Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782348057045
Code sériel : 325
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

La nouvelle raison du monde

Essai sur la société néolibérale

,

Date de parution : 27/02/2020

Le néolibéralisme engage une mutation d’ensemble des rapports politiques et sociaux, et une véritable révolution anthropologique, qui voit l’émergence d’un sujet néolibéral calqué sur le modèle de l’entreprise, soumis à la logique de la concurrence. Un défi politique et intellectuel inédit.

Il est devenu banal de dénoncer l’absurdité d’un marché omniscient, omnipotent et autorégulateur. Cet ouvrage montre cependant que ce chaos procède d’une rationalité dont l’action est souterraine, diffuse et globale. Cette rationalité, qui est la raison du capitalisme contemporain, est le néolibéralisme lui-même. Explorant sa genèse doctrinale et les circonstances...

Il est devenu banal de dénoncer l’absurdité d’un marché omniscient, omnipotent et autorégulateur. Cet ouvrage montre cependant que ce chaos procède d’une rationalité dont l’action est souterraine, diffuse et globale. Cette rationalité, qui est la raison du capitalisme contemporain, est le néolibéralisme lui-même. Explorant sa genèse doctrinale et les circonstances politiques et économiques de son déploiement, les auteurs lèvent de nombreux malentendus : le néolibéralisme n’est ni un retour au libéralisme classique ni la restauration d’un capitalisme « pur ». Commettre ce contresens, c’est ne pas comprendre ce qu’il y a précisément de nouveau dans le néolibéralisme : loin de voir dans le marché une donnée naturelle qui limiterait l’action de l’État, il se fixe pour objectif de construire le marché et de faire de l’entreprise le modèle du gouvernement des sujets.
Par des voies multiples, le néolibéralisme s’est imposé comme la nouvelle raison du monde, qui fait de la concurrence la norme universelle des conduites et ne laisse in-tacte aucune sphère de l’existence humaine. Cette logique érode jusqu’à la conception classique de la démocratie. Elle introduit des formes inédites d’assujettissement qui constituent, pour ceux qui la contestent, un défi politique et intellectuel inédit. Seule l’intelligence de cette rationalité permettra de lui opposer une véritable résistance et d’ouvrir un autre avenir.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782348057045
Code sériel : 325
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ils en parlent

Fruit d'un travail de longue haleine sur le libéralisme et le néolibéralisme, le livre de Pierre Dardot et Christian Laval, prend du relief avec la crise financière mondiale.
Mark Hudyadi / Le Temps

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • cprevost Posté le 31 Décembre 2018
    « La nouvelle raison du monde » est une somme qu'il est impossible de résumer en quelques lignes. Il faut ici brosser à gros traits la démarche et donner seulement quelques-unes des conclusions. D'une grande érudition, ce livre, qui réclame une véritable attention de la part du lecteur, est une invitation pressante à pousser la critique théorique et sociale de l'ordre néolibéral au-delà des analyses les plus ordinaires. Ce qui est en jeu avec le néolibéralisme, c'est la forme même de nos existences, absorbées tout entières qu'elles sont par l'odieux totalitarisme de la concurrence généralisée. Pour arracher nos vies aux vies de travail auxquelles elles sont si médiocrement rabaissées, il convient aujourd'hui de penser le milieu dans lequel nous vivons, agissons et nous transformons ; penser l'environnement où nos activités reproduisent les conditions mêmes de l'aliénation. Nous ne sommes pas en effet en face du néolibéralisme mais dans son monde, dans un univers global qui intègre toutes les dimensions de l'existence humaine, nous sommes « dans la mer sans savoir la mer ». de ce milieu enveloppant, avec Pierre Dardot et Christian Laval, il convient de faire l'inventaire et, si faire se peut, il convient aussi de s'en extraire. Les deux auteurs... « La nouvelle raison du monde » est une somme qu'il est impossible de résumer en quelques lignes. Il faut ici brosser à gros traits la démarche et donner seulement quelques-unes des conclusions. D'une grande érudition, ce livre, qui réclame une véritable attention de la part du lecteur, est une invitation pressante à pousser la critique théorique et sociale de l'ordre néolibéral au-delà des analyses les plus ordinaires. Ce qui est en jeu avec le néolibéralisme, c'est la forme même de nos existences, absorbées tout entières qu'elles sont par l'odieux totalitarisme de la concurrence généralisée. Pour arracher nos vies aux vies de travail auxquelles elles sont si médiocrement rabaissées, il convient aujourd'hui de penser le milieu dans lequel nous vivons, agissons et nous transformons ; penser l'environnement où nos activités reproduisent les conditions mêmes de l'aliénation. Nous ne sommes pas en effet en face du néolibéralisme mais dans son monde, dans un univers global qui intègre toutes les dimensions de l'existence humaine, nous sommes « dans la mer sans savoir la mer ». de ce milieu enveloppant, avec Pierre Dardot et Christian Laval, il convient de faire l'inventaire et, si faire se peut, il convient aussi de s'en extraire. Les deux auteurs dans ces pages conçoivent les libéralismes comme des dispositifs globaux, c'est-à-dire discursifs, institutionnels, politiques, juridiques et économiques ; des machines complexes, mouvantes, susceptibles de reprises et d'ajustements en fonction du surgissement éventuel d'effets indésirables. Les libéralismes sont pour les deux essayistes des mécaniques de nature essentiellement stratégique (comme l'entend M. Foucault). C'est-à-dire qu'elles se constituent à partir d'interventions concertées destinées à modifier les rapports de force dans une direction donnée. Ces efforts ont naturellement pour but d'atteindre des objectifs donnés, objectifs qui ne relèvent cependant en rien d'intentions préétablies et qui semblent au contraire s'imposer aux acteurs. C'est cette lanterne-là qui éclaire tout le nécessaire travail « universitaire » entrepris dans « La nouvelle raison du monde ». Dans un premier temps, les auteurs exposent de manière extrêmement détaillée les travaux du libéralisme des origines. Ils les décrivent comme obsessionnellement préoccupés de droit de propriété et de limites à opposer aux gouvernements. Quatre siècles ainsi de pensée libérale sont passés au crible soulignant ses permanences et ses écarts théoriques. Dans un second temps, ce sont les raisons d'une rupture avec le premier libéralisme en crise et les nouveaux modèles qui sont examinées par Christian Laval et Pierre Dardot. le modèle atomistique de l'individu et du marché parfaitement concurrentiel ne correspondant pas au système existant, les néolibéralismes (ordo-libéralisme allemand et néolibéralisme austro-américain) théorisent et mettent donc empiriquement en place, contre le laisser-faire, un interventionnisme proprement libéral. Ils créent pour ce faire consciemment un ordre légal à l'intérieur duquel l'initiative privée soumise à la concurrence puisse se déployer en toute liberté. Il n'y a pas pour eux en effet de subordination à un ordre naturel ; il n'y a pas d'avantage d'indépendance de l'économie à l'égard des institutions sociales et politiques ; il y a un caractère construit du marché. le capitalisme concurrentiel nécessite pour les néolibéraux une surveillance et une régulation constantes ; une adaptation aux conditions changeantes ainsi qu'une politique d'aide à la réalisation des équilibres. L'économie fondée sur la division du travail et réglée par le marché est un système de production qui ne peut pas être, croient-ils, fondamentalement modifié. Aussi, à la révolution permanente des méthodes et des structures de production doit répondre pour les néolibéraux une adaptation permanente des hommes (modes de vie et des mentalités) et des institutions (entretenir les conditions de fonctionnement du système concurrentiel) qui nécessite une intervention de tous les instants de la puissance publique. Dans un dernier temps enfin, il est question de la nouvelle rationalité néolibérale. La concurrence, nouvelle raison du monde, est désormais la norme de la construction du marché, la norme de l'activité des agents économiques ; elle est aussi celle de la construction des états et de leurs actions pour être celle enfin des sujets-entreprises d’eux-mêmes. Elle efface ainsi la séparation entre la sphère privée et la sphère publique. Cette nouvelle rationalité est a-démocratique parce qu'il y a dans ce nouveau monde une dilution du droit publique au profit du droit privé, une conformation de l'action publique aux critères de rentabilité, une dévaluation de la loi comme acte propre du législatif, un renforcement de l'exécutif et des pouvoirs de police, une promotion du citoyen consommateur d'offres politiques concurrentes … Dans ce monde l'administration publique est technicisée à outrance au détriment des considérations politiques et sociales. L'égalité de traitement et l'universalité des bénéfices sont remis drastiquement en cause. Les sujets n'ont pas de droits mais bénéficient, en échange d'un comportement attendu ou d'un coût direct pour eux, de prestations. La société néolibérale en effet ne doit rien au citoyen qui n'a dorénavant rien sans rien. La nouvelle rationalité prône ses propres critères étrangers aux principes moraux et juridiques de la démocratie. L'état d'exception est maintenant un état permanent. Lorsque la performance est le seul critère d'une politique qu'importent en effet le respect des consciences, la liberté de pensée et d'expression, qu'importe le respect des procédures démocratiques. Dans ce monde, la démocratie est réduite à une procédure unique de sélection des dirigeants, elle doit être jugée sur ses résultats et non sur les valeurs qui prétendument la fondent. le néolibéralisme s'élève contre la soi-disant tyrannie de la majorité. Cette nouvelle rationalité est toujours a-démocratique parce que sa valeur suprême est la liberté individuelle comprise comme la faculté laissée aux individus de se créer pour eux-mêmes un domaine protégé et non la liberté politique comme participation directe aux choix. Faute de pouvoir rendre compte ici de la totalité de l'ouvrage, retenons simplement quelques-unes de ses conclusions. Il est possible de relever quatre grands traits qui caractérisent la raison néolibérale. Premièrement, le marché est une réalité construite qui requière l'intervention active de l'état ainsi que la mise en place d'un système spécifique. le discours libéral n'est pas articulé à une ontologie quelconque de l'ordre marchand. Deuxièmement, l'ordre de marché ne réside pas dans l'échange mais dans la concurrence définie comme une relation d'inégalité entre différentes unités de production. Construire le marché implique donc de faire valoir la concurrence comme norme générale des pratiques économiques et de veiller à son respect. le rôle de l'état est de mettre en place l'ordre-cadre constituant la concurrence et de le superviser. Troisièmement, l'état est soumis dans sa propre action à la norme de la concurrence avec primauté absolue du droit privé. L'état est tenu de se regarder comme une entreprise en ce qui concerne son fonctionnement interne et sa relation aux états. Quatrièmement enfin, la norme de la concurrence atteint directement les individus dans les rapports qu'ils entretiennent avec eux-mêmes. Chacun est une entreprise avec un capital à faire fructifier.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !