Lisez! icon: Search engine
Omnibus
EAN : 9782258151666
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe

La Saga des Jalna – T.10 – Le Maître de Jalna

Date de parution : 22/02/2018
La célèbre saga des Jalna enfin disponible en numérique !
« Mazo De la Roche a créé un microcosme étourdissant de vie, des personnages (Adeline, Renny, Finch et les autres) inoubliables, et bien que ce monument littéraire soit ignoré par la plupart de nos dictionnaires, elle mérite bien de figurer parmi les plus grands écrivains de son pays. » Janet... « Mazo De la Roche a créé un microcosme étourdissant de vie, des personnages (Adeline, Renny, Finch et les autres) inoubliables, et bien que ce monument littéraire soit ignoré par la plupart de nos dictionnaires, elle mérite bien de figurer parmi les plus grands écrivains de son pays. » Janet Erié
En seize romans, la vie de la famille Whiteoak à travers quatre générations, depuis le mariage du capitaine Philippe Whiteoak et d'Adeline Court au milieu du XIXe siècle jusqu'au centenaire de leur bien-aimé domaine de Jalna. Un best-seller mondial depuis les années 1930.
Volume 10 sur 16

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258151666
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Milllie Posté le 30 Mars 2021
    La vie se poursuit à Jalna avec un tome dans la continuité des précédents et sans grande surprise, je serais presque tentée de dire "la routine" de la vie de cette extraordinaire famille Whiteoaks qu'on est toujours content de retrouver. Wakefield, le benjamin de la fratrie, est devenu grand et tombe amoureux à son tour : il souhaite arrêter ses études et commencer à travailler pour pouvoir épouser la jolie Pauline. Quand à Finch, le voici de nouveau confronté à Sarah et il ne sait plus s'il doit s'en réjouir ou s'en inquiéter... J'ai pris plaisir à lire ce tome même si j'ai trouvé qu'il recelait moins de surprises et de rebondissements que certains. Il m'a semblé que cet épisode marquait également l'entrée de Jalna dans l'ère moderne, avec pour le lecteur du XXIe siècle des problématiques et des situations qui se rapprochent de plus en plus de ce que nous connaissons. La nature exubérante et vierge des premiers tomes où les pionniers défrichaient un bout de terrain pour construire leurs maisons semble déjà loin : maintenant Renny voit avec désespoir la route s'élargir au détriment des chênes plantés par ces ancêtres. Finie également l'opulence des premiers propriétaires terriens dont la... La vie se poursuit à Jalna avec un tome dans la continuité des précédents et sans grande surprise, je serais presque tentée de dire "la routine" de la vie de cette extraordinaire famille Whiteoaks qu'on est toujours content de retrouver. Wakefield, le benjamin de la fratrie, est devenu grand et tombe amoureux à son tour : il souhaite arrêter ses études et commencer à travailler pour pouvoir épouser la jolie Pauline. Quand à Finch, le voici de nouveau confronté à Sarah et il ne sait plus s'il doit s'en réjouir ou s'en inquiéter... J'ai pris plaisir à lire ce tome même si j'ai trouvé qu'il recelait moins de surprises et de rebondissements que certains. Il m'a semblé que cet épisode marquait également l'entrée de Jalna dans l'ère moderne, avec pour le lecteur du XXIe siècle des problématiques et des situations qui se rapprochent de plus en plus de ce que nous connaissons. La nature exubérante et vierge des premiers tomes où les pionniers défrichaient un bout de terrain pour construire leurs maisons semble déjà loin : maintenant Renny voit avec désespoir la route s'élargir au détriment des chênes plantés par ces ancêtres. Finie également l'opulence des premiers propriétaires terriens dont la fortune familiale semblait suffire à les faire vivre dans un confort matériel inégalé à leur époque. Les questions d'argent n'ont jamais été aussi prégnantes que dans ce tome : il semble que plus aucun des frères Whiteoaks n'en ait assez. La propriété ne rapporte plus assez, l'héritage d'Adeline est déjà loin et aucun des membres de la famille n'a d'économies. Maurice souhaite vendre une partie de ses terres pour y construire d'autres villas, préfigurant sans doute les futurs bouleversements de cette région dans les prochaines décennies. Et la solution trouvée par Renny pour mettre fin à ce projet et se renflouer temporairement semble bien dangereuse... mais ça nous le saurons sans doute dans les prochains épisodes.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Gwen21 Posté le 5 Mars 2020
    Est-ce pour donner du rythme à une saga qui occupe seize tomes qu'un auteur décide, à un moment donné, de faire naître de l'antipathie dans le cœur du lecteur pour les personnages auxquels il a donné son affection au fil de milliers de pages ? Avec ce dixième tome de la saga "Jalna", c'est un peu le phénomène que j'ai identifié. A ne pas confondre avec l'ennui car pas une seconde je n'y ai été confrontée. Non, c'est plus subtil, c'est une patine, une nuance apportées aux personnages principaux comme pour rappeler au lecteur que les personnages qui donnent vie au roman sont avant tout des humains et qu'ils ne doivent pas être idéalisés. Par ce procédé, Mazo de la Roche me donne une nouvelle preuve de son immense talent de chroniqueuse car, en effet, il est bon de faire ressortir les défauts et les qualités des personnages à parts égales car l'auteure évite ainsi l'écueil des clichés et des héros aux dons superlatifs qui finissent par perdre toute crédibilité et risquent même d'agacer à la longue. "Le maître de Jalna" est donc un récit bien équilibré qui chahute quelque peu les habitudes dans lesquelles le lecteur s'est complu jusqu'à présent. Marque-t-il... Est-ce pour donner du rythme à une saga qui occupe seize tomes qu'un auteur décide, à un moment donné, de faire naître de l'antipathie dans le cœur du lecteur pour les personnages auxquels il a donné son affection au fil de milliers de pages ? Avec ce dixième tome de la saga "Jalna", c'est un peu le phénomène que j'ai identifié. A ne pas confondre avec l'ennui car pas une seconde je n'y ai été confrontée. Non, c'est plus subtil, c'est une patine, une nuance apportées aux personnages principaux comme pour rappeler au lecteur que les personnages qui donnent vie au roman sont avant tout des humains et qu'ils ne doivent pas être idéalisés. Par ce procédé, Mazo de la Roche me donne une nouvelle preuve de son immense talent de chroniqueuse car, en effet, il est bon de faire ressortir les défauts et les qualités des personnages à parts égales car l'auteure évite ainsi l'écueil des clichés et des héros aux dons superlatifs qui finissent par perdre toute crédibilité et risquent même d'agacer à la longue. "Le maître de Jalna" est donc un récit bien équilibré qui chahute quelque peu les habitudes dans lesquelles le lecteur s'est complu jusqu'à présent. Marque-t-il un tournant dans la suite de la narration ? C'est possible voire probable et la meilleure façon de le découvrir est encore de poursuivre l'aventure aux côtés des Whiteoak de Jalna. Challenge MULTI-DÉFIS 2020 Challenge PLUMES FÉMININES 2020 Challenge PAVES 2020 Challenge XXème siècle 2020
    Lire la suite
    En lire moins
  • sarahdu91 Posté le 5 Octobre 2019
    Tome 10 de Jalna, on commence un peu à s'essouffler à la lecture. Peu de dynamisme dans la vie au domaine, Finch revient d'Angleterre avec sa tante Augusta, le temps passe et l'argent est plus vite dépensé que ce qu'il pourrait  rapporter à la ferme ou autre activité au domaine. A ce rythme là l'héritage risque de disparaître en peu d'années. Les descendants Whiteoak naissent les uns après les autres,  Renny et Alayne ont prénommé leur fille Adeline, Piers et Pheasant ont déjà deux garçons quant à Wakefield le dernier de la famille, 17 ans et déjà amoureux de Pauline. Enfin, l'attitude du maître de Jalna, Renny, n'est pas toujours enviable et ce dernier n'en fait qu'à sa tête, sa fille risque de déteindre sur lui et ne porte, pas le prénom de son arrière grand - mère pour rien. Un tome assez long et mou dans son déroulement mais qui ne finit pas pour autant dans l'ennui. A Jalna, on est toujours bien servi...
Toute l'actualité des éditions OMNIBUS
Revivez chaque mois les chefs-d'œuvre classiques et populaires.