En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Le Bal mécanique

        12-21
        EAN : 9782843379185
        Façonnage normé : EPUB3
        DRM : Watermark (Tatouage numérique)
        Le Bal mécanique

        Date de parution : 25/01/2018
        Sur un siècle, entre l’Europe et les États-Unis, une chaotique histoire de famille qui est aussi une plongée intime au cœur de l’avant-garde germanique de l’entre-deux guerres.
        Carl Schors, vieux peintre renommé, vit coupé du monde dans sa thébaïde de Saint-Paul-de-Vence. Son fils Josh produit une émission de téléréalité à succès mêlant décoration d’intérieur et thérapie familiale. Ironique, quand on sait que père et fils ne se parlent plus. Mais la découverte de la collection Gurlitt, plus... Carl Schors, vieux peintre renommé, vit coupé du monde dans sa thébaïde de Saint-Paul-de-Vence. Son fils Josh produit une émission de téléréalité à succès mêlant décoration d’intérieur et thérapie familiale. Ironique, quand on sait que père et fils ne se parlent plus. Mais la découverte de la collection Gurlitt, plus grande saisie de toiles spoliées par le IIIe Reich, va les contraindre tous deux à démêler les fils de leur histoire familiale. Une mécanique tragique dont Theodor Grenzberg, marchand de Paul Klee, et une certaine Magda, étudiante au Bauhaus, semblent détenir la clé.

        « Plonger à travers Madga dans l’aventure audacieuse de la prestigieuse école que fut le Bauhaus tient du ravissement. » Catherine Mallaval – Libération

        « Foisonnant et érudit. » Florence Bouchy – Le Monde des Livres

        « La romancière excelle dans ce grand bal tragique et tourbillonnant. » Véronique Rossignol – Livres Hebdo
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782843379185
        Façonnage normé : EPUB3
        DRM : Watermark (Tatouage numérique)

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Coryne1966 Posté le 11 Août 2018
          Yannick Grannec est une auteure française qui vit à Saint Paul de Vence, près de chez moi. "Le Bal Mécanique" est son second roman et il a fait partie des romans incontournables de la rentrée littéraire de septembre 2016. Ce livre se découpe en deux parties : - une première qui se passe à Chicago où Josh réalise une émission de télé-réalité mélangeant thérapies familiales et re-décoration des maisons des participants. Son père, Carl, peintre déchu et alcoolique est envahi par de mauvais souvenirs de la Guerre de Corée. Les souvenirs de sa lignée familiale refont surface en lisant un article de journal annonçant que l'on a découvert des oeuvres d'art spoliées par le IIIème Reich chez Cornélius Gurlitt et surtout un portrait de son père biologique, - la seconde partie raconte la vie de Théodore et Luise, grand-parents de Carl au début du XXème siècle. On y découvre l'histoire de l'art au XXème siècle avec la création de l'Ecole du Bauhaus de Nessau. Ce récit est une saga familiale sur fond d'histoire de l'art au XXème. La première partie sur la télé-réalité nous en fait connaitre les coulisses et l'envers du décor. Ce livre est intense avec une construction magnifique et des personnages très... Yannick Grannec est une auteure française qui vit à Saint Paul de Vence, près de chez moi. "Le Bal Mécanique" est son second roman et il a fait partie des romans incontournables de la rentrée littéraire de septembre 2016. Ce livre se découpe en deux parties : - une première qui se passe à Chicago où Josh réalise une émission de télé-réalité mélangeant thérapies familiales et re-décoration des maisons des participants. Son père, Carl, peintre déchu et alcoolique est envahi par de mauvais souvenirs de la Guerre de Corée. Les souvenirs de sa lignée familiale refont surface en lisant un article de journal annonçant que l'on a découvert des oeuvres d'art spoliées par le IIIème Reich chez Cornélius Gurlitt et surtout un portrait de son père biologique, - la seconde partie raconte la vie de Théodore et Luise, grand-parents de Carl au début du XXème siècle. On y découvre l'histoire de l'art au XXème siècle avec la création de l'Ecole du Bauhaus de Nessau. Ce récit est une saga familiale sur fond d'histoire de l'art au XXème. La première partie sur la télé-réalité nous en fait connaitre les coulisses et l'envers du décor. Ce livre est intense avec une construction magnifique et des personnages très prenants. Le renvoi à une oeuvre d'art en début de chaque chapitre complète la superbe documentation de ce roman. Cette lecture est, par contre, très dense et donc compliquée à suivre... je dirai que c'est un "livre Arte" (identique aux émissions d'Arte) mais je suis sortie de ce moment de découverte plus instruite sur cette partie de l'histoire de l'Art ! Pour ne rien gâcher, un des chapitres se passe à Grasse, ma ville.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Ads Posté le 10 Juin 2018
          Merci à l'auteur! J'ai vibré tant et plus avec Magda (mais que devient-elle?), mais aussi avec son père, son parrain, ses amis... Cela m'a donné envie de retourner voir les expos de cette époque mouvementée et explosive... Ma fille étudie justement cette période en Histoire de l'Art, les noms s'égrainaient au fil de ses révisions et de ma lecture. L'histoire de Karl, le fil entre Théo, Magda et Josh (dont je lisais d'un oeil moins intéressé les rebonds de présentateur à sensation... J'exècre la télé réalité, et l'auteur me confortait dans mon cynisme sur le sujet), l'histoire de l'Art libre... Il y a eu une expo à Liège il y a un an ± comparant l'Art nazi, propre et aryen, à l'art "dégénéré". Je la retrouve dans le livre. j'ai vraiment apprécié celui-ci!
        • Blandine2 Posté le 17 Mai 2018
          Ce livre est exceptionnel ! Je me suis régalée à sa lecture. Surtout et bien évidemment la deuxième partie, consacrée plus particulièrement à l' Art. Je me suis promené à travers cette aperçu de l'art et surtout de la peinture, du début du XX siècle et quel régal ! Bien sûr, il faut connaître un minimum ces artistes, leurs oeuvres et le contexte historique, mais ce theme étant l'un de mes sujets de prédilections, j'y ai trouvé un vrai bonheur de lecture. J'avais, moi aussi, en permanence mon IPhone à portée de main, pour aller voir les tableaux , les photos ou les personnages dont le roman évoquait les noms , et me les remémorer ou parfois même, les découvrir. Bref, que du bonheur que je recommande à ceux qui aiment en particulier cet art "dégénéré "
        • SophieLesBasBleus Posté le 1 Mai 2018
          Le roman de Yannick Grannec réussit le défi de nous faire parcourir plus d'un siècle à travers l'Art. Ni promenade muséale, ni histoire des écoles artistiques, ni réflexion esthétique, "Le bal mécanique" parvient à être tout cela à la fois et bien plus encore grâce à sa construction en diptyque et aux larges perspectives qu'il ouvre à notre perception. Deux parties, donc, comme deux romans qui se répondent, se prolongent et s'éclairent mutuellement. La première est centrée sur Josh et Vickie, un couple qui a inventé et réalise des émissions de téléréalité, sortes de thérapies familiales fondées sur les théories de l'attachement et de la résilience. Architecte de formation, Josh trouve dans son travail la possibilité non seulement de recréer matériellement l'environnement des familles participantes mais aussi de les aider à reconstruire leur existence. Il a choisi un chemin qui semble à l'extrême opposé de celui qu'a suivi Carl, son père, peintre de renom, pour qui la télévision ne peut être un moyen artistique honorable d'appréhender et de rendre compte du réel. Ce réel qui justement semble lui échapper lorsqu'il découvre le secret de sa naissance. Un bond en arrière du temps et la seconde partie du... Le roman de Yannick Grannec réussit le défi de nous faire parcourir plus d'un siècle à travers l'Art. Ni promenade muséale, ni histoire des écoles artistiques, ni réflexion esthétique, "Le bal mécanique" parvient à être tout cela à la fois et bien plus encore grâce à sa construction en diptyque et aux larges perspectives qu'il ouvre à notre perception. Deux parties, donc, comme deux romans qui se répondent, se prolongent et s'éclairent mutuellement. La première est centrée sur Josh et Vickie, un couple qui a inventé et réalise des émissions de téléréalité, sortes de thérapies familiales fondées sur les théories de l'attachement et de la résilience. Architecte de formation, Josh trouve dans son travail la possibilité non seulement de recréer matériellement l'environnement des familles participantes mais aussi de les aider à reconstruire leur existence. Il a choisi un chemin qui semble à l'extrême opposé de celui qu'a suivi Carl, son père, peintre de renom, pour qui la télévision ne peut être un moyen artistique honorable d'appréhender et de rendre compte du réel. Ce réel qui justement semble lui échapper lorsqu'il découvre le secret de sa naissance. Un bond en arrière du temps et la seconde partie du roman nous emmène au début du 20ème siècle à la suite de Théo, le père de Carl. Marchand d'art, ami de Paul Klee, Théo a épousé Luise, riche héritière suisse. Leur indomptable fille, Magda, décide de suivre une formation d'architecte au Bauhaus avant de partir pour l'URSS. En Allemagne, Théo lutte désespérément contre la confiscation de ses biens par les nazis. Pour le protéger, il confie Carl à ses amis qui partent pour l'Amérique. Dans le chaos engendré par la guerre, l'écheveau des existences s'emmêle, se coupe, se noue, aussi mouvant que les créations des artistes. Chaque chapitre est irrigué par une oeuvre d'art dont les références nous sont données en exergue. Ce lien indissociable entre les images que font naître les mots et celles que les artistes ont créées est une inépuisable source de réflexion, d'interprétation et d'analyse. Romanesque et érudition sont intimement mêlés dans cette danse éblouissante d'intelligence et de sensibilité. Mon seul regret à la lecture de ce roman foisonnant ? Ne pas en posséder toutes les clés culturelles. Si bien qu'il me semble ne pouvoir en explorer véritablement toutes les richesses.
          Lire la suite
          En lire moins
        • abfabetcie Posté le 22 Avril 2018
          Un roman foisonnant, une histoire familiale fictive, celle des Schorsmann-Grenzberg au cœur de la grande Histoire, avec en toile de fond le monde de l’art, de la peinture, de l’architecture et l’école allemande révolutionnaire Bauhaus. Dans la première partie, deux voix qui se répondent. Celle de Carl Schors, vieux peintre renommé qui vit coupé du monde et des hommes à Saint Paul de Vence et celle de son fils Josh qui vit aux antipodes de son père, au sens propre comme au figuré, producteur d’une émission de téléréalité à Chicago qui mêle décoration d’intérieure et thérapie familiale. Josh s’est construit en totale opposition à son père. Son père était alcoolique, séducteur, infidèle. Josh est sportif, sans aucune addiction, fidèle et en passe de devenir père à son tour et Josh a décidé que le bonheur était une décision quand son père est convaincu que l’art est incompatible avec le bonheur. Même s’il s’avoue qu’il « confondait sérénité et bonheur ». A la mort de son père, Josh va se devoir se confronter à son histoire familiale comme le font les familles qu’il met en scène dans son émission OMJ. On passe alors des coulisses d’une émission de téléréalité contemporaine... Un roman foisonnant, une histoire familiale fictive, celle des Schorsmann-Grenzberg au cœur de la grande Histoire, avec en toile de fond le monde de l’art, de la peinture, de l’architecture et l’école allemande révolutionnaire Bauhaus. Dans la première partie, deux voix qui se répondent. Celle de Carl Schors, vieux peintre renommé qui vit coupé du monde et des hommes à Saint Paul de Vence et celle de son fils Josh qui vit aux antipodes de son père, au sens propre comme au figuré, producteur d’une émission de téléréalité à Chicago qui mêle décoration d’intérieure et thérapie familiale. Josh s’est construit en totale opposition à son père. Son père était alcoolique, séducteur, infidèle. Josh est sportif, sans aucune addiction, fidèle et en passe de devenir père à son tour et Josh a décidé que le bonheur était une décision quand son père est convaincu que l’art est incompatible avec le bonheur. Même s’il s’avoue qu’il « confondait sérénité et bonheur ». A la mort de son père, Josh va se devoir se confronter à son histoire familiale comme le font les familles qu’il met en scène dans son émission OMJ. On passe alors des coulisses d’une émission de téléréalité contemporaine à l’histoire de Theodor Grenzberg, marchand d’art arrière grand-père de Josh, contemporain et ami de Paul Klee, de Kandinsky et Magdalena Grenzberg, sa grand-mère biologique, dans les années 1920-1930 en Allemagne. Et quelle héroïne que cette Magda Grenz, femme libre, artiste engagée étudiante du Bauhaus. Le bal mécanique c’est une belle mécanique mettant en rapport tous ces personnages, et bien d’autres. Ce roman est une pure merveille. On sent toute la passion de l’auteur pour la peinture, l’art et les couleurs, qu’elle sait parfaitement nous faire partager. Chaque chapitre, raconté à travers les yeux d’un personnage, est introduit et illustré par le titre d’une œuvre d’art, tous arts confondus, qui éveille la curiosité. Il y aurait beaucoup de choses à dire de ce roman mais en trois mots : à lire absolument.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Une passionnante plongée au cœur du très révolutionnaire Bauhaus. » Fabienne Pascaud – Télérama
        « Foisonnant et érudit. » Florence Bouchy – Le Monde des Livres
        « Plonger à travers Madga dans l’aventure audacieuse de la prestigieuse école que fut le Bauhaus tient du ravissement. » Catherine Mallaval – Libération
        « Elle m’impressionne avec cette grande saga. » Augustin Trapenard – Transfuge
        « Un roman captivant. » Culturebox
        « La romancière excelle dans ce grand bal tragique et tourbillonnant. » Véronique Rossignol – Livres-Hebdo
        12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
        Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com