Lisez! icon: Search engine
Nil
EAN : 9782841114856
Façonnage normé : EPUB2
Format : 130 x 205 mm
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

La dernière à gauche en montant

Date de parution : 28/10/2010

On entre dans ce livre comme dans les malles de nos grands-mères, découvertes dans l'obscurité d'un grenier : pleines de souvenirs, de joies et de peines, de secrets et d'espoirs enfouis, témoins du temps qui passe. Familier et bouleversant.

Á l'origine de la maison de Neauphle dans les Yvelines, il y a l'argent laissé à sa mort par un père absent. Et il y a aussi les deux amies du Théâtre de l'Athénée, Françoise Spira et Marguerite Duras, qui toutes deux habitent des rues avoisinantes - elles promettent « la campagne,...

Á l'origine de la maison de Neauphle dans les Yvelines, il y a l'argent laissé à sa mort par un père absent. Et il y a aussi les deux amies du Théâtre de l'Athénée, Françoise Spira et Marguerite Duras, qui toutes deux habitent des rues avoisinantes - elles promettent « la campagne, les œufs à la coque et du fromage frais ». Il y a surtout l'envie d'une maison à soi, après avoir été ballottée d'appartements en internats, de parents en parents, d'avant en après-guerre. Un rêve surgit : Neauphle sera la maison de famille que Michèle Manceaux n'a pas eue dans son enfance. Une maison-refuge non loin de Paris, où il fera bon vivre, écrire, manger et rire, une saison après l'autre, une génération après soi.

Mais la vie, dans son mouvement, n'épargne pas toujours les rêves. Neauphle sera vidée de ses meubles, de ses livres, de ses bibelots, puis vendue en 2007 par l'auteur.

Dans ce texte, Michèle Manceaux nous raconte quarante ans d'existence ; « On peut se rappeler avec plaisir le plaisir d'avoir eu du plaisir », dit-elle. Ainsi, les jours d'été, la rue de la Gouttière voit défiler des stars sans maquillage, des militants révolutionnaires, des féministes endiablées, des émigrés en cavale, des psychanalystes qui dansent dans le grenier… C'est un lieu où flotte la présence de l'amie Marguerite, toujours prompte à l'invective, où résonnent les rires des enfants, François, Caroline et Nathalie puis Antoine et Elsa. Un lieu où l'on aime intensément. Mais Neauphle est aussi le théâtre d'une série de drames si terribles qu'une distance devient quelquefois nécessaire, via des fuites à l'étranger ou des détours par la fiction... Plus encore que dans ses précédents livres, Michèle Manceaux signe ici son texte le plus personnel, le plus intime.

 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782841114856
Façonnage normé : EPUB2
Format : 130 x 205 mm
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Marti94 Posté le 3 Février 2020
    Michèle Manceaux évoque sa maison dans un livre qui lui a été commandé le jour où elle l'a vendue, le 2 octobre 2007. L'exercice n'était donc pas facile mais elle s'en sort assez bien même si je trouve que ce récit est d'une grande tristesse. C'est en 1963 qu'elle achète une maison ancienne à Neauphle-le-Château en haut de la rue de la gouttière "La dernière à gauche en montant". C'est sa résidence secondaire ou maison de campagne comme on disait à l'époque. Elle se trouve dans la même rue que celle de son amie Françoise Spira et surtout dans le même village que Marguerite Duras dont la maison se trouve rue du Docteur Grellière. C'est ce qui m'intéressait, ce groupe de femmes qui se retrouvent régulièrement à Neauphle-le-Château. Mais ce n'est pas de cela dont il s'agit. Michèle Manceaux parle de ses souvenirs et surtout des mortes qui hantent les lieux. Il y a Françoise qui s'est suicidée, Irène qui est morte dans un accident de voiture comme Valérie sa belle-fille beaucoup plus tard, sans compter Marguerite Duras qui est morte à Paris en 1996. Et puis il y a sa dépression et toutes ces périodes de doutes qui donnent le... Michèle Manceaux évoque sa maison dans un livre qui lui a été commandé le jour où elle l'a vendue, le 2 octobre 2007. L'exercice n'était donc pas facile mais elle s'en sort assez bien même si je trouve que ce récit est d'une grande tristesse. C'est en 1963 qu'elle achète une maison ancienne à Neauphle-le-Château en haut de la rue de la gouttière "La dernière à gauche en montant". C'est sa résidence secondaire ou maison de campagne comme on disait à l'époque. Elle se trouve dans la même rue que celle de son amie Françoise Spira et surtout dans le même village que Marguerite Duras dont la maison se trouve rue du Docteur Grellière. C'est ce qui m'intéressait, ce groupe de femmes qui se retrouvent régulièrement à Neauphle-le-Château. Mais ce n'est pas de cela dont il s'agit. Michèle Manceaux parle de ses souvenirs et surtout des mortes qui hantent les lieux. Il y a Françoise qui s'est suicidée, Irène qui est morte dans un accident de voiture comme Valérie sa belle-fille beaucoup plus tard, sans compter Marguerite Duras qui est morte à Paris en 1996. Et puis il y a sa dépression et toutes ces périodes de doutes qui donnent le cafard. Heureusement, elle revient sur son passé de gauchiste, son métier de journaliste, présente sa famille comme un assemblage hétéroclite où chacun cherche son équilibre et sa place. Surtout, il y a beaucoup d'amis étrangers qui se sentent chez eux à Neauphle-le-Château car cette maison leur rappelle leur pays parce qu'elle est hospitalière. Pourtant elle va la vendre comme pour chasser le passé douloureux même si elle souffre de devoir se séparer de tous ses livres dont personne ne veut. En somme, ce récit est comme un hommage à ceux qui ont animé cette maison. Lu en janvier 2020
    Lire la suite
    En lire moins
  • Feuilletre Posté le 21 Janvier 2017
    L'art de la nostalgie sous la plume douce et alerte de ce journaliste écrivain . Si vous aimez le mystère des maisons, leur histoire liée à celle des êtres vivants qui y ont vécus, vous aimerez "La dernière à gauche en montant". L'histoire à le charme des témoignages un peu décousus racontés le soir au coin du jardin, le style est fluide et vous souhaitez aller jusqu'au bout pour refermer la porte tranquillement.
Aventurez-vous sur les rives du NiL
Petite maison généraliste à forte personnalité, NiL a toujours défendu avec passion les regards d'auteurs originaux sans se poser la question des genres. Embarquez dès à présent pour recevoir toutes les actualités de NiL !