Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782355843815
Façonnage normé : EPUB3
Nombre de pages : 640
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Le Carnaval des ombres
Fabrice Pointeau (traduit par)
Date de parution : 03/06/2021
Éditeurs :
Sonatine

Le Carnaval des ombres

Fabrice Pointeau (traduit par)
Date de parution : 03/06/2021
« Pourquoi avez-vous si peur, agent Travis ? »
1958. Un cirque ambulant, avec son lot de freaks, d’attractions et de bizarreries, vient de planter son chapiteau dans la petite ville de Seneca Falls, au Kansas. Sous les regards... 1958. Un cirque ambulant, avec son lot de freaks, d’attractions et de bizarreries, vient de planter son chapiteau dans la petite ville de Seneca Falls, au Kansas. Sous les regards émerveillés des enfants et des adultes, la troupe déploie un spectacle fait d’enchantements et d’illusions. Mais l’atmosphère magique est troublée... 1958. Un cirque ambulant, avec son lot de freaks, d’attractions et de bizarreries, vient de planter son chapiteau dans la petite ville de Seneca Falls, au Kansas. Sous les regards émerveillés des enfants et des adultes, la troupe déploie un spectacle fait d’enchantements et d’illusions. Mais l’atmosphère magique est troublée par une découverte macabre : sous le carrousel gît le corps d’un inconnu, présentant d’étranges tatouages.
Dépêché sur les lieux, l’agent spécial Michael Travis se heurte à une énigme qui tient en échec ses talents d’enquêteur. Les membres du cirque, dirigés par le mystérieux Edgar Doyle, ne sont guère enclins à livrer leurs secrets. On parle de magie, de conspiration. Mais l’affaire va bientôt prendre un tour tout à fait inattendu.

Avec cette magnifique évocation de l’Amérique rurale de la fin des années 1950, R. J. Ellory nous offre, une fois de plus, un roman qui touche en plein coeur.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355843815
Façonnage normé : EPUB3
Nombre de pages : 640
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ils en parlent

« Une des grandes plumes du roman noir actuel. »
Le Figaro Magazine

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Cricri08 Posté le 25 Mars 2022
    Michael Travis, 31 ans, a de quoi être fier : il vient de passer avec brio l'entretien nécessaire avec le psy du FBI afin de pouvoir être agent de terrain. Et pourtant, ce n'était pas gagné : quand il avait quinze ans, sa mère a tué son père sous ses yeux ... Mais pour le FBI, son détachement émotionnel et son incapacité à communiquer et à compatir avec autrui ne sont que des atouts, des éléments qui lui simplifieront le travail! Il part donc pour sa première enquête, seul : le corps d'un homme assassiné a été retrouvé sous le manège d'un cirque itinérant à Seneca Falls au Kansas. J'ai beaucoup aimé le travail de l'auteur sur le pouvoir, l'influence des émotions et leur importance dans la vie quotidienne. J'ai été moins convaincue par le retournement final : sans trop en dire, j'ai trouvé la théorie du complot un peu tirée par les cheveux. Un bon moment toutefois.
  • henrimesquida Posté le 18 Février 2022
    Dans ce thriller puissant et atmosphérique, l'auteur à succès R.J. Ellory présente le monde étrange et merveilleux du Cirque (du diable) et révèle les sombres secrets qui se cachent en son cœur. ça se se lit comme un excellent épisode des X Files passant du polar classique au fantastique magique avec rebondissements intrigants et effrayants. Il y a beaucoup de théories du complot ici, du plus sublime au ridicule, alors rappelez-vous : La vérité est ailleurs… Le livre tient en haleine jusqu'à la dernière page. Et quand o le fini, l'histoire continue de flotter diaboliquement dans notre esprit… Dès la quatrième de couverture, nous apprenons que la mère du héros a tué son père et a ensuite été reconnue coupable et exécutée. L'auteur fait des allers-retours entre le présent (1959) et l'histoire de "Michael" qui implique non seulement la mort de son père, l'incarcération et l'exécution de sa mère mais aussi son séjour ultérieur dans le système de protection sociale du Kansas, puis le fait d'aller vivre avec un parent éloigné (par mariage , pas de sang).L'écriture est ronde et belle ,on ralenti le rythme de la lecture pour pouvoir la savourer ce qui est rarement le cas pour les thrillers. L'histoire au... Dans ce thriller puissant et atmosphérique, l'auteur à succès R.J. Ellory présente le monde étrange et merveilleux du Cirque (du diable) et révèle les sombres secrets qui se cachent en son cœur. ça se se lit comme un excellent épisode des X Files passant du polar classique au fantastique magique avec rebondissements intrigants et effrayants. Il y a beaucoup de théories du complot ici, du plus sublime au ridicule, alors rappelez-vous : La vérité est ailleurs… Le livre tient en haleine jusqu'à la dernière page. Et quand o le fini, l'histoire continue de flotter diaboliquement dans notre esprit… Dès la quatrième de couverture, nous apprenons que la mère du héros a tué son père et a ensuite été reconnue coupable et exécutée. L'auteur fait des allers-retours entre le présent (1959) et l'histoire de "Michael" qui implique non seulement la mort de son père, l'incarcération et l'exécution de sa mère mais aussi son séjour ultérieur dans le système de protection sociale du Kansas, puis le fait d'aller vivre avec un parent éloigné (par mariage , pas de sang).L'écriture est ronde et belle ,on ralenti le rythme de la lecture pour pouvoir la savourer ce qui est rarement le cas pour les thrillers. L'histoire au présent (1959) est aussi fascinante semblant partir d'un simple meurtre à élucider vers des implications bien plus complexes...Ou les questions vont avoir bien plus de réponses qu'une éventuelle résolution…. Et la fin est assez inattendue. . .
    Lire la suite
    En lire moins
  • frimoussette Posté le 25 Janvier 2022
    Encore une fois j'ai passé un très bon moment avec R.J.Ellory La vie de l'agent special du FBI Michael Travis L'Amérique rurale de la fin des années 50 Et un personnage en filigrane J. Edgard Hoover Un mélange d'ambiance très étrange entre une troupe de cirque itinérant et des révélations surprenantes sur les instances américaines FBI, CIA ....les coulisses dérangeantes de ces " sectes " Le pouvoir de Allan Dulles CIA et Hoover FBI .....les magouilles sans fin pour manipuler la population et les gouvernants J'ai appris des choses abjectes sur ces sbires Et je me dis que l'assassinat de Kennedy a dû être orchestré par Hoover , qui avait des rapports glaciaux avec le clan Kennedy . Michael Travis le gars strict , sans vie , le bon élément du FBI qui obéit à tout Qui se trimballe un début de vie difficile , un père violent , une mère incarcérée et executée pour le meurtre de ce mari violent Une enfance dans un institut spécialisé pendant quelques temps car orphelin Ellory ayant subi cela , c'est assez émouvant quand son héros parle à travers lui , en fait . Un parcours de vie cabossé comme souvent dans les livres de R.J. Un... Encore une fois j'ai passé un très bon moment avec R.J.Ellory La vie de l'agent special du FBI Michael Travis L'Amérique rurale de la fin des années 50 Et un personnage en filigrane J. Edgard Hoover Un mélange d'ambiance très étrange entre une troupe de cirque itinérant et des révélations surprenantes sur les instances américaines FBI, CIA ....les coulisses dérangeantes de ces " sectes " Le pouvoir de Allan Dulles CIA et Hoover FBI .....les magouilles sans fin pour manipuler la population et les gouvernants J'ai appris des choses abjectes sur ces sbires Et je me dis que l'assassinat de Kennedy a dû être orchestré par Hoover , qui avait des rapports glaciaux avec le clan Kennedy . Michael Travis le gars strict , sans vie , le bon élément du FBI qui obéit à tout Qui se trimballe un début de vie difficile , un père violent , une mère incarcérée et executée pour le meurtre de ce mari violent Une enfance dans un institut spécialisé pendant quelques temps car orphelin Ellory ayant subi cela , c'est assez émouvant quand son héros parle à travers lui , en fait . Un parcours de vie cabossé comme souvent dans les livres de R.J. Un pavé qui se lit vite et avec plaisir , frénésie Et il va partir direct dans mon challenge pavés de 2022 ....mon premier challenge sur Babelio Youpiiiii
    Lire la suite
    En lire moins
  • cavistelecteur Posté le 17 Janvier 2022
    Le Carnaval des ombres de R.J.Ellory Chronique de Bruno Delaroque En cette fin d'année 2021 le cadeau que je décidais de me faire fut de terminer mon année de lectures par « Le Carnaval des ombres » le treizième roman de R.J.Ellory publié en France aux éditions Sonatine. Nous sommes en 1958 et nous allons assister à la première enquête en tant que responsable de l'agent spécial senior Michael Travis. Un meurtre dans un cirque ambulant, et une plongée dans la jeunesse de notre enquêteur, il faut peu de mots et de temps pour éveiller notre curiosité. Toute la puissance du roman noir est ici présente dans les cinquante premières pages. C'est violent, inéluctable et fait avec grand talent. L'enfance de Travis nous est exposée et c'est un gamin qui a vu et vécu la violence au sein même de son foyer jusqu'à ce que « La terrible rage » prenne fin. Qu'est-ce que cela va induire sur son comportement ou ses actes ; on se doute bien qu'il y aura des répercussions à un moment ou à un autre ! Facilement comme à chaque fois R.J.Ellory nous emmène dans son histoire de façon fluide et avec précision. On aborde la psychologie de notre enquêteur et... Le Carnaval des ombres de R.J.Ellory Chronique de Bruno Delaroque En cette fin d'année 2021 le cadeau que je décidais de me faire fut de terminer mon année de lectures par « Le Carnaval des ombres » le treizième roman de R.J.Ellory publié en France aux éditions Sonatine. Nous sommes en 1958 et nous allons assister à la première enquête en tant que responsable de l'agent spécial senior Michael Travis. Un meurtre dans un cirque ambulant, et une plongée dans la jeunesse de notre enquêteur, il faut peu de mots et de temps pour éveiller notre curiosité. Toute la puissance du roman noir est ici présente dans les cinquante premières pages. C'est violent, inéluctable et fait avec grand talent. L'enfance de Travis nous est exposée et c'est un gamin qui a vu et vécu la violence au sein même de son foyer jusqu'à ce que « La terrible rage » prenne fin. Qu'est-ce que cela va induire sur son comportement ou ses actes ; on se doute bien qu'il y aura des répercussions à un moment ou à un autre ! Facilement comme à chaque fois R.J.Ellory nous emmène dans son histoire de façon fluide et avec précision. On aborde la psychologie de notre enquêteur et c'est avec une certaine humanité que l'on aborde le monde du cirque et du merveilleux ; ces troubadours modernes et déracinés vus d'un sale œil par la majorité des gens. Troupe faite d'individus bizarres ou difformes ; ici ils forment une vraie famille sur laquelle veille et règne le directeur Doyle. Avec ce treizième roman, R.J.Ellory nous dresse un portrait de l'Amérique rurale des années cinquante et de ses hommes qu'ils soient du bon côté de l'ordre ou délinquants en devenir. On y parle du FBI et de l'obsession d'un Hoover, le patron, désirant tout contrôler et tout savoir grâce à son officine fédérale. De l'affaire Karpis au monde du cirque, il y a à priori peu de passerelles mais les hommes sont les mêmes. De l'agent Travis à Doyle, directeur d'un cirque qui ressemble plus à une cour des miracles qu'à un manège enchanté, on a un panel de vies riches et tourmentées. C'est un monde étrange fait de bric et de broc, d'âmes meurtries, d'existences brisées évoluant dans le décor paisible d'une Amérique à la fois accueillante et sur ses gardes. Une atmosphère mystérieuse et ouateuse où l'agent Travis semble avoir du mal à trouver ses marques. On y aborde le chaos des années quarante, les nazis en Irlande, la résistance en France, Auschwitz, le soulèvement hongrois, bref la grande Histoire, celle au cœur d'une Europe à feu et à sang qui n'avait pas cessé d'être un terrain de jeu pour dictateurs mégalomanes. Mais entrez donc Mesdames et Messieurs, le spectacle va commencer. Jeune ou vieux, crédules ou cartésiens, la représentation de ce cirque unique va éclairer les âmes d'une lumière nouvelle, amuser et séduire la galerie ; ou simplement rendre les gens un peu plus heureux. La magie d'une illusion grandeur nature servie par des artistes adroits et venant des quatre coins du monde est une bouffée d'air pur dans cette Amérique des années cinquante à Seneca Falls. A moins que…. Et si tout cela n'était qu'une grande foire aux mirages, un miroir aux alouettes ou plus encore une manipulation profonde ? C'est un vieux serpent de mer qui ressurgit et l'on ne peut s'empêcher de penser en 2021, que le sujet est toujours d'actualité avec la Covid et tout ce que cela implique en ce moment. Ecrit en 2014, ce « Carnival of Shadows » (titre original) ; bien que se déroulant dans les années cinquante, montre qu’il est légitime de se poser certaines questions et que nous avons raison de ne pas prendre pour argent comptant ce que l'on cherche à nous vendre aujourd'hui. Bien sûr depuis ces années-là, on a franchi beaucoup de caps et maintenant on nous livre prête à être ingérée directement par le biais de nos grands écrans plats, la doctrine officielle du 1er janvier au 31 décembre. Peu importe les moyens et la technique, le résultat est le même, cela évolue avec l'époque et se fait au grand jour. De la Guerre Froide à aujourd'hui, les choses ont peu changé. Les Ricains sont toujours à la manœuvre comme dernier rempart contre les « méchants » du Monde. Jadis le Communisme, hier avec l'Irak et Saddam Hussein et aujourd'hui La Covid avec Pfizer ; la Solution, seule arme préventive contre le virus. Je sais, je vais loin, mais je pense que si R.J.Ellory devait écrire ce bouquin en 2021, il l'écrirait certainement de façon un peu différente. Lire c'est voyager, imaginer, et peut être que mon ressenti dans dix ans ne serait pas le même, mais fin 2021, je trouve cette réflexion autour de la manipulation et du contrôle particulièrement troublante. Ce Carnaval des ombres est particulièrement réussi. Il est surprenant d'actualité, et comprend de nombreuses zones d'ombres et de références à l'histoire. Il doit éveiller en nous la méfiance et nous apprendre que la vérité peut être différente selon l'endroit où l'on se place pour la regarder. Mais une chose ne change jamais ; dès que du fric est en jeu, ou qu'une petite domination est possible, les américains ne sont jamais bien loin, quitte à raconter n'importe quoi pour obtenir un peu plus d’emprise sur les gens et sur le monde. Bravo Monsieur Ellory, j’ai bien choisi ma dernière lecture de l’année !
    Lire la suite
    En lire moins
  • belette2911 Posté le 17 Décembre 2021
    En juin, il n’y avait pas que le Mois Anglais, il y avait aussi la sortie du dernier roman de R.J Ellory et rien ne me fait plus plaisir que de lire ses romans ! Double plaisir puisque l’auteur, anglais, a toujours pour décor l’Amérique. Celle des années 50 est encore plus intéressante, car les nouvelles technologies sont absentes, c’est la Guerre Froide et il y a toujours moyen d’écrire un super roman sur ces périodes. Au départ, c’est une enquête de routine qui échoue dans les mains de l’agent spécial senior, Michael Travis. Son enquête dans une fête foraine où se produisent quelques phénomènes est, somme toute, assez classique. Ce qui l’est moins, c’est la personnalité de Michael Travis : il est fracassé, torturé (mais ne fume pas, ne boit pas, ne se drogue pas), son enfance n’a guère était agréable et il est aussi raide qu’une planche à repasser ! Limite un manche de balai enfoncé dans le cul tant il est respectueux des règles. "Fuck the rules" ne sera jamais tatoué sur son bras (aucun tatouage, d’ailleurs). Travis est pétri de certitudes, il a ses propres convictions et lui faire ouvrir les yeux ne sera pas une mince affaire, lui qui a... En juin, il n’y avait pas que le Mois Anglais, il y avait aussi la sortie du dernier roman de R.J Ellory et rien ne me fait plus plaisir que de lire ses romans ! Double plaisir puisque l’auteur, anglais, a toujours pour décor l’Amérique. Celle des années 50 est encore plus intéressante, car les nouvelles technologies sont absentes, c’est la Guerre Froide et il y a toujours moyen d’écrire un super roman sur ces périodes. Au départ, c’est une enquête de routine qui échoue dans les mains de l’agent spécial senior, Michael Travis. Son enquête dans une fête foraine où se produisent quelques phénomènes est, somme toute, assez classique. Ce qui l’est moins, c’est la personnalité de Michael Travis : il est fracassé, torturé (mais ne fume pas, ne boit pas, ne se drogue pas), son enfance n’a guère était agréable et il est aussi raide qu’une planche à repasser ! Limite un manche de balai enfoncé dans le cul tant il est respectueux des règles. "Fuck the rules" ne sera jamais tatoué sur son bras (aucun tatouage, d’ailleurs). Travis est pétri de certitudes, il a ses propres convictions et lui faire ouvrir les yeux ne sera pas une mince affaire, lui qui a les pieds bien trop ancrés dans la réalité et totalement imperméable à la magie où à l’inexplicable. Son passé, nous l’apprendrons par bribes, les épisodes malheureux de sa vie de retrouvant insérés entre deux chapitres de son enquête. Plus intelligent pour un auteur de nous apprendre par petits morceaux que de commencer son récit par la vie de son personnage principal. En tout cas, moi, ça me plait ainsi. Les ambiances "Amérique des années 50" étaient bien présentes, Ellory étant doué pour les descriptions, sans devoir en faire des tonnes, comme il est doué pour créer des personnages réalistes, bien ancrés dans le récit et ayant une véritable présence physique. Si les freaks de son récit ne sont pas comme ceux du roman de Katherine Dunn "Amour monstre" ou comme ceux chez Harry Crews, "La malédiction du gitan", les siens auraient plus des airs de famille avec les phénomènes qu’un Stephen King aurait pu mettre en scène dans l’un de ses romans. Ici, pas de sœurs siamoises, d’enfant poisson ou de nain culturiste, mais des gens possédant certains pouvoirs… Parfois même plus de doigts que la normale… Lors de la première partie du récit, bien que je m’y sois trouvée aussi bien qu’un poisson dans l’eau, je ne pouvais m’empêcher de le trouver normal : un homme assassiné, une enquête d’un agent du FBI (et pas un Fox Mulder) en solo, une fête foraine sortant de l’ordinaire, bref, pas de quoi défriser la moustache à Hercule Poirot… Puis tout à coup, j’ai compris que sous le tapis, il y avait des saloperies, des cafards puants, ainsi que des squelettes dans les placards et une fois que ça a commencé à sortir, j’ai compris pourquoi mes camarades blogueurs/euses avaient trouvé le dernier roman d’Ellory génial ! Ah oui, putain, je confirme ! Ellory a beau être un auteur anglais, il a une capacité d’analyse de l’Amérique, qu’elle soit profonde, politicienne ou institutionnelle (FBI, CIA,…), extraordinaire. Sa plume devient scalpel et il la dissèque, sortant ses viscères (pas toutes à la fois) à la manière d’un prestidigitateur pour nous les exposer sous nos yeux ébahis. Son truc est qu’il utilise sûrement une plume magique qui sait si bien mettre les mots sur les idées, sur les actions qu’on a l’impression de ne pas être dans un roman, mais de le vivre vraiment, aux côtés des personnages. Une fois de plus, Ellory nous livre un roman sombre, où l’Amérique et ses institutions ne sortiront pas grandies (mais nous le savions déjà). Prenez place dans le chapiteau du Carnaval Diablo, laissez-vous emporter par la magie du spectacle, ouvrez votre cœur, laissez vos certitudes, vos convictions, vos préjugés sur le bas-côté et embarquez dans ce voyage fait d’illusions, de vérités, de révélations où vous pourriez en sortir grandi, comme notre agent spécial Travis.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions

Lisez maintenant, tout de suite !