Lisez! icon: Search engine
Sonatine
EAN : 9782355846816
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

La Promesse

Date de parution : 19/04/2018
Après L’Affaire Isobel Vine, le retour de Darian Richards.
Ex-flic des homicides à Melbourne, Darian Richards a laissé derrière lui un cortège de vies anéanties, de familles en deuil, de réponses impossibles à donner. Épuisé par cette litanie de souffrances, il a pris une retraite solitaire dans le Queensland, loin des villes et de leurs turpitudes. Mais les démons... Ex-flic des homicides à Melbourne, Darian Richards a laissé derrière lui un cortège de vies anéanties, de familles en deuil, de réponses impossibles à donner. Épuisé par cette litanie de souffrances, il a pris une retraite solitaire dans le Queensland, loin des villes et de leurs turpitudes. Mais les démons sont partout. Et dans la région, depuis quelques mois, des adolescentes disparaissent sans laisser de traces. La police locale parle de fugues. C’est en général ce qu’on dit quand on ne retrouve pas les corps, Darian le sait, mais il ne veut plus s’en mêler.
Ce n’est plus son histoire. Et pourtant… malgré la promesse qu’il s’est faite de se tenir éloigné des tragédies, l’idée de laisser toutes ces familles sans réponses le hante. Aussi décide-t-il de prendre les choses en main. Mais à sa façon cette fois, sans s’encombrer du protocole. Il est loin d’imaginer ce qui l’attend.
 
Avec son sens phénoménal de l’intrigue, du suspense et son empathie pour son personnage principal, on comprend aisément que Tony Cavanaugh ait été comparé par une presse unanime à Michael Connelly. La ressemblance a néanmoins ses limites. Richards est beaucoup plus sombre et sans compromis que son alter ego américain, Harry Bosch.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355846816
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Book-in Posté le 6 Septembre 2019
    La promesse est le premier roman de l’auteur australien Tony Cavanaugh. Ex flic à la criminel de Melbourne, Darian Richards prend sa retraite et s’installe dans un coin de campagne sans histoires. Difficile de raccrocher pour le meilleur enquêteur du pays lorsqu’une série de meurtres se produit tout près. Un tueur en série menace la population, il n’en faut pas plus à Darian pour repartir en chasse. On découvre alors un enquêteur à la personnalité complexe, à la fois misanthrope et dévoué aux familles des victimes. Darian Richards est un Dr House version flic, seul compte le résultat, il ne s’encombre pas des procédures conventionnelles et légales. Hanté par les criminels qu’il a pu croiser au cours de sa carrière, Darian s’est forgé une conception toute personnelle de la justice. L’objectif n’est donc pas d’arrêter le tueur afin de le remettre aux autorités mais tout simplement de l’éliminer. L’alternance des points de vue enquêteur/tueur est bien équilibrée mais on tarde parfois à comprendre quel personnage on suit en début de chapitre. Les parties concernant le tueur donnent des sueurs froides, on y découvre l’esprit tordu d’un tueur psychopathe, son raisonnement et la façon dont son parcours criminel a évolué pour en arriver... La promesse est le premier roman de l’auteur australien Tony Cavanaugh. Ex flic à la criminel de Melbourne, Darian Richards prend sa retraite et s’installe dans un coin de campagne sans histoires. Difficile de raccrocher pour le meilleur enquêteur du pays lorsqu’une série de meurtres se produit tout près. Un tueur en série menace la population, il n’en faut pas plus à Darian pour repartir en chasse. On découvre alors un enquêteur à la personnalité complexe, à la fois misanthrope et dévoué aux familles des victimes. Darian Richards est un Dr House version flic, seul compte le résultat, il ne s’encombre pas des procédures conventionnelles et légales. Hanté par les criminels qu’il a pu croiser au cours de sa carrière, Darian s’est forgé une conception toute personnelle de la justice. L’objectif n’est donc pas d’arrêter le tueur afin de le remettre aux autorités mais tout simplement de l’éliminer. L’alternance des points de vue enquêteur/tueur est bien équilibrée mais on tarde parfois à comprendre quel personnage on suit en début de chapitre. Les parties concernant le tueur donnent des sueurs froides, on y découvre l’esprit tordu d’un tueur psychopathe, son raisonnement et la façon dont son parcours criminel a évolué pour en arriver à commettre des meurtres en série. Déçue de la fin, j’ai tout de même beaucoup apprécié la traque ainsi que la psychologie des personnages. Tony Cavanaugh possède une plume prometteuse et je n’hésiterai pas à me plonger dans son prochain roman.
    Lire la suite
    En lire moins
  • LisaGiraudTaylor Posté le 10 Août 2019
    Je pense être complètement accro à Darian Richards qu’à l’écriture de Tony Cavanaugh… Comme vous le savez (ou pas), j’ai adoré « Requiem » en début d’année, l puis « L’affaire Isobel Vine »… La Promesse est le livre de liaison entre Isobel et Requiem. On retrouve Darian dans sa période à la retraite, éloigné de tous, dans une cabane de pêcheur, hanté par la disparition d’une jeune femme qu’il n’a pas retrouvée… Dès le début, le premier chapitre, on est plongé dans le cerveau de Darian Richards, dans cette enquête, ses doutes, ses envies, sa rencontre avec Maria, on découvre ses connections, celles que l’on connaissait déjà, celles qui arrivent. C’est fluide, accrocheur, et les personnages sont bien campés, définis… L’enquête nous prend aux tripes et on tremble, on sursaute, on plonge avec le sexy inspecteur dans les méandres de l’Australie et on pénètre dans l’esprit tordu du meurtrier (et par ricochet on ressent la terreur des victimes) ! C’est toujours réellement un bonheur de lecture… et là, il va falloir attendre le prochain… mais quand ? Quand ???
  • BMR Posté le 27 Octobre 2018
    Tony Cavanaugh est l'un de nos lointains voisins, un Aussie. Avec son écriture sèche et percutante, le sens aiguisé de la formule, La Promesse est d'abord celle d'une bonne histoire, celle de Darian Richards, un flic de Melbourne, un des meilleurs flics du pays, venu en Studebaker rouge se ranger des voitures sur la côte est, au bord de la Noosa River, la Floride locale, fatigué et usé par les promesses non tenues aux familles des victimes des serial-killer qu'il n'a pas coffrés. Mais l'auteur n'en serait pas un s'il laissait Darian se reposer en paix et l'ex-flic ne restera pas longtemps à l'ombre dans le comté de la Noosa (endroit ombragé en VO abo) poursuivi par ses démons depuis Melbourne. Les thèmes et l'écriture, le flic et l'intrigue, cette obsession pour les victimes, ... tout cela rappelle bien sûr la série de Connelly, mais Tony Cavanaugh devra encore étoffer un peu ses polars pour soutenir la comparaison. Il lui faut sortir du cliché photo léché et appliqué, professionnel mais impersonnel, tant pour décrire son pays que ses personnages. Il a le temps : La Promesse était chronologiquement le premier épisode des enquêtes de Darian Richards, même si le bouquin est paru en... Tony Cavanaugh est l'un de nos lointains voisins, un Aussie. Avec son écriture sèche et percutante, le sens aiguisé de la formule, La Promesse est d'abord celle d'une bonne histoire, celle de Darian Richards, un flic de Melbourne, un des meilleurs flics du pays, venu en Studebaker rouge se ranger des voitures sur la côte est, au bord de la Noosa River, la Floride locale, fatigué et usé par les promesses non tenues aux familles des victimes des serial-killer qu'il n'a pas coffrés. Mais l'auteur n'en serait pas un s'il laissait Darian se reposer en paix et l'ex-flic ne restera pas longtemps à l'ombre dans le comté de la Noosa (endroit ombragé en VO abo) poursuivi par ses démons depuis Melbourne. Les thèmes et l'écriture, le flic et l'intrigue, cette obsession pour les victimes, ... tout cela rappelle bien sûr la série de Connelly, mais Tony Cavanaugh devra encore étoffer un peu ses polars pour soutenir la comparaison. Il lui faut sortir du cliché photo léché et appliqué, professionnel mais impersonnel, tant pour décrire son pays que ses personnages. Il a le temps : La Promesse était chronologiquement le premier épisode des enquêtes de Darian Richards, même si le bouquin est paru en VF après L'affaire Isobel Vine.
    Lire la suite
    En lire moins
  • mimo26 Posté le 17 Octobre 2018
    Après avoir démissionné de la police criminelle de Melbourne, Darian Richards s'est établi dans une petite ville où il compte bien ne pas être dérangé et où il pense qu'il pourra oublier ses démons. Mais, quelques temps plus tard, des jeunes files disparaissent. Les flics du coin, pas franchement des lumières, pensent à des fugues ; Richards, lui, est sûr qu'un tueur en série est à l'oeuvre. Avec l'aide d'une femme flic, qu'il manipule allègrement, il va traquer ce psychopathe et tenter de s'en débarrasser de façon définitive. A la fois sombre, haletant et parfois drôle, « La Promesse » est un bijou, et Cavanaugh s'affirme comme un des chefs de file du polar anglo-saxon.
  • Mome35 Posté le 28 Septembre 2018
    Après l’excellent « Affaire Isobel Vine, » je n’ai pu m’empêcher de sauter sur l’occasion de lire le second ouvrage paru en France de Tony Cavanaugh. Je spécifie bien « paru en France » car, en fait il s’agit d’un premier roman édité en Australie antérieur à celui qui vient de faire un tabac dans l’Hexagone. Il s’en parle d’ailleurs bien dans l’Affaire Isobel Vine et on voit apparaître déjà les trois personnages qui l’aident dans ses enquêtes, la belle et fougueuse inspectrice de police Maria, son compagnon l’ex-truand Casey et son geek, sans qui rien ne serait possible, Isoceles. J’avoue avoir été quelque peu déconcerté par le style de l’auteur dans les premiers chapitres et puis tout, peu à peu, s’est mis en place, tout s’est éclairé. Dans la région, le Queensland où il s’est retiré après avoir démissionné de la police, Darian Richards reprend du service. Des jeunes filles du coin disparaissent. Elles sont très jeunes (12,13,14 ans), belles, à peu près toutes au physique identique. Enlevées, elles disparaissent, non sans que leur kidnappeur n’est pris des photos d’elles nues, voire mutilées, et leur portable où bien sûr sont insérées ces clichés. Pour Darian, ces jeunes filles sont... Après l’excellent « Affaire Isobel Vine, » je n’ai pu m’empêcher de sauter sur l’occasion de lire le second ouvrage paru en France de Tony Cavanaugh. Je spécifie bien « paru en France » car, en fait il s’agit d’un premier roman édité en Australie antérieur à celui qui vient de faire un tabac dans l’Hexagone. Il s’en parle d’ailleurs bien dans l’Affaire Isobel Vine et on voit apparaître déjà les trois personnages qui l’aident dans ses enquêtes, la belle et fougueuse inspectrice de police Maria, son compagnon l’ex-truand Casey et son geek, sans qui rien ne serait possible, Isoceles. J’avoue avoir été quelque peu déconcerté par le style de l’auteur dans les premiers chapitres et puis tout, peu à peu, s’est mis en place, tout s’est éclairé. Dans la région, le Queensland où il s’est retiré après avoir démissionné de la police, Darian Richards reprend du service. Des jeunes filles du coin disparaissent. Elles sont très jeunes (12,13,14 ans), belles, à peu près toutes au physique identique. Enlevées, elles disparaissent, non sans que leur kidnappeur n’est pris des photos d’elles nues, voire mutilées, et leur portable où bien sûr sont insérées ces clichés. Pour Darian, ces jeunes filles sont certainement, non seulement, violées, mais aussi tuées lorsque leur agresseur n’en a plus l’utilité. Seulement, les corps ne réapparaissent pas. Avec son intelligence, sa ténacité, ses méthodes peu conventionnelles pour ne pas dire « out of limit of the law » va guetter les failles du système dans la procédure du tueur. S’il avait promis de ne plus toucher à son ancien métier, ces jeunes filles disparues et le désarroi des familles le hantent. Bien sûr, Darian Richards contre vents et marées, contre les services du police du coin, contre les familles, contre Maria, adepte de la légalité mais avec un Isoceles, qui de son antre, devant ses écrans, ne recule devant aucune subtilité technique, va finir par pièger Jay Winston Promise, le kidnappeur tueur. La fin est la sienne, c’est-à-dire sans compromis, même en ce qui concerne sa propre justice. Comme pour l’affaire Isabel Vine, Tony Cavanaugh vous prend aux tripes et de fait, vous n’avez pas envie de lâcher sa poursuite dans la quête du criminel. Vous entrez également dans la tête de ce fou furieux lors de chapitres intermédiaires et cela dépasse parfois tellement l’entendement que vous pourrez en avoir des frissons. L’homme est très intelligent, suit une routine longtemps élaboré, jusque dans les moindres détails. Mais il va tomber sur encore plus fort que lui. Fort heureusement, même si cela ne rendra pas la vie à celles qu’il a sauvagement violées puis assassinées.
    Lire la suite
    En lire moins
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !