RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Bûcher des vanités

            Robert Laffont
            EAN : 9782221138311
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Le Bûcher des vanités

            BENJAMIN LEGRAND (Traducteur)
            Collection : Best-sellers
            Date de parution : 04/09/2014

            Sherman McCoy mène une vie luxueuse entre Wall Street, dont il est l'un des jeunes lions, et Park Avenue. Un soir, revenant de l'aéroport avec sa maîtresse, il rate la sortie de l'autoroute, et se perd dans le Bronx. Au moment où il croit enfin pouvoir échapper à ce quartier...

            Sherman McCoy mène une vie luxueuse entre Wall Street, dont il est l'un des jeunes lions, et Park Avenue. Un soir, revenant de l'aéroport avec sa maîtresse, il rate la sortie de l'autoroute, et se perd dans le Bronx. Au moment où il croit enfin pouvoir échapper à ce quartier de tous les dangers, deux jeunes Noirs s'avancent, menaçants, vers sa Mercedes...
            Le couple parvient à s'enfuir, mais écrase l'un des deux hommes. Pour Sherman McCoy, c'est le début de la chute. Sa vie affective et professionnelle est pulvérisée, et l'univers dont il se croyait le maître flambe sur le bûcher de toutes les vanités. Graduellement, inexorablement, l'étau se resserre, sans que l'on sache, jusqu'aux toutes dernières pages, comment le cauchemar se terminera.

            « La plus sinistre, la plus drôle, la plus juste des présentations de la vie new-yorkaise... » Le Monde
            « Cauchemardesque, fascinant, drôle et passionnant, le livre qu'il faut avoir lu sur ce qui est aujourd'hui la " ville moderne " par excellence. » Les Échos
            « " The " roman encore jamais écrit sur New York et ses épicentres mondialement nerveux : la Bourse et les conflits raciaux... L'argent, la politique, la presse, la justice, le courage et la lâcheté, du grand spectacle en cinémascope. » Marie-Claire
            « Le Bûcher des vanités... cet incendie de mots éclairant la nuit contemporaine. » VSD

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221138311
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Robert Laffont
            11.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • allard95 Posté le 26 Janvier 2019
              Le Bûcher des vanités (titre dont chacun cherchera son explication), c'est 900 pages pour un presque banal accident de voiture. Là est l'intérêt du livre et le talent de l'auteur: à partir de ce fait divers, il saura décrire la lâcheté ordinaire, le cynisme, la déloyauté des hommes, et comment l'organisation de la société moderne favorise, entretient et amplifie ces travers. Trader plein de dollars, trompant gentiment sa femme, Sherman Mac Coy, pour une simple sortie d'autoroute manquée, va se perdre dans la Bronx. A ses côtés, une jolie fille. Un pneu au milieu de la route bloque la voiture, deux jeunes hommes noirs s'approchent, les deux amants paniquent, et c'est le drame. Puis le silence, l'espoir du "pas vu pas pris". Mais le contexte de tension raciale est fort, les media sont à l'affût, et l'étau va se resserrer. Valse des avocats, des juges, des policiers. Penauds aveux à sa femme. Perte du job et de l'argent qui va avec. Honte vis-à-vis de soi et de son enfant. Envies de suicide: la dégringolade civile d'un homme jeune, riche et flamboyant, est décrite par le menu, énorme échec d'une vie à cause d'un (petit?) mensonge et d'une hésitation première.... Le Bûcher des vanités (titre dont chacun cherchera son explication), c'est 900 pages pour un presque banal accident de voiture. Là est l'intérêt du livre et le talent de l'auteur: à partir de ce fait divers, il saura décrire la lâcheté ordinaire, le cynisme, la déloyauté des hommes, et comment l'organisation de la société moderne favorise, entretient et amplifie ces travers. Trader plein de dollars, trompant gentiment sa femme, Sherman Mac Coy, pour une simple sortie d'autoroute manquée, va se perdre dans la Bronx. A ses côtés, une jolie fille. Un pneu au milieu de la route bloque la voiture, deux jeunes hommes noirs s'approchent, les deux amants paniquent, et c'est le drame. Puis le silence, l'espoir du "pas vu pas pris". Mais le contexte de tension raciale est fort, les media sont à l'affût, et l'étau va se resserrer. Valse des avocats, des juges, des policiers. Penauds aveux à sa femme. Perte du job et de l'argent qui va avec. Honte vis-à-vis de soi et de son enfant. Envies de suicide: la dégringolade civile d'un homme jeune, riche et flamboyant, est décrite par le menu, énorme échec d'une vie à cause d'un (petit?) mensonge et d'une hésitation première. C'est tout de même un peu long mais nous sommes en terrain connu: c'est notre vie, si nous n'y prenons pas garde. Si beaucoup voient surtout dans ce récit la description de l'Amérique contemporaine, et surtout de New York, on y trouve en fait l'environnement de chacun d'entre nous. Si nous lâchons, si nous hésitons, si nous manquons un instant à nos devoirs, tout peut s'écrouler. Tom Wolfe rend cet équilibre fragile, le nôtre, la proximité du bien et du mal, saisissant.
              Lire la suite
              En lire moins
            • GoodBooksGoodFriends Posté le 10 Janvier 2019
              L'écriture est exigeante et il y a beaucoup de descriptions au début du roman, descriptions des milieux de travail des personnages, allant de Wall Street au commissariat du Bronx. Les protagonistes également sont nombreux, et parfaitement dépeints. La frénésie de l'atmosphère de New-York est très bien rendue ; que l'on soit un riche trader, un substitut du procureur prometteur ou un journaliste anglais, chacun essaie de trouver sa place, la meilleure place possible. Les vanités dont parle le titre sont nombreuses : celle de Sherman, qui s'autoproclame Maître de l'Univers, celle de Kramer, qui compense sa calvitie naissante par un cou et des épaules de boeuf, celle de Peter Fallow, journaliste sans probité aucune qui se pense supérieur aux américains. Mais elles seront toutes mises à mal dans ces 900 pages foisonnantes. Tom Wolfe aborde la ville de New-York sous plusieurs angles : la politique, la justice, la finance, les médias, et ses personnages sont issus de diverses classes sociales. La ville cosmopolite est dignement représentée. Si ce roman a été écrit en 1987, il n'en reste pas moins terriblement actuel. En effet, l'histoire de ce fait divers transformé en jeu de dupes et en arme d'élection pour se mettre une partie... L'écriture est exigeante et il y a beaucoup de descriptions au début du roman, descriptions des milieux de travail des personnages, allant de Wall Street au commissariat du Bronx. Les protagonistes également sont nombreux, et parfaitement dépeints. La frénésie de l'atmosphère de New-York est très bien rendue ; que l'on soit un riche trader, un substitut du procureur prometteur ou un journaliste anglais, chacun essaie de trouver sa place, la meilleure place possible. Les vanités dont parle le titre sont nombreuses : celle de Sherman, qui s'autoproclame Maître de l'Univers, celle de Kramer, qui compense sa calvitie naissante par un cou et des épaules de boeuf, celle de Peter Fallow, journaliste sans probité aucune qui se pense supérieur aux américains. Mais elles seront toutes mises à mal dans ces 900 pages foisonnantes. Tom Wolfe aborde la ville de New-York sous plusieurs angles : la politique, la justice, la finance, les médias, et ses personnages sont issus de diverses classes sociales. La ville cosmopolite est dignement représentée. Si ce roman a été écrit en 1987, il n'en reste pas moins terriblement actuel. En effet, l'histoire de ce fait divers transformé en jeu de dupes et en arme d'élection pour se mettre une partie de l'électorat dans la poche, pourrait tout à fait se dérouler de nos jours.
              Lire la suite
              En lire moins
            • juten-doji Posté le 19 Décembre 2018
              L'histoire ayant été résumée à maintes reprises, je ne m'étendrai pas sur ce point. Si le thème principal de ce roman me repoussait au premier abord, d'autant plus que c'est un bon pavé (917 pages!!!!), les critiques positives de Babelio m'ont convaincue de le mettre dans ma pal, el le club de lecture pioche dans ma pal m'a permis de l'en sortir (merci à Sallyrose). L'écriture est vive, il n'y a étonnamment pas de longueurs, et c'est complètement immergé que l'on suit cette critique acerbe non seulement de la finance, mais plus généralement de notre société moderne, du poids des apparences et de la superficialité qui en découle. Le "Bûcher des vanités" a pour moi mérité son statut de grand classique de la littérature moderne américaine et m'a forcé à sortir de mes habitudes, et pour ça chapeau bas. Club de lecture pioche dans ma pal Challenge multi-défis 2018 Challenge pavés 2018 Challenge Globe-Trotteur 2018-2019 Challenge mauvais genre 2018-2019 Challenge USA Challenge Deductions Elementaires Challenge Monopoly
            • manonlitaussi Posté le 7 Novembre 2018
              Très beau roman grâce à la rencontre avec SHerman héro pour quelques pages de ce roman qui voit sa vie basculer. Un maître de l’univers qui travaille à Wall street qu’on rencontre à quatre pattes en train d’essayer de passer une laisse à son chien pour le promener. C’est la seule chose qu’il a trouvé pour aller passer un coup de fil à sa maîtresse. Un soir, alors qu’il est en voiture avec cette maîtresse, perdus dans le Bronx, ils heurtent quelque chose. C’est en lisant les journaux qu’il apprend qu’ils ont heurté un jeune homme noir qui est dans le coma. C’est alors une lente déchéance pour Sherman victime de sa propre cupidité (voir stupidité) orchestrée par un révérend un peu magouilleur, un journaliste alcoolique, des enquêteurs pas très motivés mais poussés par un procureur qui veut se faire réélire et un substitut du procureur moyen qui fantasme sur beaucoup de femmes à part la sienne qui vient d’accoucher. On assiste à un acharnement de la presse et du procureur pour satisfaire le peuple qui gronde et pour qui Sherman représente la classe privilégiée le blanc riche qui habite la Vème avenue et qu’il faut abattre pour rendre justice. Les soutiens de... Très beau roman grâce à la rencontre avec SHerman héro pour quelques pages de ce roman qui voit sa vie basculer. Un maître de l’univers qui travaille à Wall street qu’on rencontre à quatre pattes en train d’essayer de passer une laisse à son chien pour le promener. C’est la seule chose qu’il a trouvé pour aller passer un coup de fil à sa maîtresse. Un soir, alors qu’il est en voiture avec cette maîtresse, perdus dans le Bronx, ils heurtent quelque chose. C’est en lisant les journaux qu’il apprend qu’ils ont heurté un jeune homme noir qui est dans le coma. C’est alors une lente déchéance pour Sherman victime de sa propre cupidité (voir stupidité) orchestrée par un révérend un peu magouilleur, un journaliste alcoolique, des enquêteurs pas très motivés mais poussés par un procureur qui veut se faire réélire et un substitut du procureur moyen qui fantasme sur beaucoup de femmes à part la sienne qui vient d’accoucher. On assiste à un acharnement de la presse et du procureur pour satisfaire le peuple qui gronde et pour qui Sherman représente la classe privilégiée le blanc riche qui habite la Vème avenue et qu’il faut abattre pour rendre justice. Les soutiens de Sherman sont réduits, sa femme apprenant la tromperie n’est pas très coopérative, ceux qui se présentent à sa porte sont en fait des opportunistes. Son seul atout se révèle être un avocat que j’ai eu du mal à cerner au début impuissant, désintéressé, profiteur ... C’est un tableau un peu ragoutant de la justice qui est dépeinte, une justice manipulée selon les procureurs en place où enquêteurs et avocats se doivent des services, passent des contrats. Un tableau de New York où chacun se positionne selon sa communauté. Il y a des tirades sublimes des personnages qui analysent le monde dans lequel ils vivent, des scènes habilement orchestrées avec le pauvre Sherman qu’on prend en pitié tant il est malmené, humilié avant d’être déterminé à se défendre.
              Lire la suite
              En lire moins
            • SabrinaTrublet Posté le 2 Novembre 2018
              Nous avons Sherman, 38 ans, marié à Judy décoratrice d’intérieur et père d’une petite fille. D’un milieu très aisé il travaille à Wall Street où il est le meilleur vendeur d’obligations. Il habite un magnifique appartement sur Park avenue. Nous avons Maria, la vingtaine, femme d’un vieillard très riche qu’elle trompe avec Sherman dans un studio miteux qu’elle sous loue dans un quartier à loyer bloqué. Le jour où Sherman et Maria heurtent un jeune homme noire en voiture et s’enfuient ils signent la fin de leur existence dorée. La presse s’empare de cette affaire et va en faire une chasse aux inégalités raciales. Dans leur aventure on croise aussi un avocat qui se rêve ténor du barreau pour les beaux yeux d’une des jurées. Un autre avocat que l’on pense minable et cupide mais qui n’est que cupide. Un révérend noir du Bronx qui ne fait qu’attiser la haine et détourner les fonds de l’église. La maman du jeune homme noir heurté par le couple que l’on sent manipulée par ce révérend. Et des individus plus malfaisants et arrivistes les uns que les autres. C’est mon premier Tom Wolfe et même si je n’ai pas été complètement séduite j’avoue avoir pris plaisir à suivre la descente aux enfers de cet... Nous avons Sherman, 38 ans, marié à Judy décoratrice d’intérieur et père d’une petite fille. D’un milieu très aisé il travaille à Wall Street où il est le meilleur vendeur d’obligations. Il habite un magnifique appartement sur Park avenue. Nous avons Maria, la vingtaine, femme d’un vieillard très riche qu’elle trompe avec Sherman dans un studio miteux qu’elle sous loue dans un quartier à loyer bloqué. Le jour où Sherman et Maria heurtent un jeune homme noire en voiture et s’enfuient ils signent la fin de leur existence dorée. La presse s’empare de cette affaire et va en faire une chasse aux inégalités raciales. Dans leur aventure on croise aussi un avocat qui se rêve ténor du barreau pour les beaux yeux d’une des jurées. Un autre avocat que l’on pense minable et cupide mais qui n’est que cupide. Un révérend noir du Bronx qui ne fait qu’attiser la haine et détourner les fonds de l’église. La maman du jeune homme noir heurté par le couple que l’on sent manipulée par ce révérend. Et des individus plus malfaisants et arrivistes les uns que les autres. C’est mon premier Tom Wolfe et même si je n’ai pas été complètement séduite j’avoue avoir pris plaisir à suivre la descente aux enfers de cet homme à qui tout réussissait. Et mention particulière à cette édition car je trouve que la photo de couverture évoque magnifiquement l’orage et la tempête qui s’abattent sur un monument de New York.
              Lire la suite
              En lire moins
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.