Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782266210065
Code sériel : J497
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Le cavalier

Date de parution : 13/01/2011

Paris, fin novembre 1788. Jean-Baptiste rêve d'aventures, loin de son travail de commis chez un marchand drapier. Un soir, au détour d'une rue, le garçon rencontre un mystérieux cavalier. Ce dernier lui fait un promesse : "si jamais tu te trouvais dans l'embarras, je t'aiderais." Quand le vieil Éloi est dénoncé pour détention de livres interdits, la boutique des drapiers est menacée de  faillite... Jean Baptiste n'a plus qu'un espoir : retrouver le cavalier.

EAN : 9782266210065
Code sériel : J497
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • paulmaugendre Posté le 23 Janvier 2020
    En cette fin de novembre 1765, ayant fini de ramasser des sarments de vigne, de les fagoter puis de les mettre sur le dos de sa mule, Jean-Baptiste quitte le petit village de Vaugirard et s’apprête à rejoindre le quartier de Saint-Germain-des-Prés dans Paris. Tout en marchant dans le brouillard, Jean-Baptiste rêve de voyages, de Louisiane, de Mississipi ou encore des Indes. Ce n’est pas qu’il est mal traité chez Dame Anne-Françoise Floche comme commis marchand-drapier, mais l’aventure le tente, le tenaille. Il longe le mur du clos Périchot, préférant prendre le petit chemin herbu à la grande route, trop encombrée. C’est alors que surgit un cavalier devant lui et il n’a que le temps de se jeter contre le mur. Un vif échange s’établit entre ce jeunot d’une quinzaine d’année et ce cavalier vêtu de gris et qui paraît la trentaine. Toutefois Jean-Baptiste raconte quelque peu sa vie d’orphelin, vivant chez la marchande-drapière devenue veuve et mère de Pernette, treize ans, et indiquant son adresse. Et ils se quittent, le cavalier promettant de se revoir car il doit se rendre justement dans le quartier de Saint Germain. Jean-Baptiste aide de son mieux Dame Anne-Françoise mais les temps sont durs. Il n’y a... En cette fin de novembre 1765, ayant fini de ramasser des sarments de vigne, de les fagoter puis de les mettre sur le dos de sa mule, Jean-Baptiste quitte le petit village de Vaugirard et s’apprête à rejoindre le quartier de Saint-Germain-des-Prés dans Paris. Tout en marchant dans le brouillard, Jean-Baptiste rêve de voyages, de Louisiane, de Mississipi ou encore des Indes. Ce n’est pas qu’il est mal traité chez Dame Anne-Françoise Floche comme commis marchand-drapier, mais l’aventure le tente, le tenaille. Il longe le mur du clos Périchot, préférant prendre le petit chemin herbu à la grande route, trop encombrée. C’est alors que surgit un cavalier devant lui et il n’a que le temps de se jeter contre le mur. Un vif échange s’établit entre ce jeunot d’une quinzaine d’année et ce cavalier vêtu de gris et qui paraît la trentaine. Toutefois Jean-Baptiste raconte quelque peu sa vie d’orphelin, vivant chez la marchande-drapière devenue veuve et mère de Pernette, treize ans, et indiquant son adresse. Et ils se quittent, le cavalier promettant de se revoir car il doit se rendre justement dans le quartier de Saint Germain. Jean-Baptiste aide de son mieux Dame Anne-Françoise mais les temps sont durs. Il n’y a plus guère de clients car la pénurie de tissus se fait sentir. Pourtant le vieil Eloi Picard reste attaché à cette boutique, vivant au dernier étage dans le grenier. De plus la boutiquière est criblée de dettes, à cause d’un voisin maître-rôtisseur qui pratique l’usure. Jean-Baptiste narre sa rencontre à Dame Anne-Françoise, laquelle est fort intéressée. Cela lui remémore sa jeunesse, ses quinze ans, avant qu’elle se marie avec Floche, la quarantaine sonnée, auprès de qui elle avait trouvé refuge. Un soir, le jeune Gilles fait irruption dans la boutique. Il n’en peut plus d’être maltraité par son grand-père, perruquier de son état et qui n’est autre que le frère d’Eloi. Alors n’écoutant que leur bon cœur, Eloi et sa patronne recueillent le gamin de quatorze ans, un facétieux qui ne rêve lui que de devenir comédien et se produire sur les planches. L’entente cordiale ne règne pas toujours entre Jean-Baptiste, Gilles et Pernette, qui est quelque peu capricieuse, mais bientôt ils se ligueront contre l’adversité. En effet Eloi, qui est considéré comme un oncle, possède des livres interdits et il a été dénoncé par le perruquier et son ami le rôtisseur. Mais quelqu’un se cache derrière cette délation. Heureusement, grâce à l’esprit de décision de Jean-Baptiste et aussi à sa bravoure, la situation peut s’arranger provisoirement. Et le cavalier inconnu, surnommé le Marquis Carême, va aider la veuve à se dépêtrer de ces malheurs. Ce roman pour enfants, non interdit aux adultes, met en avant deux points cruciaux en cette fin de règne de Louis XV. L’interdiction d’ouvrages considérés comme des livres incitant à la révolte, écrits notamment par Voltaire et Jean-Jacques Rousseau, et qui sont bannis par la censure. Des ouvrages qu’on ne pouvait que se procurer sous le manteau et imprimés la plupart du temps à l’étranger. Mais un autre point, pas assez développé à mon goût, est celui qui secoua le début des années 1750, lorsque des enfants, considérés la plupart du temps comme orphelins mais ne l’étaient pas forcément, étaient traqués et enlevés par la maréchaussée puis déportés vers la Louisiane et le Mississipi, avant que ces possessions françaises tombent sous la domination britannique en 1763.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Melissa-Macy Posté le 1 Février 2016
    1788, Jean-Baptiste, un jeune commis qui travaille pour une drapière sur le point de faire faillite, fait la rencontre d'un mystérieux cavalier qui semble le connaître. Lorsque les événements se déchaînent, que la police veut embastiller l'oncle Picard et que le rôtissier réclame ses dettes à la maîtresse du jeune garçon, celui-ci ne réfléchit pas et court chercher le cavalier. Il en est sûr, seul cet homme peut les sauver ... Avec ce livre historique pour la jeunesse qui dessine les contours de la révolution française, Jacqueline Mirande nous livre un récit de vie touchant doublé d'un mystère à élucider. Elle nous montre avec force et vérité le quotidien de jeunes gens de basses conditions qui se battent pour sauver le peu qu'ils possèdent face aux bourgeois, aux usuriers ainsi qu'aux parvenus. Même si le style est parfois dur à comprendre pour un jeune lectorat, sans l'étayage d'un adulte, ce mini roman dresse le portrait d'une société à une époque donnée pour le rend accessible aux enfants. Pour ce qui est de l'enquête et du mystère, c'est le nerf qui tient en haleine. Tout le monde veut savoir qui est ce fameux cavalier et pourquoi il intervient de cette façon, si... 1788, Jean-Baptiste, un jeune commis qui travaille pour une drapière sur le point de faire faillite, fait la rencontre d'un mystérieux cavalier qui semble le connaître. Lorsque les événements se déchaînent, que la police veut embastiller l'oncle Picard et que le rôtissier réclame ses dettes à la maîtresse du jeune garçon, celui-ci ne réfléchit pas et court chercher le cavalier. Il en est sûr, seul cet homme peut les sauver ... Avec ce livre historique pour la jeunesse qui dessine les contours de la révolution française, Jacqueline Mirande nous livre un récit de vie touchant doublé d'un mystère à élucider. Elle nous montre avec force et vérité le quotidien de jeunes gens de basses conditions qui se battent pour sauver le peu qu'ils possèdent face aux bourgeois, aux usuriers ainsi qu'aux parvenus. Même si le style est parfois dur à comprendre pour un jeune lectorat, sans l'étayage d'un adulte, ce mini roman dresse le portrait d'une société à une époque donnée pour le rend accessible aux enfants. Pour ce qui est de l'enquête et du mystère, c'est le nerf qui tient en haleine. Tout le monde veut savoir qui est ce fameux cavalier et pourquoi il intervient de cette façon, si énigmatique, dans la vie de Jean-Baptiste et des siens. A partir de 10 ans.
    Lire la suite
    En lire moins
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !