Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749123813
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

La Fille sauvage

Jean-Luc PININGRE (Traducteur)
Collection : Ailleurs
Date de parution : 13/10/2011

La Fille sauvage est le deuxième roman de Jim Fergus. Le premier, Mille femmes blanches (le cherche midi), s'est vendu en France à plus de 400 000 exemplaires, toutes éditions confondues.

Après Mille femmes blanches, Jim Fergus confirme son exceptionnel talent de conteur en nous livrant ici le destin bouleversant d'une héroïne hors du commun : La Fille sauvage.

 

Sierra Madre, 1932 : capturée par un chasseur de pumas, une jeune indienne, la niña bronca, est livrée en spectacle aux curieux dans...

Après Mille femmes blanches, Jim Fergus confirme son exceptionnel talent de conteur en nous livrant ici le destin bouleversant d'une héroïne hors du commun : La Fille sauvage.

 

Sierra Madre, 1932 : capturée par un chasseur de pumas, une jeune indienne, la niña bronca, est livrée en spectacle aux curieux dans une sordide geôle mexicaine. Elle appartient à l'une des dernières tribus apaches qui, ayant refusé de pactiser avec les Blancs, vivent à l'état « sauvage » dans les montagnes. Un jeune photographe, Ned Giles, et la niña bronca vont devenir les héros d'une épopée mouvementée et meurtrière, doublée d'une merveilleuse histoire d'amour à l'issue improbable.

 

Pour cette fresque épique et romantique, Jim Fergus s'inspire des faits tragiques et dissimulés de l'histoire de l'Ouest : la niña bronca a réellement existé, de même que la Grande expédition apache, ligue de « gentlemens » fortunés qui, au nom de la défense de l'Amérique, sont allés aveuglément « massacrer de l'Indien ».

 

Hymne à la culture indienne, qu'une « civilisation » s'acharne à anéantir, mais aussi magnifique portrait de femme, La Fille sauvage est un roman captivant.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749123813
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • lulu8723 Posté le 27 Mai 2020
    En 1932, Ned Giles, un jeune homme de dix-sept ans perd ses parents à quinze jours d’intervalle. Sa mère meurt d’un cancer st son père, ne pouvant faire face à la perte de son épouse, se suicide. Le jeune garçon décide d’abandonner ses études, et, à bord de sa Studbaker, quitte Chicago, et s’enfonce dans le sud des États-Unis. Il désire participer à la Grande Expédition de la Sierra Madre, opération lancée par le gouvernement pour récupérer un enfant, enlevé à ses parents. Les volontaires sont nombreux, issus de tous les milieux sociaux. Il y a des mercenaires, de la racaille, des condamnés de droit commun en fin de peine, des scouts 'anciens apaches), des photographes dont Ned qui débute dans la profession, et même une jeune anthropologue, Margaret. c’est une joie pour beaucoup de tuer des indiens. Billy Flower, un chasseur a traqué une petite indienne, sauvage. Il en fait sa prisonnière. Celle-ci parvient à s’échapper. Mais il est un grand chasseur et il l’a reprend et la livre au shérif. Celle-ci se laisse mourir, livrée à la population qui défile pour voir cette « Nina Branco », la petite sauvage. Quel le attraction ! Et Ned fige son image : une... En 1932, Ned Giles, un jeune homme de dix-sept ans perd ses parents à quinze jours d’intervalle. Sa mère meurt d’un cancer st son père, ne pouvant faire face à la perte de son épouse, se suicide. Le jeune garçon décide d’abandonner ses études, et, à bord de sa Studbaker, quitte Chicago, et s’enfonce dans le sud des États-Unis. Il désire participer à la Grande Expédition de la Sierra Madre, opération lancée par le gouvernement pour récupérer un enfant, enlevé à ses parents. Les volontaires sont nombreux, issus de tous les milieux sociaux. Il y a des mercenaires, de la racaille, des condamnés de droit commun en fin de peine, des scouts 'anciens apaches), des photographes dont Ned qui débute dans la profession, et même une jeune anthropologue, Margaret. c’est une joie pour beaucoup de tuer des indiens. Billy Flower, un chasseur a traqué une petite indienne, sauvage. Il en fait sa prisonnière. Celle-ci parvient à s’échapper. Mais il est un grand chasseur et il l’a reprend et la livre au shérif. Celle-ci se laisse mourir, livrée à la population qui défile pour voir cette « Nina Branco », la petite sauvage. Quel le attraction ! Et Ned fige son image : une jeune fille nue, allongée à même le sol, en position fœtale, la déchéance totale ? Exhibitionnisme. Étalage de la misère humaine, avilissement, abaissement de la personne, indignité… Cette jeune fille peut servir de monnaie d’échange pour reprendre le petit Huerta, dont le rapt a eu lieu trois ans plus tôt. La Grande Expédition va donc rejoindre la Sierra Madre, au Mexique où vivent les Apaches et les tractations vont avoir lieu. Ned parviendra-t-il à fixer des images de ces tribus et à percer dans son métier auprès des journaux ? Nous assistons au long périple de ce raid. Une belle histoire d’amour entre le jeune homme et la prisonnière. Nous participons à ces luttes tribales, luttes de chefs, à la vie dans ces montagnes inhospitalières et très difficiles d’accès. Présenté sous la forme du journal de marche de Ned, ce récit retrace des pages de la civilisation , de la culture, des croyances, les coutumes, lu mode de vie des indiens. Nous leur avons porté une forme de civilisation, mais nous les avons bannis, relégués à l’état de bêtes. Nous nous croyons les plus forts. Hérésie totale ? Nous oublions même nos origines. Nous n’avons pas su ou pas voulu conserver ces civilisations vivant pourtant en totale harmonie avec la nature et les éléments naturels. Jim Fergus traduit cette culture perdue à jamais. Ce roman ne présente pas la même force de vie que « Mille femmes Blanches » et sa suite « La Révolte des mères ». Je ne regrette pas cependant d’avoir retrouver ce livre dans ma PAL ? J’ai encore des réserves…. Bonne journée et bonne lecture. A Bientôt pour une nouvelle critique….
    Lire la suite
    En lire moins
  • steph5977 Posté le 19 Mars 2020
    une histoire intéressante, on apprend beaucoup sur l'histoire des apaches et leurs coutumes, mais je préfère de loin la tribu cheyenne. Peut-être est-ec dû aux circonstances particulières sans lesquelles nous vivons actuellement mais je n'ai pas réussi à m'immerger vraiment dans cette histoire, les chapitres m'ont semblé longs et je ne suis pas parvenue à m'attacher aux personnages
  • Bill Posté le 4 Février 2020
    Alors qu'un amateur achète une de ses photographies anciennes en 1999, Ned Giles se souvient de cette expédition de 1932 où il fit ses premiers pas de photographe professionnel, entre le Nouveau Mexique et l'Old Mexico ... Faisant partie d'une expédition punitive pour retrouver un enfant enlevé par les Apaches, il aura l'occasion de rentrer dans l'intimité d'une ranchera, de vivre avec la tribu et d'y prendre femme, cette fille sauvage qu'on découvre "enlevée" par un trappeur au début du livre.  Un roman où, où la vie en symbiose avec la nature des premiers la noblesse des Apaches contraste vivement avec la rudesse des Blancs, où la vie en symbiose avec la nature des premiers met en évidence la violence gratuite des seconds envers la faune locale  Malgré des passages à la limite de la caricature, j'ai apprécié ce roman pour les descriptions des paysages qui m'a ramenée dans le sud de ce Nouveau-Mexique que j'aime tant. Des personnages attachants, surtout côté Apaches et Blancs avertis, du style fluide qui accompagne l'action, une autre vision de l'Amérique des années 20 ... Bref, un bon moment de lecture ! 
  • saroul Posté le 13 Décembre 2019
    Déçue, après "mille femmes blanches " et "chrysis", la narration de ce jeune journaliste est lassante, c'est long, j'ai sauté, j'ose le dire, certains passages, La Sierra Madre sans cesse détaillée, à la montée, à la descente, les attaques, bon, rien de passionnant.
  • Edouard22 Posté le 4 Novembre 2019
    Un magnifique roman sur le thème de la différence, de l'amour, de l'aventure. Jim Fergus est plus connu pour son livre "Mille femmes blanches", mais celui ci#8208;ci, "La fille sauvage", est sans doute encore meilleur et peut facilement se mesurer avec, par exemple, "De si beaux chevaux" de Cormac McCarthy. Fort bien raconté, de l'aventure originale, de l'humour, de la poésie parfois : que demander de plus à ce "page turner" qui amène de plus à s'interroger sur les rapports entre notre civilisation occidentale et celle de peuples indigènes ? Bonne traduction de Jean-Luc Piningre (2005).
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !