Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258105157
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

La Scène des souvenirs

Anne-Sylvie HOMASSEL (Traducteur)
Date de parution : 04/04/2013

Quand le rideau se lève sur les souvenirs enfouis…

Quand le rideau se lève sur les souvenirs enfouis…
La célèbre actrice Laurel Nicolson se rend dans le Suffolk, au chevet de sa mère mourante. En feuilletant un album de famille, la comédienne découvre une photographie qu’elle n’avait encore jamais vue. Datée de 1941, celle-ci montre sa mère aux côtés...

Quand le rideau se lève sur les souvenirs enfouis…
La célèbre actrice Laurel Nicolson se rend dans le Suffolk, au chevet de sa mère mourante. En feuilletant un album de famille, la comédienne découvre une photographie qu’elle n’avait encore jamais vue. Datée de 1941, celle-ci montre sa mère aux côtés d’une inconnue – une certaine Vivien, comme Laurel ne tarde pas à l'apprendre. Ce prénom, étrangement familier à ses oreilles, la ramène brusquement cinquante ans en arrière, au cœur d’un après-midi d’été étouffant. L’adolescente rêveuse qu’elle était alors avait assisté à un événement tragique qu’elle avait ensuite tout fait pour oublier.
Hantée par ce souvenir, Laurel décide de fouiller dans le passé de sa famille. L’histoire secrète qu’elle exhume la plonge dans Londres, en pleine Seconde Guerre mondiale.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258105157
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ils en parlent

"Un roman rempli de mystères et de sentiments."
L'Est-éclair / Libération Champagne

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Justine_of_Delaford Posté le 9 Septembre 2021
    Que dire après avoir lu les 690 pages de ce roman si ce n’est : « Bon sang de putois ! Encore une fois je n’ai pas vu venir la chute ! » Pourtant, malgré un premier chapitre très alléchant et tous les avis très positifs sur cette histoire, j’étais un peu perplexe au début. Il faut dire que Dorothy n’est pas un personnage principal des plus sympathiques, et j’ai trouvé quelques longueurs. Bon, ce dernier point ne m’a pas trop étonné : Kate Morton aime prendre son temps, décrire les choses avec précision et c’est ce qui fait qu’on se sent plongé dans le récit. Je me suis donc laissée porter par la plume mystérieuse de Kate Morton, ouvrant l’œil aux indices qu’elle distille un peu partout au fil des pages, entre 2011 et les années 1930-1940, en plein Blitz. Comme Laurel, on suit l’histoire comme une enquête, essayant de comprendre ce qui a poussé Dorothy à tuer cet homme en fouillant dans son passé et dans celui des personnes qu’elle a côtoyé, tels Jimmy et Vivien, qui sont bien plus attachants. La révélation finale ne m’a pas déçue et a rattrapé le manque d’enthousiasme que j’ai eu lors... Que dire après avoir lu les 690 pages de ce roman si ce n’est : « Bon sang de putois ! Encore une fois je n’ai pas vu venir la chute ! » Pourtant, malgré un premier chapitre très alléchant et tous les avis très positifs sur cette histoire, j’étais un peu perplexe au début. Il faut dire que Dorothy n’est pas un personnage principal des plus sympathiques, et j’ai trouvé quelques longueurs. Bon, ce dernier point ne m’a pas trop étonné : Kate Morton aime prendre son temps, décrire les choses avec précision et c’est ce qui fait qu’on se sent plongé dans le récit. Je me suis donc laissée porter par la plume mystérieuse de Kate Morton, ouvrant l’œil aux indices qu’elle distille un peu partout au fil des pages, entre 2011 et les années 1930-1940, en plein Blitz. Comme Laurel, on suit l’histoire comme une enquête, essayant de comprendre ce qui a poussé Dorothy à tuer cet homme en fouillant dans son passé et dans celui des personnes qu’elle a côtoyé, tels Jimmy et Vivien, qui sont bien plus attachants. La révélation finale ne m’a pas déçue et a rattrapé le manque d’enthousiasme que j’ai eu lors de la première partie du roman ! J’ai trouvé les deux derniers chapitres assez émouvants. Une fois que j’ai lu la fameuse révélation, je me suis dit que Kate Morton avait vraiment bien su gérer son intrigue ! Comme à chaque fois, je referme un de ses romans en me disant que je ne tiendrais peut-être pas ma résolution d’en lire un par an tellement je ressors ravie de ma lecture ! Vous vous souvenez des sagas de l’été qui passaient à la télé chaque année ? Eh bien, si vous aimez les histoires alternant le passé et le présent, avec des secrets de famille, et des révélations vers les dernières pages, lisez un roman de Kate Morton !
    Lire la suite
    En lire moins
  • LauraBrams Posté le 11 Juillet 2021
    Je suis toujours emballé par le talent de Kate Morton pours peindre les lieux, personnages et atmosphères, sans parler de son génie de l'intrigue. C'est riche, foisonnant sans être soûlant. Elle nous immerge complètement dans son univers. Ouvrir le livre est un geste magique qui vous téléporte instantanément dans son histoire, dès les premières lignes lues. J'adore et j'admire ! Vous observez ses personnages, voyez leurs moindres gestes, les micro-événements, le monde qui vit autour d'eux, et plongez dans leurs réflexions.
  • MaToutePetiteCulture Posté le 25 Mars 2021
    J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce roman, dont l’intrigue a su me convaincre, et dont les personnages étaient bien approfondis. Il a marqué ma découverte de Kate Morton, dont je sais maintenant qu’elle est une autrice dont les romans me plairont ! Dès les premières lignes du roman, j’étais dedans. Kate Morton ouvre son roman sur une scène terriblement forte en émotions et en mystère, ce qui m’a immédiatement accroché. Elle a également un grand don pour révéler les ambiances dans lesquelles évoluent leurs personnages; j’ai ressenti la chaleur écrasante de l’été dans un chapitre, et me suis retrouvée dans la poussière et le bruit du Londres pendant le blitz dans celui d’après. Dans son récit, elle réussit à instaurer à instaurer une densité au niveau de l’ambiance, une profondeur des personnages, et une histoire passionnante dont le mystère ne se résout qu’à la toute fin : je suis conquise ! J’ai été captivée par l’histoire qui m’était racontée par l’autrice : ce mystère que Lauren cherche à éclaircir sur sa mère était très intriguant, d’autant plus qu’il nous permet de nous balader entre deux époques, l’une étant la Seconde Guerre Mondiale. J’ai adoré cette double temporalité, qui... J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce roman, dont l’intrigue a su me convaincre, et dont les personnages étaient bien approfondis. Il a marqué ma découverte de Kate Morton, dont je sais maintenant qu’elle est une autrice dont les romans me plairont ! Dès les premières lignes du roman, j’étais dedans. Kate Morton ouvre son roman sur une scène terriblement forte en émotions et en mystère, ce qui m’a immédiatement accroché. Elle a également un grand don pour révéler les ambiances dans lesquelles évoluent leurs personnages; j’ai ressenti la chaleur écrasante de l’été dans un chapitre, et me suis retrouvée dans la poussière et le bruit du Londres pendant le blitz dans celui d’après. Dans son récit, elle réussit à instaurer à instaurer une densité au niveau de l’ambiance, une profondeur des personnages, et une histoire passionnante dont le mystère ne se résout qu’à la toute fin : je suis conquise ! J’ai été captivée par l’histoire qui m’était racontée par l’autrice : ce mystère que Lauren cherche à éclaircir sur sa mère était très intriguant, d’autant plus qu’il nous permet de nous balader entre deux époques, l’une étant la Seconde Guerre Mondiale. J’ai adoré cette double temporalité, qui permet de découvrir des personnages aux multiples facettes, des secrets très difficiles et très émouvants. Kate Morton réussit à jouer avec le caractère de ses personnages pour leur donner beaucoup de mystère, et ne les révéler réellement qu’au fil des chapitres, ce qui leur donne beaucoup de profondeur et que je trouve passionnant. Et je me suis faite pas mal balader au long de ce livre, je dois le dire, par cette histoire totalement dingue ! J’ai beaucoup aimé la manière dont Kate Morton explore les liens mère-fille dans ce roman. La manière dont Lauren cherche qui était réellement sa mère, quelle était son histoire de fille et de femme avant d’être celle de mère – celle que seul un enfant réussit à voir la plupart du temps – m’a beaucoup touchée. Les interactions entre Lauren et sa fratrie sont très sympathiques, la manière dont elle l’appréhende et la place qu’elle y tient sont émouvantes. J’ai vraiment été très agréablement surprise par la profondeur des personnages, et me suis beaucoup reconnue dans certains aspects. La Scène des souvenirs a conquis mon coeur de lectrice, et il me tarde maintenant de découvrir d’autres romans de Kate Morton ! Ca tombe bien, Les brumes de Riverton m’attend patiemment dans ma bibliothèque !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Alapagedeslivres Posté le 20 Janvier 2021
    J’aime découvrir de nouveaux auteurs. Pour moi, Kate MORTON est l’un d’entre eux puisque je n’avais jamais ouvert l’un de ses livres. Pourtant, ses titres et couvertures ont toujours attiré mes yeux. Je qualifierai celui-ci de dense, très détaillé, profond, énigmatique dans les détails donnés. Pas loin de 700 pages de souvenirs, de descriptions de scènes du passé. La scène des souvenirs est un ballet incessant entre le présent d’une actrice mature (qui est sur le point de perdre sa mère) et le passé, à Londres, au coeur du blitz et dans l’après-guerre. D’où cette couverture en noir et blanc, ces deux femmes qui semblent sourire à la vie, dans des tenues d’une autre époque… Dans ce va-et-vient mélancolique, enrobé de mystère et étoffé de secrets, on assiste à un lien particulier, une sorte d’amitié mal définie entre Dorothy et Vivien. Ce livre décrit leur rencontre, leur sensibilité, leur appréciation de la vie et de l’autre. Ce sont aussi deux réalités qui se télescopent. Kate MORTON tisse de sa plume toutes les relations, telles des toiles qui s’entrecroisent : les fratries, les amours, les connaissances et l’ensemble s’imbriquent dans un contexte bien bâti. Dorothy ou Vivien, tantôt vieille femme ou enfant, adulte... J’aime découvrir de nouveaux auteurs. Pour moi, Kate MORTON est l’un d’entre eux puisque je n’avais jamais ouvert l’un de ses livres. Pourtant, ses titres et couvertures ont toujours attiré mes yeux. Je qualifierai celui-ci de dense, très détaillé, profond, énigmatique dans les détails donnés. Pas loin de 700 pages de souvenirs, de descriptions de scènes du passé. La scène des souvenirs est un ballet incessant entre le présent d’une actrice mature (qui est sur le point de perdre sa mère) et le passé, à Londres, au coeur du blitz et dans l’après-guerre. D’où cette couverture en noir et blanc, ces deux femmes qui semblent sourire à la vie, dans des tenues d’une autre époque… Dans ce va-et-vient mélancolique, enrobé de mystère et étoffé de secrets, on assiste à un lien particulier, une sorte d’amitié mal définie entre Dorothy et Vivien. Ce livre décrit leur rencontre, leur sensibilité, leur appréciation de la vie et de l’autre. Ce sont aussi deux réalités qui se télescopent. Kate MORTON tisse de sa plume toutes les relations, telles des toiles qui s’entrecroisent : les fratries, les amours, les connaissances et l’ensemble s’imbriquent dans un contexte bien bâti. Dorothy ou Vivien, tantôt vieille femme ou enfant, adulte amoureuse ou dame de compagnie, a su m’embarquer dans son état d’esprit page après page, dans les quatre grandes parties du livre. J’ai assisté à leurs états d’âme. Ce fut intense, long, pertinent. Car, cette intrigue autour de ces deux personnalités est cousue avec minutie, forte d’indices. Disséminés, ils n’ont l’air de rien mais ils ont toute leur importance. Si je venais à découvrir un deuxième roman de Kate MORTON, je serais plus attentive au moindre mot de son récit, les objets, les paroles, les circonstances. Dans la scène des souvenirs, il y a un moment où je me suis demandée où toutes ces scènes allaient me mener. A la fin du livre, j’ai applaudi des deux mains le coup de maître de l’auteure. Ce roman est admirable. Sa non-chronologie crée un effet construit déconstruit intéressant. Au final, j’ai donc beaucoup apprécié l’auteure et ce roman. Il a fallu les appréhender mais ils ont réussi, l’une et l’autre, me combler. Ce fut une lecture passionnante qui en appellera d’autres…
    Lire la suite
    En lire moins
  • zakfm Posté le 28 Octobre 2020
    Une belle écriture, un secret de famille bien mystérieux et dramatique, des allers-retours entre le Londres de 1941 et la campagne anglaise en 2011 nous permettent de passer un moment plutôt agréable. Il manque juste un petit quelque chose pour ne pas vite oublier ce mélo un peu trop lisse.
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.