Lisez! icon: Search engine
Archipoche
EAN : 9782352875154
Façonnage normé : EPUB2
Nombre de pages : 494
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

La veuve Barnaby

Isabelle Vieville degeorges (Préface), Ambroise Tardieu (Traducteur), Geraldine Barbe (Traducteur)
Date de parution : 01/09/2013
Martha est une jeune et jolie fille, qui se soucie moins de se marier que de danser chaque nuit, d'être appelée « lady » et de rouler en calèche à quatre chevaux. Sans compter sa passion pour les officiers... À 30 ans, l'imprévoyante se trouve obligée d'épouser le prospère pharmacien... Martha est une jeune et jolie fille, qui se soucie moins de se marier que de danser chaque nuit, d'être appelée « lady » et de rouler en calèche à quatre chevaux. Sans compter sa passion pour les officiers... À 30 ans, l'imprévoyante se trouve obligée d'épouser le prospère pharmacien Barnaby, dont la faiblesse de caractère frise la bêtise. La soeur de celui-ci, une vieille fille nommée Betsy Compton, espère en vain que le couple lui donnera un héritier... en vain.À la mort du pharmacien, Martha, veuve sans enfants, hérite d'une rente mensuelle de 400 livres. Une manne qui lui permet d'envisager un second mariage plus flatteur et rentable. La voici qui se pomponne, farde ses joues, triche sur son âge et sur ses origines, fréquente les lieux à la mode... Miss Betsy considère avec dépit cette personne futile, future héritière de sa fortune.Le conflit éclate entre les deux femmes au sujet de leur nièce Agnès, une jeune fille sans fortune que le jeune et noble Frederick Stephenson poursuit de ses assiduités, tandis qu';elle n'a d'yeux que pour le colonel Hubert Montague, plus âgé qu'elle...
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782352875154
Façonnage normé : EPUB2
Nombre de pages : 494
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • JessSwann Posté le 20 Juin 2016
    Je ne connaissais pas Frances Trollope (la mère d'Anthony) et j'ai choisi son roman un peu par hasard (le critère étant que j'avais besoin d'un roman de plage qui ait beaucoup de pages...). Et ce fut une véritable découverte ! L'héroïne, Martha, et toute la situation m'a rappelé le superbe Lady Susan de Jane Austen en plus caustique. Les personnages sont absolument savoureux, à la fois par leur bêtise (Agnès est un peu trop gentille) , leurs préjugés ( la tante Betsy est un modèle du genre buté) et par leur avarice (Martha est extrêmement réussie) Donc on suit avec plaisir les évolutions dans la société de Martha ( la veuve joyeuse et sans éducation) et d'Agnès (la jeune ingénue perpétuellement en deuil et tellement digne) . Le vocabulaire est choisi, les descriptions précises, les dialogues sont incisifs et les personnages extrêmement construits et travaillés. Les retournements de situation d'Agnès évoquent un peu les rebondissements de la littérature gothique et on sent sous la plume de l'auteure une réelle volonté parodique grâce à ses sarcasmes. Je ne rentrerai pas dans tous les détails de l'histoire, j'ai tellement envie qu'on la découvre par soi-même mais je ne me suis pas ennuyée une... Je ne connaissais pas Frances Trollope (la mère d'Anthony) et j'ai choisi son roman un peu par hasard (le critère étant que j'avais besoin d'un roman de plage qui ait beaucoup de pages...). Et ce fut une véritable découverte ! L'héroïne, Martha, et toute la situation m'a rappelé le superbe Lady Susan de Jane Austen en plus caustique. Les personnages sont absolument savoureux, à la fois par leur bêtise (Agnès est un peu trop gentille) , leurs préjugés ( la tante Betsy est un modèle du genre buté) et par leur avarice (Martha est extrêmement réussie) Donc on suit avec plaisir les évolutions dans la société de Martha ( la veuve joyeuse et sans éducation) et d'Agnès (la jeune ingénue perpétuellement en deuil et tellement digne) . Le vocabulaire est choisi, les descriptions précises, les dialogues sont incisifs et les personnages extrêmement construits et travaillés. Les retournements de situation d'Agnès évoquent un peu les rebondissements de la littérature gothique et on sent sous la plume de l'auteure une réelle volonté parodique grâce à ses sarcasmes. Je ne rentrerai pas dans tous les détails de l'histoire, j'ai tellement envie qu'on la découvre par soi-même mais je ne me suis pas ennuyée une seule seconde et j'ai énormément ri tant la plume de l'auteure est cynique et acide Ce que j'aime : le style de l'auteure, ses dialogues, la manières dont elle construit ses personnages Ce que j'aime moins : parfois l'ingénue l'est un peu trop et Betsy est un peu trop butée En bref : Un bijou de cynisme qui décrit à merveille la société et l'avarice Ma note 9/10
    Lire la suite
    En lire moins
  • letitbe Posté le 20 Décembre 2014
    Dans la famille Trollope, après le fils Anthony, je demande la mère Frances. Moins célèbre que son rejeton, elle a, grâce à ses écrits, fait bouillir la marmite et épongé quelques dettes familiales. Cela ne doit pas nous empêcher d'apprécier la prose de cette dame. La veuve Barnaby est une "héroïne" singulière. Narcissique, vaniteuse, égoïste, mesquine, n'en rajoutons plus. Difficile d'apprécier un tel personnage mais qu'il est facile de rire, de le détester, de suivre ses péripéties et autres déconvenues. En contrepoint, il y a d'autres personnages plus "fréquentables" tels la vertueuse et économe tante Compton, la douce et splendide Agnès, le fier et noble colonel Hubert. On découvre aussi que "le dîner de cons" n'est pas une invention de Francis Weber mais un divertissement prisé de certains nobles de l'époque. Roman du XIXème siècle anglais oblige, les familiers du genre n'échapperont pas aux intrigues amoureuses, aux histoires de dots et de rentes, aux coups de théâtre. Frances Trollope n'a pas la subtilité d'une Jane Austen. Néanmoins, elle possède un sens de l'intrigue efficace et un humour qui force certes le trait mais qui est fort plaisant. Les amateurs du genre ne devraient pas bouder leur plaisir.
  • ruedesecoles Posté le 27 Avril 2014
    Anthony Trollope avait une mère ! Ecrivaine ! Moins politique que les romans d'Anthony (pas de Parlement, de Whigs ou de Tory) mais des mariages, des tantes, veuves ou pas, de la sociabilité délicieuse. Les "page turner" du XIX è sont incomparables.
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.