Lisez! icon: Search engine

La Fin d'une liaison

Robert Laffont
EAN : 9782221131633
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe
La Fin d'une liaison

Marcelle SIBON (Traducteur)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 20/12/2012

Maurice Bendrix s’éprend au premier regard de Sarah, l’épouse de Henry Miles, un haut fonctionnaire. Ils entament une relation passionnée à l’été 1939, qui s’achève brutalement lorsqu’un obus frappe la maison londonienne où ils ont pris l’habitude de se retrouver. Pendant plusieurs minutes, Sarah a cru son amant mort et...

Maurice Bendrix s’éprend au premier regard de Sarah, l’épouse de Henry Miles, un haut fonctionnaire. Ils entament une relation passionnée à l’été 1939, qui s’achève brutalement lorsqu’un obus frappe la maison londonienne où ils ont pris l’habitude de se retrouver. Pendant plusieurs minutes, Sarah a cru son amant mort et sans un mot d’explication elle s’enfuit, mettant fin à leur histoire.
Par une soirée sombre et mouillée de janvier 1946, Bendrix croise par hasard Henry et ce dernier lui confie avoir le sentiment que Sarah le trompe. Rongé par la curiosité et la jalousie, Bendrix engage un détective privé qui lui remet le journal intime de son ancienne maîtresse. Il comprendra enfin son mystérieux revirement le jour fatidique de leur rupture...
Un des romans les plus autobiographiques de Graham Greene, La Fin d’une liaison est une histoire en trompe-l’oeil sur les tiraillements d’une femme partagée entre sa foi et son amour illégitime.

« La Fin d’une liaison est à mon avis le meilleur roman de Graham Greene. » Neil Jordan

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221131633
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • tiptop92 Posté le 15 Juillet 2019
    Graham Greene - La Fin d'une liaison - 1951 : Graham Greene écrivait avec ce roman un nouveau chef d’œuvre qui s’inscrivait dans sa période dite catholique. L’auteur faisait de ses interrogations existentielles un véhicule de son imaginaire et de la trame de son livre. Alors que Maurice Bendrix vivait une histoire d’amour enflammée avec une femme mariée, celle-ci du jour au lendemain se détournait de lui. Désespéré, il croyait à un nouvel amant. Il engageait alors un détective privé pour en avoir le cœur net, mais les recherches ne donnaient rien. Deux ans plus tard, alors que par hasard il la rencontrait à nouveau, il comprenait que ce n’était pas par manque d’amour qu’elle avait rompu mais pour respecter un vœux fait à dieu afin de lui sauver la vie à la suite d’un bombardement. "La fin d'une liaison" est un ouvrage délectable, les nombreuses digressions sur le sens de la vie ou de la foi lui octroyant une aura philosophique éclairante. La littérature britannique a ses génies et incontestablement Graham Green en fait partie. Il faudra absolument lire ce livre pour s'en persuader…
  • LecturesdeVoyage Posté le 30 Octobre 2018
    « La fin d’une liaison (The End of the Affair) » de Graham Greene nous amène sur l’autre rive de la Tamise et vers une époque plus ancienne, celle du Blitz pendant la seconde guerre mondiale. Le livre est devenu un classique au point que lorsque Fiona Maye, la juge qui est le personnage principal dans « L’Intérêt de l’Enfant » retrouve son mari avec sa valise devant la porte après une escapade amoureuse, elle lui jette « The End of the Affair ? ». Le roman de Greene se passe autour des Clapham Commons, là où Greene résidait pendant la guerre et où comme dans le livre sa maison fut touchée par les bombardements. Mais au-delà du triangle amoureux, également autobiographique, et de l’obsession de la jalousie, c’est aussi une réflexion sur la mort, la foi et la relation à Dieu.
  • Seabiscuit Posté le 24 Août 2018
    J'ai aimé ce livre. J'ai été confronté à la même situation que le personnage dans la vraie vie et j'ai forcément retrouvé certains de mes ressentiments. C'est une belle histoire sur le désir qui, dès qu'il trouve une forme d'interdit, se trouve exacerbé. L'adultère renvoie souvent, selon moi, au désir plus qu'à l'amour. Notre personnage a bien du mal à le comprendre mais l'historique de ce désir charnel est intéressant. Le manque du corps de l'autre l'emporte sur tout le reste. C'est ce que nous dit G.Greene, il nous l'écrit et le signe. J'ai vécu cela et j'ai adoré me replonger, cette fois en spectateur, dans la tourment de ce désir défendu qui vous rend fou du corps et de la présence de l'autre en vous empêchant de vivre serein dans la singularité originelle. Je n'ai pas lu ce livre, je l'ai dévoré. Page après page, j'ai également dévoré le reliquat de mon aventure passée d'adultère en souriant beaucoup sur ce que j'ai cru être de l'amour. Je porte malgré tout un regard interrogatif sur le jeu que le désir peut mettre en place dans le coeur de chacun de nous. Aujourd'hui j'aime et j'aime dans la sérénité. Ce... J'ai aimé ce livre. J'ai été confronté à la même situation que le personnage dans la vraie vie et j'ai forcément retrouvé certains de mes ressentiments. C'est une belle histoire sur le désir qui, dès qu'il trouve une forme d'interdit, se trouve exacerbé. L'adultère renvoie souvent, selon moi, au désir plus qu'à l'amour. Notre personnage a bien du mal à le comprendre mais l'historique de ce désir charnel est intéressant. Le manque du corps de l'autre l'emporte sur tout le reste. C'est ce que nous dit G.Greene, il nous l'écrit et le signe. J'ai vécu cela et j'ai adoré me replonger, cette fois en spectateur, dans la tourment de ce désir défendu qui vous rend fou du corps et de la présence de l'autre en vous empêchant de vivre serein dans la singularité originelle. Je n'ai pas lu ce livre, je l'ai dévoré. Page après page, j'ai également dévoré le reliquat de mon aventure passée d'adultère en souriant beaucoup sur ce que j'ai cru être de l'amour. Je porte malgré tout un regard interrogatif sur le jeu que le désir peut mettre en place dans le coeur de chacun de nous. Aujourd'hui j'aime et j'aime dans la sérénité. Ce livre est comme un parallèle à ma vie. Il fait partie de l'âme de ma bibliothèque.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Myriam3 Posté le 25 Avril 2018
    La frontière est mince entre la haine et l'amour. Maurice, jeune écrivain anglais, se penche sur les deux années qu'il a partagé pendant la guerre avec Sarah, femme adultère. Si c'est la passion qui les a liés, c'est aujourd'hui une haine mêlée de vengeance qui le pousse à la faire suivre par un détective. Qui voit-elle aujourd'hui, après l'avoir quitté lui, pour rester avec un mari qui ne la touche plus depuis longtemps et qu'elle n'aime pas? Petit-à-petit et tour à tour par le regard de l'amant, celui du détective et le journal de Sarah se dévoile la relation qui les a unit et les véritables sentiments d'une jeune femme tourmentée, puisque le catholicisme s'en mêle. Loin de tirer sur l'adultère, Graham Greene tourne autour et tente d'en saisir l'essence, la profondeur. Il dessine ainsi une histoire d'amour belle et bouleversante dans une Angleterre bombardée, ce fameux Blitz (série de bombardements tuant près de 50000 britanniques) qui est au coeur de l'histoire des deux amants, entre souffrance des trois protagonistes et pardon du mari trompé. Le tout, écrit avec une simplicité réaliste qui rend cette histoire encore plus poignante.
  • stcyr04 Posté le 24 Août 2016
    La fin d'une liaison est un roman sur l'amour, sur ce sentiment parfois ambivalent, qui tient du désir, mais aussi qui confine à la haine. Et comme, dit-on, Dieu est amour, l'incidence de son existence, de la foi en ce dernier sur nos vies est l'autre thème de La fin d'une liaison. Le narrateur-personnage est un écrivain, dénommé Bendrix, qui a lié par le passé des liens intimes avec une femme pour le mesquin et inavouable motif d'accumuler du "matériel" sur son mari haut fonctionnaire, pour son prochain roman. Le mode narratif interne est donc celui du Je, propice à toutes les introspections. Les dialogues entre Bendrix et le mari cocufié, qui dans son innocence, a confié ses doutes à ce dernier au sujet de son épouse, sont donc sous tendus par les considérations et les remarques cyniques de l'indélicat personnage. La complexité des sentiments envers la femme pécheresse et le mari portant cornes et œillères, l'amertume, la jalousie qu'il éprouve pour cette femme qui l'a évincé au profit, lui semble-t-il, d'un autre, alors qu'il a lui même donné la dernière secousse entraînant la romance vers le glauque d'une liaison qui tire à son terme, constituent le corps... La fin d'une liaison est un roman sur l'amour, sur ce sentiment parfois ambivalent, qui tient du désir, mais aussi qui confine à la haine. Et comme, dit-on, Dieu est amour, l'incidence de son existence, de la foi en ce dernier sur nos vies est l'autre thème de La fin d'une liaison. Le narrateur-personnage est un écrivain, dénommé Bendrix, qui a lié par le passé des liens intimes avec une femme pour le mesquin et inavouable motif d'accumuler du "matériel" sur son mari haut fonctionnaire, pour son prochain roman. Le mode narratif interne est donc celui du Je, propice à toutes les introspections. Les dialogues entre Bendrix et le mari cocufié, qui dans son innocence, a confié ses doutes à ce dernier au sujet de son épouse, sont donc sous tendus par les considérations et les remarques cyniques de l'indélicat personnage. La complexité des sentiments envers la femme pécheresse et le mari portant cornes et œillères, l'amertume, la jalousie qu'il éprouve pour cette femme qui l'a évincé au profit, lui semble-t-il, d'un autre, alors qu'il a lui même donné la dernière secousse entraînant la romance vers le glauque d'une liaison qui tire à son terme, constituent le corps principal du récit. La découverte du journal intime de l'épouse, depuis décédée, ainsi que la révélation de faits pouvant paraître anodins ou miraculeux selon que vous soyez rationaliste ou croyant, fera vaciller les certitudes de l'écrivain athée. Graham Greene est un écrivain qui se convertit sur le tard au catholicisme . Une partie de son oeuvre est profondément marquée par la foi catholique, par son mysticisme et sa superstition. Les thématiques et problématiques de son oeuvre pourront sembler universelles et intemporelles pour certains; elle apparaîtront singulièrement surannées et fastidieuses à d'autres. Le livre offre certaines réflexions intéressantes sur la création littéraires. Personnellement je n'ai pas retrouvé le souffle et l'universalité de La Puissance et la gloire. L'antipathie éprouvé pour le narrateur, le mysticisme du récit, l'histoire d'amour complexe, tissée d'égoïsme, de haine, couturée de rancœur, ont rendu sa lecture un brin fastidieuse.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.