Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782823818437
Code sériel : VIRT
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

La collectionneuse de boules à neige

Date de parution : 12/03/2015
Qui a tué Madame De Santis dans le salon avec une boule à neige ?
Giuseppe Lojacono ne pouvait pas espérer de plus belle mise au placard. Sa mutation à Pizzofalcone a tout d’une pénitence. Il y rejoint une équipe nouvellement constituée d’outsiders des autres commissariats de Naples. Et à leurs côtés, il va pouvoir exercer ses talents en toute liberté : le commissaire Palma lui... Giuseppe Lojacono ne pouvait pas espérer de plus belle mise au placard. Sa mutation à Pizzofalcone a tout d’une pénitence. Il y rejoint une équipe nouvellement constituée d’outsiders des autres commissariats de Naples. Et à leurs côtés, il va pouvoir exercer ses talents en toute liberté : le commissaire Palma lui fait une entière confiance et il a le soutien – et peut-être plus… – de la belle magistrate Laura Pires.
Tout ce qu’il lui faut en somme pour aiguiser sa sagacité sur le meurtre de Cecilia de Santis. Une femme au cœur d’or, violemment tuée d’un coup de boule à neige. Elle qui collectionnait avec passion ces objets au kitsch désuet n’imaginait pas voir si tôt le dernier flocon se déposer au fond de l’eau calme de sa vie de femme trompée…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823818437
Code sériel : VIRT
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • meknes56 Posté le 28 Mai 2019
    Depuis la lecture de ce livre, je vois d'un autre Œil les boules de neige.
  • Zippo Posté le 2 Novembre 2018
    Nous retrouvons le héros du premier roman "La Méthode du Crocodile", l'inspecteur Guiseppe Lojacono. Il vient d'être muté dans un autre commissariat de Naples, celui de Pizzofalcone, qui est menacé de fermeture, suite à l'arrestation de "plusieurs" ripoux… L'épouse d'un notaire réputé est assassinée...à coups de boule de neige. Tous les policiers mutés dans ce commissariat sont des flics ayant un dossier plus ou moins "chargé". Alex di Nardo, la "gun woman", Aragona, un peu "fou fou" entre autres. Encore beaucoup d'humanité. Et puis Naples...et l'amour, toujours l'amour. Un polar à ne as manquer.
  • Isambour Posté le 27 Septembre 2018
    Alors oui, c'est un polar agréable à lire, mais il n'a pas le "truc" qui va le distinguer des centaines de polars existants. J'ai déploré les passages concernant la vie personnelle des enquêteurs, ils prennent à mon sens trop de place, pas loin de la moitié du roman et du coup, j'ai trouvé qu'ils déstructuraient le rythme, le cassaient. Donc ce n'est pas un polar nul en soi mais pas inoubliable non plus.
  • polacrit Posté le 3 Mars 2018
    La collectionneuse de boules à neige, I Bastardi di Pizzofalcone en langue originale, paru en 2013 en Italie, traduit par Jean-Luc Defromont, a été publié en 2015 par les éditions Fleuve Noir, et réédité en 2016 par les éditions 10/18, dans la collection "Domaine policier". C'est un roman sombre, qui explore les tréfonds de l'âme humaine, dans ses aspects les plus noirs, les plus misérables aussi: la complexité des rapports humains, la solitude, la détresse et l'égoïsme de notre société moderne: "Elle habite seule dans un deux-pièces où elle a vécu avec sa mère. Ça fait des mois qu'elle ne paie plus le loyer, parce que son allocation de solidarité lui suffit à peine pour se procurer un repas par jour et les médicaments nécessaires à sa survie." (Page 189)...Vue de dos, elle est le portrait du désespoir. Échine voûtée, tête baissée, mèches sales pendouillant comme des feuilles mortes." (Page 190). Le récit alterne les passages de l'enquête avec les passages en italiques qui dévoilent les pensées que l'on comprend être celles du tueur et de la jeune fille " prisonnière", configuration qui existait dans La méthode du crocodile, première enquête de l'inspecteur Lojacono. L'originalité de ce roman réside dans l'histoire du commissariat de Pizzofalcone suite... La collectionneuse de boules à neige, I Bastardi di Pizzofalcone en langue originale, paru en 2013 en Italie, traduit par Jean-Luc Defromont, a été publié en 2015 par les éditions Fleuve Noir, et réédité en 2016 par les éditions 10/18, dans la collection "Domaine policier". C'est un roman sombre, qui explore les tréfonds de l'âme humaine, dans ses aspects les plus noirs, les plus misérables aussi: la complexité des rapports humains, la solitude, la détresse et l'égoïsme de notre société moderne: "Elle habite seule dans un deux-pièces où elle a vécu avec sa mère. Ça fait des mois qu'elle ne paie plus le loyer, parce que son allocation de solidarité lui suffit à peine pour se procurer un repas par jour et les médicaments nécessaires à sa survie." (Page 189)...Vue de dos, elle est le portrait du désespoir. Échine voûtée, tête baissée, mèches sales pendouillant comme des feuilles mortes." (Page 190). Le récit alterne les passages de l'enquête avec les passages en italiques qui dévoilent les pensées que l'on comprend être celles du tueur et de la jeune fille " prisonnière", configuration qui existait dans La méthode du crocodile, première enquête de l'inspecteur Lojacono. L'originalité de ce roman réside dans l'histoire du commissariat de Pizzofalcone suite à l'énorme scandale de corruption qui avaient contraint les autorités à destituer une grande partie de ses membres, remplacés par les "rebuts" des commissariats de Naples, dont Lojacono. La psychologie des personnages y est remarquablement fouillée. L'intrigue: Quelques mois après l'affaire relatée dans La Méthode du crocodile, qui "l'a réhabilité professionnellement mais l'avait rendu impopulaire auprès de ses collègues: il ne connaissait pas la ville, ne disposait pas de réseau d'informateurs, mais s'était pourtant payé le luxe, avec sa seule logique, de trouver la solution d'une série de crimes aussi complexes, damant le pion à la préfecture acculée au mur par la presse et l'opinion publique." (Page 12). Evidemment, après cet exploit, le commissaire Di Vincenzo ne pouvait décemment pas le laisser croupir au service des plaintes. Mais le commissaire Palma, le nouveau chef du commissariat de Pizzofalcone, qui l'avait rencontré lors de l'affaire du "crocodile", l'a demandé expressément comme collaborateur. Alors que Lojacono vient de prendre ses nouvelles fonctions à Pizzofalcone, Cécilia de Santis est brutalement assassinée, la nuque brisée par une boule à neige de sa collection. Certains objets en argent ont disparu, mais ni les bijoux coûteux, ni le presse-papier en or. Le voleur a-t-il été dérangé? Ou a-t-on voulu faire croire à un vol afin de masquer un crime prémédité? Mais par qui? Et pourquoi?
    Lire la suite
    En lire moins
  • mireille.lefustec Posté le 9 Octobre 2017
    Naples. Un hiver qui ne veut pas finir, des rafales de pluie, du vent violent, rien à voir avec le stéréotype "soleil et mer". Ils n'ont même pas le temps de faire connaissance les nouveaux occupants du commissariat surnommé "I bastardi di Pizzofalcone". Ils ont été envoyés dans ce lieu menacé de fermeture pour remplacer les précédents policiers coupables de s'être approprié une part du butin de la drogue confisquée. Eux-même étaient devenus " persona non grata". Ils ont leurs propres secrets, leurs démons intérieurs. Ils doivent former une équipe et donner la preuve de leur efficacité. Le commissaire Palma leur insuffle son dynamisme. Ils doivent tout de suite affronter un cas délicat d'homicide dans la haute société. L'enquête est confiée à l'inspecteur Giuseppe Lojacono, le héros de " La méthode du crocodile", expulsé de Sicile suite à l'accusation d'un " repenti" : Il aurait eu des contacts avec la mafia locale. Les personnages sont bien structurés, on découvre leurs imperfections, leurs blessures intimes. L'écriture est fluide, on se laisse entraîner à tourner les pages, à rester en leur compagnie. J'avais beaucoup aimé "La méthode du crocodile".
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !