RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La France des Belhoumi

            La Découverte
            EAN : 9782348035470
            Façonnage normé : EPUB3
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            La France des Belhoumi
            Portraits de famille (1977-2017)

            Collection : SH / L'envers des faits
            Date de parution : 22/03/2018
            À travers les témoignages de la famille Belhoumi, Stéphane Beaud reconstitue l’histoire sur 40 ans d’une famille algérienne de France, l’histoire d’une intégration tranquille. Une enquête fouillée, originale, qui permet de s’immerger dans la vie des membres de cette fratrie avec ses entraides et ses tensions, et qui pose autrement la question de l’intégration.
            Un livre de plus sur les jeunes « issus de l’immigration » ? Pour dénoncer les discriminations qu’ils subissent, sur fond de relégation sociale dans les quartiers « difficiles » ? Et conclure sur l’échec de leur « intégration » dans notre pays ?
            Non. L’ambition de Stéphane Beaud est autre....
            Un livre de plus sur les jeunes « issus de l’immigration » ? Pour dénoncer les discriminations qu’ils subissent, sur fond de relégation sociale dans les quartiers « difficiles » ? Et conclure sur l’échec de leur « intégration » dans notre pays ?
            Non. L’ambition de Stéphane Beaud est autre. Il a choisi de décentrer le regard habituellement porté sur ce groupe social. Son enquête retrace le destin des huit enfants (cinq filles, trois garçons) d’une famille algérienne installée en France depuis 1977, dans un quartier HLM d’une petite ville de province. Le récit de leurs parcours – scolaires, professionnels, matrimoniaux, résidentiels, etc. – met au jour une trajectoire d’ascension sociale (accès aux classes moyennes).
            En suivant le fil de ces histoires de vie, le lecteur découvre le rôle majeur de la transmission des savoirs par l’école en milieu populaire et l’importance du diplôme. Mais aussi le poids du genre, car ce sont les deux sœurs aînées qui redistribuent les ressources accumulées au profit des cadets : informations sur l’école, ficelles qui mènent à l’emploi, accès à la culture, soutien moral (quand le frère aîné est aux prises avec la justice), capital professionnel (mobilisé pour « placer » un autre frère à la RATP)…
            Cette biographie à plusieurs voix, dont l’originalité tient à son caractère collectif et à la réflexivité singulière de chaque récit, montre différents processus d’intégration en train de se faire. Elle pointe aussi les difficultés rencontrées par les enfants Belhoumi pour conquérir une place dans le « club France », en particulier depuis les attentats terroristes de janvier 2015 qui ont singulièrement compliqué la donne pour les descendants d’immigrés algériens.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782348035470
            Façonnage normé : EPUB3
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            La Découverte
            14.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Apoapo Posté le 26 Mai 2019
              Quelle est la valeur heuristique, en sociologie, de l'étude de cas ? Outre la difficulté et l'opportunité très éventuelle et tout aussi hypothétique de la généralisation à partir d'une famille particulière, voire des péripéties biographiques de chacun de ses membres ; quelles précautions méthodologiques peuvent-elles assurer la validité interprétative d'une enquête monographique fondée quasi uniquement sur des entretiens avec les huit membres d'une fratrie, durant cinq ans, explicitement consentie, voire sollicitée par les deux sœurs aînées, dans une relation de forte complicité intellectuelle avec l'enquêteur-sociologue (la plus grande sœur est qualifiée d'« alliée d'enquête ») ? Les conditions de ces relations avec l'enquêteur et entre les frères et sœurs (ainsi que, en moindre mesure, avec leurs parents) semblent déterminer le récit biographique selon les a priori d'un nombre extrêmement réduit d'acteurs impliqués, dans un consensus implicite préalable à l'enquête elle-même, presque un pacte biographique, et avec un degré limité de falsificabilité factuelle ou documentaire. (On en ressent les limites surtout pour les chapitres consacrés aux « garçons »...) Le résultat révèle donc, davantage que des découvertes sociologiques, surtout les présupposés du consensus et les contenus de la complicité entre l'enquêteur et les « mandants » : il est faux et idéologique de clamer l'échec de l'intégration des descendants de la... Quelle est la valeur heuristique, en sociologie, de l'étude de cas ? Outre la difficulté et l'opportunité très éventuelle et tout aussi hypothétique de la généralisation à partir d'une famille particulière, voire des péripéties biographiques de chacun de ses membres ; quelles précautions méthodologiques peuvent-elles assurer la validité interprétative d'une enquête monographique fondée quasi uniquement sur des entretiens avec les huit membres d'une fratrie, durant cinq ans, explicitement consentie, voire sollicitée par les deux sœurs aînées, dans une relation de forte complicité intellectuelle avec l'enquêteur-sociologue (la plus grande sœur est qualifiée d'« alliée d'enquête ») ? Les conditions de ces relations avec l'enquêteur et entre les frères et sœurs (ainsi que, en moindre mesure, avec leurs parents) semblent déterminer le récit biographique selon les a priori d'un nombre extrêmement réduit d'acteurs impliqués, dans un consensus implicite préalable à l'enquête elle-même, presque un pacte biographique, et avec un degré limité de falsificabilité factuelle ou documentaire. (On en ressent les limites surtout pour les chapitres consacrés aux « garçons »...) Le résultat révèle donc, davantage que des découvertes sociologiques, surtout les présupposés du consensus et les contenus de la complicité entre l'enquêteur et les « mandants » : il est faux et idéologique de clamer l'échec de l'intégration des descendants de la migration post-coloniale algérienne ; l'ascension sociale leur est possible mais conditionnée par un nombre limité de facteurs de socialisation : la socialisation scolaire (chère à Stéphane Beaud) ayant une importance absolument fondamentale ; ensuite la socialisation familiale, pourvu qu'elle soit solidaire et propice à la redistribution des différents capitaux – scolaire-culturel, de réseau social, informatif sur l'emploi, logistique (prise en charge du quotidien par les « filles », et surtout possibilité de partager un domicile extra-parental), affectif ; en outre la socialisation résidentielle, conçue comme possibilité d'une mixité sociale dans le quartier de domicile et surtout comme opportunité de se soustraire à l'emprise « des cités » ; enfin socialisation par le travail dans sa dialectique contradictoire, pour les jeunes filles, avec le mariage précoce et conforme aux traditions prévalant auprès de la génération précédente. Il existe d'autres points de convergence entre l'enquêteur et les enquêtés : le regard sur la « radicalisation » des plus jeunes générations de banlieues, mais surtout l'importance accordée à la dégradation de la réception des immigrés en France, liée à des facteurs macrosociologiques et conjoncturels tels les politiques économiques et leur impact sur les conditions de travail, la montée du discours politique xénophobe, ainsi que les conséquences sur les musulmans des préoccupations sécuritaires suite aux attentats islamistes à partir de 2015. Si l'on lit cet ouvrage dans l'optique de prouver de tels résultats, on a fatalement le sentiment très démoralisant de devoir supporter un interminable pavé, plein de répétitions, qui ne fait qu'enfoncer des portes ouvertes... Mais heureusement, on peut, on doit, on a tout intérêt, à le lire autrement : un espace important est accordé aux extraits des propos des interviewés. De cette manière, implicitement, ce livre est une sollicitation à une reconstruction autobiographique, plutôt que biographique, le rôle du sociologue étant en l'occurrence triple : a) de faire surgir un récit polyphonique à partir de questions évidemment perspicaces et utiles, en détectant spécifiquement les points où cette polyphonie expose de petites incongruences ; b) de fournir, à partir de la littérature sociologique existante, un cadre interprétatif cohérent, qui permet de mettre des mots sur et de donner des raisons au vécu de chacun – et a dû être sans aucun doute d'un grand profit pour les interviewés ; c) de mettre en forme, pour le lecteur, ce matériau biographique disparate jusqu'au seuil du questionnement sur sa généralisation et son exemplarité. De la variété des parcours, de son évolution au cours des cinq années émerge, de telle manière, une richesse de déclinaisons plutôt qu'une cacophonie d'idées contradictoires. De plus, la position même du sociologue devient moins surplombante, dans la mesure où la parole est rendue à « l'objet » d'analyse, et surtout car le premier est obligé de rendre des comptes sur ses propres interventions, d'avouer les erreurs épisodiques de ses approches et propos, et d'expliciter le cadre, même psychologique, de sa participation au récit – y compris par les relectures pour validation de certaines interprétations et peut-être de chapitres entiers proposées aux interlocutrices. Je trouve cette démarche audacieuse très admirable et proportionnellement productive en termes d'originalité des résultats. Surtout, elle offre, à l'instar d'un bon texte littéraire, une certaine latitude à une lecture polysémique, dès lors que le « narrateur » devient un personnage parmi les autres... Pour en revenir à la mise en forme du matériau biographique, la structure s'organise à la fois selon des critères de « présentation des personnages » que thématiques, de la façon suivante : « - […] - Brève présentation de la famille - Chapitre 1. Histoire d'une émigration-immigration en France Partie I : Les cinq sœurs : école et émancipation - Ch. 2. Les deux sœurs aînées : locomotives de la fratrie et soutien de la famille - Ch. 3. Les trois cadettes : suivre la trace des aînées - Ch. 4. Stratégies matrimoniales et mobilité géographique Partie II : Les trois frères sous la protection bienveillante des sœurs aînées - Ch. 5. Les trois garçons : de l'échec scolaire à l'intégration professionnelle - Ch. 6. Le fils aîné : de la chute au rétablissement - Ch. 7. Chauffeur de bus à la RATP : l'apprentissage du travail et du syndicalisme Epilogue à la deuxième partie. Les parents en filigrane Partie III : Le rapport au politique et à la religion dans la fratrie - Ch. 8. Quand les sœurs aînées ancrent la fratrie "à gauche" - Ch. 9. Quand Nadia passe "à droite" : mobilité sociale ascendante et rapport au politique - Ch. 10. À l'épreuve des attentats djihadistes de 2015 - Ch. 11. Les usages de l'islam dans la fratrie, un révélateur de la différence de générations Epilogue Conclusion […] »
              Lire la suite
              En lire moins
            ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
            Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !