En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Le bal des ardentes

        12-21
        EAN : 9782843378508
        Façonnage normé : EPUB2
        DRM : Watermark (Tatouage numérique)
        Le bal des ardentes

        Date de parution : 13/10/2016
        Plongée brutale en pleine guerre urbaine.
        En plein cœur de Marseille, un attentat extrêmement violent souffle un bâtiment entier, faisant nombre de victimes. Le commissaire Ange-Marie Barthélemy, de la SDAT (Sous-direction antiterroriste), est immédiatement dépêché sur place pour prendre en main cette affaire au retentissement énorme, à la hauteur du massacre. Les premiers résultats de l’enquête... En plein cœur de Marseille, un attentat extrêmement violent souffle un bâtiment entier, faisant nombre de victimes. Le commissaire Ange-Marie Barthélemy, de la SDAT (Sous-direction antiterroriste), est immédiatement dépêché sur place pour prendre en main cette affaire au retentissement énorme, à la hauteur du massacre. Les premiers résultats de l’enquête lui font comprendre que cet acte non revendiqué est lié au trafic de drogue. Dès lors, accompagné par son groupe aux allures de meute, Barthélemy étudie le biotope local et s’immerge dans le milieu impitoyable du crime organisé au sein de la cité phocéenne. Grâce à l’assistance d’un agent d’Interpol et d’un groupe spécialisé dans les analyses de scènes de crime post-explosion, l’équipe constate que le poseur de bombes a déjà sévi sur tous les continents. Son profil est plus proche de celui d’un tueur en série que d’un terroriste. Mode opératoire scrupuleux, signature, monomanie… L’homme se révèle un dangereux psychopathe et donne des prénoms féminins à ses engins de mort en les gravant dans l’acier. Une course-poursuite contre ce véritable fantôme va être mise en place avec l’aide de la police locale. La commissaire Cécile Sanchez va elle aussi apporter son concours à l’enquête de Barthélemy.
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782843378508
        Façonnage normé : EPUB2
        DRM : Watermark (Tatouage numérique)

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • prvst Posté le 6 Juillet 2018
          Seconde incartade dans l’univers de Ghislain Gilberti avec un plaisir pur pour l’amateur de thriller que je suis. Je rattrape mon retard avec une réelle satisfaction et moins de sommeil. Ce coup-ci c’est Ange-Marie Barthélemy qui a ses faveurs. Borderline, le commissaire sait s’affranchir des règles le cas échéant. Il le lui faudra pour affronter ce terroriste mercenaire qu’est Il Diavolo, “le diable” en italien. Gilberti pose encore un putain de thriller, un pavé toujours avec la même structure. Cette fois, elle est explosive. Aurore / Etincelles / Flammes / Brasier / Incendie / Crépuscule. Dans une écriture claire et rapide, la promenade de Barthélemy entre Marseille et la Région Parisienne n’a rien d’une ballade de santé. Dans le cœur de la cité phocéenne, rugit un attentat qui massacre de nombreuses victimes. Barthélemy, commissaire à la SDAT est dépêché sur les lieux avec son équipe. Tout tend vers un règlement de compte dans le milieu du crime organisé. Malgré tout, le mode opératoire et la signature retrouvée sur les restes de la bombe, oriente Ange-Marie vers un psychopathe, un mercenaire indépendant, sans aucune once d’empathie aussi doué que narcissique et égocentrique. L’homme est minutieux et ne connait aucune limite au mal. L’Archange... Seconde incartade dans l’univers de Ghislain Gilberti avec un plaisir pur pour l’amateur de thriller que je suis. Je rattrape mon retard avec une réelle satisfaction et moins de sommeil. Ce coup-ci c’est Ange-Marie Barthélemy qui a ses faveurs. Borderline, le commissaire sait s’affranchir des règles le cas échéant. Il le lui faudra pour affronter ce terroriste mercenaire qu’est Il Diavolo, “le diable” en italien. Gilberti pose encore un putain de thriller, un pavé toujours avec la même structure. Cette fois, elle est explosive. Aurore / Etincelles / Flammes / Brasier / Incendie / Crépuscule. Dans une écriture claire et rapide, la promenade de Barthélemy entre Marseille et la Région Parisienne n’a rien d’une ballade de santé. Dans le cœur de la cité phocéenne, rugit un attentat qui massacre de nombreuses victimes. Barthélemy, commissaire à la SDAT est dépêché sur les lieux avec son équipe. Tout tend vers un règlement de compte dans le milieu du crime organisé. Malgré tout, le mode opératoire et la signature retrouvée sur les restes de la bombe, oriente Ange-Marie vers un psychopathe, un mercenaire indépendant, sans aucune once d’empathie aussi doué que narcissique et égocentrique. L’homme est minutieux et ne connait aucune limite au mal. L’Archange devra jouer de toutes ses ressources, celles de son équipe qui plus que jamais se comporte comme une famille, mais également celles de Cécile Sanchez pour mettre un terme aux agissements d’Il Diavolo. Celui qui donne des prénoms féminins à ses bombes. Gilberti signe une course-poursuite entre l’Archange et le Diable. La force des romans de Gilbert réside dans la précision et les myriades de personnages. Tous sont campés dès les premières lignes où ils apparaissent. Qu’il s’agisse des mafias italiennes, serbes, russes ou arméniennes, des caïds de banlieue, des flics corrompus ou sacrifiés, des magistrats ambitieux, ils sont incarnés. Ils ont de la matière. Là où Norek verse un Costes avec des accents presque intimes, Gilberti, lui, les multiplie. Il les exploite avec talent. Rien d’inutile dans le style. Ghislain va vite pour mieux enrouler son lecteur, le rendre ivre d’informations, d’actions et le piéger. Par rapport au Festin du Serpent, il n’y a plus ces rares phrases ou dialogues inutiles. Tout est précis, et encore une fois documenté à souhait. Qu’il s’agisse des méthodes d’investigation, du fonctionnement des services de police, ou du côté des truands, Le Bal des Ardentes, est un thriller précis et explosif qui va crescendo jusqu’à un final apocalyptique. Fort heureusement, nous sommes dans la fiction.
          Lire la suite
          En lire moins
        • lyoko Posté le 31 Octobre 2017
          Ange Marie et son équipe anti-terroriste se retrouvent a Marseille. De graves explosions ont eu lieu. L'enquête et la traque commence. Je suis convaincue que cet auteur, Ghislain Gilberti gagne a être connu et mériterait le statut des plus grands auteurs de thriller. Ses romans sont quasi sans failles, avec une écriture claire, rapide et surtout addictive. On plonge littéralement dans son monde , ses sujets sont maîtrisés, c'est un réel plaisir de le lire. Il est certain que les thèmes qu'il choisit pour ses romans ne nous emmènent pas au pays des bisounours bien loin de là. La violence et l'horreur sont bien présentes. Je trouve également qu'il maîtrise le côté psychologique des ses personnages. Et ce que j'aime par dessus-tout c'est que même si les flics ont la part belle, ils ont d'énormes défauts , parfaitement exploités par l'auteur. Ce n'est que le deuxième roman de Ghislain Gilberti que je lis , mais ce ne sera certainement pas le dernier. D'autant que même en restant dans le même style de roman, et avec des personnages récurrents il se renouvelle sans cesse. Je crois pouvoir dire sans me tromper, que cet auteur va faire partie des mes nouveaux chouchous.
        • Ben_Tyrion Posté le 24 Septembre 2017
          Le Bal des ardentes nous livre un récit brut, direct, sans détours, visuel... l'action prédomine, et l'auteur déroule son histoire dans une chronologie simple. Les personnages sont dépouillés, ce n'est manifestement pas l'analyse externe ni introspective qui intéresse le narrateur. Pas - ou vraiment très peu - de flash back. L'histoire de l'équipe de Barthélemy est donc présentée "à fleur de peau", à l'état brut, de sorte que toutes les scènes seraient parfaitement adaptables en téléfilm voire en courte série... et pourtant, tout cela fonctionne! Le lecteur, emporté par le rythme, se délecte des péripéties auxquelles nos flics sont confrontés. Certes, ce n'est pas du "grand" polar, mais l'auteur maîtrise son sujet, en particulier celui des armes et de leur manipulation (l'auteur a servi comme tireur d'élite dans l'armée). Bien que j'aie trouvé ce roman parfois "inégal" (on passe parfois d'une scène à l'autre sans assez de détours et détails à mon goût), ce dernier "fonctionne" très correctement et ravira les amateurs d'action. N'y cherchez aucune morale, aucune éthique, aucune "leçon", aucune enquête complexe, peu de "rebondissements". Nous sommes dans le registre du pur plaisir du polar, de la pure "jouissance" des faits et de la poursuite d'un psychopathe fou,... Le Bal des ardentes nous livre un récit brut, direct, sans détours, visuel... l'action prédomine, et l'auteur déroule son histoire dans une chronologie simple. Les personnages sont dépouillés, ce n'est manifestement pas l'analyse externe ni introspective qui intéresse le narrateur. Pas - ou vraiment très peu - de flash back. L'histoire de l'équipe de Barthélemy est donc présentée "à fleur de peau", à l'état brut, de sorte que toutes les scènes seraient parfaitement adaptables en téléfilm voire en courte série... et pourtant, tout cela fonctionne! Le lecteur, emporté par le rythme, se délecte des péripéties auxquelles nos flics sont confrontés. Certes, ce n'est pas du "grand" polar, mais l'auteur maîtrise son sujet, en particulier celui des armes et de leur manipulation (l'auteur a servi comme tireur d'élite dans l'armée). Bien que j'aie trouvé ce roman parfois "inégal" (on passe parfois d'une scène à l'autre sans assez de détours et détails à mon goût), ce dernier "fonctionne" très correctement et ravira les amateurs d'action. N'y cherchez aucune morale, aucune éthique, aucune "leçon", aucune enquête complexe, peu de "rebondissements". Nous sommes dans le registre du pur plaisir du polar, de la pure "jouissance" des faits et de la poursuite d'un psychopathe fou, et c'est cela fait la force du Bal des ardentes!
          Lire la suite
          En lire moins
        • nathf Posté le 30 Août 2017
          Marseille - Un attentat dévaste un bâtiment faisant de nombreuses victimes. Le commissaire Barthélémy de l'anti-terrorisme, chargé de l'enquête, découvre alors que le massacre est l'oeuvre d'un terroriste free-lance dont la seule motivation est l'argent. Une fois de plus, après "le festin du serpent", Ghislain Gilberti m'a scotchée par le réalisme de son récit, autant par le côté technique des armes et explosifs que par la réalité de certaines banlieues. Tous ces détails pourraient être lassant, mais c'est sans compter sur la patte de l'auteur, qui nous donne un cours magistral. Avec ses personnages hétéroclites allant du flic borderline, du profiler en passant par les mafieux et pirates somaliens, il nous entraîne dans une course poursuite haletante. Ne vous attendez pas à un message sous-jacent sur le bien et le mal, Ghislain a nuancé le blanc et le noir en gris, de manière à nous laisser libres de nos opinions. Oui, c'est une histoire violente, mais pas plus que ce que 'on voit tous les jours au JT. Un roman détonnant!
        • chevalierortega33 Posté le 18 Janvier 2017
          C’est le troisième roman que je lis de cet auteur et nous y retrouvons les personnages du « festin du serpent » du moins ceux qui y ont survécu, il peut néanmoins se lire sans préalable. Plongée à Marseille dans la lutte « des » milieux commanditaires d’un attentat, qui fait (un peu) penser au « pacte rouge » d’Olivier Descosse au tout début, puis immersion aux Tarterets dans les gangs de banlieues, au fonctionnement similaire à celui décrit dans « territoires » d’Olivier Norek... Étonnamment documenté sur les armes, leur maniement et les drogues ainsi que sur l’organisation du milieu du crime, le style de cet auteur est incomparable de précision et ses héros hors du commun méritent que l’on s’y attache. Encore une fois, pour ceux qui survivent à cette aventure, nous pouvons espérer les retrouver bientôt, pour les autres, la violence dont ils ont été victime nourrit notre horreur et le rythme crescendo nous tient en haleine tout au long de ces 400 pages, sans répit pour le pauvre lecteur. Oui, j’ai beaucoup aimé et … je vais vite lire « le baptême des ténèbres »
        12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
        Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com