Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221219300
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

La Peur

Jörg STICKAN (Traducteur), Sacha ZIEBERFARB (Traducteur)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 22/03/2018
« La lutte passionnelle d’une femme pour sa liberté sur un mode de quasi-thriller psychologique. » Jörg Stickan

Par envie de se divertir, Irene Wagner, épouse d’un riche avocat, entretient une liaison avec un musicien, jusqu’au jour où, en sortant de chez son amant, elle est bousculée par une femme qui la reconnaît. Dès lors, Irene vit dans la peur. Victime d’un odieux chantage, elle paie des sommes...

Par envie de se divertir, Irene Wagner, épouse d’un riche avocat, entretient une liaison avec un musicien, jusqu’au jour où, en sortant de chez son amant, elle est bousculée par une femme qui la reconnaît. Dès lors, Irene vit dans la peur. Victime d’un odieux chantage, elle paie des sommes de plus en plus folles, sans savoir comment expliquer ces dépenses inconsidérées à son mari, et perd tout ce qui fait son existence.
Par souci à la fois de modernisation et de fidélité à la version originale, la collection « Pavillons Poche » publie ce chef-d’oeuvre de Stefan Zweig dans une traduction inédite en poche.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221219300
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • artemisia02 Posté le 21 Mai 2020
    Un roman de S.Zweig est une valeur sûre et celui-ci n'échappe pas à cette règle et c'est tant mieux. Quel plaisir de retrouver la plume de cet auteur si habile à croquer les bourgeois. Un texte magnifique, Sweig explore les sentiments d'Irène face à une situation inédite qui trouble son quotidien bien huilé. Les réactions et les pensées d'Irène nous brossent un portrait bien ennuyeux de cette bourgeoisie où tout est codifié, réglé, tout le monde fait les mêmes choses, la même pensée, et avant tout le paraître.
  • marc_tlse Posté le 8 Mai 2020
    La femme, le mari et l'amant, voilà du grand classique. Le maître chanteur arrive et sous la baguette de S.Zweig, on découvre la peur ... superbe !
  • valsing Posté le 26 Avril 2020
    Irène vit dans la peur Et dans la culpabilité Sueurs assurées ! Elle l’a trompé ! Son mari, avocat de son métier Disséquer les émois Et sur la Vérité Mettre le doigt Il excelle ! Tant de tourments Pourquoi ? L’autre gueuse Qui la harcèle A tout compris Affaire juteuse ! De cette scène conjugale Elle en a fait son fruit Et se régale 100, 200…300 couronnes Pour son silence Quelle indécence ! Pour Irène, pauvre Daronne Repli sur soi Dépression Plus le choix ! Seule Solution Rester chez soi !
  • Fauvine Posté le 24 Avril 2020
    Magistral ! L'intrigue se met en place lentement mais sûrement, et Zweig parvient à nous faire ressentir chaque secousse, chaque nuance de la palette des émotions humaines. Au départ, l'héroïne ne paraît pas spécialement sympathique vu le mépris hautain qu'elle peut avoir vis-à-vis des personnes plus défavorisées qu'elle, vu sa superficialité et son désir de séduire par plaisir d'en être flattée mais sans vraiment aimer en retour. Puis peu à peu, avec son forfait et sa peur grimpante que son mari s'en aperçoive, sa mentalité change, lorsqu'on connaît la souffrance, l'on comprend mieux celles des autres, l'on devient plus empathique, moins suffisant. Et là, elle devient attachante, l'on s'en trouve encore plus embarqué dans l'histoire. Et son mari est aussi très bien approfondi, et pour cela nul besoin de longs développements fastidieux pour l'auteur. J'avais deviné la fin avant le dénouement par contre, ce qui constitue pour moi le petit défaut de cette nouvelle, mais pour le reste, c'est vraiment réussi !
  • Marti94 Posté le 11 Avril 2020
    Certes, "La peur" est une nouvelle de Stefan Zweig qui raconte la culpabilité d'une bourgeoise trompant son mari ce qui pourrait sembler futile mais il le fait avec un tel brio que c'est un vrai plaisir de lecture. Il faut dire que Zweig est un homme sensible, un analyste fin et délicat du cœur humain influencé par les travaux de Sigmund Freud, son ami. Tous ces livres racontent des amours contrariées, des liaisons compliquées, des désirs inavoués ou inassouvis : il est le maître de la littérature psychologique. Cela devrait lui valoir cinq étoiles sur Babelio seulement voilà je n'ai eu aucune empathie pour Irène. Cette jeune femme, qui vit confortablement grâce à son mari avocat à l'air de tellement s'ennuyer qu'elle prend un amant, un jeune pianiste. Elle est très vite envahie d'un sentiment de culpabilité qui se transforme en peur lorsqu'elle se fait harceler par une femme vulgaire qui prétend être la compagne de son amant. Elle va lui faire du chantage en la menaçant de tout révéler à son mari. Terrorisée à l’idée de perdre sa position sociale, Irène cède à ce chantage de plus en plus oppressant. Même si nous sommes dans les années 20, la soumission d'Irène est... Certes, "La peur" est une nouvelle de Stefan Zweig qui raconte la culpabilité d'une bourgeoise trompant son mari ce qui pourrait sembler futile mais il le fait avec un tel brio que c'est un vrai plaisir de lecture. Il faut dire que Zweig est un homme sensible, un analyste fin et délicat du cœur humain influencé par les travaux de Sigmund Freud, son ami. Tous ces livres racontent des amours contrariées, des liaisons compliquées, des désirs inavoués ou inassouvis : il est le maître de la littérature psychologique. Cela devrait lui valoir cinq étoiles sur Babelio seulement voilà je n'ai eu aucune empathie pour Irène. Cette jeune femme, qui vit confortablement grâce à son mari avocat à l'air de tellement s'ennuyer qu'elle prend un amant, un jeune pianiste. Elle est très vite envahie d'un sentiment de culpabilité qui se transforme en peur lorsqu'elle se fait harceler par une femme vulgaire qui prétend être la compagne de son amant. Elle va lui faire du chantage en la menaçant de tout révéler à son mari. Terrorisée à l’idée de perdre sa position sociale, Irène cède à ce chantage de plus en plus oppressant. Même si nous sommes dans les années 20, la soumission d'Irène est assez affligeante. Elle renie son amant dès qu'il y a danger au lieu d'en profiter, pour être rappelée à son devoir de mère et de femme mariée. Même si le dénouement est digne de Zweig, je trouve que la morale n'est pas à la hauteur de la qualité de la narration. Lu en avril 2020
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.