RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La fenêtre des Rouet

            Omnibus
            EAN : 9782258097520
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            La fenêtre des Rouet
            Romans durs

            Date de parution : 29/11/2012

            Existence par procuration - Dans le logement exigu d'une maison qui appartient à sa famille, Dominique Salès vit une existence confinée et insipide. A côté de sa chambre habite un jeune couple...

            Existence par procuration
            Dans le logement exigu d'une maison qui appartient à sa famille, Dominique Salès vit une existence confinée et insipide. A côté de sa chambre habite un jeune couple, les Caille, dont la vitalité dérange la vieille fille aigrie. En face : la maison des Rouet, riches industriels....

            Existence par procuration
            Dans le logement exigu d'une maison qui appartient à sa famille, Dominique Salès vit une existence confinée et insipide. A côté de sa chambre habite un jeune couple, les Caille, dont la vitalité dérange la vieille fille aigrie. En face : la maison des Rouet, riches industriels. Guettant les moindres faits et gestes de son voisinage, Dominique Salès voit, un jour, Antoinette Rouet verser les gouttes d’un médicament destiné à son mari cardiaque en train d'agoniser au pied d'une des plantes vertes de l'appartement…
            Adapté pour la télévision en 1988, dans la série « L’Heure Simenon » par Josef Rusnak, avec Andrea Arndt (Linia), Isolde Barth (Metzgerin), Hannelore Elsner (Antoinette), Hannelore Schroth (Mme Rouet).
            Simenon chez Omnibus : les enquêtes du célèbre commissaire Maigret, et les très “noirs” Romans durs

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782258097520
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Papyleyo Posté le 11 Mai 2019
              Drame de la solitude, Dominique vieille fille vit une existence sans surprise, sans relief. Cette médiocrité du quotidien est bouleversée quand, par la fenêtre, elle voit Antoinette, sa voisine, laisser mourir son mari cardiaque sans tenter de lui venir en aide. D'abord révoltée elle finit par admirer et envier cette Antoinette éprise de liberté.
            • ZAPATARTHURUS Posté le 29 Mai 2017
              J'ai acquis le volume 1 de l'intégrale de Georges Simenon et La fenêtre des Rouet est le premier roman de cet auteur que je découvre. Je reconnais que l'écriture est parfaite, fluide. Et que l'auteur a su donner une atmosphère sombre très particulière. Comme en plein été, quand on se trouve dans une chambre où les volets sont justes un peu tirés. Il nous met tout de suite dans ce climat, on ressent une torpeur d'été un peu moite, qui fait transpirer, plongé dans une semi obscurité. Par contre, pour l'histoire, je n'ai pas accroché. C'est l'histoire d'une personne seule qui n'a rien de mieux à faire que d'espionner ses voisins. C'est le récit d'une solitude, d'une personne qui s'ennuie. Elle pourrait s'en sortir, elle pourrait quitter cette solitude, elle est encore jeune, elle n'a aucune excuse pour ne pas le faire, pour aller à la rencontre des gens. Mais elle semble programmer pour vivre cette vie maussade et triste. J'ai beaucoup de mal à adhérer à ce genre d'histoire, à avoir de l'empathie pour ce style de personnage. Je crois qu'avec toutes les violences et les morts dans ce monde, on a pas le droit de dire que l'on s'ennuie dans la... J'ai acquis le volume 1 de l'intégrale de Georges Simenon et La fenêtre des Rouet est le premier roman de cet auteur que je découvre. Je reconnais que l'écriture est parfaite, fluide. Et que l'auteur a su donner une atmosphère sombre très particulière. Comme en plein été, quand on se trouve dans une chambre où les volets sont justes un peu tirés. Il nous met tout de suite dans ce climat, on ressent une torpeur d'été un peu moite, qui fait transpirer, plongé dans une semi obscurité. Par contre, pour l'histoire, je n'ai pas accroché. C'est l'histoire d'une personne seule qui n'a rien de mieux à faire que d'espionner ses voisins. C'est le récit d'une solitude, d'une personne qui s'ennuie. Elle pourrait s'en sortir, elle pourrait quitter cette solitude, elle est encore jeune, elle n'a aucune excuse pour ne pas le faire, pour aller à la rencontre des gens. Mais elle semble programmer pour vivre cette vie maussade et triste. J'ai beaucoup de mal à adhérer à ce genre d'histoire, à avoir de l'empathie pour ce style de personnage. Je crois qu'avec toutes les violences et les morts dans ce monde, on a pas le droit de dire que l'on s'ennuie dans la vie.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Alya-Dyn Posté le 17 Mars 2016
              La fenêtre des Rouet met en scène une de ces héroïnes humbles et effacées dont Georges Simenon a le secret. Dominique est une femme seule, célibataire à la quarantaine lugubre, qui loue une chambre de son appartement à un jeune couple dont les sonores ébats amoureux perturbent cet être effacé et frustré. L’immeuble en face de chez elle héberge des vies dont l’observation permanente remplit sa triste existence, particulièrement la fenêtre des Rouet, famille bourgeoise dont les fondateurs occupent l’étage supérieure, tandis que le fils malade et sa jeune femme Antoinette vivent en dessous. De cette proximité avec son voisinage, Dominique va retirer les éléments qui vont la faire vivre, elle la femme vieillissante dont personne ne remarque l’existence. La fenêtre des Rouet va devenir un personnage de ce roman de la misère. Le fils Rouet, malade depuis des semaines, va mourir sous les yeux de Dominique, tout près d’Antoinette sa femme qui mettra bien peu d’empressement à le secourir. À partir de cet instant Dominique va s’approprier l’histoire de cette jeune femme attirante, si différente d’elle. Elle va enfin trouver une raison d’exister à travers une personne à l’opposé de ce qu’elle est. Mais vivre par procuration ne dure jamais... La fenêtre des Rouet met en scène une de ces héroïnes humbles et effacées dont Georges Simenon a le secret. Dominique est une femme seule, célibataire à la quarantaine lugubre, qui loue une chambre de son appartement à un jeune couple dont les sonores ébats amoureux perturbent cet être effacé et frustré. L’immeuble en face de chez elle héberge des vies dont l’observation permanente remplit sa triste existence, particulièrement la fenêtre des Rouet, famille bourgeoise dont les fondateurs occupent l’étage supérieure, tandis que le fils malade et sa jeune femme Antoinette vivent en dessous. De cette proximité avec son voisinage, Dominique va retirer les éléments qui vont la faire vivre, elle la femme vieillissante dont personne ne remarque l’existence. La fenêtre des Rouet va devenir un personnage de ce roman de la misère. Le fils Rouet, malade depuis des semaines, va mourir sous les yeux de Dominique, tout près d’Antoinette sa femme qui mettra bien peu d’empressement à le secourir. À partir de cet instant Dominique va s’approprier l’histoire de cette jeune femme attirante, si différente d’elle. Elle va enfin trouver une raison d’exister à travers une personne à l’opposé de ce qu’elle est. Mais vivre par procuration ne dure jamais longtemps…
              Lire la suite
              En lire moins
            • Soulshine Posté le 22 Avril 2015
              Drame de la solitude, Dominique vieille fille vit une existence sans surprise, sans relief. Cette médiocrité du quotidien est bouleversée quand, par la fenêtre, elle voit Antoinette, sa voisine, laisser mourir son mari cardiaque sans tenter de lui venir en aide. D’abord révoltée elle finit par admirer et envier cette Antoinette éprise de liberté.
            • lilice_brocolis Posté le 15 Juillet 2014
              L'héroïne observe et agit peu. Elle épie ses voisins toute la journée, dont elle méprise les modes de vie. Timide, effacée, pleine de rigueur morale, elle vit par procuration tout en refusant de les envier. J'ai aimé le ton très "feutré" du livre et l'originalité du personnage. L'ambiance est particulière, je pense que ça ne plaira pas à tout le monde. Non, ce n'est pas un livre à suspens, il décrit l'immobilité d'une vie face aux mouvements des autes. Je n'ai pas (encore) lu d'autre Simenon, peut-être est-ce typique de l'auteur. En tout cas ça m'a donné envie d'en lire d'autres, mais si l'ambiance est similaire alors je n'en lirai probablement pas dix. (J'ai aimé la découverte de l'ambiance, ça a été pour mon le principal attrait de ce roman). Cet immobilisme m'a par contre fait une ou deux fois renoncer à reprendre ce livre un ou deux soir de petit coup de cafard.
            Toute l'actualité des éditions OMNIBUS
            Revivez chaque mois les chefs-d'œuvre classiques et populaires.