté-là que nos ancêtres. Il est vrai que la télé nous montre des accidentés, des décapités, des rescapés de séismes en tout genre et donc le goût pour le morbide de nos jours est amplement satisfait. J'ai trouvé que l'intrigue traînait un peu en longueur mais en allant jusqu'au bout de ma lecture, j'ai finalement aimé, surtout par l'originalité de ses sources et grâce à son héroïne, la jeune et... Encore un livre lu pendant mes vacances et assez vite, trop pour prendre des notes. L'auteur m'a intéressé car il est né à Phnom-Penh comme moi. Le début de l'ouvrage ne m'a pas trop captivée mais bon, j'ai persisté et j'ai appris des choses dans ce Paris du 19ème et dans le coin des aliénistes. La morgue telle qu'elle était à l'époque est atroce. Les corps sont à la vue de quiconque est pris d'une curiosité morbide et ils sont aussi abondamment lavés à l'eau froide pour éviter une trop rapide décomposition. Si on est à la recherche d'un cher disparu, on peut aussi aller dans cet endroit pour essayer de le reconnaître. Heureusement que de nos jours, c'est différent et ainsi on voit que nous sommes plus sensibles de ce côté-là que nos ancêtres. Il est vrai que la télé nous montre des accidentés, des décapités, des rescapés de séismes en tout genre et donc le goût pour le morbide de nos jours est amplement satisfait. J'ai trouvé que l'intrigue traînait un peu en longueur mais en allant jusqu'au bout de ma lecture, j'ai finalement aimé, surtout par l'originalité de ses sources et grâce à son héroïne, la jeune et belle anglaise qui mène à sa façon son enquête.
              Lire la suite
              En lire moins
            • stephanieplaisirdelire Posté le 30 Juillet 2014
              Le côté historique est un pur plaisir ! Jean-Luc Bizien m’a tout de suite projetée sur les lieux et dans l’époque, qu’il restitue à merveille. Il prend le temps de décrire le Paris de 1888 sans jamais plomber l’intrigue et donne l’impression de vivre les faits et de déambuler dans les rues aux cotés de Sarah, Léonce et Raoul. Il offre même par moment quelques explications sur l’évolution de certains grands lieux parisiens, en plus d’approfondir son récit de données relatives à la médecine mentale. Ça faisait longtemps que je n’avais pas dévoré un polar historique (le dernier doit être Oscar Wilde et le meurtre aux chandelles en 2008). Je regrette de ne pas avoir lu celui-ci plus tôt. C’est un roman riche sur de nombreux plans et son côté retro m’a totalement conquise. Jean-Luc Bizien utilise un vocabulaire pointu caractéristique de l’époque, dans un style simple et incroyablement fluide. Les mystères sont tenaces et l’intrigue est sans cesse relancée, invitant toujours le lecteur à poursuivre les découvertes, tantôt chez Sarah, tantôt chez l’inspecteur Desnoyer. Ça marche super bien. Les bribes d’informations donnent le sentiment d’éclairer notre chandelle, mais la tension grippe sans cesse... Le côté historique est un pur plaisir ! Jean-Luc Bizien m’a tout de suite projetée sur les lieux et dans l’époque, qu’il restitue à merveille. Il prend le temps de décrire le Paris de 1888 sans jamais plomber l’intrigue et donne l’impression de vivre les faits et de déambuler dans les rues aux cotés de Sarah, Léonce et Raoul. Il offre même par moment quelques explications sur l’évolution de certains grands lieux parisiens, en plus d’approfondir son récit de données relatives à la médecine mentale. Ça faisait longtemps que je n’avais pas dévoré un polar historique (le dernier doit être Oscar Wilde et le meurtre aux chandelles en 2008). Je regrette de ne pas avoir lu celui-ci plus tôt. C’est un roman riche sur de nombreux plans et son côté retro m’a totalement conquise. Jean-Luc Bizien utilise un vocabulaire pointu caractéristique de l’époque, dans un style simple et incroyablement fluide. Les mystères sont tenaces et l’intrigue est sans cesse relancée, invitant toujours le lecteur à poursuivre les découvertes, tantôt chez Sarah, tantôt chez l’inspecteur Desnoyer. Ça marche super bien. Les bribes d’informations donnent le sentiment d’éclairer notre chandelle, mais la tension grippe sans cesse pour arriver à une fin qui m’a totalement surprise. ...........................
              Lire la suite
              En lire moins
            12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
            Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !