Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782823801156
Code sériel : 99999
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe
L'âge du doute
Serge Quadruppani (traduit par)
Date de parution : 10/01/2013
Éditeurs :
12-21

L'âge du doute

Serge Quadruppani (traduit par)
Date de parution : 10/01/2013
Plus que jamais, sous le soleil de la Sicile, les apparences sont trompeuses… Une jeune ingénue peut se révéler une redoutable manipulatrice qui va mener Montalbano sur les traces d’un... Plus que jamais, sous le soleil de la Sicile, les apparences sont trompeuses… Une jeune ingénue peut se révéler une redoutable manipulatrice qui va mener Montalbano sur les traces d’un trafic maritime international. Dans cette enquête, où l’on retrouve avec bonheur le petit monde du commissariat de Vigàta, le commissaire... Plus que jamais, sous le soleil de la Sicile, les apparences sont trompeuses… Une jeune ingénue peut se révéler une redoutable manipulatrice qui va mener Montalbano sur les traces d’un trafic maritime international. Dans cette enquête, où l’on retrouve avec bonheur le petit monde du commissariat de Vigàta, le commissaire amateur de rougets de roche va de nouveau se confronter à son principal ennemi, l’âge qui avance. Et ses hésitations à céder au charme de la séduisante Belladonna, lieutenant de la Capitainerie, vont déclencher un engrenage meurtrier.

Pour la première fois, Camilleri entraîne son débonnaire enquêteur sur le terrain de la tragédie pure, avec un résultat d’une surprenante beauté.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823801156
Code sériel : 99999
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Herve-Lionel Posté le 17 Septembre 2021
    N°1584 - Septembre 2021 l’âge du doute – Andrea Camilleri – Fleuve Noir Traduit de l’italien par Serge Quadruppani Un yacht de luxe vient d’aborder dans le port de Vigatà avec, à son bord, le cadavre d’un homme défiguré et nu, trouvé en mer sur un canot de sauvetage. Cela promet des ennuis en respectives pour la propriétaire, la Giovannini, une femme autoritaire, carrément nymphomane qui est aussi passagère, le commandant Sperli et son équipage. Ils vont devoir attendre la fin de l’enquête. Les choses se compliquent un peu avec l’arrivée d’un bateau de croisières dont la présence au port paraît assez étrange, la révélation d’informations qui ne le sont pas moins et d’un mort supplémentaire. Le commissaire Salvo Montalbano est de plus en plus tracassé par son âge (58 ans) et par la retraite qui s’annonce. Il peut d’ailleurs compter sur le médecin-légiste pour le lui rappeler, lequel ne s’en prive d’ailleurs pas. Il a conscience qu’une page s’est tournée dans sa vie sentimentale et que le temps a sur lui fait son œuvre destructrice. Ses amours avec Livia, son éternelle fiancée génoise, sont lointaines et épisodiques et c’est sans doute pour tout cela qu’il a des doutes sur sa capacité de... N°1584 - Septembre 2021 l’âge du doute – Andrea Camilleri – Fleuve Noir Traduit de l’italien par Serge Quadruppani Un yacht de luxe vient d’aborder dans le port de Vigatà avec, à son bord, le cadavre d’un homme défiguré et nu, trouvé en mer sur un canot de sauvetage. Cela promet des ennuis en respectives pour la propriétaire, la Giovannini, une femme autoritaire, carrément nymphomane qui est aussi passagère, le commandant Sperli et son équipage. Ils vont devoir attendre la fin de l’enquête. Les choses se compliquent un peu avec l’arrivée d’un bateau de croisières dont la présence au port paraît assez étrange, la révélation d’informations qui ne le sont pas moins et d’un mort supplémentaire. Le commissaire Salvo Montalbano est de plus en plus tracassé par son âge (58 ans) et par la retraite qui s’annonce. Il peut d’ailleurs compter sur le médecin-légiste pour le lui rappeler, lequel ne s’en prive d’ailleurs pas. Il a conscience qu’une page s’est tournée dans sa vie sentimentale et que le temps a sur lui fait son œuvre destructrice. Ses amours avec Livia, son éternelle fiancée génoise, sont lointaines et épisodiques et c’est sans doute pour tout cela qu’il a des doutes sur sa capacité de séduction. Elle va d’ailleurs être mise à l’épreuve par la rencontre, dans le cadre de cette enquête, avec Laura Belladona, la séduisante lieutenante de la capitainerie du port. Leurs relations éphémères oscillent entre la volonté de se laisser porter par les événements et d’en retirer le meilleur et celle de bousculer le destin, une sorte de valse entre hésitation et attirance avec la crainte de remettre en cause tous ses propres projets et ce qu’on croit acquit définitivement. Dans ce genre de situation les espoirs les plus fous germent dans les têtes et l’imagination n’a plus de limite. C’est que cette jeune femme bouleverse à ce point notre commissaire qu’elle le met, sans le vouloir vraiment, face à lui-même, avec son âge, ses désillusions, ses folles pensées, ses accès secrets de culpabilité, et malgré tout, son charme naturel continue à agir au point qu’elle même en est ébranlée. C’est une très belle femme, comme son nom l’indique, mais les phases de cette enquête vont la faire douter d’elle-même, de son avenir, sans qu’on sache très bien si elle choisit son destin ou si elle s’abandonne aux circonstances, entre prémonition et renoncement. La fatalité, le hasard ou une quelconque divinité régleront la tranche de vie de ces deux êtres qui peut-être envisageaient des moments intimes passionnés ou un futur commun différent, malgré tout ce qui pouvait raisonnablement les opposer, mais nous savons tous fort bien qu’en amour la raison est souvent mise de côté. Ce genre de doute arrive à tout âge et le nom que porte cette jeune femme est aussi celui d’un poison. C’est donc un roman policier bien construit, sans doute un des meilleurs que j’aie lu sous la plume de Camilleri, plein de rebondissements et de suspense qui tiennent en haleine son lecteur jusqu’à la fin, mais c’est aussi une réflexion sur la vieillesse, sur le pouvoir de séduction qui disparaît avec les années mais qui peut resurgir sans crier gare, une illustration des paroles d’Aragon : « Rien n’est jamais acquit à l’homme, ni sa force, ni sa faiblesse, ni son cœur et quand il croit ouvrir les bras son ombre est celle d’une croix, sa vie est un étrange et douloureux divorce, il n’y a pas d’amour heureux ». J’ai éprouvé ici, ce qui arrive rarement dans un roman policier, même sous la plume de Camilleri, ce supplément d’émotion qui fait que l’intrigue policière, pourtant intense et passionnante, passerait presque au second plan. Mais restons pour cette enquête, dans le contexte de la séduction, puisque Montalbano charge son adjoint Mimi Augello, de séduire la propriétaire du bateau, mais dans le seul but de faire avancer l’enquête et de favoriser la manifestation de la vérité, évidemment ! Son côté « donnaiolo »(comme disent si joliment nos amis italiens) est bien connu du commissaire mais il y a fort à parier que cette fois il fera du zèle « professionnel »ce qui, accessoirement, suscitera chez son supérieur vieillissant une sorte d’envie. Entre ses rêves parfois morbides, ses obsessions, ses jalousies, ses fantasmes, Salvo se débat comme il peut avec cette enquête qui finalement le dépasse, et les obsessions administratives du Questeur, entre improbables mensonges et investigations perturbées par ses tourments amoureux. C’est pour lui l’occasion de réfléchir sur l’amour, le désir sexuel d’une femme, de regretter les ravages de l’âge et le mirage des impasses ...En tout cas ça lui occasionne des états d’âme dévastateurs au point de se laisser aller à écouter la voix de sa conscience et de discuter avec elle. Ce soliloque serait plutôt le signe d’un vieillissement prématuré. Reste que cette enquête perturbe tellement notre commissaire qu’il y associe l’ombre de la mafia. L‘âge qui paraît tant tracasser Montalbano n’entame en tout cas pas son appétence pour les pâtes ‘ncasciata, pour la caponata ou le rouget frit, et quand il ne profite pas de la carte alléchante de son ami le restaurateur Enzo, il se goinfre des réalisations culinaires d’Adelina sa femme de ménage, ce qui ne doit arranger ni son poids ni son taux de cholestérol ! Camilleri est, à tort ou à raison, considéré comme le Simenon sicilien. Il y est d’ailleurs fait, dans cet ouvrage, une référence à un de ses personnages. La figure de Montalbano a été popularisée en France par l’adaptation des intrigues policières de Camilleri pour la télévision. Il est incarné avec talent à l’écran par Luca Zingaretti mais je ne retrouve pas exactement, dans son jeu d’acteur, l’image que je me suis faite du commissaire à travers les romans.
    Lire la suite
    En lire moins
  • mireille.lefustec Posté le 2 Octobre 2019
    Depuis que l'âge avance, Montalbano se souvient de ses rêves et cela le trouble ou le contrarie. D'autant plus que celui de cette nuit... Ce matin-là, "il fut d'un coup aréveillé par un tonnerre qui fut comme un coup de canon tiré à cinq centimillimètres de son esgourde". Ce qui n'est pas pour améliorer son humeur. D'autant plus que l'orage qui s'ensuit est très violent, que la mer "s'est mangé" un morceau de route et que le trafic est interrompu. Enfin parvenu au commissariat grâce à Gallo qui conduit comme dans un rallye, Camilleri nous plonge dans "la plus maritime des enquêtes de Montalbano ". Elle se déroule entièrement dans le port de Vigàta entre un yacht et un bateau de croisière. La propriétaire du luxueux yacht et de son équipage , une riche, très riche quinquagénaire au caractère difficile demande à accoster, à cause de la bourrasque et ramène un canot échoué contenant le cadavre d'un homme défiguré. Volontairement. L'intrigue sera quelque peu compliquée :mafia, trafic, contrebande.... Montalbano devra utiliser la compétence particulière de son adjoint Mimi Augello: à savoir son côté coureur de jupon ! Notre pauvre commissaire vit mal ses cinquante-huit ans et, face à une belle, très belle femme lieutenant, en... Depuis que l'âge avance, Montalbano se souvient de ses rêves et cela le trouble ou le contrarie. D'autant plus que celui de cette nuit... Ce matin-là, "il fut d'un coup aréveillé par un tonnerre qui fut comme un coup de canon tiré à cinq centimillimètres de son esgourde". Ce qui n'est pas pour améliorer son humeur. D'autant plus que l'orage qui s'ensuit est très violent, que la mer "s'est mangé" un morceau de route et que le trafic est interrompu. Enfin parvenu au commissariat grâce à Gallo qui conduit comme dans un rallye, Camilleri nous plonge dans "la plus maritime des enquêtes de Montalbano ". Elle se déroule entièrement dans le port de Vigàta entre un yacht et un bateau de croisière. La propriétaire du luxueux yacht et de son équipage , une riche, très riche quinquagénaire au caractère difficile demande à accoster, à cause de la bourrasque et ramène un canot échoué contenant le cadavre d'un homme défiguré. Volontairement. L'intrigue sera quelque peu compliquée :mafia, trafic, contrebande.... Montalbano devra utiliser la compétence particulière de son adjoint Mimi Augello: à savoir son côté coureur de jupon ! Notre pauvre commissaire vit mal ses cinquante-huit ans et, face à une belle, très belle femme lieutenant, en a le "souffle coupé" et éprouve les sentiments et les pulsions d'un adolescent de seize ans. Une fois de plus, j'apprécie les références littéraires : "La solitude des nombres premiers" que j'avais aimé et la Laure provençale de Pétrarque.
    Lire la suite
    En lire moins
  • lehibook Posté le 27 Mai 2019
    Quel plaisir de retrouver Montalbano (en français et en Italien) dans une aventure qui passe du presque burlesque au franchement tragique ! Camilleri ne faiblit pas dans la qualité.
  • thisou08 Posté le 26 Mars 2017
    Ah, mon cher, cher Montalbano !!!
  • SophieLesBasBleus Posté le 6 Décembre 2016
    Je guette toujours avec impatience les nouvelles enquêtes de Montalbano, ce commissaire séduisant, amateur de petits plats et de jolies femmes. Dans cet opus, voilà que notre beau Salvo est bêtement amoureux ! Comme un collègien ! Le souci c'est que l'heureuse élue est bien jeune pour notre flic fatigué... Hésitations entre raison et carpe diem, enquête sur un trafic international, les collègues qui s'inquiètent... Un pas en avant, deux pas en arrière... Trop tard ! La mort est au rendez-vous... Ah la langue de Camilleri ! La traduction en donne certes une image un peu tronquée mais les trouvailles linguistiques de Quadruppani sont succulentes ! Et suivre le beau commissaire jusqu'au mitan de son âge, en proie aux affres de la tentation et au désespoir de vieillir, c'est un grand bonheur !
Inscrivez-vous à la newsletter des lecteurs numériques : 12-21
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !