Lisez! icon: Search engine

La grande roue

Les Escales
EAN : 9782365693752
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe
La grande roue

Collection : Domaine français
Date de parution : 11/01/2018
Un amour blessé.
Un espoir fou.
Une femme en quête d'elle-même.
Été 1986. Emma, les cheveux flamboyants, rencontre Marc au pied d'une Grande Roue. Elle est si jeune, il est si fort. C'est une histoire d'amour qui commence, autour d'une barbe-à-papa, les pieds dans le sable. Une histoire intense. Vitale. Mais ce ''Il était une fois'' se transforme bientôt. Et le... Été 1986. Emma, les cheveux flamboyants, rencontre Marc au pied d'une Grande Roue. Elle est si jeune, il est si fort. C'est une histoire d'amour qui commence, autour d'une barbe-à-papa, les pieds dans le sable. Une histoire intense. Vitale. Mais ce ''Il était une fois'' se transforme bientôt. Et le conte de fées devient celui de l'ogre et de la poupée.
Au côté d'Emma, il y a Tess dans la nuit, David en haut d'une montagne et Nathan dans un bureau de flic. D'autres personnages pour d'autres destins - d'autres chaos.
Les ruptures de chacun les ont isolés du reste du monde. Ils marchent. Chacun à leur rythme, ils marchent. À la recherche de leur identité.

Dans ce labyrinthe romanesque, où Lynch rencontre Kafka, le réel a besoin des chimères pour se révéler. Et permettre, petit à petit, à toutes les pièces du puzzle d'Emma de se dessiner. Emma, qui n'est pas qu'une poupée.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782365693752
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe
Les Escales

Ils en parlent

A propos de Même les pêcheurs ont le mal de mer :

COUP DE COEUR DES LECTRICES du prix VERSION FEMINA
"Diane Peylin signe un livre fort et poignant. Cette histoire familiale laisse son empreinte longtemps après la dernière page."
Version Femina

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Fransoaz Posté le 29 Août 2019
    Tourne, tourne, la grande roue… Dans la première nacelle s'est installée la jeune Emma serrée de près par Marc, l'amoureux fou, l'amoureux possessif. Les folies de Marc pour Emma sont quotidiennes et Emma aime ça, toute l'attention que lui porte cet homme, ce qu'elle n'a pas connu dans sa prime enfance auprès de parents indifférents. Seconde nacelle, silhouette hagarde, petit point rouge, Tess, hallucinations, bizarreries, elle cherche, tourne, revient sur ses pas, elle méandre, elle dédale. Sous les premières nacelles, David, la cinquantaine décharnée, un comportement étrange, un passé rogné. Il pose sa solitude dans une ferme et se fait embaucher. Au pied de la roue, Nathan. On ne connait de lui que la régularité de ses rendez-vous avec Field, le commissaire qui semble le harceler, qui s'obstine à l'interroger mois après mois. J'ai bien aimé ces tours de Grande Roue, même si parfois la tête tourne, le vertige prend. Car tous ses « sans-passés » nous interrogent, ces victimes d'hallucinations grossissantes troublent et dérangent. On ne peut opposer à l'auteur d'avoir voulu tester le roman labyrinthique et si l'idée de départ peut sembler tout aussi audacieuse que intéressante, à l'arrivée, et à cause des sur-places répétés de certains chapitres, le lecteur piétine, rétrograde,... Tourne, tourne, la grande roue… Dans la première nacelle s'est installée la jeune Emma serrée de près par Marc, l'amoureux fou, l'amoureux possessif. Les folies de Marc pour Emma sont quotidiennes et Emma aime ça, toute l'attention que lui porte cet homme, ce qu'elle n'a pas connu dans sa prime enfance auprès de parents indifférents. Seconde nacelle, silhouette hagarde, petit point rouge, Tess, hallucinations, bizarreries, elle cherche, tourne, revient sur ses pas, elle méandre, elle dédale. Sous les premières nacelles, David, la cinquantaine décharnée, un comportement étrange, un passé rogné. Il pose sa solitude dans une ferme et se fait embaucher. Au pied de la roue, Nathan. On ne connait de lui que la régularité de ses rendez-vous avec Field, le commissaire qui semble le harceler, qui s'obstine à l'interroger mois après mois. J'ai bien aimé ces tours de Grande Roue, même si parfois la tête tourne, le vertige prend. Car tous ses « sans-passés » nous interrogent, ces victimes d'hallucinations grossissantes troublent et dérangent. On ne peut opposer à l'auteur d'avoir voulu tester le roman labyrinthique et si l'idée de départ peut sembler tout aussi audacieuse que intéressante, à l'arrivée, et à cause des sur-places répétés de certains chapitres, le lecteur piétine, rétrograde, se perd. Les quatre chemins convergents auraient pu donner un final époustouflant !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Val13390 Posté le 8 Août 2019
    Un roman bouleversant sur la vie de plusieurs personnages malmenés par la vie, que l’on découvre l’un après l’autre, chapitre après chapitre, jusqu’au final où toutes les pièces du puzzle se mettent en place. Le thème principal étant la violence faite aux femmes, âmes sensibles s’abstenir. 3ème livre de cette auteure que je lis et toujours autant de plaisir à suivre les protagonistes dans des histoires touchantes et originales dans leur construction.
  • dominica Posté le 7 Août 2019
    A la lecture de ce livre je me suis demandé ou on allait avec tous ces personnages qui change à chaque chapitre, je ne trouvais pas dans ma lecture le résumé de ce livre. Puis sont arrivés les chapitres avec Emma, chapitres intriguants, dérangeants mais addictifs qui m'ont poussé à prolonger l'histoire. Et c'est dans la lecture de ces derniers que toute la trame se met en place. Les personnages se rejoignent et prennent sens et l'histoire devient poignante. On comprend seulement à la fin le résumé de ce livre bouleversant et finalement si bien écrit. Encore un fait divers malheureusement si courant et tellement déplorable. Ce livre m'a laissé un gout amer pour toute la "vilainerie" de ce monde. Un puzzle littéraire à découvrir absolument !!
  • SD49 Posté le 3 Juin 2019
    Quatre personnages principaux et des chapitres qui alternent les vies des uns et des autres. Le lecteur se doute bien qu'il y a un lien et à la fin tout se met en place. J'ai été surprise par certaines révélations. Pour être franche, j'ai commencé ce livre, qui fait partie du prix Cezam, en me disant que je n'insisterai pas si je n'accrochais pas rapidement à l'histoire. L'alternance de ces histoires de vie a fait que j'avais envie de savoir qui étaient ces personnages, comment ils en étaient arrivés là.  C'est donc plutôt une bonne surprise et certainement un livre que je n'aurais pas lu s'il n'avait pas fait partie de cette sélection.
  • UneVieDesLivres Posté le 13 Mai 2019
    Diane Peylin signe ici un récit poignant, qui s’apparente par moments à un thriller. Les chapitres alternent entre Emma, David, Tess et Nathan. Au lecteur de comprendre, au fil de la lecture, ce qui peut relier ces quatre parties. Pour ma part, j’ai fini par comprendre un peu avant la fin, mais j’ai été troublée tout au long de l’histoire. S’il ne fallait utiliser qu’un mot pour décrire La Grande Roue, je choisirais hypnotisant. Dès le début, j’ai eu l’impression d’être aspirée dans un autre monde, dans une autre vie (si vous avez reconnu la référence, bravo). Emma est un personnage intéressant, assez mystérieux. Son histoire ne peut pas laisser indifférent. Difficile pour autant de réellement parler des thèmes, car ils ne sont pas mentionnés sur la quatrième de couverture, et je pense qu’il faut tout découvrir en lisant le roman. Je ne savais pas où l’auteure voulait m’emmener, et je crois que ça a contribué à ma surprise générale. Les mots frappent de plein fouet, c’est là tout l’intérêt. La plume est incisive, détaillée. Parfois poétique, aussi. Je n’ai pas été subjuguée par celle-ci, mais elle correspond tout à fait à l’ambiance du livre et participe à l’effet hypnotisant que je mentionnais... Diane Peylin signe ici un récit poignant, qui s’apparente par moments à un thriller. Les chapitres alternent entre Emma, David, Tess et Nathan. Au lecteur de comprendre, au fil de la lecture, ce qui peut relier ces quatre parties. Pour ma part, j’ai fini par comprendre un peu avant la fin, mais j’ai été troublée tout au long de l’histoire. S’il ne fallait utiliser qu’un mot pour décrire La Grande Roue, je choisirais hypnotisant. Dès le début, j’ai eu l’impression d’être aspirée dans un autre monde, dans une autre vie (si vous avez reconnu la référence, bravo). Emma est un personnage intéressant, assez mystérieux. Son histoire ne peut pas laisser indifférent. Difficile pour autant de réellement parler des thèmes, car ils ne sont pas mentionnés sur la quatrième de couverture, et je pense qu’il faut tout découvrir en lisant le roman. Je ne savais pas où l’auteure voulait m’emmener, et je crois que ça a contribué à ma surprise générale. Les mots frappent de plein fouet, c’est là tout l’intérêt. La plume est incisive, détaillée. Parfois poétique, aussi. Je n’ai pas été subjuguée par celle-ci, mais elle correspond tout à fait à l’ambiance du livre et participe à l’effet hypnotisant que je mentionnais plus haut, et c’est tout ce qui compte !
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !