Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782823806243
Code sériel : 4191
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

La main de gloire

Date de parution : 04/07/2013

Tandis que l’Exposition universelle bat son plein au pied de la Tour Eiffel flambant neuve, un assassin sème la terreur dans Paris, défiant les services de la Sûreté. Après la découverte en pleine rue de la main momifiée d’une jeune femme, puis celle du corps mutilé d’un malfrat, les macchabées...

Tandis que l’Exposition universelle bat son plein au pied de la Tour Eiffel flambant neuve, un assassin sème la terreur dans Paris, défiant les services de la Sûreté. Après la découverte en pleine rue de la main momifiée d’une jeune femme, puis celle du corps mutilé d’un malfrat, les macchabées s’amoncellent. Alerté par la police, l’aliéniste Simon Bloomberg reprend du service, aidé de son intrépide gouvernante, Sarah Englewood. La Cour des miracles est transformée en quartier général : il faut agir au plus vite pour démasquer un ennemi aussi redoutable qu’insaisissable. Mais qui est donc ce criminel surgi de nulle part ? Un tueur professionnel, un dément qui frappe au hasard… Ou bien un monstre, que rien ni personne ne peut arrêter ?

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823806243
Code sériel : 4191
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • chevalierortega33 Posté le 11 Juillet 2020
    Lire ce tome 2 de la trilogie La cour des miracles, sans avoir lu le précédent c’est certes dommageable mais tout à fait surmontable : vous perdez de l’épaisseur des personnages mais vous pouvez suivre l’intrigue aisément. Nous retrouvons donc les protagonistes de La chambre mortuaire, alors que l’aliéniste n’a pas encore accompli pleinement le deuil de son épouse. Sarah, la gouvernante, pour être toujours aussi efficace, est moins présente que dans le tome 1, dans cette « dinguerie rituelle » que nous présente l’auteur. L’exposition universelle de 1889, celle qui voit la naissance de la tour Eiffel et les exhibitions d’un certain Buffalo Bill, bat son plein, entraînant son lot de larcins et délits liés à a promiscuité induite par la foule. Léonce et Raoul, les deux flics de la sureté sollicitent l’aide de l’aliéniste Simon Bloomberg, véritable profileur avant l’heure. Accompagnés de Sarah, ils seront donc quatre à chasser le coupable d’une série de meurtres. Tout au long de ces 256 pages, nous sommes transportés dans cette atmosphère cosmopolite d’un autre siècle. L’auteur nous dira tout de la technique de la misdirection, celle qui consiste en magie à détourner l’attention du spectateur pendant l’exécution d’un tour. D’ailleurs notre... Lire ce tome 2 de la trilogie La cour des miracles, sans avoir lu le précédent c’est certes dommageable mais tout à fait surmontable : vous perdez de l’épaisseur des personnages mais vous pouvez suivre l’intrigue aisément. Nous retrouvons donc les protagonistes de La chambre mortuaire, alors que l’aliéniste n’a pas encore accompli pleinement le deuil de son épouse. Sarah, la gouvernante, pour être toujours aussi efficace, est moins présente que dans le tome 1, dans cette « dinguerie rituelle » que nous présente l’auteur. L’exposition universelle de 1889, celle qui voit la naissance de la tour Eiffel et les exhibitions d’un certain Buffalo Bill, bat son plein, entraînant son lot de larcins et délits liés à a promiscuité induite par la foule. Léonce et Raoul, les deux flics de la sureté sollicitent l’aide de l’aliéniste Simon Bloomberg, véritable profileur avant l’heure. Accompagnés de Sarah, ils seront donc quatre à chasser le coupable d’une série de meurtres. Tout au long de ces 256 pages, nous sommes transportés dans cette atmosphère cosmopolite d’un autre siècle. L’auteur nous dira tout de la technique de la misdirection, celle qui consiste en magie à détourner l’attention du spectateur pendant l’exécution d’un tour. D’ailleurs notre auteur pratique la magie et ses démonstrations empruntent à cet art. Comme toujours dans les romans de Jean-Luc Bizien, un fond historique et contextuel d’une rare précision, des faits divers établis et vérifiables, ajoutés au vocabulaire, comblent le lecteur en mal de dépaysement. Oui il est possible d’être dépaysé à Paris en 1889. Un très bon tome 2 et en fermant ce volume on se plaint de savoir qu’il n’en reste qu’un à lire … vite …
    Lire la suite
    En lire moins
  • LePamplemousse Posté le 24 Mai 2020
    Ce deuxième tome mettant en scène Simon Bloomeberg tient toutes ses promesses. Cet aliéniste aide régulièrement la police à élucider des crimes, aidé en cela par ses acolytes : Ulysse le colosse un peu simplet et Sarah Englewood sa nouvelle et jeune gouvernante. Le duo de policiers est lui aussi atypique et assez drôle. Dans ce volume, il sera question de cadavres momifiés, de mains tranchées retrouvées en plein Paris, de petits cambrioleurs portés disparus et de magie noire. Les faits se déroulent durant l’exposition universelle, que les protagonistes nous emmèneront visiter, et cela donnera aussi une bonne idée des mentalités de l’époque, notamment concernant les peuples indigènes. J’aime beaucoup cette série policière qui a le Paris de la fin du XIXème siècle pour cadre historique et dont les protagonistes sont originaux et charismatiques.
  • vivelavie82 Posté le 13 Octobre 2018
    Quel plaisir de retrouver tous ces personnages,cette ambiance...j'adore!
  • ManouB Posté le 12 Septembre 2018
    C’est en quelque sorte une suite de La chambre mortuaire mais on peut le lire même si on n’a pas lu le premier tome car les histoires sont indépendantes. On y retrouve cependant les mêmes héros : l’aliéniste Simon Bloomberg, très éprouvé suit au décès de sa femme, égyptologue réputée (voir 1er tome) ; Sarah Englewood l’intelligente gouvernante qui veille sur lui à la « Cour des miracles » et Paris durant l’Exposition universelle. Le roman nous met dans l’ambiance dès le prologue : Sébastien Rouvière suivi d’un dénommé Narcisse Goueslard, s’approche de cadavres de filles qui exercent sur lui une fascination morbide, plonge sa main dans l’eau pour attraper celle d’une fille au hasard et la découpe froidement pour la mettre dans sa poche… Ces deux-là vont forcément jouer un rôle dans l’histoire !! Le lecteur comprend juste que c’est un certain Isidore Meurice qui les envoie là un à un pour y récupérer une main ! Il comprend aussi pour le coup, qu’il ne va pas s’ennuyer et sûrement avoir du mal à s’endormir avant d’avoir terminé la lecture ! La main momifiée d’une jeune femme est découverte… En parallèle, les cadavres mutilés s’amoncellent. .. Les policiers Léonce Desnoyers et son adjoint Raoul... C’est en quelque sorte une suite de La chambre mortuaire mais on peut le lire même si on n’a pas lu le premier tome car les histoires sont indépendantes. On y retrouve cependant les mêmes héros : l’aliéniste Simon Bloomberg, très éprouvé suit au décès de sa femme, égyptologue réputée (voir 1er tome) ; Sarah Englewood l’intelligente gouvernante qui veille sur lui à la « Cour des miracles » et Paris durant l’Exposition universelle. Le roman nous met dans l’ambiance dès le prologue : Sébastien Rouvière suivi d’un dénommé Narcisse Goueslard, s’approche de cadavres de filles qui exercent sur lui une fascination morbide, plonge sa main dans l’eau pour attraper celle d’une fille au hasard et la découpe froidement pour la mettre dans sa poche… Ces deux-là vont forcément jouer un rôle dans l’histoire !! Le lecteur comprend juste que c’est un certain Isidore Meurice qui les envoie là un à un pour y récupérer une main ! Il comprend aussi pour le coup, qu’il ne va pas s’ennuyer et sûrement avoir du mal à s’endormir avant d’avoir terminé la lecture ! La main momifiée d’une jeune femme est découverte… En parallèle, les cadavres mutilés s’amoncellent. .. Les policiers Léonce Desnoyers et son adjoint Raoul Mesnard (déjà en action dans le 1er tome) n’y comprennent rien et décident, malgré son état de dépression, de faire appel au grand aliéniste Simon Bloomberg. Essuyant tout d’abord un refus, ils savent attiser la curiosité du grand aliéniste voire le provoquer… C’est finalement dans l’action, aidée efficacement par Sarah, que celui-ci va retrouver goût à la vie, tout en nous entraînant dans les méandres de cette sordide affaire ! La légende qui court à cette époque, férue de spiritisme et de magie, dit qu’une « main de gloire » porterait chance aux cambrioleurs. En sa possession ils deviendraient même invincibles… Alors tous les voleurs décident de s’en procurer une… En même temps un mystérieux homme en gris leur propose l’affaire du siècle, celle qu’il ne faut surtout pas laisser passer et qui demande du cran et un sacré coup de pousse de la chance voire même carrément l’intervention de la magie… Mais l’assassin traque sans bruit les voleurs dans les ruelles et se cache sous les porches obscurs... Un excellent moment de lecture et du suspense jusqu’au bout !!
    Lire la suite
    En lire moins
  • tousleslivres Posté le 7 Avril 2012
    Pour ce deuxième livre de la série "Grands détectives" Jean-Luc Bizien nous replonge dans Paris de fin 1800, avec toujours en fil conducteur l'exposition universel et la tour Eiffel. Cette nouvelle enquête va conduire nos deux héros de "La chambre mortuaire" le Docteur Blommberg et sa gouvernante Sarah dans les rues de Paris. Une enquête a rebondissement qui, quand on pense qu'elle est résolue, ne l'est pas... J'ai été bluffée et je ne misais pas sur cette fin... J'ai beaucoup aimé les détails du l'expo universel, je m'y voyais dans problème...
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !