En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        La Veuve

        12-21
        EAN : 9782823847185
        Code sériel : VIRT
        Façonnage normé : EPUB2
        DRM : Watermark (Tatouage numérique)
        La Veuve

        Séverine QUELET (Traducteur)
        Date de parution : 12/01/2017
        Mari idéal ou parfait assassin ? Elle devait savoir... non ?
        La vie de Jane Taylor a toujours été ordinaire. 
        Un travail sans histoire, une jolie maison, un mari attentionné, en somme tout ce dont elle pouvait rêver, ou presque. 
        Jusqu'au jour où une petite fille disparaît et que les médias désignent Glen, son époux, comme LE suspect principal de ce crime. 
        Depuis ce...
        La vie de Jane Taylor a toujours été ordinaire. 
        Un travail sans histoire, une jolie maison, un mari attentionné, en somme tout ce dont elle pouvait rêver, ou presque. 
        Jusqu'au jour où une petite fille disparaît et que les médias désignent Glen, son époux, comme LE suspect principal de ce crime. 
        Depuis ce jour, plus rien n'a été pareil. 
        Jane devient la femme d'un monstre aux yeux de tous.
        Les quatre années suivantes ressemblent à une descente aux enfers : accusée par la justice, assaillie par les médias, abandonnée par ses amis, elle ne connaît plus le bonheur ni la tranquilité, même après un acquittement. 
        Mais aujourd'hui, Glen est mort. Fauché par un bus. 
        Ne reste que Jane, celle qui a tout subi, qui pourtant n'est jamais partie. Traquée par un policier en quête de vérité et une journaliste sans scrupule, la veuve va-t-elle enfin délivrer sa version de l'histoire ? 
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782823847185
        Code sériel : VIRT
        Façonnage normé : EPUB2
        DRM : Watermark (Tatouage numérique)
        12-21
        7.99 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • MercyThompson Posté le 26 Mars 2018
          J’ai adoré ce roman. On ne peut pas le lire sans penser aux affaires réelles de kidnapping d’enfants. Car dans « La Veuve » c’est Bella, une petite fille, qui a été enlevée. Le roman prend différents points de vue, Jane, la veuve de Glen Taylon (accusé de l’enlèvement de Bella), les enquêteurs et les journalistes. En commençant par Jane, je dirais qu’elle a un côté assez naïf. Elle traverse l’épreuve du procès de son mari. Elle apprend sur lui des choses horribles mais reste pourtant à ses côtés. Elle est aussi très influençable. Pour preuve lorsque les journalistes la convainquent de donner une interview exclusive à leur journal. C’est un personnage complexe à la fois victime et coupable. L’histoire montre aussi comment une enquête non résolue peut avoir une incidence sur la vie des enquêteurs comme Bob Sparkes qui non seulement va se heurter à un échec mais aussi à une sanction après que ses supérieurs l’aient destitué de l’affaire. D’un autre côté, le roman montre comment les policiers peuvent aussi faire la même chose. En effet, à cause d’eux Glen Taylor alors qu’il n’est encore que simple suspect perd son emploi. Les patrons n’aiment pas les affaires de justice. Peut... J’ai adoré ce roman. On ne peut pas le lire sans penser aux affaires réelles de kidnapping d’enfants. Car dans « La Veuve » c’est Bella, une petite fille, qui a été enlevée. Le roman prend différents points de vue, Jane, la veuve de Glen Taylon (accusé de l’enlèvement de Bella), les enquêteurs et les journalistes. En commençant par Jane, je dirais qu’elle a un côté assez naïf. Elle traverse l’épreuve du procès de son mari. Elle apprend sur lui des choses horribles mais reste pourtant à ses côtés. Elle est aussi très influençable. Pour preuve lorsque les journalistes la convainquent de donner une interview exclusive à leur journal. C’est un personnage complexe à la fois victime et coupable. L’histoire montre aussi comment une enquête non résolue peut avoir une incidence sur la vie des enquêteurs comme Bob Sparkes qui non seulement va se heurter à un échec mais aussi à une sanction après que ses supérieurs l’aient destitué de l’affaire. D’un autre côté, le roman montre comment les policiers peuvent aussi faire la même chose. En effet, à cause d’eux Glen Taylor alors qu’il n’est encore que simple suspect perd son emploi. Les patrons n’aiment pas les affaires de justice. Peut importe que l’accusé soit présumé innocent. Enfin, le roman n’épargne en rien les journalistes qu’il montre manipulateurs et prêts à tout pour attirer les lecteurs. Le commerce de la tristesse fait le bonheur des journalistes qui mettent les moyens pour exploiter cette affaire, quitte à tout détruire sur leur passage. En conclusion : « La Veuve » est un roman captivant écrit avec habilité et suspens menant le lecteur en proie au doute jusqu’aux dernières pages. Une réussite.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Sorello Posté le 21 Mars 2018
          Je comprend qu'on puisse trouver ce livre horrible, je comprend qu'on puisse le trouver bon aussi. pour ma part, j'y ai vu un bon livre traitant d'un sujet horrible. On suit l'histoire de la disparition de la petite Bella Eliott aux travers des yeux de "La veuve", de l'inspecteur et d'une journaliste principalement. On dissémine ça et là des point de vue de la mère de la petite, du mari de la veuve, on avance lentement dans l'histoire et on sait déjà qui est le coupable. Mais c'est pas le sujet principal de l'histoire à mon sens. oui, c'est l'histoire d'un homme meurtrier et pédophile, c'est horrible, dérangeant, ça nous fait froid dans le dos et clairement, c'était le but et il faut avoir envie de lire ce genre de chose pour apprécié la lecture (autant qu'on peut l'apprécier dans ce genre de roman) Pourtant, au final, c'était pas tant l'histoire de Glen que celle de Janie. Si je n'ai ressentie aucune pitié pour son personnage - pourtant placé en victime d'un bout a l'autre du livre - l'auteur aborde quand meme les sujet de l'obsession, de la domination et du déni avec beaucoup de réalisme et, toujours droit au but,... Je comprend qu'on puisse trouver ce livre horrible, je comprend qu'on puisse le trouver bon aussi. pour ma part, j'y ai vu un bon livre traitant d'un sujet horrible. On suit l'histoire de la disparition de la petite Bella Eliott aux travers des yeux de "La veuve", de l'inspecteur et d'une journaliste principalement. On dissémine ça et là des point de vue de la mère de la petite, du mari de la veuve, on avance lentement dans l'histoire et on sait déjà qui est le coupable. Mais c'est pas le sujet principal de l'histoire à mon sens. oui, c'est l'histoire d'un homme meurtrier et pédophile, c'est horrible, dérangeant, ça nous fait froid dans le dos et clairement, c'était le but et il faut avoir envie de lire ce genre de chose pour apprécié la lecture (autant qu'on peut l'apprécier dans ce genre de roman) Pourtant, au final, c'était pas tant l'histoire de Glen que celle de Janie. Si je n'ai ressentie aucune pitié pour son personnage - pourtant placé en victime d'un bout a l'autre du livre - l'auteur aborde quand meme les sujet de l'obsession, de la domination et du déni avec beaucoup de réalisme et, toujours droit au but, ce qui personellement, m'a bien plus glacé le sang que Glen lui-même. Jane Taylor est un personnage ambiguë vraiment bien mené qui nous laisse un goût amer tant elle semble enfermé dans des convictions erronées. Fiona Barton nous apporte avec LA VEUVE le portrait d'un couple dérangeant et malsain, un homme horrible et une femme qui vit dans son propre monde sur fond d'enquête policière qui fait froid dans le dos. Si je ne mettrais pas ce livre entre toute les mains (il faut supporter le thème quand même difficilement supportable de ce livre) je le conseille malgré tout
          Lire la suite
          En lire moins
        • nameless Posté le 19 Février 2018
          Coup d'essai et coup de maître pour Fiona Barton et La veuve, roman virtuose et machiavélique, l'un n'empêchant pas l'autre. Son thème est banal pour les amateurs de polars, l'enlèvement d'une petite fille de 2 ans dans son jardinet de banlieue où elle jouait avec son chat, durant les quelques malheureuses minutes d'inattention de sa maman, occupée à préparer le repas et à plier du linge. Sur cette trame ordinaire, l'auteure réalise un roman asphyxiant et brillant qui ne peut se lâcher une fois entamé, en raison de sa construction rigoureuse, de l'alternance des points de vue : celui de Jane, la désormais veuve, oie blanche ou pas ; de Glenn son mari, le suspect principal, charmeur, inoffensif, rigolo ; de Dawn, la maman de Bella, dévastée par la douleur et méprisée du public et des forums parce qu'elle est une mère célibataire qui vit des allocations et vend des interviews à la presse ; de Bob, le flic qui ne renonce jamais quitte à engager son avenir professionnel et familial ; de Kate la journaliste qui veut offrir à ses lecteurs ce qu'ils souhaitent lire pour frissonner dans leur robe de chambre en buvant leur thé et en mangeant des tartines de pain grillé... Coup d'essai et coup de maître pour Fiona Barton et La veuve, roman virtuose et machiavélique, l'un n'empêchant pas l'autre. Son thème est banal pour les amateurs de polars, l'enlèvement d'une petite fille de 2 ans dans son jardinet de banlieue où elle jouait avec son chat, durant les quelques malheureuses minutes d'inattention de sa maman, occupée à préparer le repas et à plier du linge. Sur cette trame ordinaire, l'auteure réalise un roman asphyxiant et brillant qui ne peut se lâcher une fois entamé, en raison de sa construction rigoureuse, de l'alternance des points de vue : celui de Jane, la désormais veuve, oie blanche ou pas ; de Glenn son mari, le suspect principal, charmeur, inoffensif, rigolo ; de Dawn, la maman de Bella, dévastée par la douleur et méprisée du public et des forums parce qu'elle est une mère célibataire qui vit des allocations et vend des interviews à la presse ; de Bob, le flic qui ne renonce jamais quitte à engager son avenir professionnel et familial ; de Kate la journaliste qui veut offrir à ses lecteurs ce qu'ils souhaitent lire pour frissonner dans leur robe de chambre en buvant leur thé et en mangeant des tartines de pain grillé en disant à leur conjoint : « Ca aurait pu être nous ». Impression de déjà-vu-déjà-lu ? Peut-être et même sans doute, mais l'angle d'attaque choisi par Fiona Barton bouleverse les émotions préalablement ressenties car elle injecte dans son récit toute l'expérience et la véracité d'une journaliste qui a « couvert » des faits divers, qui a accouché des témoins de confidences inédites, qui connaît par coeur l'intégralité et les ficelles du cirque médiatique et en restitue toutes les cochonneries. D'autre part, les indices étant distillés à petites doses, le lecteur a tout le temps au cours des 410 pages, d'échafauder des hypothèses, qui l'une après l'autre, s'effondrent jusqu'au dénouement. Quel talent ! J'ajoute pour conclure que La veuve décrit minutieusement et techniquement les dangers et dérives d'Internet, met en garde contre l'insouciance, la naïveté de certains internautes qui pensent que tout-le-monde-il-est-beau-il-est-gentil. Pour des avis plus documentés, merci de vous reporter à ceux postés avant le mien par des amis babéliotes car je ne peux que me rallier à leur enthousiasme, notamment à celui d'iris29, qui m'a lancée sur cette piste littéraire.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Klergau Posté le 15 Février 2018
          Bella, deux ans, a été enlevée. Pourquoi ? Par qui ? Nous ne le saurons vraiment qu’à la tout fin bien sûr, mais on s’en doute assez vite. Cela n’a pas vraiment d’importance. C’est le comment et le pourquoi qui nous intéressent ici et l’auteure sait bien relancer le lecteur au fil de la longue enquête menée par l’inspecteur Sparkes. On ne s’ennuie pas, car la romancière sait décrire avec brio les tactiques parfois bizarres des journalistes et les comportements étranges de Jane, la veuve. Pas étonnant car Fiona Barton est elle-même journaliste et formatrice internationale dans les médias. C’est d’ailleurs en observant les femmes des inculpés qu’elle a eu l’idée de créer son personnage. J’ai particulièrement apprécié la description du chapitre six, celle où Jane fuit la maison pour échapper aux reporters alors qu’elle suit Kate, plus rusée que ses confrères. Dans l’ensemble, j’ai aimé aussi les personnages bien campés. En somme, c’est un bon petit polar et, moi qui n’en lis presque jamais, je peux dire que j’ai trouvé ma lecture plutôt agréable.
        • Sylviegeo Posté le 12 Janvier 2018
          Un après- midi de brumaille ? Et bien passez-le avec "La Veuve". Cette veuve c'est Jane ou Janie, c'est selon. Selon qu'elle est une épouse aimante et dévoué ou qu'elle est le personnage façonné pour le public. Car public il y a. Une petite fille disparait et le mari de Jane, Glen Taylor, est accusé puis disculpé de l'enlèvement et probablement du meurtre de la fillette. Malgré ce verdict de non culpabilité, la presse n'aura de cesse de harceler, faire le siège chez les Taylor, nuit et jour pour connaître la "vérité" car tous, la presse, la police, la mère de la petite disparue sont convaincus de la culpabilité de Glen Taylor. À tour de rôle, la veuve, le policier, la journaliste, viendront nous raconter un bout de cette histoire. Un récit mémorable ? Non. Un style percutant ? Non. Une histoire captivante? Oui car on ne peut s'empêcher de tourner et tourner les pages pour savoir... Bref, une bonne lecture d'après-midi de pluie.

        les contenus multimédias

        12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
        Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com