RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La Vie selon Florence Gordon

            Plon
            EAN : 9782259243452
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            La Vie selon Florence Gordon

            Michèle HECHTER (Traducteur)
            Collection : Feux croisés
            Date de parution : 25/08/2015
            Une chronique new-yorkaise raffinée et pleine d'esprit.
            *** RENTRÉE LITTÉRAIRE 2015 ***

            Florence Gordon est directe, brillante, acariâtre et passionnée. Maîtresse femme, elle est capable de réduire les imbéciles au silence d'une seule de ses piques acérées. Icône féministe aux yeux de l'intelligentsia, invisible au reste du monde, à soixante-quinze ans, elle a mérité - enfin ! -...
            *** RENTRÉE LITTÉRAIRE 2015 ***

            Florence Gordon est directe, brillante, acariâtre et passionnée. Maîtresse femme, elle est capable de réduire les imbéciles au silence d'une seule de ses piques acérées. Icône féministe aux yeux de l'intelligentsia, invisible au reste du monde, à soixante-quinze ans, elle a mérité - enfin ! - de se délester du fardeau des autres pour se consacrer à son œuvre. Mais à peine a-t-elle entamé ses mémoires, si longtemps différés, que sa quiétude est menacée par l'arrivée de sa famille. Son fils, Daniel, qui fait son désespoir depuis qu'il a intégré la police, revient s'installer à New York avec sa femme, Janine, et sa fille, Emily. Florence se retrouve alors impliquée bien malgré elle dans leurs mélodrames familiaux qui vont assombrir ses journées et menacer son rempart de solitude. Sans parler de son pied gauche, qui commence à la faire boiter...

            « Un roman extrêmement vivant, qui sait donner à chacun de ses personnages l’épaisseur qu’il mérite. Extrêmement vivant et non moins réjouissant. »
            Le Monde
             
            « Brian Morton se montre drôle, incisif dans le portrait endiablé d’un sacré bout de femme et de son entourage. »
            Livres Hebdo
             
            « C’est toujours un plaisir de lire Brian Morton, ses personnages bien campés, ses dialogues et ses introspections discrètes qui pétillent d’esprit. Dans La Vie selon Florence Gordon, il bat ses propres records à tous points de vue. Et il rejoint le cercle malheureusement restreint des auteurs masculins capables de créer des héroïnes mémorables. »
            Kirkus Reviews
             
            « Brian Morton taille ses personnages dans le vif, tant dans leur tempérament que dans leur comportement, et sa prose révèle subtilement toute la force et la dignité de Florence. »
            Publishers Weekly
             
            « Un roman intelligent et drôle. »
            The New York Times Book Review
             
            « Acéré et amusant. »
            The New Yorker
             
            « Un récit habilement construit. »
            Chicago Tribune
             
            « Charmant. Brian Morton écrit une fin qui oscille entre la tristesse et l’espoir et qui, à l’image de la vie, n’est pas décisive. »
            Wall Street Journal

             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782259243452
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Plon
            14.99 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Un roman extrêmement vivant, qui sait donner à chacun de ses personnages l’épaisseur qu’il mérite. Extrêmement vivant et non moins réjouissant. »
             
            Le Monde

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • claraetlesmots Posté le 18 Janvier 2019
              Avertissement : on ne se s’arrête surtout pas à la couverture affreuse qui ne donne pas du tout envie de se plonger dans ce roman. Surtout que la mamie dessinée ne ressemble pas le moins du monde à l’image que l’on peut se faire de Florence Gordon. A soixante-quinze, cette féministe de la première heure et auteure de plusieurs essais sur le sujet compte bien rédiger ses mémoires. Avec son caractère bien trempé, elle a pour habitude de formuler sans ambages ce qu’elle pense et sans se soucier d’y mettre les formes. Et ça vaut aussi bien pour ses amies que pour sa famille. Justement son fils unique, son épouse et leur fille adolescente viennent s’installer à New-York. Non seulement, ça ne lui fait pas plaisir mais pour couronner le tout, elle se retrouve sur le devant de la scène intellectuelle. Vous l’aurez compris, Florence Gordon n’est pas une mamie gâteau, loin de là ! Malgré la présence de sa famille qu’elle ne voit pas souvent, elle veut continuer son travail de rédaction bien plus important à ses yeux. Sa belle-fille pétrie d’admiration envers elle l’agace, sa petite-fille la laisse de marbre (elle l’appelle par un prénom presque différent à... Avertissement : on ne se s’arrête surtout pas à la couverture affreuse qui ne donne pas du tout envie de se plonger dans ce roman. Surtout que la mamie dessinée ne ressemble pas le moins du monde à l’image que l’on peut se faire de Florence Gordon. A soixante-quinze, cette féministe de la première heure et auteure de plusieurs essais sur le sujet compte bien rédiger ses mémoires. Avec son caractère bien trempé, elle a pour habitude de formuler sans ambages ce qu’elle pense et sans se soucier d’y mettre les formes. Et ça vaut aussi bien pour ses amies que pour sa famille. Justement son fils unique, son épouse et leur fille adolescente viennent s’installer à New-York. Non seulement, ça ne lui fait pas plaisir mais pour couronner le tout, elle se retrouve sur le devant de la scène intellectuelle. Vous l’aurez compris, Florence Gordon n’est pas une mamie gâteau, loin de là ! Malgré la présence de sa famille qu’elle ne voit pas souvent, elle veut continuer son travail de rédaction bien plus important à ses yeux. Sa belle-fille pétrie d’admiration envers elle l’agace, sa petite-fille la laisse de marbre (elle l’appelle par un prénom presque différent à chaque fois) et son fils est une source de déception professionnelle pour elle. Si Florence Gordon a une haute opinion d'elle même, elle apprécie toujours de voir ses amies de longue date qui la connaissant bien la supportent comme elle est. Même si ses remarques peuvent être mordantes ou blessantes, elle n'est jamais pour autant détestable car l'auteur Brian Morton joue sur preuve sa vivacité brillante d’esprit et sa lucidité sans égale. Et ça fonctionne !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Ambealamb Posté le 11 Juin 2017
              dernière route d'une vieille féministe sans nostalgie, sans pathos ...un héroïne malgré elle
            • livreclem Posté le 4 Avril 2016
              Florence Gordon, écrivaine reconnue pour ses engagements et essais féministes a un caractère que seuls ses proches acceptent. Sa petite fille essaie de la comprendre alors que son père revient vivre avec sa mère après une longue période de travail. Tous se mélange et la vie qui s'écoule durant un été va changer la vie de chaque protagoniste. Un bon livre sur les relations familiales et plein de tendresse entre la petite fille (presque adulte) et sa grand-mère assez sèche. .
            • Titine75 Posté le 1 Octobre 2015
              « La vie selon Florence Gordon » est avant tout le beau portrait d’une femme, d’une militante, d’une forte-tête. Une lecture qui fut plaisante et très fluide mais qui manque un peu de profondeur à mon goût.
            • Kittiwake Posté le 10 Septembre 2015
              Dans la catégorie des grand-mères indignes, on peut lui accorder la palme, à Florence Gordon! C’est sans doute son passé militant et revendicateur, soutenant avec vigueur et conviction la cause des femmes, qui l’a ainsi formatée : à peine polie (elle ne connait pas les mots magiques), d’un égocentrisme scotchant, exigeante à un point peu imaginable, et auto-suffisante : « elle n’était pas femme à vouloir retrouver sa jeunesse, car elle estimait sa vie actuelle très intéressante», on se demande comment sa famille et ses amies (eh oui, elle en a!) ne l’ont pas laissée tomber depuis longtemps : « elle était aussi, à en croire ceux qui la connaissaient et même ceux qui l’aimaient, une vraie emmerdeuse ». C’est donc un sacré défi pour sa petite fille, que d’essayer non pas d’amadouer, mais de parvenir à cohabiter le temps de quelques semaines pour aider sa mamie da des recherches bibliographiques destinées à son dernier bouquin. Y parviendra-t-elle? C’est donc dans une ambiance tendue, que le lecteur côtoie cette famille de new-yorkais cultivés et plutôt aisés, dont les préoccupations tournent autour de leurs états d’âme sur des thèmes comme le vieillissement des couples, les relations avec la famille, et tout cela ennuie royalement notre septuagénaire acariâtre et... Dans la catégorie des grand-mères indignes, on peut lui accorder la palme, à Florence Gordon! C’est sans doute son passé militant et revendicateur, soutenant avec vigueur et conviction la cause des femmes, qui l’a ainsi formatée : à peine polie (elle ne connait pas les mots magiques), d’un égocentrisme scotchant, exigeante à un point peu imaginable, et auto-suffisante : « elle n’était pas femme à vouloir retrouver sa jeunesse, car elle estimait sa vie actuelle très intéressante», on se demande comment sa famille et ses amies (eh oui, elle en a!) ne l’ont pas laissée tomber depuis longtemps : « elle était aussi, à en croire ceux qui la connaissaient et même ceux qui l’aimaient, une vraie emmerdeuse ». C’est donc un sacré défi pour sa petite fille, que d’essayer non pas d’amadouer, mais de parvenir à cohabiter le temps de quelques semaines pour aider sa mamie da des recherches bibliographiques destinées à son dernier bouquin. Y parviendra-t-elle? C’est donc dans une ambiance tendue, que le lecteur côtoie cette famille de new-yorkais cultivés et plutôt aisés, dont les préoccupations tournent autour de leurs états d’âme sur des thèmes comme le vieillissement des couples, les relations avec la famille, et tout cela ennuie royalement notre septuagénaire acariâtre et solitaire. Et puis, il y a a cette histoire de pied qui ne veut plus lui obéir… L’auteur se glisse admirablement dans la peau de son personnage, à ce point que l’on peut oublier que c’est un homme. Brian Morton a -t-il été grand-mère dans une autre vie? Florence est tout à fait crédible. Les autres personnages sont plus ordinaires et constituent essentiellement un faire-valoir pour la vieille dame. Les critiques évoquent l’aspect humoristique du roman : c’est un humour très grinçant, et il ne faut pas compter sur des fous rires à chaque coin de page. Si l’on sourit c’est sans doute pour ne pas pleurer. C’est la nature excessive de l’héroïne et son absence de retenue, qui peut amuser, et ses remarques d’une ironie cinglante accentuent le phénomène. Mais je n’en retiendrai l’impression d’une lecture comique loin de la. C’est bien écrit, et sûrement bien traduit. C’est aussi pour les amoureux de la grosse pomme l’occasion d’y passer un moment par procuration.
              Lire la suite
              En lire moins
            INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
            Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…