Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221253441
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
La Servante écarlate - Nouvelle traduction
Michèle Albaret-Maatsch (traduit par, préface de), Michèle Albaret-Maatsch (traduit par, préface de)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 14/01/2021
Éditeurs :
Robert Laffont

La Servante écarlate - Nouvelle traduction

Michèle Albaret-Maatsch (traduit par, préface de), Michèle Albaret-Maatsch (traduit par, préface de)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 14/01/2021
« Les meilleurs récits dystopiques sont universels et intemporels. [...] La Servante écarlate éclaire d’une lumière terrifiante l’Amérique contemporaine. » Télérama.
Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Galaad, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d’esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de... Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Galaad, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d’esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred, servante écarlate parmi d’autres à qui l’on a ôté jusqu’à son nom, met donc son corps au service... Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Galaad, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d’esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred, servante écarlate parmi d’autres à qui l’on a ôté jusqu’à son nom, met donc son corps au service de son Commandant et de sa femme. Le soir, dans sa chambre à l’austérité monacale, elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, de travailler... En rejoignant un réseau clandestin, elle va tout tenter pour recouvrer sa liberté.
Paru en 1985, La Servante écarlate est aujourd’hui un classique de la littérature anglo-saxonne et un étendard de la lutte pour les droits des femmes. Si la série adaptée de ce chef-d’œuvre a donné un visage à Defred, celui d’Elisabeth Moss, cette nouvelle traduction révèle toute sa modernité ainsi que la finesse et l’intelligence de Margaret Atwood. La Servante est un roman polysémique, empli de références littéraires et bibliques, drôle même... et c’est à nous, lecteurs, de découvrir ses multiples facettes.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221253441
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • CelineTH7854 12/07/2022
    Je me suis laissée envahir par ce roman, malgré quelques longueurs, qui dépeint un avenir terrible pour les femmes, toujours possible si l'on n'y prend pas garde, et peut-être même sous certains aspects déjà en marche... Mais finir comme ça en ne sachant plus quoi penser, c'est encore plus terrible ! Mince alors !!
  • PetiteSourisDeBibliotheque 08/07/2022
    J’ai adoré. Voilà. J’ai adoré la plume de l’auteure, j’ai adoré l’esprit féministe qu’il dégage, j’ai adoré la façon dont ça m’a fait froid dans le dos, j’ai adoré le fait que ce soit encore d’actualité bien que le livre ait été écrit en 1986. Pour les fans de dystopies pleines d’action comme Divergente ou Hunger Games, passez votre chemin, parce qu’ici vous ne trouverez pas de grande aventure ou d’héroïne badass. En fait, on suit le quotidien de Offred (Defred en VF), une ‘servante écarlate’ à travers ses yeux (c’est elle le narrateur donc). On n’en sait donc pas plus qu’elle et on en apprend plus sur Gilead, la société, etc., au compte-goutte. La narration oscille entre présent et flashbacks (qui ne sont d’ailleurs pas nécessairement chronologiques). J’ai pas envie de trop vous spoiler, mais un mot sur les thèmes s’impose. Gilead est un état théocratique et patriarcal. Comprenez : si t’es une femme, ferme ta gueule et fais des gosses, amen. Elles ne peuvent rien posséder, ne lisent pas, ne participe pas à la vie politique du pays, elles sont entièrement dépendantes de leur conjoint (et si elles n’en n’ont pas et sont inutiles, hop, à la poubelle). Le féminisme... J’ai adoré. Voilà. J’ai adoré la plume de l’auteure, j’ai adoré l’esprit féministe qu’il dégage, j’ai adoré la façon dont ça m’a fait froid dans le dos, j’ai adoré le fait que ce soit encore d’actualité bien que le livre ait été écrit en 1986. Pour les fans de dystopies pleines d’action comme Divergente ou Hunger Games, passez votre chemin, parce qu’ici vous ne trouverez pas de grande aventure ou d’héroïne badass. En fait, on suit le quotidien de Offred (Defred en VF), une ‘servante écarlate’ à travers ses yeux (c’est elle le narrateur donc). On n’en sait donc pas plus qu’elle et on en apprend plus sur Gilead, la société, etc., au compte-goutte. La narration oscille entre présent et flashbacks (qui ne sont d’ailleurs pas nécessairement chronologiques). J’ai pas envie de trop vous spoiler, mais un mot sur les thèmes s’impose. Gilead est un état théocratique et patriarcal. Comprenez : si t’es une femme, ferme ta gueule et fais des gosses, amen. Elles ne peuvent rien posséder, ne lisent pas, ne participe pas à la vie politique du pays, elles sont entièrement dépendantes de leur conjoint (et si elles n’en n’ont pas et sont inutiles, hop, à la poubelle). Le féminisme est évidemment un des thèmes principaux, mais il y en a d’autres, parfois sous-jacents : l’environnement, car si les femmes ne savent plus enfanter, c’est probablement du à la pollution, les OGM, les radiations ou autres ; l’importance de l’éducation ; les technologies ; le fanatisme religieux ; etc. Bref, je pense que c’est un livre qui fait beaucoup réfléchir et qu’il est intéressant de lire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • 87fanny91 03/07/2022
    Convaincue par ce roman d’anticipation que je voulais lire depuis longtemps. Dystopie féministe, ce roman canadien paru en 1985 est pourtant d’une cruelle actualité - d’ailleurs la vague #metoo et la série l’ont remis en lumière. Un roman dur, un monde glaçant et une héroïne lucide sur ses compromis et ses limites. Contre toutes les oppression et les dictatures. Magistral.
  • InesPeret 28/06/2022
    C’est après n’avoir vu que quelques épisodes de la série que j’ai voulu me plonger dans le livre. Et pour la première fois, pour l’instant, je préfère la série au livre. J’ai beaucoup aimé ma lecture : l’univers, les différents personnages et les rôles bien précis qu’ils jouent dans cette société, le principe d’une société qui se veut « idéale », la fin très intriguant elle aussi. Mais je reste un peu sur ma faim à cause de la série. J’ai trouvé qu’il ne se passait finalement pas grands choses, peu de rebondissements, rien n’est vraiment creusé (qui a mis en place cette société, comment…) Je pense que j’en attendais beaucoup à cause de la série qui est beaucoup plus « spectaculaire » que le livre et qui tient davantage en haleine. Ça reste tout de même une très bonne lecture mais il faut réussir à se détacher de la série (ce dont je ne suis pas arrivée).
  • LaMoun 27/06/2022
    Je finis la lecture de cette dystopie alors que les Etats conservateurs américains se précipitent pour interdire l’avortement après l’arrêt de la Cour suprême qui a annulé ce droit au niveau fédéral. ça fait froid dans le dos ! C'est un roman choc mais écrit sur un ton très "calme" voir "doux", ton qui retranscrit bien l'état d'âme et le quotidien de Defred . Le roman est cependant un peu "plat" , il manque de quelques rebondissements pour pimenter l'histoire effrayante de ces femme et cette société .
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !