Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221128121
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

La Main gauche de la nuit

Cycle de l'Ékumen

Jean BAILHACHE (Traducteur)
Collection : Ailleurs et Demain
Date de parution : 01/03/2012

Le roman qui révéla Ursula K. Le Guin, récompensé par le prix Nebula (1969) et le prix Hugo (1970).
Sur Gethen, la planète glacée que les premiers Envoyés ont baptisée Nivôse, il n'y a ni hommes ni femmes, seulements des êtres humain. Des êtres humains androgynes qui, dans certaines circonstances, adoptent...

Le roman qui révéla Ursula K. Le Guin, récompensé par le prix Nebula (1969) et le prix Hugo (1970).
Sur Gethen, la planète glacée que les premiers Envoyés ont baptisée Nivôse, il n'y a ni hommes ni femmes, seulements des êtres humain. Des êtres humains androgynes qui, dans certaines circonstances, adoptent les caractères de l'un ou l'autre sexe. Les sociétés nombreuses qui se partagent Gethen portent toutes la marque de cette indifférenciation sexuelle.
L'envoyé venu de la Terre, qui passe pour un monstre aux yeux des Géthéniens, parviendra-t-il à leur faire entendre le message de l'Ekumen ?
"La sensibilité et la poésie qui se dégagent de cette œuvre lui confèrent un souffle rarement atteint en SF", Le cafard cosmique

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221128121
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ils en parlent

La sensibilité et la poésie qui se dégagent de cette ¿uvre lui confèrent un souffle rarement atteint en SF. Assurément Ursula LE GUIN méritait amplement son Hugo.
K2R2 / Cafard cosmique

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Horizon_Universe Posté le 12 Juillet 2021
    Au cours de mes lectures, le nom de Le Guin est souvent revenu, et ce livre en particulier, comme étant une des grandes autrice (auteure ?) de science-fiction du 20ième siècle. J’ai mis du temps à y venir … Et quelle claque. Conte, aventure initiatique, critique de la pensée humaine, du genre … Ce livres est tout à la fois, et bien plus encore. Le personnage principal, Genry Ai, est très attachant, et tout son parcours sur cette planète inconnue qu’est Winter pour s’adapter aux moeurs étranges de ses habitants, et pour les convaincre de rejoindre la civilisation intergalactique humaine représentée par les Ekumens, est un des plus beaux parcours qui m’ait été donné de lire. Tout simplement car il fait écho à notre propre vision du monde, et la dualité qui contrôle nos vies : masculin contre féminin. Face à une civilisation qui est les deux en même temps (et donc aucun des deux - mais autre chose), Ai, tout comme le lecteur, doit se forcer à aller au-delà de cette dichotomie, et à voir ce nouveau monde d’une nouvelle manière, se séparer de ses oeillères. Entre commentaire politique et social, ce livre est aussi une histoire d’amour, d’amitié, une tragédie,... Au cours de mes lectures, le nom de Le Guin est souvent revenu, et ce livre en particulier, comme étant une des grandes autrice (auteure ?) de science-fiction du 20ième siècle. J’ai mis du temps à y venir … Et quelle claque. Conte, aventure initiatique, critique de la pensée humaine, du genre … Ce livres est tout à la fois, et bien plus encore. Le personnage principal, Genry Ai, est très attachant, et tout son parcours sur cette planète inconnue qu’est Winter pour s’adapter aux moeurs étranges de ses habitants, et pour les convaincre de rejoindre la civilisation intergalactique humaine représentée par les Ekumens, est un des plus beaux parcours qui m’ait été donné de lire. Tout simplement car il fait écho à notre propre vision du monde, et la dualité qui contrôle nos vies : masculin contre féminin. Face à une civilisation qui est les deux en même temps (et donc aucun des deux - mais autre chose), Ai, tout comme le lecteur, doit se forcer à aller au-delà de cette dichotomie, et à voir ce nouveau monde d’une nouvelle manière, se séparer de ses oeillères. Entre commentaire politique et social, ce livre est aussi une histoire d’amour, d’amitié, une tragédie, de loyauté. Je ne peux que le recommender, comme une des plus belles histoires de SF qui m’ait été donné de lire, duquel je suis sortie bouleversée, certes, mais aussi avec une étrange impression de paix. Une vraie « expérience de pensée », de la SF à l’état pur.#8232;#8232;
    Lire la suite
    En lire moins
  • jcamille Posté le 6 Juillet 2021
    Beaucoup moins emballé que pour les dépossédés. Je trouve l'idée d'un peuple hermaphrodite intéressant mais les personnages sont moins bien décrit, la première partie est difficile à comprendre. L'intrigue est aussi moins prenante et on sent que l'auteure reste du côté intellectuelle sans oser aller au bout de son discours. Après tout on parle de sexe et pas une seule scène dans ce livre... bon ok sur cette planète pas de plaisir de ce côté là, juste l'instinct animal de la reproduction mais quand même ! Quand à la partie "grande traversée d'un désert polaire", elle n'est pas inintéressante mais elle n'est pas passionnante non plus, même un peu long je trouve. Effectivement on peut comparer cet univers à Dune d'Herbert tous des deux riches en idées nouvelles mais l'un sait créer une tension et des personnages très contrastés masculins/féminin ou autres alors que Usrsula nous propose qu'une palette très limité de personnages et d'intrigues. Ca manque beaucoup et finalement je comprends que malgré ses prix, elle soit moins connue.
  • pat88 Posté le 10 Juin 2021
    Ayant pu constater le talent d’Ursula K. Le Guin grâce au premier tome du Cycle de Terremer, c’est avec plaisir que je me suis lancée dans La main gauche de la nuit ! Ce livre est un des derniers tomes de sa saga de science-fiction Le Cycle de l’Ekumen. Cependant, chaque tome se rapportant à une planète différente, ce détail n’a pas gêné ma compréhension et appréciation de ce dernier. Le roman se déroule sur la planète Nivose où le climat est toujours froid. Genly Aï, un terrien et membre de l’Ekumen (une organisation réunissant plusieurs planètes) y est envoyé pour convaincre ses habitants de rejoindre leur alliance interplanétaire. Toutefois, la mission s’avère plus ardue que prévue étant donné la méfiance dont vont faire part certains de ses interlocuteurs. Sans compter qu’il se retrouve au-milieu d’une situation politique très tendue entre deux pays voisins. Que dire sinon d’Estraven, conseiller du roi du pays de Karhaïde au discours si ambigu qu’il ne sait s’il peut le considérer comme un allié ou un ennemi… Ce roman est passionnant, car il regorge de détails sur cette planète imaginaire, sa géographie, sa dimension politique et sociale. En suivant les péripéties de Genly, on voyage au sein de... Ayant pu constater le talent d’Ursula K. Le Guin grâce au premier tome du Cycle de Terremer, c’est avec plaisir que je me suis lancée dans La main gauche de la nuit ! Ce livre est un des derniers tomes de sa saga de science-fiction Le Cycle de l’Ekumen. Cependant, chaque tome se rapportant à une planète différente, ce détail n’a pas gêné ma compréhension et appréciation de ce dernier. Le roman se déroule sur la planète Nivose où le climat est toujours froid. Genly Aï, un terrien et membre de l’Ekumen (une organisation réunissant plusieurs planètes) y est envoyé pour convaincre ses habitants de rejoindre leur alliance interplanétaire. Toutefois, la mission s’avère plus ardue que prévue étant donné la méfiance dont vont faire part certains de ses interlocuteurs. Sans compter qu’il se retrouve au-milieu d’une situation politique très tendue entre deux pays voisins. Que dire sinon d’Estraven, conseiller du roi du pays de Karhaïde au discours si ambigu qu’il ne sait s’il peut le considérer comme un allié ou un ennemi… Ce roman est passionnant, car il regorge de détails sur cette planète imaginaire, sa géographie, sa dimension politique et sociale. En suivant les péripéties de Genly, on voyage au sein de Nivose et découvrons son peuple et ses particularités. Le point le plus fascinant est que la population est asexuée. Ainsi, ils ne sont ni hommes, ni femmes, mais rentrent parfois dans un état dit de « kemma » où ils éprouvent du désir sexuel et deviennent temporairement des êtres de sexe masculin ou féminin. Détail amusant, Genly étant considéré comme une sorte de pervers en kemma constant. Encore une fois, le charme a agi sur moi grâce à la plume d’Ursula K. Le Guin. J’ai retrouvé ce style poétique, bien écrit sans ennuyer qui m’avait déjà ravie dans Terremer. La main gauche de la nuit est un magnifique roman de SF qui m’a captivé de bout en bout. Nul doute que je vais me jeter sur les autres tomes du Cycle de l’Ekumen les yeux fermés. PS : Dans l’introduction du roman, l’autrice laisse entendre que le lecteur est libre de décider qui est le protagoniste de son histoire parmi les deux principaux narrateurs. [masquer] Bien que nous suivions surtout Genly, pour moi le véritable héros est Estraven sans qui il n’aurait pu survivre et mener sa mission à terme. 😊/masquer]
    Lire la suite
    En lire moins
  • aerobace Posté le 5 Mai 2021
    S’attaquer a un monument de la SF 40 ans après sa publication a été une experience enrichissante. Classer comme oeuvre importante et fondamentale, elle remet en question les notions humaines de genre, et de son rôles . Que se passe-t-il lorsque le sexe est complètement retiré de l'équation? Dans un monde où le genre est une caractéristique fluide et en constante évolution, où les rôles de genre prescrits n'existent pas, que reste-t-il? Nous luttons avec Genly Ai alors qu'il tente de comprendre comment les Gethéniens sont à la fois hommes et femmes en même temps, tout comme nous luttons avec Estraven alors qu'il essaie de comprendre Ai et ses voies de l’Ekumen. Il est presque impossible de vraiment lire ce livre sans se plonger dans un essai en profondeur. D'un point de vue littéraire pur, le roman est magnifiquement bien écrit (bien que quelque peu déroutant et en demande beaucoup de ses lecteurs),et avec une intrigue trompeusement simple. Intercalées tout au long du scénario principal (qui alterne entre les perspectives d'Ai et d'Estraven) se trouvent d'autres histoires: des contes du mythe de Gethen et des enregistrements de terrain du prédécesseur d'Ai. Chaque conte et chaque analyse fournit un aperçu du... S’attaquer a un monument de la SF 40 ans après sa publication a été une experience enrichissante. Classer comme oeuvre importante et fondamentale, elle remet en question les notions humaines de genre, et de son rôles . Que se passe-t-il lorsque le sexe est complètement retiré de l'équation? Dans un monde où le genre est une caractéristique fluide et en constante évolution, où les rôles de genre prescrits n'existent pas, que reste-t-il? Nous luttons avec Genly Ai alors qu'il tente de comprendre comment les Gethéniens sont à la fois hommes et femmes en même temps, tout comme nous luttons avec Estraven alors qu'il essaie de comprendre Ai et ses voies de l’Ekumen. Il est presque impossible de vraiment lire ce livre sans se plonger dans un essai en profondeur. D'un point de vue littéraire pur, le roman est magnifiquement bien écrit (bien que quelque peu déroutant et en demande beaucoup de ses lecteurs),et avec une intrigue trompeusement simple. Intercalées tout au long du scénario principal (qui alterne entre les perspectives d'Ai et d'Estraven) se trouvent d'autres histoires: des contes du mythe de Gethen et des enregistrements de terrain du prédécesseur d'Ai. Chaque conte et chaque analyse fournit un aperçu du roman, ajoutant une autre couche de couleur à un monde incroyablement bien documenté et bien développé. Il y a des histoires au coin du feu sur les amants condamnés et les devins, et il y a des postulations sur les origines des Gethéniens et de l'expérimentation génétique humaine. Cela dit, The Left Hand of Darkness n'est pas un livre facile à lire. La prose de LeGuin est descriptive et gracieuse, mais nécessite concentration et mémoire pour comprendre les différents peuples et coutumes. Notamment l’aspect politique a été dure a assimiler. Avec moins de 300 pages, La main gauche de la nuit est remplis d'idées, de thèmes et de concepts enrichissant. Non seulement le genre est examiné en profondeur, mais aussi les systèmes politiques, la religion et les facettes de la nature humaine elle-même. La main gauche de la nuit est le genre de livre qui ne peut s'améliorer qu'après une deuxième, troisième, quinzième lecture. C’est un produit de son temps (publié la même année où Neil Armstrong et Buzz Aldrin ont marché sur la lune), mais plus impressionnant encore, il résiste à l’épreuve du temps. Révolutionnaire, perspicace et stimulant, cela reste un roman classique dans le canon SF pour une bonne raison.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Aucoindelatre Posté le 16 Mars 2021
    J'avoue avoir pris ce livre totalement au hasard pour débuter ma lecture des romans de Le Guin, mais c'était le seul qu'il y avait à ma disposition dans ma bibliothèque. J'ai trouvé ce livre incroyablement actuel, reléguant au statut de romans poussiéreux et démodés un certain nombre de roman SF de notre époque. J'étais totalement plongée dans cette histoire, même si Genly m'a quelque peu agacée. J'ai eu une petite larmichette sur la fin.
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.