Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221139271
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

La Voleuse d'hommes

Anne Rabinovitch (Traducteur)
Collection : Pavillons
Date de parution : 09/11/2017

Trois amies déjeunent ensemble dans un restaurant à la mode.
Elles se sont rencontrées étudiantes, se sont croisées, consolées et retrouvées à travers les années. Si elles sont toutes trois très différentes, elles ont en commun de haïr Zenia – créature éphémère et mystérieuse, au passé obscur, qui leur a volé...

Trois amies déjeunent ensemble dans un restaurant à la mode.
Elles se sont rencontrées étudiantes, se sont croisées, consolées et retrouvées à travers les années. Si elles sont toutes trois très différentes, elles ont en commun de haïr Zenia – créature éphémère et mystérieuse, au passé obscur, qui leur a volé à chacune leur homme, trahissant l’amitié et la confiance qu’elles lui avaient offertes.
Zenia, intelligente, belle et avide, tantôt manipulatrice, tantôt vulnérable, a su exploiter à merveille les faiblesses des autres. Et, si elles sont devenues aussi facilement sa proie, c’est peut-être parce qu’elles désiraient secrètement lui ressembler un peu.
Depuis qu’elles ont appris sa mort par les journaux, les trois femmes respirent. Le déjeuner s’annonce joyeux : désormais on peut parler d’autre chose.
Mais voilà que la porte du restaurant s’ouvre et que Zenia entre, en personne. Plus belle et plus conquérante que jamais, les traits juste un peu plus méchants. Le cauchemar va-t-il recommencer?
La Voleuse d’hommes est le roman de la lutte âpre que se livrent ces femmes, de leurs projections et de leurs fantasmes. Entre rêve et réalité, entre fascination et vengeance, c’est un conte de fées moderne et sophistiqué dans lequel la méchante sorcière finit presque par triompher.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221139271
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Emyllie Posté le 28 Janvier 2021
    Une approche intéressante de l#x2019intrigue: une construction en étages temporels pour se pencher sur nous et notre reflet de nous, ce que nous sommes prêts à voir et à entendre et la vérité que nous nous refusons- une relation intime d#x2019amour et de haine entre nous ....et nous!
  • collectifpolar Posté le 19 Septembre 2020
    Tony, Charis et Roz, trois vieilles copines de fac sont réunies pour un déjeuner dans un restaurant de Toronto. Mais voilà qu’éparait Zémia. Elle qu’elles croyait morte, tuée au Liban. Et là le passé resurgit… On dit que La voleuse d’homme est le roman de la lutte âpre que se livrent les femmes entre elles, de leurs projections et de leurs fantasmes. Entre rêve et réalité, entre fascination et vengeance, c'est un conte de fées moderne et sophistiqué dans lequel la méchante sorcière finit presque par triompher. Pour moi c’est sans doute le meilleur Atwood. Elle nous livre ici un suspense aux limites du fantastique Une histoire d’amitié somme toute particulière. Car l’amitié peut être belle mais elle peut aussi être redoutable voire toxique. Alors peut-être méfiez-vous de Zemia
  • 4bis Posté le 2 Mars 2020
    J'aime beaucoup les livres de Margaret Atwood. Celui-ci n'est pas le meilleur mais il est tout de même plaisant. Le sel de la narration vient de la manière dont on pénètre tour à tour dans la psyché des trois personnes féminins. Zenia et ses ravages ne se dévoilent que par cela. Et l'accumulation des griefs contre elle en tend à la rendre presque impossible à exister réellement, une boursouflure de mille fantasmes haineux. Le livre pêche un peu, à mon avis, à jouer de cette ambivalence : elucubrations névrotiques ou réalisme pittoresque croquant trois destins d'après guerre ? Ca tangue entre les deux et comme aucune justification rationnelle ne vient éclairer les actes de Zenia, sa trajectoire en devient assez invraisemblable. Pourtant, ses actes semblent assez ancrés dans une stratégie de toute puissance machiavélique pour n'être pas le fruit de l'imagination des autres personnages. Plutôt que d'entretenir un doute fertile, 'incertitude d'interprétation affaiblit le propos. C'est une petite réserve pour un livre toutefois bien mené où j'ai retrouvé avec grand plaisir la finesse du trait de Margaret Atwood et son talent à peindre les portraits de femmes.
  • merlonrouge Posté le 11 Octobre 2019
    Top
  • deidamie Posté le 5 Mai 2019
    « Bonjour les Babélionautes ! Aujourd'hui, je vais vous parler d'une célèbre autrice canadienne… -Ouaaaaaais ! La servante écarlate ! La servante écarlate ! J'adore La servante écarlate ! -Non. -Ooooooh, pourquoi ? -Parce qu'il y a déjà cinquante mille critiques, je vois pas ce qu'on pourrait ajouter de plus. Bref. Comme vous l'avez deviné, on va parler de Margaret Atwood avec… -C'est le coeur qui lâche en dernier ! C'est son avant-dernier roman, toulmonde l'a lu, faut qu'on fasse pareil ! -Non ! -T'es ch… pas marrante, Déidamie ! Pourquoi ? -Parce que toulmonde l'a lu, que je fais ce que je veux, et que je voulais parler d'un livre dont justement on ne parle pas beaucoup. Alors ce sera La voleuse d'hommes, là. Or donc, Tony, Roz et Charis (prononcez Karis), trois amies de longue date bien que toutes trois fort différentes, déjeunent entre copines. Elles papotent tout en rêvant à leurs vies respectives… quand soudain entre dans le restau une splendide femme, Zenia. Elles se voient et se reconnaissent. C'est le choc ! -Pourquoi ? -Parce qu'elles l'ont enterrée des années auparavant. Et avant son décès, Zenia a pris soin de les faire beaucoup souffrir. Son retour va plonger le trio dans une grande confusion… -Pfff. J'parie... « Bonjour les Babélionautes ! Aujourd'hui, je vais vous parler d'une célèbre autrice canadienne… -Ouaaaaaais ! La servante écarlate ! La servante écarlate ! J'adore La servante écarlate ! -Non. -Ooooooh, pourquoi ? -Parce qu'il y a déjà cinquante mille critiques, je vois pas ce qu'on pourrait ajouter de plus. Bref. Comme vous l'avez deviné, on va parler de Margaret Atwood avec… -C'est le coeur qui lâche en dernier ! C'est son avant-dernier roman, toulmonde l'a lu, faut qu'on fasse pareil ! -Non ! -T'es ch… pas marrante, Déidamie ! Pourquoi ? -Parce que toulmonde l'a lu, que je fais ce que je veux, et que je voulais parler d'un livre dont justement on ne parle pas beaucoup. Alors ce sera La voleuse d'hommes, là. Or donc, Tony, Roz et Charis (prononcez Karis), trois amies de longue date bien que toutes trois fort différentes, déjeunent entre copines. Elles papotent tout en rêvant à leurs vies respectives… quand soudain entre dans le restau une splendide femme, Zenia. Elles se voient et se reconnaissent. C'est le choc ! -Pourquoi ? -Parce qu'elles l'ont enterrée des années auparavant. Et avant son décès, Zenia a pris soin de les faire beaucoup souffrir. Son retour va plonger le trio dans une grande confusion… -Pfff. J'parie que ce ne sera pas aussi bien que La servante écarlate. -Hé bien, j'ai retrouvé pourtant quelque chose qui existe déjà dans La servante… : la maîtrise de la structure. le texte de la Servante oscille sans cesse entre le passé révolu et le présent de Defred, n'est-ce pas ? Les deux temps étaient séparés en cases bien nettes. Ici, Margaret Atwood nous propose une autre façon d'explorer le temps. Elle part du présent dans le restau, puis elle retourne dans le passé pour avancer petit à petit vers le dénouement. -C'est lourd et absurde, Déidamie ! Zenia n'intervient pas avant leur âge adulte, quel intérêt d'aller explorer l'enfance des héroïnes ? -Mais celui d'expliquer les failles que Zenia va exploiter pour parvenir à ses fins. Celui donner corps et cohérence aux personnages. Celui de montrer que ces trois femmes se débrouillent comme elles peuvent avec ce que la vie leur a infligé. Celui de peindre des caractères, chacun faible et puissant à sa façon. J'ai trouvé ces portraits très réussis : Tony, l'historienne, qui n'est jamais submergée par les émotions, dont la froide lucidité analyse tout ce qui l'entoure ; Charis, la… euuuh… j'ai du mal à qualifier Charis… -La baba-cool complètement allumée ? -Ce n'est pas gentil pour Charis. Charis, qui vit selon ses convictions ésotériques, trouve un sens à sa vie dans la pratique de la bonté et de la protection de la vie. Elle, en revanche, traverse des émotions beaucoup plus fortes et s'efforce de les canaliser. Roz, femme d'affaires redoutable, fortunée, calcule et négocie sans cesse… sans se rendre compte de l'arnaque, que dis-je, des arnaques dont elle est victime en privé. -Moi, je trouve que ce titre, il est sexiste. Encore une femme qu'on va blâmer parce qu'elle couche avec qui elle veut ! -Non. Ce n'est pas absolument pas le propos. Zenia est un parasite, qui va sucer le sang de ses victimes avant de les quitter quand elles n'ont plus rien à offrir. Et avant de partir, elle va détruire et salir tout ce qui compte pour ses hôtes. Le problème que pose Zénia ne se trouve pas dans son comportement sexuel. Il se trouve dans sa perversité. Elle n'est pas blâmable ni mauvaise parce qu'elle couche comme elle veut. Elle est répugnante parce qu'elle prend plaisir à blesser et à manipuler autrui. Et l'une des grandes forces de ce portrait, exécuté en négatif parce qu'en effet on n'a que rarement son point de vue à elle, c'est qu'en dépit de sa noirceur, elle se révèle fascinante. Ses victimes ont envie de la croire et de la protéger. Elles se demandent longtemps quelle est la part de mensonge, de vérité. Et comme elles n'imaginent pas que le mal à l'état pur existe, elles tombent dans ses pièges. Au fond, ça marche un peu comme les couples violents. Les victimes croient les excuses et justifications sincères, parce qu'elles ne parviennent pas à concevoir que la personne violente puisse être aussi malfaisante que ses actes. Tu parlais de sexisme, au début ? Ce roman le dénonce pourtant avec force. Tony éprouve mille difficultés à faire reconnaître ses compétences. La libération sexuelle emprisonne Charis. Quant à Roz, ses aventures sont décevantes : les hommes qu'elle rencontre ne sont pas capables de la satisfaire et je ne suis pas sûre qu'elle sache elle-même comment obtenir ce qu'elle désire. Les tabous et les non-dits continuent d'empoisonner les relations. L'indifférence à autrui aussi. Les hommes dans ce roman se révèlent lâches, bêtes et décevants. Pas du tout à la hauteur de ces femmes qui, chacune à leur manière, subviennent à leurs propres besoins, matériels ou spirituels. -Mouais. La tante de Charis n'est pas un modèle non plus, hein. le roman ne répond pas à une question essentielle, quand même. -Laquelle ? -Si les hommes sont aussi minables que ça, pourquoi ces trois persos ne semblent pas pouvoir s'en passer ? -J'ai mon hypothèse, mais je ne la donne pas. -Oh, alleeeeeez ! -Non. Ce sont aux lecteurs de se faire leur propre idée. Sans compter que je peux me tromper. Je termine sur un avertissement pour le lectorat sensible : ce roman contient quelques scènes d'abus sexuels. Peu détaillées, mais là tout de même. »
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.