Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259284387
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

La grâce

Date de parution : 27/08/2020
« J’ai essayé d’approcher au plus près ce miracle qui fait surgir la lumière au plus profond de la noirceur. »
Prix de Flore 2020 - Rentrée littéraire 2020
Il y a quatre ans, j’ai sombré dans une vertigineuse dépression. Je ne trouvais plus aucun sens à l’existence. Jusqu’à cette nuit, dans la chapelle d’un monastère, où j’ai été touché par la grâce. Par la sensation inouïe d’un contact charnel avec Dieu.
Pour moi qui ai toujours été athée, cette...
Il y a quatre ans, j’ai sombré dans une vertigineuse dépression. Je ne trouvais plus aucun sens à l’existence. Jusqu’à cette nuit, dans la chapelle d’un monastère, où j’ai été touché par la grâce. Par la sensation inouïe d’un contact charnel avec Dieu.
Pour moi qui ai toujours été athée, cette révélation relevait de l’incompréhensible. Quel en était le sens ? Qu’avais-je éprouvé réellement ? Était-il possible qu’un au-delà existe ? Une seule personne pouvait me répondre : Christian.
Cet oncle, frère franciscain, que je connaissais à peine, allait être emporté par la maladie au moment-même où je renouais avec lui. Mais à sa mort, je découvris, renversé, que Christian avait été touché par la grâce à 37 ans. Comme moi. Et qu’il avait vécu jusqu’à cet âge une vie de fêtes et d’excès, en parfaite opposition avec la foi. Comme moi aussi. En enquêtant sur ce destin extraordinaire qui l’avait vu troquer le smoking des soirées mondaines pour la robe de bure des frères mineurs, j’ai essayé d’approcher au plus près ce miracle qui fait surgir la lumière au plus profond de la noirceur. Et des étincelles de grâce, que l’on croit ou pas, dans la brume de nos quotidiens.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259284387
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ils en parlent

« Le projet est ambitieux, le livre complexe et divers, à la fois métaphysique, érudit, et flirtant avec l'autodérision. Le talent d'un écrivain, c'est aussi une forme de grâce. »
Jean-Claude Perrier / Livres Hebdo

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Tricape Posté le 3 Septembre 2021
    En fonction de son propre parcours, on ouvre tout livre qui aborde la question de la foi avec méfiance, suspicion de prosélytisme, curiosité ou tout autre attitude découlant d'idées préconçues. On peut aussi ne pas l'ouvrir, autre position prise avec un a priori. Il me semble que, pour la plupart d'entre nous, ne pas ouvrir celui-ci serait regrettable. Thibault de Montaigu, journaliste d'une quarantaine d'années, entraîne avec lui le lecteur à la recherche de Xavier Dupont de Ligonnés et fait pour cela un court séjour au monastère du Barroux, près de Carpentras ; soudain, « Dieu était à l'intérieur de [lui] et derrière toute chose ». Une conversion à la Claudel en quelque sorte et à laquelle l'auteur ne consacre qu'une page sur 320. La grâce qu'il a reçue le conduit à raconter, entremêlée à la sienne, la vie d'un de ses oncles, Christian. Ce dernier, à la suite d'une profonde déception amoureuse, a flirté avec le suicide, touché à la drogue, était devenu un noceur invétéré, un débauché amateur d'amitiés éphémères en tout genre #9472;aux deux sens du terme#9472;, jusqu'à ce que, à 37 ans, il soit "bouleversé" en trente secondes un peu comme Saül... En fonction de son propre parcours, on ouvre tout livre qui aborde la question de la foi avec méfiance, suspicion de prosélytisme, curiosité ou tout autre attitude découlant d'idées préconçues. On peut aussi ne pas l'ouvrir, autre position prise avec un a priori. Il me semble que, pour la plupart d'entre nous, ne pas ouvrir celui-ci serait regrettable. Thibault de Montaigu, journaliste d'une quarantaine d'années, entraîne avec lui le lecteur à la recherche de Xavier Dupont de Ligonnés et fait pour cela un court séjour au monastère du Barroux, près de Carpentras ; soudain, « Dieu était à l'intérieur de [lui] et derrière toute chose ». Une conversion à la Claudel en quelque sorte et à laquelle l'auteur ne consacre qu'une page sur 320. La grâce qu'il a reçue le conduit à raconter, entremêlée à la sienne, la vie d'un de ses oncles, Christian. Ce dernier, à la suite d'une profonde déception amoureuse, a flirté avec le suicide, touché à la drogue, était devenu un noceur invétéré, un débauché amateur d'amitiés éphémères en tout genre #9472;aux deux sens du terme#9472;, jusqu'à ce que, à 37 ans, il soit "bouleversé" en trente secondes un peu comme Saül sur le chemin de Damas. Virage à cent quatre-vingt degrés : Christian devient prêtre franciscain et, avec un acharnement au moins égal à celui qu'il avait mis à se détruire, se livre à l'obéissance et à la pauvreté, non sans éprouver de grandes désillusions et subir des périodes de doute et de dépression. Raconté comme cela, j'ai bien conscience que la lecture de ce livre pourrait ne pas vous tenter. Ce serait dommage car vous passeriez alors à côté de belles pages d'écriture où le verbe et le mot crus s'emploient sans hésitation pour décrire des situations sordides, mais aussi de pages dont le style fluide est parfaitement adapté au propos. Vous n'auriez pas non plus le plaisir d'apprécier le parallélisme que l'auteur établit habilement entre la vie de Saint François d'Assise et celle de son oncle Christian sans prétendre toutefois que ce dernier soit candidat à la béatification. Vous vous priveriez également d'un portrait implacable de l'Église catholique en décrépitude dont les curés apparaissent comme des "notaires de la foi". Enfin et surtout, vous n'approcheriez pas cette zone troublante, ce vertige abyssal qui s'est soudain emparé de personnages comme Verlaine, Péguy, Simone Weil et de tant d'autres, connus et inconnus, contemporains ou non. Mais quelle est donc cette énergie qui happe certaines personnes et les catapulte soudain littéralement hors d'elles-mêmes ? Quel est cet élan irrépressible qui les propulse à reconnaître le don total de soi et le renoncement comme valeurs suprêmes ? Cette question, à l'époque de l'individualisme considéré comme la normalité, n'a pas fini de nous travailler.
    Lire la suite
    En lire moins
  • mumuboc Posté le 19 Juin 2021
    "Il y a un moment, un âge, où l'on découvre avec stupeur que l'on a été jeté dans cette vie sans raison. Que l'on aurait pu ne jamais exister et pourtant que l'on est, jailli du néant pour un jour y retourner. Il y a un moment, un âge où l'on entre brutalement dans le pourquoi du monde, et la raison tremble à l'idée que rien ne justifie notre présence ici-bas. (p17)" Un jour il arrive que l'on se pose des questions sur la raison de notre existence, son but s'il y en a un. Certains disent recevoir, être touchés par la Grâce et trouvent des réponses. Pourquoi et comment certains êtres se vouent parfois totalement à la Religion, à un Dieu j'allais dire en s'oubliant soi-même mais finalement peut-être en se trouvant enfin ? Ce roman je l'ai lu avec presque "passion" : autobiographique et biographique à la fois. L'auteur part faire des recherches sur Xavier Dupont de Ligonnès et sa fuite après les assassinats de sa femme et ses quatre enfants, un homme dont il envisageait de faire le sujet de son prochain roman et ce faisant il va prendre un chemin qu'il était loin d'imaginer. Il va être touché... "Il y a un moment, un âge, où l'on découvre avec stupeur que l'on a été jeté dans cette vie sans raison. Que l'on aurait pu ne jamais exister et pourtant que l'on est, jailli du néant pour un jour y retourner. Il y a un moment, un âge où l'on entre brutalement dans le pourquoi du monde, et la raison tremble à l'idée que rien ne justifie notre présence ici-bas. (p17)" Un jour il arrive que l'on se pose des questions sur la raison de notre existence, son but s'il y en a un. Certains disent recevoir, être touchés par la Grâce et trouvent des réponses. Pourquoi et comment certains êtres se vouent parfois totalement à la Religion, à un Dieu j'allais dire en s'oubliant soi-même mais finalement peut-être en se trouvant enfin ? Ce roman je l'ai lu avec presque "passion" : autobiographique et biographique à la fois. L'auteur part faire des recherches sur Xavier Dupont de Ligonnès et sa fuite après les assassinats de sa femme et ses quatre enfants, un homme dont il envisageait de faire le sujet de son prochain roman et ce faisant il va prendre un chemin qu'il était loin d'imaginer. Il va être touché par la Grâce, une révélation qui va l'emmener sur d'autres chemins, d'autres destins : celui de Saint François d'Assise, fondateur de la congrégation des franciscains et dont son oncle Christian de Montaigu, lui-même touché par la Grâce, fut un des membres après une vie tumultueuse. Trois chemins de croix baignés d'éveil à la religion alors que rien ne les prédestinait à cela, trois chemins faits de renoncements, de douleurs mais également d'engagements. Ils ont en commun une jeunesse baignée d'excès mais qui se révélèrent, pour Christian de Montaigu et Saint François, ensuite des hommes de foi et de conviction, vivant dans un dénuement le plus complet, voulu, des ascètes qui ont pour seule ambition venir en aide aux autres pour donner un sens à leurs vies. Certes Thibault de Montaigu n'en est pas à ce stade d'engagement mais à travers ses recherches, il tente de comprendre la signification de ce qu'il a éprouvé dans l'abbaye Sainte-Madeleine du Barroux, près de Carpentras où le meurtrier aurait peut-être séjourné, une sensation tellement inattendue pour cet homme qui a exploré les mondes artificiels et qui cherche un sens à son existence alors qu'il traverse une dépression, tellement éloigné de la religion, de la croyance et qui pourtant va vivre un moment qu'il ne peut expliquer que par la Grâce :  "Mon corps perdait ses contours à mesure que les lignes mélodiques se déroulaient et refluaient le long du vaisseau de la neuf. Alors j'ai senti en moi un point, une minuscule fleur de lumière qui commençait à grandir. Qui s'épanouissait au son des notes. Se répandait à travers ma poitrine. Irradiait ma gorge et mon crâne. Jusqu'à remplir soudain tout l'espace (...) Dieu était là, à l'intérieur de moi et derrière toute chose. Ici et nulle part à la fois, dans l'infiniment petit comme dans l'infiniment grand, immergé dans l'univers et l'univers immergé en lui... Alors, je me suis mis à pleurer comme jamais dans ma vie. (p39)" J'ai aimé la manière dont l'auteur se livre dans ce roman auquel il a consacré quatre ans de sa vie, une histoire personnelle racontée sans ménagement à la fois sur lui mais également sur cet homme auquel il dédie son roman, Christian, cet oncle qui cherchera toute sa vie à comprendre qui il est, qui doutera toujours mais sans jamais renoncer, faisant de Saint François d'Assise, ce bourgeois devenu le plus pauvre des pauvres, un modèle. Faire rejoindre à travers un récit qui débute par l'enquête sur Xavier Dupont de Ligonnès, un monstre à un Saint il faut avouer que cela peut sembler périlleux et je dois avouer que je me suis laissée "guider" par la plume de Thibault de Montaigu à la fois par sa mise à nu mais également par la réhabilitation d'un oncle dont il avait une fausse image.  Je cherche souvent à comprendre comment certain(e)s peuvent renoncer à tout, jusqu'à leur famille, pour se vouer à une vie monastique dédiée à un Dieu dont d'aucun pourrait penser qu'il ne s'agit qu'invention de l'esprit. Et pourquoi sur certains de leurs visages, ce sourire presque extatique, cette sérénité ? Comment certains bifurquent totalement à un moment donné et sortent de leurs vies parfois idéales, parfaites ou dissolues pour ensuite se dédier aux autres ou à une quête spirituelle. Pourquoi la Grâce touche-t-elle les plus méprisables, ceux au banc de la Société, ceux que rien ne prédestinait à être touchés ? La Grâce est-ce seulement une hallucination, une révélation ou la découverte de soi à travers un au-delà ou le mélange de cela ?  Et la foi qu'en reste-t-il quand le doute s'installe lorsque tout s'effondre, quand les chemins sont semés de pierres, d'entraves ? Ce sont toutes ces pistes qu'explore l'auteur dans un roman où se mêlent religion, philosophie et humain. Avec un travail de recherches sur les endroits qu'ils ont fréquentés, dans sa famille et dans les archives, Thibault de Montaigu dresse les portraits de deux hommes qui trouvèrent sur leur chemin la lumière qui guidera le restant de leurs vies et qui apporteront à l'auteur un éclairage sur sa propre existence et lui donnera peut-être un sens après des années de mises en danger et d'attentes. J'ai beaucoup aimé.
    Lire la suite
    En lire moins
  • DrOdR Posté le 14 Juin 2021
    L'auteur, Thibault de Montaigu, a pour projet de suivre la trace de Xavier Dupont de Ligonnes, sujet de son prochain livre. Pendant une veillée dans un monastère où XDL aurait séjourné, l'auteur est frappé par la grâce, se demande ce qui lui arrive. La foi l'envahit, lui, athée convaincu. C'est à ce moment qu'il est appelé au chevet de son oncle Christian, gravement malade, et dont les jours sont comptés. L'auteur découvre ou redécouvre à cette occasion le parcours de vie chaotique de cet oncle, qui lui même, à l'âge de 37 ans, s'est converti pour devenir moine franciscain. Ce récit rend hommage à cet oncle Christian en nous décrivant ses tourments, sa vie mouvementée, puis apaisée. L'auteur quant à lui s'attarde moins sur sa propre conversion. Très beau portrait d'un homme très attachant. Une belle écriture, un récit passionnant.
  • PHILINTHE66 Posté le 25 Mai 2021
    J’ai aimé le parallèle entre le parcours de vie de Christian de Montaigu et celui de Saint François d’Assise. La construction de la narration avec ses entrecroisements de vies confère dynamisme et élan au récit. Je me suis laissée porter par le plaisir du texte et bien que non croyante j’ai ressenti cette « grâce » évoquée par le roman.
  • A_la_page_100 Posté le 8 Avril 2021
    C’est une vie d’esthe#768;te faite de plaisir, de fe#770;tes et d’exce#768;s. Mais aussi une vie d’errance ou#768; parfois le doute, la tristesse et la violence s’invitent. Une vie qui bascule quand sur une route en Espagne, Christian, qui vient tout juste de fe#770;ter ses 40 ans, ressent l’appel de Dieu. Il rentre dans les ordres chez les franciscains pour une vie toute autre de#769;die#769;e aux plus pauvres. C’est le cours de la vie de cet oncle Christian tout juste emporte#769; par un cancer que Thibault de Montaigu remonte. L’auteur, aussi, a connu tous les exce#768;s, le mal-e#770;tre et a ressenti a#768; son tour l’appel de Dieu. La gra#770;ce est un roman initiatique et poe#769;tique sur les affres de la vie. Couronne#769; par le prix de Flore.
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…