Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714481696
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe

La Fabrique des salauds

Rose LABOURIE (Traducteur)
Date de parution : 22/08/2019
Une poignée de douleur et de chagrin suffit pour trahir, et une seule étoile scintillant dans la nuit pour qu’un peu de lumière brille par intermittence dans toute cette horreur.
Dans la lignée des Bienveillantes de Jonathan Littell ou de Cent ans de solitude de Gabriel García Márquez, un roman hors normes, une fresque exubérante et tragique, pleine de passion, de sang et de larmes, qui retrace tout un pan du XXe siècle, de Riga à Tel Aviv en passant... Dans la lignée des Bienveillantes de Jonathan Littell ou de Cent ans de solitude de Gabriel García Márquez, un roman hors normes, une fresque exubérante et tragique, pleine de passion, de sang et de larmes, qui retrace tout un pan du XXe siècle, de Riga à Tel Aviv en passant par Auschwitz et Paris.
À travers l’histoire de Koja, Hubert et Ev Solm, deux frères et leur sœur, sorte de ménage à trois électrique, Chris Kraus nous entraîne dans des zones d’ombre où morale et droiture sont violemment bafouées, et dresse en creux le portrait d’une Europe à l’agonie, soumise à de nouvelles règles du jeu.

Une œuvre impressionnante, magnum opus sur le déclin d’une époque et la naissance d’une nouvelle ère.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714481696
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe
Belfond

Ils en parlent

« On pourrait affirmer qu’il n’y a rien de plus crédible que le réel.  C’est sans compter l’extraordinaire fiction que Chris Kraus tisse à partir de ce matériau. »
Focus

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • lusciniole Posté le 6 Juin 2020
    La fabrique des salauds – Chris Kraus Je ne connaissais pas cet auteur et donc je voulais en savoir plus… Mission accomplie. Ce roman fait revivre la période de la 2ème guerre mondiale dans l'Europe de l'est d'abord, puis partout ranime des sentiments variés mais surtout douloureux, odieux, détestables. Comment des gens comme vous et moi, se retrouvent par choix, par erreur, par calcul ou par folie dans des carrières parfaitement délétères. C'est une famille plutôt baroque, la mère de lignée noble, russe, le père peintre, un moment professeur de dessin pour les familles riches, dont faisait partie celle la mère, et les enfants, deux frères, Hubsi et Koja, dans l'ordre de naissance, rejoints par Ev, une quasi sœur que les circonstances leur ont apportée. On les suit depuis l'enfance, l'adolescence et à l'âge adulte. On les voit prendre des chemins surprenants parfois et petit à petit, pour les frères, s'engluer dans les zones sombres de leur pays, l'Estonie, occupée alternativement par les Russes et les Allemands. On assiste parallèlement à leur vie et à l'évolution des pays qui seront les leurs dans la guerre. Outre les péripéties des occupations de diverses nationalités, dominantes tour à tour, ce trio à la fois fraternel et ambigu... La fabrique des salauds – Chris Kraus Je ne connaissais pas cet auteur et donc je voulais en savoir plus… Mission accomplie. Ce roman fait revivre la période de la 2ème guerre mondiale dans l'Europe de l'est d'abord, puis partout ranime des sentiments variés mais surtout douloureux, odieux, détestables. Comment des gens comme vous et moi, se retrouvent par choix, par erreur, par calcul ou par folie dans des carrières parfaitement délétères. C'est une famille plutôt baroque, la mère de lignée noble, russe, le père peintre, un moment professeur de dessin pour les familles riches, dont faisait partie celle la mère, et les enfants, deux frères, Hubsi et Koja, dans l'ordre de naissance, rejoints par Ev, une quasi sœur que les circonstances leur ont apportée. On les suit depuis l'enfance, l'adolescence et à l'âge adulte. On les voit prendre des chemins surprenants parfois et petit à petit, pour les frères, s'engluer dans les zones sombres de leur pays, l'Estonie, occupée alternativement par les Russes et les Allemands. On assiste parallèlement à leur vie et à l'évolution des pays qui seront les leurs dans la guerre. Outre les péripéties des occupations de diverses nationalités, dominantes tour à tour, ce trio à la fois fraternel et ambigu cultive le mélange des genres à la fois dans des domaines professionnels ou pseudo tels et surtout dans leur vie amoureuse. L'écriture est très agréable, malgré la teneur de l'histoire c'est plein d'humour, même dans les moments les plus pénibles, on sourit souvent, et on rit encore plus souvent. Pour autant j'ai été souvent déroutée par la vie de tous ces espions, allemands, russes, israëliens, baltes, anglais, américains, bref qui ont deux ou trois noms différents en fonction des services pour lesquels ils oeuvrent parfois simultanément. C'est, à mon avis, le gros défaut de ce roman dans lequel il m'est arrivée de ne plus trop savoir qui était qui …
    Lire la suite
    En lire moins
  • Passemoilelivre Posté le 4 Juin 2020
    Ce roman est monumental, par son volume, par l’intérêt historique qu’il revêt, par la richesse de la documentation sur laquelle il s’appuie, par l’incarnation de ses personnages. Il nous raconte l’épopée incroyable d’un trio (Koja,Hub et Ev) entre 1905 et 1974, en passant par Riga, Berlin, Paris,Moscou, Tel-Aviv…L’histoire est contée par Koja vers 1970, à son voisin de chambre d’hôpital, un hippie trentenaire auquel il impose sa confession, souvent contre son gré, car ce qu’il lui décrit est parfois insupportable à entendre. On assiste à l’avènement du national socialisme, qui recrute d’abord l’aîné Hub par conviction, puis Koja par suivisme du frangin et à tous les évènements dramatiques afférents à cette période. Puis, balloté par les circonstances, plus par opportunisme que par adhésion, on suit le parcours de Koja, devenu agent secret, simple, double, triple, simultanément et successivement au service de plusieurs nations. Cette interrogation sur la « fabrique des salauds », est magnifiquement mise en scène au travers de cette fresque familiale par une écriture pleine de souffle, non dénuée d’humour et une grande puissance évocatrice. Ce roman, est à ranger à côté d’œuvres magistrales comme « les bienveillantes » de Jonathan Littell, une vraie réussite littéraire à découvrir et à partager!
  • Sofiert Posté le 2 Juin 2020
    Chris Kraus est un excellent raconteur d'histoires et de l'Histoire. Aucun temps mort dans ce roman et une multitude d'informations sur les nazis et sur leurs rôles après la guerre. Les personnages complexes des deux frères incarnent parfaitement le titre et la cruauté de ceux qui tuent sans état d'âme. Le cas de l'aîné des frères qui devient nazi par opportunisme, ambition mais aussi idéologie est tout à fait convaincant. Mais un sentiment de malaise persiste face à la personnalité du second frère. Certes, il est ignoble, lâche, menteur et manipulateur mais il me semble que le lecteur est obligé de ressentir de l'empathie pour cet homme éperdument amoureux de sa sœur adoptive, au point de cacher sa judéité et d'accepter que sa fille soit déclarée comme la fille de son frère. De même, la constance de son amour pour Maja, sa compagne espionne défigurée, peut lui assurer des circonstances atténuantes du côté du lecteur. Certes j'imagine que l'auteur a voulu donner une autre version du salaud et il l'est à bien des égards ! Certes il se comporte comme un monstre narcissique dans le récit qu'il fait de sa vie au hippie ! Mais comme il est difficile d'admettre... Chris Kraus est un excellent raconteur d'histoires et de l'Histoire. Aucun temps mort dans ce roman et une multitude d'informations sur les nazis et sur leurs rôles après la guerre. Les personnages complexes des deux frères incarnent parfaitement le titre et la cruauté de ceux qui tuent sans état d'âme. Le cas de l'aîné des frères qui devient nazi par opportunisme, ambition mais aussi idéologie est tout à fait convaincant. Mais un sentiment de malaise persiste face à la personnalité du second frère. Certes, il est ignoble, lâche, menteur et manipulateur mais il me semble que le lecteur est obligé de ressentir de l'empathie pour cet homme éperdument amoureux de sa sœur adoptive, au point de cacher sa judéité et d'accepter que sa fille soit déclarée comme la fille de son frère. De même, la constance de son amour pour Maja, sa compagne espionne défigurée, peut lui assurer des circonstances atténuantes du côté du lecteur. Certes j'imagine que l'auteur a voulu donner une autre version du salaud et il l'est à bien des égards ! Certes il se comporte comme un monstre narcissique dans le récit qu'il fait de sa vie au hippie ! Mais comme il est difficile d'admettre qu'un personnage aussi monstrueux puisse éprouver des sentiments sincères !
    Lire la suite
    En lire moins
  • LesChasseusesDeLivres Posté le 22 Mai 2020
    Il y a des lectures qui sont tellement intéressantes qu'il en devient vite compliqué de vous en parler et surtout de vous donner envie de la découvrir. Tel est le cas avec La fabrique des salauds de Chris Kraus publié aux éditions Belfond dont j'ai terminé la lecture depuis près de quatre mois. La fabrique des salauds est un roman qui mérite d'être reconnu dans la littérature du genre (ici, historique). Bien que l'auteur ait été assez critiqué pour sa façon très personnelle de mettre en scène les différents rouages du nazisme, c'est sans aucun doute une oeuvre titanesque à ne pas manquer. Vous l'aurez compris, c'est un roman qui se passe majoritairement pendant la Seconde Guerre Mondiale. Le narrateur, Koja Solm est un allemand balte qui vit à Riga avec sa famille. On suit son histoire dès sa petite enfance, une éducation dictée par des ancêtres aux mœurs rigides, un père peintre absent et une rivalité avec son frère Hubert qui est bien présente. La famille est tiraillée par ses origines allemandes et baltes et surtout par les enseignements des anciens mais lorsque le nazisme fait son apparition dans les états baltes, Hubert qui sort à peine de l'adolescence s'engage auprès... Il y a des lectures qui sont tellement intéressantes qu'il en devient vite compliqué de vous en parler et surtout de vous donner envie de la découvrir. Tel est le cas avec La fabrique des salauds de Chris Kraus publié aux éditions Belfond dont j'ai terminé la lecture depuis près de quatre mois. La fabrique des salauds est un roman qui mérite d'être reconnu dans la littérature du genre (ici, historique). Bien que l'auteur ait été assez critiqué pour sa façon très personnelle de mettre en scène les différents rouages du nazisme, c'est sans aucun doute une oeuvre titanesque à ne pas manquer. Vous l'aurez compris, c'est un roman qui se passe majoritairement pendant la Seconde Guerre Mondiale. Le narrateur, Koja Solm est un allemand balte qui vit à Riga avec sa famille. On suit son histoire dès sa petite enfance, une éducation dictée par des ancêtres aux mœurs rigides, un père peintre absent et une rivalité avec son frère Hubert qui est bien présente. La famille est tiraillée par ses origines allemandes et baltes et surtout par les enseignements des anciens mais lorsque le nazisme fait son apparition dans les états baltes, Hubert qui sort à peine de l'adolescence s'engage auprès de l'armée et influence fortement son frère pour qu'il en fasse de même. Lorsque les deux frères commencent leur carrière en tant que débutants nazis, le roman prend un nouveau tournant. Leur carrière évolue différemment, leur affection pour leur demi-sœur Ev (qui est juive) attise gravement leur rivalité. Le texte est extrêmement riche en détails et surtout en faits historiques. On ressent très rapidement l'implication de l'auteur en terme de recherches sur cette période précise de l'Histoire. Le grand-père de Chris Kraus appartenait à la Einzatsgruppen (les commandos de la mort), on comprend d'autant plus son désir de parler de ces événements. L'originalité de ce roman se situe au niveau de sa composition. En effet, il s'ouvre sur un Koja Solm vieux et malade qui se trouve dans une maison de repos avec une balle dans la tête. Ce vieillard qui a un passé trouble et qui a participé à des actions des plus inhumaines se retrouve coincé avec un compagnon de chambre des plus optimistes, un hippie suédois qui voit le bien en tous les hommes. Peu à peu ce hippie va découvrir que les hommes ne sont pas tous bons, le passé de Koja enfin dévoilé va lui montrer que certains sont prêts à tout. On retrouve donc, une sorte de va-et-vient entre les bribes de son passé (la manière dont il est entré dans SS et son parcours au sein des commandos de la mort) et le présent, ses regrets et le dégoût qu'il inspire à son voisin de lit. Ces retours vers le passé sont très bien mis en forme, l'auteur garde une trame chronologique à son histoire à laquelle il ajoute des faits historiques réels. Bien que Koja ait des remords sur certaines choses, on remarque que le pire qu'il ait pu faire ne fait pas partie de ses regrets. C'est un livre de qualité, dur à lire de par les fait décrits et la période sombre de l'Histoire qu'il traite. La plume de l'auteur peut paraître assez particulière, on retrouve une succession de longs paragraphes dans un langage soutenu, puis de courtes déclarations qui pimentent le rythme de notre lecture. Tout le long de son roman, Chris Kraus tend à nous montrer chaque étape de la descente aux enfers de nos personnages et d'une nation. Aucun mot ne peut en cacher un autre, à sa manière, l'auteur nous met devant le fait accompli : c'est comme cela qu'on devient un salaud. C'est une lecture que je recommande, Chris Kraus est un puits de savoir sur cette période de l'Histoire et il nous emporte facilement dans l'univers des frères Solm. Bonne lecture à tous !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Gerstel Posté le 4 Mai 2020
    AUTEUR Kris Kraus vient du milieu du cinéma. Né en 1963 en Allemagne. Son film « quatre minutes » a eu un grand succès en France. «la fabrique des salauds » est sont quatrième roman. Le premier traduit en français. RESUME Nous suivons la famille germano-lettone Solm du début du XXe siècle jusque dans les années 70. Hub et Koja sont frères, Ev a été recueillie par leurs parents. Ils vont traverser les années du nazisme, plus ou moins impliqués puis vivre les années froides côté espionnage en naviguant entre l’ORG puis la BND (services secrets allemands), le KGB, la CIA ou encore le MOSSAD. Les liens entre la fratrie sont teintés d’ambiguïté. Les deux frères développent une rivalité, d’abord professionnelle puis amoureuse autour de leur « sœur « Ev ». Koja, le narrateur est un artiste. Il va commettre des actes parfois aussi atroces que son frère mais « parce qu’il n’avait pas le choix » ! A côté Ev, hypocondriaque, semble horrifiée par ce qu’elle traverse et les actes de « ses » frères. C’est la colère qui la fera agir. AVIS CRITIQUE Fresque foisonnante, ce livre est très bien écrit. La traduction est bien maitrisée et sait reproduire les nuances de l’histoire... AUTEUR Kris Kraus vient du milieu du cinéma. Né en 1963 en Allemagne. Son film « quatre minutes » a eu un grand succès en France. «la fabrique des salauds » est sont quatrième roman. Le premier traduit en français. RESUME Nous suivons la famille germano-lettone Solm du début du XXe siècle jusque dans les années 70. Hub et Koja sont frères, Ev a été recueillie par leurs parents. Ils vont traverser les années du nazisme, plus ou moins impliqués puis vivre les années froides côté espionnage en naviguant entre l’ORG puis la BND (services secrets allemands), le KGB, la CIA ou encore le MOSSAD. Les liens entre la fratrie sont teintés d’ambiguïté. Les deux frères développent une rivalité, d’abord professionnelle puis amoureuse autour de leur « sœur « Ev ». Koja, le narrateur est un artiste. Il va commettre des actes parfois aussi atroces que son frère mais « parce qu’il n’avait pas le choix » ! A côté Ev, hypocondriaque, semble horrifiée par ce qu’elle traverse et les actes de « ses » frères. C’est la colère qui la fera agir. AVIS CRITIQUE Fresque foisonnante, ce livre est très bien écrit. La traduction est bien maitrisée et sait reproduire les nuances de l’histoire et le ton très particulier. Le roman construit en 4 parties. Il est écrit à la 1ere personne, par un des protagonistes, Koja. Ce dernier, raconte sa vie, à son voisin de chambre dans un hôpital psychiatrique, un hippie pacifiste qui a de plus en plus de mal à l’écouter. En effet, malgré le ton léger, il ne tait pas les exactions commises par son frère ou lui. Minimisant cependant son implication personnelle. On découvre les ficelles des opérations secrètes, les agents doubles et les liens secrets entre les différents services d’espionnage. On y apprend les places prépondérantes que des anciens nazis ont pu obtenir après la guerre, bénéficiant d’amnisties. Le livre est très documenté et intéressant. L’auteur utilise un ton à la « John Irving » dont il précise dans les remerciements qu’il s’en est inspiré. Cela rend l’histoire très agréable malgré la noirceur des propos. Initialement destiné à en faire un film, l’auteur a repris son manuscrit pour l’étoffer. Il ne pratique pas la langue de bois et permet de comprendre de nombreux enjeux liés à l’après-guerre, notamment avec la création d’Israël. Il s’interroge, aussi, à travers cette fresque sur les familles des jeunes générations allemandes dont les racines nazies ont abouti à la démocratie que l’on connait aujourd’hui. Un livre passionnant à découvrir.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

Lisez maintenant, tout de suite !