Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259215602
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

La fête des fous

Qui a tué la Ve République ?

Date de parution : 21/08/2014

Avec un sens inné de la formule, un art du portrait aussi et le goût de l'Histoire qui passe, Marie-France Garaud nous raconte le déroulé de ces cinquante dernières années. L'opposition de Gaulle/Mitterrand, mais aussi Georges Pompidou, Valéry Giscard d'Estaing et Jacques Chirac.

Don Juan, orgueilleux séducteur, défie dans l'opéra de Mozart le noble Commandeur. Celui-ci triomphe cependant. Don Juan, foudroyé, disparaît aux enfers. Tout peut alors rentrer dans son ordre. « Elle ne dure jamais longtemps, la fête des fous », chante Masetto. La Ve République a porté en elle un semblable...

Don Juan, orgueilleux séducteur, défie dans l'opéra de Mozart le noble Commandeur. Celui-ci triomphe cependant. Don Juan, foudroyé, disparaît aux enfers. Tout peut alors rentrer dans son ordre. « Elle ne dure jamais longtemps, la fête des fous », chante Masetto. La Ve République a porté en elle un semblable défi, celui de Don Juan-Mitterrand face à de Gaulle. Mais dans notre histoire, c'est Don Juan qui l'emporte finalement sur le Commandeur. Celui qui avait osé lancer : « Le gaullisme n'est qu'une aventure personnelle » a laissé derrière lui, soigneusement choisis, des germes de destruction qui continuent à parfaire son oeuvre au-delà de sa vie. Et se plaçant dans la lignée de son prédécesseur, Jacques Chirac est devenu, consciemment ou non, l'exécuteur testamentaire de celui qui se flattait d'être le « dernier vrai président » de la Ve République. Quelle force mystérieuse a donc conduit l'héritier présomptif de la tradition gaulliste à s'inscrire dans la continuité de François Mitterrand, achevant ainsi le démembrement des structures politiques dont le Général avait doté la France ? Car elle est bien morte, la Ve République, après une longue agonie, et le temps est venu de dresser le constat de décès alors que la fête des fous continue de plus belle... C'est une histoire qui aura duré à peine cinquante ans et dont nous avons déjà oublié les racines. Il se trouve qu'elle est celle de ma génération et que, d'un petit coin de la scène, j'en ai vu se dérouler le fil.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259215602
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • tomgus Posté le 18 Septembre 2018
    J’ai énormément apprécié cet ouvrage. C’est d’abord une analyse de la portée de la constitution votée sous de Gaulle qui insiste sur la mise à l’écart des partis et l’effacement du premier ministre. C’est aussi une chronique, superbement écrite, des faits majeurs intervenus de 1958 à 2006(consultations électorales, nominations, affaires européennes) qui montre les dérives portée l’œuvre constitutionnelle du fait des présidences Mitterrand et Chirac. L’auteure était au cœur du pouvoir et révèle des circonstances inconnues du public. Ses analyses de la psychologie et des motivations des acteurs permettent de mieux comprendre les événements. J’en retiens que les dérives intervenues après les trois présidences qui ont suivi celle de Georges Pompidou sont dues au fait que ses successeurs n’avaient pas l’envergure suffisante pour assumer pleinement cette fonction et /ou, dans le cas du président Mitterrand, à une volonté délibérée dictées par des considérations d’opportunisme. Le traité de Maastricht et la réunification allemande sur laquelle se termine la chronique permettent à l’auteure de développer des thèses qui ne font sans doute pas l’unanimité mais qui sont présentée avec tant de talent qu’on éprouve un certain plaisir à les découvrir. Quoi qu’il en soit c’est un ouvrage d’actualité, à... J’ai énormément apprécié cet ouvrage. C’est d’abord une analyse de la portée de la constitution votée sous de Gaulle qui insiste sur la mise à l’écart des partis et l’effacement du premier ministre. C’est aussi une chronique, superbement écrite, des faits majeurs intervenus de 1958 à 2006(consultations électorales, nominations, affaires européennes) qui montre les dérives portée l’œuvre constitutionnelle du fait des présidences Mitterrand et Chirac. L’auteure était au cœur du pouvoir et révèle des circonstances inconnues du public. Ses analyses de la psychologie et des motivations des acteurs permettent de mieux comprendre les événements. J’en retiens que les dérives intervenues après les trois présidences qui ont suivi celle de Georges Pompidou sont dues au fait que ses successeurs n’avaient pas l’envergure suffisante pour assumer pleinement cette fonction et /ou, dans le cas du président Mitterrand, à une volonté délibérée dictées par des considérations d’opportunisme. Le traité de Maastricht et la réunification allemande sur laquelle se termine la chronique permettent à l’auteure de développer des thèses qui ne font sans doute pas l’unanimité mais qui sont présentée avec tant de talent qu’on éprouve un certain plaisir à les découvrir. Quoi qu’il en soit c’est un ouvrage d’actualité, à mon avis surtout sur la fonction présidentielle.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…