Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221121498
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

L'Âme de la vallée

La Rivière Espérance - Tome 3

Date de parution : 01/06/2011

Pour Marie et Benjamin, il y eu les années heureuses puis les années sombres. Et voici que, à partir de 1860, une nouvelle menace surgit : le chemin de fer ; plus rapide, plus économique, il ruine la batellerie de Bordeaux à Souillac. C'est toute une société - et même...

Pour Marie et Benjamin, il y eu les années heureuses puis les années sombres. Et voici que, à partir de 1860, une nouvelle menace surgit : le chemin de fer ; plus rapide, plus économique, il ruine la batellerie de Bordeaux à Souillac. C'est toute une société - et même une civilisation - qu'il atteint. Marie et Benjamin se battent, tentent de commencer une autre vie, dans le haut pays et sur l'Océan, mais ce n'est ni dans les forêts ni sur la mer qu'est leur vie. Elle est où est leur âme, dans la vallée de leur enfance et de leur jeunesse, là où ils se sont aimés et déchirés ; là où, avec la liberté retrouvée - la République vient d'être proclamée -, on peut croire encore à la paix et au bonheur.
La "Rivière Espérance" aura bien porté son nom.

Des trois tomes de La Rivière Espérance - un million d'exemplaires, des millions de lecteurs - a été tirée, sous le même titre, la plus grande fresque de télévision de 1995, réalisée par Josée Dayan.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221121498
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Andromeda06 Posté le 20 Juillet 2021
    Nous retrouvons Benjamin et Marie dont l'histoire prend un tournant décisif. La révolution industrielle est toute proche et déjà le chemin de fer s'immisce dans la vie de nos gabariers. L'empereur est sur le point de tomber pour laisser place à la République, tant espérée. C'est tout un chamboulement auquel devra faire face les Donadieu. La Dordogne perd du terrain et entraîne par le fond nos héros qui doivent se battre au quotidien. Mais elle est têtue et n'est pas prête à laisser sa place, Benjamin et Marie non plus. Après Souillac et le Haut-Pays, c'est à Libourne qu'ils trouveront leur voie. Mais leur parcours sera semé d'embûches : conflits familiaux et politiques, maladie, disparition des gabariers éloigneront Benjamin et Marie de plus en plus l'un de l'autre... "L'âme de la vallée" clôt superbement cette saga. La plume de Christian Signol est toujours aussi envoûtante et nous embarque dans cette fresque familiale dès les premières lignes, dans laquelle on peut voir les paysages et décors de nos propres yeux tellement tout est magnifiquement bien décrit. Je referme ce dernier tome à regret, j'aurais tellement voulu que l'histoire continue...
  • sld09 Posté le 21 Décembre 2020
    J'ai beaucoup aimé le dernier tome de la Rivière Espérance où Christian Signol poursuit la saga des Donadieu. Il nous raconte de manière très vivante le quotidien des bateliers sur la Dordogne alors que la concurrence du rail se fait de plus en plus menaçante pour leur mode de vie...
  • meknes56 Posté le 13 Novembre 2019
    Dernier tome d'une formidable saga sur la Dordogne, dernier tome d'une trilogie qui m'avait transporté. Certes, il y a une histoire d'amour mais celle - ci est rehaussé par les multiples descriptions des paysages, des conditions de vie et de tout ce qui fait que nous sommes emprisonné dans un récit absolument sublime. Bel hommage à ces bateliers qui n'avaient pas un métier facile !
  • Jangelis Posté le 27 Octobre 2019
    Ce dernier tome, qui court de 1861 à 1871, est celui de la fin du trafic des gabares, vaincues par l'arrivée du chemin de fer. J'ai pris de plus en plus de plaisir à lire cette série ; je ne sais si c'est parce que c'est plus varié, ou parce que je m'attache à Marie et la famille. On découvre aussi ici le Haut-Pays, si proche et si lointain, une Dordogne si différente, les arbres et les bois. Benjamin se rebelle contre le chemin de fer, qui détruit le monde qu'il connait. Mais il doit se résoudre à changer de vie, à s'exiler. Quitter Souillac est un déchirement, et encore plus pour Marie. Mais la vie continue, et il faut s'y adapter.
  • ladesiderienne Posté le 26 Juillet 2019
    Avec ce troisième tome, s'achève ma relecture de "La Rivière Espérance". Je suis déçue qu'elle n'ait pas été à la hauteur des souvenirs que j'en gardais. Dans "L'âme de la vallée", nous retrouvons Marie et Benjamin, enfin revenu de sa déportation en Algérie pour ses idées politiques. Après quelques années de bonheur à la proue de leurs gabares, ils sont malheureusement contraints de s'exiler plus haut dans la vallée pour se consacrer davantage au commerce du bois, celui de la batellerie étant fortement concurrencé par la nouvelle ligne du Chemin de fer. Mais Marie qui souffre de phtisie s'adapte mal au climat humide et froid. Pendant ce temps, les idées républicaines, tant défendues par Benjamin continuent à s'étendre parmi la jeunesse. J'ai revisionné également quelques épisodes de la série télévisée que cette saga avait inspiré à Josée Dayan et j'ai compris ma déception. Les souvenirs qu'il m'en reste sont plutôt liés à cette dernière. J'en revois encore les personnages totalement passionnés et passionnants. La réalisatrice avait tout misé sur eux, le décor restant au second plan. Il est vrai que filmer les crues et les décrues, la descente et la remonte de la Dordogne n'était peut-être pas très vendeur.... Avec ce troisième tome, s'achève ma relecture de "La Rivière Espérance". Je suis déçue qu'elle n'ait pas été à la hauteur des souvenirs que j'en gardais. Dans "L'âme de la vallée", nous retrouvons Marie et Benjamin, enfin revenu de sa déportation en Algérie pour ses idées politiques. Après quelques années de bonheur à la proue de leurs gabares, ils sont malheureusement contraints de s'exiler plus haut dans la vallée pour se consacrer davantage au commerce du bois, celui de la batellerie étant fortement concurrencé par la nouvelle ligne du Chemin de fer. Mais Marie qui souffre de phtisie s'adapte mal au climat humide et froid. Pendant ce temps, les idées républicaines, tant défendues par Benjamin continuent à s'étendre parmi la jeunesse. J'ai revisionné également quelques épisodes de la série télévisée que cette saga avait inspiré à Josée Dayan et j'ai compris ma déception. Les souvenirs qu'il m'en reste sont plutôt liés à cette dernière. J'en revois encore les personnages totalement passionnés et passionnants. La réalisatrice avait tout misé sur eux, le décor restant au second plan. Il est vrai que filmer les crues et les décrues, la descente et la remonte de la Dordogne n'était peut-être pas très vendeur. Christian Signol, lui, a mis en scène sa région et la vie de ses habitants au XIXe siècle. Il s'est attaché à montrer l'impact qu'avait eu sur eux l'arrivée du progrès incarné par l'installation de la ligne de chemin de fer Bordeaux-Brive. Il restait peu de place pour la romance. Roman social pour l'auteur, série sentimentale pour la réalisatrice, voilà où mes souvenirs ont été dupés. J'accorde un 12/20 à ce dernier tome où l'écriture de Christian Signol est toujours aussi talentueuse mais trop descriptive à mon goût.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.