En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Le cas singulier de Benjamin T.

        Les Escales
        EAN : 9782365693721
        Façonnage normé : EPUB3
        DRM : DRM Adobe
        Le cas singulier de Benjamin T.

        Collection : Domaine français
        Date de parution : 08/02/2018
        Et si l'on vivait nos vies à l'envers ?
        Depuis quelque temps, plus rien ne va dans la vie de Benjamin Teillac. Quitté par sa femme, rejeté par son fils, il risque maintenant de perdre son travail d’ambulancier. En cause : ses crises d’épilepsie, qui ont recommencé brutalement et que les traitements conventionnels ne suffisent plus à contrôler. Lorsque sa neurologue... Depuis quelque temps, plus rien ne va dans la vie de Benjamin Teillac. Quitté par sa femme, rejeté par son fils, il risque maintenant de perdre son travail d’ambulancier. En cause : ses crises d’épilepsie, qui ont recommencé brutalement et que les traitements conventionnels ne suffisent plus à contrôler. Lorsque sa neurologue lui propose de tester un nouveau médicament révolutionnaire, il décide d'accepter, malgré la réticence de David, son meilleur ami. C'est alors que d'étranges visions commencent à l'assaillir, des rêves récurrents au réalisme troublant. Sur un chemin enneigé, le voilà qui fait le guet en compagnie de soldats qu'il ne connaît pas et à qui, pourtant, il s'adresse comme à des familiers… Par quel phénomène singulier s’est-il soudain retrouvé en 1944, au beau milieu du maquis ? Là, alors que le danger rôde, une autre existence s’ouvre à lui, un autre possible. Se pose alors la seule véritable question : qui Benjamin veut-il être ?
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782365693721
        Façonnage normé : EPUB3
        DRM : DRM Adobe
        Les Escales
        14.99 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • BabaLoe Posté le 25 Août 2018
          Benjamin mène une vie difficile, il doute de lui personnellement et professionnellement. Seul son meilleur ami le soutient, mais Benjamin ressent quand même un décalage avec lui qui a une vie stable. Lorsqu’il passe en 1944, de nouveaux possibles s’offrent à lui. C’est un monde où il peut aussi sauver des vies et où des gens lui font confiance et le respectent. Ils remettent leur vie entre ses mains parce qu’il y a un impératif de survie. Qu’importe qui il est, son passé, là il peut leur faire franchir une frontière, les mettre à l’abri, et c’est la seule chose qui compte. Il se sent davantage responsable et cela l’aide à prendre confiance en lui. L’autrice a particulièrement décortiqué la personnalité et la psychologie de Benjamin. On entre dans sa tête, grâce aussi à une narration à la première personne. On vit avec lui les troubles de ces changements d’époque et on se pose la même question : est-il en train de devenir fou ? On ne peut s’empêcher de se mettre à sa place, de se demander ce qu’il doit faire, surtout lorsque des vies sont entre ses mains. Les personnages secondaires font avancer notre héros, notamment un certain prêtre,... Benjamin mène une vie difficile, il doute de lui personnellement et professionnellement. Seul son meilleur ami le soutient, mais Benjamin ressent quand même un décalage avec lui qui a une vie stable. Lorsqu’il passe en 1944, de nouveaux possibles s’offrent à lui. C’est un monde où il peut aussi sauver des vies et où des gens lui font confiance et le respectent. Ils remettent leur vie entre ses mains parce qu’il y a un impératif de survie. Qu’importe qui il est, son passé, là il peut leur faire franchir une frontière, les mettre à l’abri, et c’est la seule chose qui compte. Il se sent davantage responsable et cela l’aide à prendre confiance en lui. L’autrice a particulièrement décortiqué la personnalité et la psychologie de Benjamin. On entre dans sa tête, grâce aussi à une narration à la première personne. On vit avec lui les troubles de ces changements d’époque et on se pose la même question : est-il en train de devenir fou ? On ne peut s’empêcher de se mettre à sa place, de se demander ce qu’il doit faire, surtout lorsque des vies sont entre ses mains. Les personnages secondaires font avancer notre héros, notamment un certain prêtre, Cyrille, au fort tempérament et qui n’hésite pas à se salir les mains. Ce roman nous invite à réfléchir aux valeurs que nous portons et à l’importance que nous donnons à notre quotidien. Benjamin vit correctement (même si ses relations familiales ne sont pas au beau fixe), il mange à sa faim, a un toit et une certaine routine malgré la maladie. En 1944, tout est bousculé. Il faut pouvoir réagir vite, se déplacer, charger un fusil, manger la même chose pendant des semaines et ne pas avoir la certitude de se coucher avec tous ses camarades. Les liens se tissent entre frères d’armes, mais aussi avec des inconnus. Au-delà de l’individu, notre humanité est en jeu.
          Lire la suite
          En lire moins
        • AnitaMillot Posté le 31 Juillet 2018
          Benjamin T. (comme Teillac) est un “looser”. Benjamin T. n’a pas su garder l’amour de sa femme Sylvie et de son fils Pierrick parce que “trop bon, trop con” … Heureusement qu’il peut compter sur son ami d’enfance et collègue, David, qui lui est dévoué, ce qui rend un peu jaloux son compagnon Thibaud et sa soeur Viviane. Benjamin T. n’a pas su dire non à l’alcool qui lui donne l’impression de noyer son chagrin … Seulement voilà, Benjamin T. est épileptique depuis son enfance et la rechute va lui apporter une surprise de taille : il plonge régulièrement dans une vie antérieure qui s’est déroulée pendant la seconde guerre mondiale ! Catherine Rolland nous fait voyager - avec ravissement - d’un monde à l’autre : notre héros malgré lui aura bien du mal à y voir clair et à faire face à un phénomène aussi perturbant … Pour notre plus grand bonheur d’ailleurs, car enfin, cette lecture est une pure merveille d’originalité et nous captive jusqu’à la dernière ligne ! Bravo et merci pour ce grand moment de plaisir littéraire !
        • jg69 Posté le 29 Juillet 2018
          Benjamin Teillac vit à Lyon, sa femme Sylvie qui le considère comme un raté l'a quittée après quinze ans de vie commune, son fils adolescent s'éloigne de lui. Ambulancier, il risque de perdre son travail car, atteint d'épilepsie, il a caché sa maladie à son patron qui se trouve être le nouveau compagnon de son ex femme... le moins qu'on puisse dire c'est qu'il traverse une mauvaise passe. Heureusement David, son collègue et meilleur ami, est là pour le soutenir. Il est le seul avec Sylvie a être au courant de la maladie de Benjamin, incompatible avec le métier d'ambulancier qu'il aime par dessus tout. Mais des crises d'épilepsie surviennent de plus en plus souvent. Devenues quasi quotidiennes, Benjamin accepte la proposition de sa neurologue de rentrer dans un essai thérapeutique. Les crises perdurent et s'accompagnent alors d'hallucinations, de visions au cours desquelles il se retrouve dans la peau d'un soldat, 70 ans plus tôt en 1944, en pleine seconde guerre mondiale en Haute-Savoie sur le plateau des Glières. Ce soldat s'appelle Benjamin comme lui et lutte dans la résistance avec son frère Cyrille, un abbé. Benjamin passe alors d'une vie à l'autre, celle de 2016 et celle de 1944. Les... Benjamin Teillac vit à Lyon, sa femme Sylvie qui le considère comme un raté l'a quittée après quinze ans de vie commune, son fils adolescent s'éloigne de lui. Ambulancier, il risque de perdre son travail car, atteint d'épilepsie, il a caché sa maladie à son patron qui se trouve être le nouveau compagnon de son ex femme... le moins qu'on puisse dire c'est qu'il traverse une mauvaise passe. Heureusement David, son collègue et meilleur ami, est là pour le soutenir. Il est le seul avec Sylvie a être au courant de la maladie de Benjamin, incompatible avec le métier d'ambulancier qu'il aime par dessus tout. Mais des crises d'épilepsie surviennent de plus en plus souvent. Devenues quasi quotidiennes, Benjamin accepte la proposition de sa neurologue de rentrer dans un essai thérapeutique. Les crises perdurent et s'accompagnent alors d'hallucinations, de visions au cours desquelles il se retrouve dans la peau d'un soldat, 70 ans plus tôt en 1944, en pleine seconde guerre mondiale en Haute-Savoie sur le plateau des Glières. Ce soldat s'appelle Benjamin comme lui et lutte dans la résistance avec son frère Cyrille, un abbé. Benjamin passe alors d'une vie à l'autre, celle de 2016 et celle de 1944. Les scènes dans lesquels il est projeté sont terriblement réalistes... aussi réalistes que celles qu'il vit en 2016. Les frontières entre ces deux mondes finissent par devenir poreuses, entre un monde en guerre dans lequel il est un héros et où il entrevoit un amour possible et un monde en paix où il souffre et est si seul. Benjamin, comme le lecteur, se pose de multiples questions. Est-il devenu fou? Vit-il une réincarnation? Pourquoi passe-t-il ainsi d'une vie à l'autre? Peut-il choisir de rester dans sa vie de 1944? Benjamin connait l'issue de la guerre, peut-il modifier le passé et ainsi sauver son frère qui vient d'être arrêté? Catherine Rolland est médecin, ce qui donne une réelle crédibilité à cette plongée au cœur de la maladie épileptique qu'elle nous propose ici, j'ai aimé aussi la façon dont elle parle avec beaucoup de tendresse du métier d'ambulancier. Les allers-retours permanents entre les deux vies de Benjamin sont très bien maîtrisés, ambulancier à la vie ratée à notre époque et héros de la résistance, chef de réseau, pendant la guerre. Catherine Rolland a accompli l'exploit de mêler ces deux histoires sans jamais nous faire perdre le fil dans une construction parfaitement réussie et un rythme bien tenu. Elle a une capacité incroyable à faire accepter au lecteur le plus cartésien cette double vie et cette oscillation entre deux espaces-temps et a engendrer une multitude de questionnements. L'écriture précise, juste et dynamique rend très agréable la lecture de ce roman très original au sujet bien risqué. Voilà un roman que j'imaginerai parfaitement adapté au cinéma.
          Lire la suite
          En lire moins
        • LiliaTakTak Posté le 5 Juin 2018
          Est-ce que la maladie exclut ? C’est ce que Benjamin Teillac est en droit de se demander alors que sa vie bascule. Il est épileptique, ses crises surviennent de plus en plus fréquemment, et il devient difficile de la cacher. Jusque-là seuls son meilleur ami, David, et son ex-femme, Sylvie, sont au courant, mais jusque quand cette dernière va conserver le secret ? Après quinze de vie commune, Sylvie lui a préféré son propre patron Haestler. Benjamin craint pour son emploi. Officiellement sa maladie ne peut lui permettre d’exercer son métier d’ambulancier, et Haestler semble vouloir s’en défaire par tous les moyens. C’est alors que sa neurologue lui propose un nouveau traitement, seule solution qui lui reste pour continuer son métier qu’il aime tant. Après de nombreuses hésitations, Benjamin finit par accepter cette option qui va lui réserver bien des surprises à commencer par l’ouverture vers un monde parallèle. Benjamin devient un personnage de la résistance en 1944. Avec une belle écriture, très entraînante, Catherine Rolland évoque les affres de l’épilepsie et ses conséquences, mais aussi la force de l’amitié. Elle aborde avec légèreté et talent les questions de cette maladie. Elle associe tour à tour le réel et le rêve et nous... Est-ce que la maladie exclut ? C’est ce que Benjamin Teillac est en droit de se demander alors que sa vie bascule. Il est épileptique, ses crises surviennent de plus en plus fréquemment, et il devient difficile de la cacher. Jusque-là seuls son meilleur ami, David, et son ex-femme, Sylvie, sont au courant, mais jusque quand cette dernière va conserver le secret ? Après quinze de vie commune, Sylvie lui a préféré son propre patron Haestler. Benjamin craint pour son emploi. Officiellement sa maladie ne peut lui permettre d’exercer son métier d’ambulancier, et Haestler semble vouloir s’en défaire par tous les moyens. C’est alors que sa neurologue lui propose un nouveau traitement, seule solution qui lui reste pour continuer son métier qu’il aime tant. Après de nombreuses hésitations, Benjamin finit par accepter cette option qui va lui réserver bien des surprises à commencer par l’ouverture vers un monde parallèle. Benjamin devient un personnage de la résistance en 1944. Avec une belle écriture, très entraînante, Catherine Rolland évoque les affres de l’épilepsie et ses conséquences, mais aussi la force de l’amitié. Elle aborde avec légèreté et talent les questions de cette maladie. Elle associe tour à tour le réel et le rêve et nous démontre la force de résistance du cerveau malgré les nombreuses possibilités de sombrer. A chaque crise Benjamin s’évade en 1944 et devient ce personnage de la résistance. Une seconde vie qui semble tellement vrai que l’on peut se demander s’il l’a vraiment vécu. Un roman très original qu’on prend beaucoup de plaisir à lire ! Une très belle découverte que je vous recommande vivement !
          Lire la suite
          En lire moins
        • lucia-lilas Posté le 22 Avril 2018
          Et si ce que nous rêvions était notre vraie vie, à moins que celle-ci ne soit qu'un songe ? Et si nous avions la possibilité, chaque jour, de vivre plus longuement dans nos rêves ? Le dernier roman de Catherine Rolland gomme les frontières de ces deux états et nous plonge dans un récit fascinant qui m'a complètement embarquée… Le sujet ? Benjamin Teillac va mal : sa femme est partie après quinze ans de vie commune, son fils ne veut plus le voir et son boulot d'ambulancier est remis en cause par des crises d'épilepsie de plus en plus rapprochées. Une vraie galère. Heureusement, son ami de toujours, David est là. Un père pour Ben que ce David : il le surveille, prend soin de lui, l'accueille dans sa maison, lui prépare à manger et le ramasse en miettes dans la rue alors qu'il vient d'être victime d'une nouvelle crise. Pendant combien de temps Ben va-t-il pouvoir garder le secret ? Si son chef apprend son mal, il est viré. Ce boulot, il l'adore, il aime les contacts qu'il noue avec les malades qu'il transporte. Mais les crises ne préviennent pas : elles sont de plus en plus nombreuses et durent maintenant assez longtemps, suffisamment longtemps pour que... Et si ce que nous rêvions était notre vraie vie, à moins que celle-ci ne soit qu'un songe ? Et si nous avions la possibilité, chaque jour, de vivre plus longuement dans nos rêves ? Le dernier roman de Catherine Rolland gomme les frontières de ces deux états et nous plonge dans un récit fascinant qui m'a complètement embarquée… Le sujet ? Benjamin Teillac va mal : sa femme est partie après quinze ans de vie commune, son fils ne veut plus le voir et son boulot d'ambulancier est remis en cause par des crises d'épilepsie de plus en plus rapprochées. Une vraie galère. Heureusement, son ami de toujours, David est là. Un père pour Ben que ce David : il le surveille, prend soin de lui, l'accueille dans sa maison, lui prépare à manger et le ramasse en miettes dans la rue alors qu'il vient d'être victime d'une nouvelle crise. Pendant combien de temps Ben va-t-il pouvoir garder le secret ? Si son chef apprend son mal, il est viré. Ce boulot, il l'adore, il aime les contacts qu'il noue avec les malades qu'il transporte. Mais les crises ne préviennent pas : elles sont de plus en plus nombreuses et durent maintenant assez longtemps, suffisamment longtemps pour que Benjamin se mette à vivre... une nouvelle vie. C'est ainsi qu'il quitte plusieurs fois par semaine les années 2014 pour être propulsé en 1944 en plein maquis ! Là, en Haute-Savoie sur le plateau des Glières, massif des Bornes, il devient alors Benjamin Sachetaz, né en 1909, ayant grandi dans une ferme à Saint-Calixte, et avec son frère Cyrille, un homme d'Église, il s'est engagé dans la Résistance. Étonnant pour un homme qui déclare en 2014 : « Je n'avais jamais porté d'intérêt à l'Histoire, pas plus à la Seconde Guerre mondiale qu'à aucune autre période du passé. Je faisais partie de ces hommes cartésiens pour qui seul le présent comptait. » Et pourtant... Bien sûr, les réveils sont un peu douloureux et lorsqu'il tente d'expliquer à David ce qui lui arrive, ce dernier perd patience. Benjamin devient-il fou ? D'où viennent ces hallucinations récurrentes ? Peut-on parler de « rêves » ? Sont-ce les effets secondaires des différents traitements ? Jusqu'où tout cela va-t-il mener Ben ? Dans la pire des névroses ? Dans tous les cas, il faut trouver une solution et rapidement. Le docteur Aubervilliers, neurologue au CHU, va proposer à Ben de tester une nouvelle thérapie. Avec un peu de chance, ce nouveau traitement marchera et le sortira de cette double vie impossible. A moins que… Je l'avoue, j'ai été complètement happée par ce roman : non seulement, les personnages sont très attachants, notamment ce pauvre Ben dont la double vie devient très vite un enfer mais surtout, les questions existentielles qui sont posées sont, je trouve, assez troublantes : « Si tu devais choisir, est-ce que tu laisserais ta vie, ta femme et ton fils, le confort d'une existence sans guerre et sans le risque de te faire tuer chaque jour que Dieu fait ? Si tu devais choisir entre là-bas et ici, Ben, pour quelle vie opterais-tu ? » lui demande un personnage du roman. Se pose donc la question du sens de la vie et de l'engagement. Qu'est-ce qui vaut la peine d'être vécu, qu'est-ce qui donne de la valeur à notre existence ? J'ai aussi beaucoup aimé toutes les réflexions qui ont trait à l'Histoire : repartir en arrière avec la connaissance de ce qui va se passer dans l'avenir, c'est évidemment être tenté de vouloir changer le cours des événements. L'on se met soudain à rêver… Et si l'on pouvait modifier le passé, faire en sorte que certains monstres n'arrivent jamais au pouvoir, que certaines guerres n'aient jamais lieu... Moi qui ne suis pas une fana de science-fiction (je n'y comprends généralement pas grand-chose), là, j'ai été captivée par la richesse des problématiques abordées par ce sujet. Une lecture très plaisante donc et que je recommande vivement !
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        "Un joyau d'émotions et de surprises."

         
        blog Squirelito
        « Catherine Rolland rend vraisemblable l'invraisemblable, rend le temps poreux, brise nos certitudes et nous rend totalement accroché à cette double-histoire, aussi étonnante que vertigineuse. Il y a longtemps que je n'avais pas lu quelque chose d'aussi surprenant, distrayant, addictif et je vous invite à rapidement vous procurer Le cas singulier de Benjamin T. de Catherine Rolland, aux éditions Les Escales, un coup de cœur ! »
        Maison de la Presse de Gannat (03)
        « Le cas singulier de Benjamin T. est une très belle lecture, entre histoire et présent, d'un réalisme époustouflant qui fait beaucoup réfléchir. »
         
        Jean-Louis Zuccolini / Froggy’s delight
        INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
        Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com