Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221215586
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

La Tête sous l'eau

Collection : Collection R
Date de parution : 23/08/2018
Par l'auteur de Je vais bien, ne t'en fais pas.

Quand mon père est ressorti du commissariat, il avait l’air perdu. Il m’a pris dans ses bras et s’est mis à pleurer. Un court instant j’ai pensé : ça y est, on y est. Léa est morte.
Puis il s’est écarté et j’ai vu un putain de sourire se former sur...

Quand mon père est ressorti du commissariat, il avait l’air perdu. Il m’a pris dans ses bras et s’est mis à pleurer. Un court instant j’ai pensé : ça y est, on y est. Léa est morte.
Puis il s’est écarté et j’ai vu un putain de sourire se former sur son visage. Les mots avaient du mal à sortir. Il a fini par balbutier : « On l’a retrouvée. Merde alors. On l’a retrouvée. C’en est fini de ce cauchemar. »
Il se trompait. Ma soeur serait bientôt de retour mais nous n’en avions pas terminé.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221215586
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Alinette74 Posté le 30 Janvier 2020
    [AVIS LECTURE] Retour sur ma lecture « la tête sous l’eau » de @olivieradam35 aux éditions @robert_laffont On plonge dans l’histoire d’Antoine et ses parents dévastés par la disparition de Léa et lorsque ceux ci la retrouvent enfin il faut reconstruire et réapprendre à avancer ensemble. Un roman qui m’a bouleversé. Le narrateur Antoine m’a beaucoup touché un adolescent avec ses tourments, ses premiers emois et la tristesse de la disparition de sa sœur. Quand elle revient dans sa vie, il faut se reconstruire. Le mystère plane sur ce qui s’est passé pendant ce temps ou Léa avait disparu, l’incompréhension, la douleur. Beaucoup de sentiments partagés par l’auteur dans ce roman qui est adapté aussi bien à un public adolescent qu’adulte. Ce roman a été pour moi une belle surprise. L’écriture est fluide, agréable , le suspense est présent dans une ambiance inquiétante. Même si la fin reste un tout petit peu simple j’ai beaucoup apprécié cette histoire.
  • Laulette Posté le 27 Janvier 2020
    La tête sous l'eau est un roman qui a beaucoup fait parler de lui à sa sortie. Il m'intriguait également, surtout que j'avais aimé la plume d'Olivier Adam dans Je vais bien, ne t'en fais pas. Lorsque je suis tombée dessus à la bibliothèque, je n'ai pas hésité à l'emprunter. Comme je m'y attendais, j'ai passé un excellent moment avec ce roman. Je l'ai d'ailleurs lu très rapidement tant il m'a captivée. Après avoir longtemps vécu à Paris, les parents de Léa et Antoine, deux adolescents, décident de déménager en Bretagne, dans un village appelé Saint-Lunaire. Si Antoine apprécie cette nouvelle vie bretonne, ce n'est pas le cas de Léa. Sa relation avec ses parents se dégrade et elle devient de plus en plus mystérieuse. Alors qu'elle se rend dans un festival de musique avec son oncle, elle disparaît brutalement. A-t-elle fugué ? A-t-elle été enlevée ? La famille plonge alors dans un cauchemar durant de longs mois. Tandis que l'espoir de retrouver Léa s'amenuit de plus en plus, elle réapparaît. Mais les retrouvailles et la quête de vérité s'annoncent compliquées : la famille est-elle prête à entendre Léa ? Le narrateur de cette histoire est Antoine, le petit frère de Léa.... La tête sous l'eau est un roman qui a beaucoup fait parler de lui à sa sortie. Il m'intriguait également, surtout que j'avais aimé la plume d'Olivier Adam dans Je vais bien, ne t'en fais pas. Lorsque je suis tombée dessus à la bibliothèque, je n'ai pas hésité à l'emprunter. Comme je m'y attendais, j'ai passé un excellent moment avec ce roman. Je l'ai d'ailleurs lu très rapidement tant il m'a captivée. Après avoir longtemps vécu à Paris, les parents de Léa et Antoine, deux adolescents, décident de déménager en Bretagne, dans un village appelé Saint-Lunaire. Si Antoine apprécie cette nouvelle vie bretonne, ce n'est pas le cas de Léa. Sa relation avec ses parents se dégrade et elle devient de plus en plus mystérieuse. Alors qu'elle se rend dans un festival de musique avec son oncle, elle disparaît brutalement. A-t-elle fugué ? A-t-elle été enlevée ? La famille plonge alors dans un cauchemar durant de longs mois. Tandis que l'espoir de retrouver Léa s'amenuit de plus en plus, elle réapparaît. Mais les retrouvailles et la quête de vérité s'annoncent compliquées : la famille est-elle prête à entendre Léa ? Le narrateur de cette histoire est Antoine, le petit frère de Léa. J'ai beaucoup aimé le fait d'avoir l'histoire à travers les yeux de ce garçon. Sa sensibilité m'a touchée. Il croit dur comme fer que sa sœur reviendra un jour. Et heureusement qu'il est là pour garder espoir. Léa m'a elle aussi touchée. Elle m'a même bouleversée dans la seconde partie du roman, lorsqu'elle réapparaît. Sa parole est essentielle et fait réaliser plein de choses au lecteur. Les parents sont aussi joliment travaillés. On voit à quel point un drame peut séparer deux êtres, qui pensaient s'aimer toute leur vie. Bien que triste, l'intrigue m'a énormément plu. La plume d'Olivier Adam y est pour quelque chose. Il fait passer à merveilles les émotions et passions des personnages. Sans rentrer dans le mélodramatique, l'auteur a une écriture juste et poignante. La tournure que prend l'histoire après la réapparition de Léa m'a convaincue. On se focalise sur Léa, la victime. Et c'est tellement rare. C'est si peu commun de se concentrer sur la victime, ses sentiments, sa guérison. C'est également intéressant de voir les réactions de ses proches. Entre culpabilité et curiosité malsaine, tout le monde ne réagit pas pareil face à l'horreur de l'espèce humaine. La tête sous l'eau est donc un roman qui m'a profondément émue et qui m'a provoqué des frissons. Je l'ai lu quasiment d'une traite tant j'étais prise dans l'histoire, aux côtés de Léa et d'Antoine. C'est aussi un roman qui peut faire peur, il nous aide à réaliser que le pire peut se dérouler, même dans un coin supposé tranquille. Le mal n'est pas forcément là où on l'attend. Si ce n'est pas déjà fait, je vous recommande grandement de lire ce livre, il est court et il existe en version poche. Plus d'excuses !
    Lire la suite
    En lire moins
  • ClgValmy Posté le 25 Janvier 2020
    Roman à l'histoire unique en son genre, la tête sous l'eau s'attaque à un sujet épineux et original : les enlèvements mais surtout ce qu'il se passe après. Ce livre raconte, non ce qu'il arrive pendant le kidnapping mais ce qu'il arrive au retour, les séquelles, la peur du retour du kidnappeur, les souvenirs qui remontent. L'histoire n'est pas racontée par la victime de l'enlèvement mais par un de ses proches (son frère précisément). Le plus original, n'est peut être pas le choix du sujet mais le choix de la voix narratrice. On voit comment se passe l'enlèvement mais surtout comment l'entourage, les autres réagissent. L'histoire est parfois coupée de lettres envoyée par la sœur du narrateur, on voit alors l'autre côté de la pièce, sa version. Une tout autre version que celle de son frère. À ne pas lire pour les personnes sensibles, mais recommandé aux amateurs d'histoires macabres et tristes (prévoir la boîte de Kleenex au cas ou quand même). Zoé
  • Maliae Posté le 23 Janvier 2020
    Léa a disparu. Ses parents, son frère, ne savent pas ce qu’elle est devenue et la famille vole en éclat. Et puis un jour, on retrouve Léa, mais c’est loin d’être la fin de l’histoire. La jeune fille est traumatisée par ce qui lui est arrivée. On va suivre l’histoire à travers les yeux du frère. J’ai bien aimé ce livre. J’ai trouvé l’écriture très fluide, très agréable à lire. L’histoire est assez dramatique mais traité avec douceur. Le personnage du frère est attachant. J’ai eu plus de mal avec ses parents par contre. Léa est une adolescente, qui avant sa disparition, était assez capricieuse et se mettait facilement en colère. Elle en voulait à ses parents d’avoir déménagé. Plus tard, après sa réapparition, c’est une fille fragile dont le frère va tout faire pour l’aider et la protéger. Ce sont tous deux des personnages touchants qui font de leur mieux avec ce qu’il se passe. Certains actes dans ce roman m’ont pas mal mise mal à l’aise voir horrifié. Je comprends pas comment certaines personnes peuvent agir de cette façon. J’ai beaucoup plaint Léa et son frère. La fin est douce et conclue bien le roman. C’était une lecture agréable sur une... Léa a disparu. Ses parents, son frère, ne savent pas ce qu’elle est devenue et la famille vole en éclat. Et puis un jour, on retrouve Léa, mais c’est loin d’être la fin de l’histoire. La jeune fille est traumatisée par ce qui lui est arrivée. On va suivre l’histoire à travers les yeux du frère. J’ai bien aimé ce livre. J’ai trouvé l’écriture très fluide, très agréable à lire. L’histoire est assez dramatique mais traité avec douceur. Le personnage du frère est attachant. J’ai eu plus de mal avec ses parents par contre. Léa est une adolescente, qui avant sa disparition, était assez capricieuse et se mettait facilement en colère. Elle en voulait à ses parents d’avoir déménagé. Plus tard, après sa réapparition, c’est une fille fragile dont le frère va tout faire pour l’aider et la protéger. Ce sont tous deux des personnages touchants qui font de leur mieux avec ce qu’il se passe. Certains actes dans ce roman m’ont pas mal mise mal à l’aise voir horrifié. Je comprends pas comment certaines personnes peuvent agir de cette façon. J’ai beaucoup plaint Léa et son frère. La fin est douce et conclue bien le roman. C’était une lecture agréable sur une histoire douce-amère et assez dure.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Stelphique Posté le 20 Janvier 2020
    Ce que j’ai ressenti: « Tout le monde a l’air heureux. La mer est belle. Qu’est-ce que j’en ai à foutre? » Je suis d’humeur déferlante. À me plonger La tête sous l’eau. Ressentir le pouvoir de la mer. D’humeur à lire les mots de Olivier Adam, et découvrir l’histoire de Léa. Et j’écris pour ne pas oublier cette petite. Léa qui se prend une vague de tristesse, et dans son désespoir d’adolescente en mal de vivre, disparaît. Et quand elle revient de ses eaux troubles, son regard est mouillé. Et brisé. Alors j’écris, même si tu n’entends pas, que tu ne réponds pas. Pourquoi d’ailleurs, tu ne réponds pas?! Ça sent la mer et ça, j’adore. Mais tu ne réponds pas. J’ai regardé Léa, aimer et souffrir. Et puis, j’ai suivi les péripéties d’une famille qui explose. Des liens qui claquent dans le vent. Des paroles de trop et des silences pesants. Et la mer, si belle, comme repère. J’ai même constaté comme le malheur peut frapper plus fort qu’un tsunami. Et puis, un frère face à la détresse et va mettre sa tête sous l’eau. Noyer son regard aussi dans la mer et l’amour. Alors j’ai laissé un peu d’émotions dans... Ce que j’ai ressenti: « Tout le monde a l’air heureux. La mer est belle. Qu’est-ce que j’en ai à foutre? » Je suis d’humeur déferlante. À me plonger La tête sous l’eau. Ressentir le pouvoir de la mer. D’humeur à lire les mots de Olivier Adam, et découvrir l’histoire de Léa. Et j’écris pour ne pas oublier cette petite. Léa qui se prend une vague de tristesse, et dans son désespoir d’adolescente en mal de vivre, disparaît. Et quand elle revient de ses eaux troubles, son regard est mouillé. Et brisé. Alors j’écris, même si tu n’entends pas, que tu ne réponds pas. Pourquoi d’ailleurs, tu ne réponds pas?! Ça sent la mer et ça, j’adore. Mais tu ne réponds pas. J’ai regardé Léa, aimer et souffrir. Et puis, j’ai suivi les péripéties d’une famille qui explose. Des liens qui claquent dans le vent. Des paroles de trop et des silences pesants. Et la mer, si belle, comme repère. J’ai même constaté comme le malheur peut frapper plus fort qu’un tsunami. Et puis, un frère face à la détresse et va mettre sa tête sous l’eau. Noyer son regard aussi dans la mer et l’amour. Alors j’ai laissé un peu d’émotions dans la mer. Je voulais me casser en mille morceaux. Et puis les vagues puissantes, ça soulage. Mais il y a toujours toi qui répond pas. Toi qui obsède, toi que je devine, toi que j’essaye de saisir. Et dans le dernier rouleau de la vague de cette lecture, elle est là, cette vérité. Tranchante. Et puis la mer qui a réponse à tout. La mer qui apaise, la mer que je rêve, la mer qui prend tout. C’est une histoire d’amour déçu et de drame horrible. C’est la spécialité de cet auteur de nous bousculer ainsi, et à chaque fois, je manque respirer. Mais là, j’ai volontairement mis La tête sous l’eau. Alors je ne vais pas me plaindre. Juste vous dire de ne plus me parler de ces histoires de filles qui disparaissent et qui reviennent avec des yeux éteints. La mer est belle. Et je n’en ai pas rien à foutre… Kisses, ✨Stelphique✨ Ma note Plaisir de Lecture 9/10
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA #NEWSR !
Lire est votre passion ? Vous êtes fan de Young Adult ? Vous voulez découvrir les coulisses de la Collection R ? Alors N'hésitez plus ! Inscrivez-vous à notre #NewsR ! On vous réserve plein de surprises :-)

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Par Pocket

    "La tête sous l'eau" d'Olivier Adam : plongée dans les abysses d'un drame

    Fort d'un succès sans cesse renouvelé, l'auteur de Je vais bien, ne t'en fais pas (Le Dilettante, 2000, adapté au cinéma en 2006 par Philippe Lioret) livrait en 2018 un roman puissant, tous publics : La tête sous l'eau, chronique troublante et sensible d'une famille emportée par les crises, brisée comme une vague par les écueils de l'existence.

    Lire l'article
  • Par Robert Laffont

    5 questions à Olivier Adam

    Olivier Adam est l’auteur de nombreux livres parmi lesquels Je vais bien, ne t’en fais pas, Passer l’hiver, Falaises ou encore Des vents contraires. Vingt ans après le succès de Je vais bien, ne t’en fais pas, il publie le 23 août 2018 un nouveau roman dans la Collection R : La Tête sous l’eau. Nous lui avons posé cinq questions.

    Lire l'article