En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        La Coupe d'or

        Robert Laffont
        EAN : 9782221135419
        Façonnage normé : EPUB2
        DRM : Watermark (Tatouage numérique)
        La Coupe d'or

        ,

        MARGUERITE GLOTZ (Traducteur)
        Collection : Pavillons Poche
        Date de parution : 01/10/2016

        Au début des années 1900, au coeur de l’été londonien, le destin d’Amerigo, prince italien désargenté, vient d’être scellé. Il a épousé Maggie Verver, la fille d’un riche collectionneur et homme d’affaires américain, laquelle persuade son veuf de père de prendre une amie à elle, Charlotte Stant, pour épouse. Maggie...

        Au début des années 1900, au coeur de l’été londonien, le destin d’Amerigo, prince italien désargenté, vient d’être scellé. Il a épousé Maggie Verver, la fille d’un riche collectionneur et homme d’affaires américain, laquelle persuade son veuf de père de prendre une amie à elle, Charlotte Stant, pour épouse. Maggie ignore que Charlotte et Amerigo étaient autrefois liés et qu’elle vient d’orchestrer leur rapprochement.
        Quand un antiquaire, chez qui les amants ont admiré une coupe d’or, l’aide à reconstruire la vérité, Maggie se décide à réagir… Sous la plume aiguisée de l’auteur, les quatre protagonistes vont dès lors se révéler dans tous leurs paradoxes.
        Réflexion sur le mariage, l’adultère, le mensonge, reflet d’un monde brillant mais fragile, La Coupe d’or est le point culminant de l’oeuvre romanesque d’Henry James.

        « La Coupe d’or, dernière grande oeuvre de James, marque l’apogée de son talent, à la fois comme romancier et comme styliste. » Colm Tóibín

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221135419
        Façonnage normé : EPUB2
        DRM : Watermark (Tatouage numérique)
        Robert Laffont
        10.99 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Colchik Posté le 14 Octobre 2018
          Pourquoi faut-il lire Henry James aujourd’hui ? Il pourrait décourager nombre de lecteurs par la minceur de ses intrigues, la lenteur de leur déroulement, la dissection des caractères poussée à l’extrême. Eh bien ! il faut le lire pour tous ces motifs qui révèlent l’un des écrivains américains les plus sensibles et les plus honnêtes dans son travail. Pourquoi est-ce que je parle ici d’honnêteté, un terme qui peut paraître inapproprié pour un auteur de fiction ? Henry James ne triche pas, comme a pu le faire de temps à autre Scott Fitzgerald. Il n’abandonne jamais ses personnages en route. Chacun d’eux possède une force qui est avant tout une capacité de réflexion et une intelligence des situations dans lesquelles il est placé. Quel étrange ballet se livrent les couples de cette histoire ! La figure centrale de cette constellation mouvante, sans cesse décomposée et recomposée au fil de ses interrogations, est Maggie Verver, l'épouse du prince Amerigo. Au couple mondain et charmant qu'elle pourrait former avec son époux, elle lui substitue l'étroite relation qu'elle entretient avec son richissime père. Américains installés à Londres, leurs résidences sont proches et leurs visites quotidiennes. Charlotte Stant, l'épouse de M. Verver, loin de s'offusquer de cette relation quasi exclusive,... Pourquoi faut-il lire Henry James aujourd’hui ? Il pourrait décourager nombre de lecteurs par la minceur de ses intrigues, la lenteur de leur déroulement, la dissection des caractères poussée à l’extrême. Eh bien ! il faut le lire pour tous ces motifs qui révèlent l’un des écrivains américains les plus sensibles et les plus honnêtes dans son travail. Pourquoi est-ce que je parle ici d’honnêteté, un terme qui peut paraître inapproprié pour un auteur de fiction ? Henry James ne triche pas, comme a pu le faire de temps à autre Scott Fitzgerald. Il n’abandonne jamais ses personnages en route. Chacun d’eux possède une force qui est avant tout une capacité de réflexion et une intelligence des situations dans lesquelles il est placé. Quel étrange ballet se livrent les couples de cette histoire ! La figure centrale de cette constellation mouvante, sans cesse décomposée et recomposée au fil de ses interrogations, est Maggie Verver, l'épouse du prince Amerigo. Au couple mondain et charmant qu'elle pourrait former avec son époux, elle lui substitue l'étroite relation qu'elle entretient avec son richissime père. Américains installés à Londres, leurs résidences sont proches et leurs visites quotidiennes. Charlotte Stant, l'épouse de M. Verver, loin de s'offusquer de cette relation quasi exclusive, assume les fonctions de représentation mondaine que négligent les Verver, en compagnie de son beau-fils, le Prince. Quatre années ont passé depuis leurs mariages respectifs et la complicité qui lie Charlotte et Amerigo ne fait que croître. Ils partagent une langue commune (Charlotte a été élevée en Italie par des parents américains bohèmes), mais aussi un passé que chacun a dissimulé à son conjoint. Charlotte et Amerigo auraient pu se marier si l'un et l'autre n'avaient été dans la gêne. Belle-mère et gendre malgré eux, ils fréquentent la bonne société londonienne et se plient à ses usages avec le zèle des missionnés. La double union des Verver doit tout au zèle de Fanny Assingham. Cette pragmatique new-yorkaise entre deux âges, mariée à un officier britannique sans fortune, snobée par la gentry, s'est attachée à faire la bonne fortune de ses amis. La plume d'Henri James agit comme un scalpel. Elle fouille chaque recoin de l'âme de Maggie, déterre chaque minuscule élément qui la fait lentement émerger de la torpeur dans laquelle elle était plongée. Maggie n'avait jamais investi réellement le champ amoureux avant de découvrir la jalousie – une jalousie qu'elle ne parvient plus à tenir à distance malgré toutes les précautions dans lesquelles elle se ligote. Elle a peur, peur de la vérité : la trahison de Charlotte abattrait son père, non pas parce qu’elle assisterait au désespoir d’un homme amoureux de sa femme, mais au sacrifice inutile d’un père qui ne se serait marié que pour la délivrer de son devoir filial. Maggie se refuse à être une femme tant son père absorbe son attention. Il faut qu'elle éprouve la déchirure de la jalousie pour sortir de sa chrysalide d’enfant dévouée. C'est cette métamorphose qui subjugue le Prince et le ramène vers elle. Henry James accomplit une prouesse, en suivant chaque pensée de Maggie, nous nous égarons avec elle dans ce qu'elle se refuse tout d'abord à voir. Comme le génie de la lampe, l’imposante Fanny Assingham vient quand tout chancelle autour de Maggie et son esprit pratique – à défaut de sauver toutes les situations – les embrouille si bien que le désir amoureux finit par l'emporter sur le sentiment amoureux.
          Lire la suite
          En lire moins
        ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
        Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
        Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com