Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221139271
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

La Voleuse d'hommes

Anne Rabinovitch (traduit par)
Collection : Pavillons
Date de parution : 09/11/2017

Trois amies déjeunent ensemble dans un restaurant à la mode.
Elles se sont rencontrées étudiantes, se sont croisées, consolées et retrouvées à travers les années. Si elles sont toutes trois très différentes, elles ont en commun de haïr Zenia – créature éphémère et mystérieuse, au passé obscur, qui leur a volé...

Trois amies déjeunent ensemble dans un restaurant à la mode.
Elles se sont rencontrées étudiantes, se sont croisées, consolées et retrouvées à travers les années. Si elles sont toutes trois très différentes, elles ont en commun de haïr Zenia – créature éphémère et mystérieuse, au passé obscur, qui leur a volé à chacune leur homme, trahissant l’amitié et la confiance qu’elles lui avaient offertes.
Zenia, intelligente, belle et avide, tantôt manipulatrice, tantôt vulnérable, a su exploiter à merveille les faiblesses des autres. Et, si elles sont devenues aussi facilement sa proie, c’est peut-être parce qu’elles désiraient secrètement lui ressembler un peu.
Depuis qu’elles ont appris sa mort par les journaux, les trois femmes respirent. Le déjeuner s’annonce joyeux : désormais on peut parler d’autre chose.
Mais voilà que la porte du restaurant s’ouvre et que Zenia entre, en personne. Plus belle et plus conquérante que jamais, les traits juste un peu plus méchants. Le cauchemar va-t-il recommencer?
La Voleuse d’hommes est le roman de la lutte âpre que se livrent ces femmes, de leurs projections et de leurs fantasmes. Entre rêve et réalité, entre fascination et vengeance, c’est un conte de fées moderne et sophistiqué dans lequel la méchante sorcière finit presque par triompher.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221139271
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Taraxacum Posté le 2 Septembre 2021
    La voleuse d'hommes, c'est Zenia. Véneuse Zenia, intelligente, brillante Zenia, mais perverse Zenia, qui ne peut s'empêcher, après avoir mordu dans le fruit du voisin, ou de la voisine plutôt, de flanquer le feu au verger en partant. Le roman débute par le retour de Zenia, censée être morte, un choc pour les trois amies, qui se connues depuis l'université et se sont rapprochées plus tard par ce point commun: l'homme de leur vie a fichu le camp avec Zenia. Au tout début, j'ai été un peu déboussolée par ce retour en arrière sur la vie des trois amies, alors que ce que je voulais savoir c'était les raisons du retour de Zenia, et de sa fausse mort, avant de me laisser prendre au roman et de voir que le sujet principale, ce n'était pas Zenia. Zenia est une tumeur, et ce sont les fagilités des personnages l'ayant laissé s'installer, et leurs forces pour se relever, et apprendre du passé, qui se trouvent finalement l'âme du roman. Trois beaux portraits de femmes.
  • Emyllie Posté le 28 Janvier 2021
    Une approche intéressante de l#x2019intrigue: une construction en étages temporels pour se pencher sur nous et notre reflet de nous, ce que nous sommes prêts à voir et à entendre et la vérité que nous nous refusons- une relation intime d#x2019amour et de haine entre nous ....et nous!
  • collectifpolar Posté le 19 Septembre 2020
    Tony, Charis et Roz, trois vieilles copines de fac sont réunies pour un déjeuner dans un restaurant de Toronto. Mais voilà qu’éparait Zémia. Elle qu’elles croyait morte, tuée au Liban. Et là le passé resurgit… On dit que La voleuse d’homme est le roman de la lutte âpre que se livrent les femmes entre elles, de leurs projections et de leurs fantasmes. Entre rêve et réalité, entre fascination et vengeance, c'est un conte de fées moderne et sophistiqué dans lequel la méchante sorcière finit presque par triompher. Pour moi c’est sans doute le meilleur Atwood. Elle nous livre ici un suspense aux limites du fantastique Une histoire d’amitié somme toute particulière. Car l’amitié peut être belle mais elle peut aussi être redoutable voire toxique. Alors peut-être méfiez-vous de Zemia
  • 4bis Posté le 2 Mars 2020
    J'aime beaucoup les livres de Margaret Atwood. Celui-ci n'est pas le meilleur mais il est tout de même plaisant. Le sel de la narration vient de la manière dont on pénètre tour à tour dans la psyché des trois personnes féminins. Zenia et ses ravages ne se dévoilent que par cela. Et l'accumulation des griefs contre elle en tend à la rendre presque impossible à exister réellement, une boursouflure de mille fantasmes haineux. Le livre pêche un peu, à mon avis, à jouer de cette ambivalence : elucubrations névrotiques ou réalisme pittoresque croquant trois destins d'après guerre ? Ca tangue entre les deux et comme aucune justification rationnelle ne vient éclairer les actes de Zenia, sa trajectoire en devient assez invraisemblable. Pourtant, ses actes semblent assez ancrés dans une stratégie de toute puissance machiavélique pour n'être pas le fruit de l'imagination des autres personnages. Plutôt que d'entretenir un doute fertile, 'incertitude d'interprétation affaiblit le propos. C'est une petite réserve pour un livre toutefois bien mené où j'ai retrouvé avec grand plaisir la finesse du trait de Margaret Atwood et son talent à peindre les portraits de femmes.
  • merlonrouge Posté le 11 Octobre 2019
    Top
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.