Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782823806434
Code sériel : 99999
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe
Le cherche-bonheur
Jean-François Merle (traduit par)
Date de parution : 07/11/2013
Éditeurs :
12-21
En savoir plus

Le cherche-bonheur

Jean-François Merle (traduit par)
Date de parution : 07/11/2013

Avis de recherche : Ella et John Robina, couple de citoyens américains à la retraite, vus pour la dernière fois au volant de leur camping-car le Cherche-bonheur, aux abords de...

Avis de recherche : Ella et John Robina, couple de citoyens américains à la retraite, vus pour la dernière fois au volant de leur camping-car le Cherche-bonheur, aux abords de Detroit. Si vous avez des informations, merci de contacter au plus vite leurs enfants au numéro qui suit…

Après une longue...

Avis de recherche : Ella et John Robina, couple de citoyens américains à la retraite, vus pour la dernière fois au volant de leur camping-car le Cherche-bonheur, aux abords de Detroit. Si vous avez des informations, merci de contacter au plus vite leurs enfants au numéro qui suit…

Après une longue vie et soixante ans de mariage, la santé chancelante et la mémoire qui flanche, Ella et John savent que leurs jours d’autonomie sont comptés. Si John ne se souvient plus nécessairement si on est mardi ou jeudi, il peut encore conduire. Ella le « kidnappe » donc, avec une seule idée en tête : partir une dernière fois à l’aventure. C’est le début d’un périple extraordinaire…

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823806434
Code sériel : 99999
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe
12-21
En savoir plus

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Coralied4 Posté le 6 Mai 2022
    C’est le périple d’un couple âgé. John perd la mémoire et Ella se bat contre son cancer. Mais impossible pour eux de finir leurs vieux jours en maison de retraite. Contre l’avis de tous, il décide de traverser les États-Unis à bord du Cherche-Bonheur. Roman qui démontre la force de vie. Se donner la possibilité et le choix de se faire plaisir, de s’écouter, de profiter des derniers instants. Les aventures de ce couple restent toujours crédibles. Le tableau n’est pas tout rose. Quelques rencontres ou événements malencontreux viennent ternis le doux périple. J’ai vécu ce roadtrip à 100% avec eux. J’ai eu peur pour eux, j’ai pleuré avec eux, je me suis émerveillée avec eux. Bref, un roman qui fait du bien et qui donne du sens.
  • Plumefil Posté le 14 Mars 2022
    Ella, luttant contre un cancer en phase terminale, prend plaisir à se rappeler les merveilleux moments partagés en famille avec ses deux enfants, Cindy et Kevin, depuis longtemps envolés du nid et eux-mêmes chargés de famille. Son mari, John, après plus de soixante années de mariage, bien qu'atteint de la maladie d'Alzheimer, possède encore ses réflexes de bon conducteur. Aussi, malgré ces multiples handicaps, elle décide de s'évader une dernière fois au lieu d'attendre la décrépitude dans un hôpital. Elle entraîne John dans un roadmovie fou, tout au long de la route 66 pour rejoindre Disneyland, comme lors de leur jeunesse avec leurs enfants, à bord de leur vieux camping-car "Le Cherche-Bonheur", au désespoir de leurs proches et des médecins, tous mis devant le fait accompli. Plusieurs sujets de réflexion naissent à la lecture de ce roman. Le temps passe et la vieillesse guette. La vie s'écoule inéluctablement, comme les grains de sable dans un sablier, sans qu'on ne le réalise pleinement, tant notre attention est accrochée ailleurs, sur l'évolution des enfants, sur le bien-être de la maisonnée, sur les relations amicales entretenues avec affection... Ce n'est qu'à l'automne de sa vie que l'on se demande où se sont... Ella, luttant contre un cancer en phase terminale, prend plaisir à se rappeler les merveilleux moments partagés en famille avec ses deux enfants, Cindy et Kevin, depuis longtemps envolés du nid et eux-mêmes chargés de famille. Son mari, John, après plus de soixante années de mariage, bien qu'atteint de la maladie d'Alzheimer, possède encore ses réflexes de bon conducteur. Aussi, malgré ces multiples handicaps, elle décide de s'évader une dernière fois au lieu d'attendre la décrépitude dans un hôpital. Elle entraîne John dans un roadmovie fou, tout au long de la route 66 pour rejoindre Disneyland, comme lors de leur jeunesse avec leurs enfants, à bord de leur vieux camping-car "Le Cherche-Bonheur", au désespoir de leurs proches et des médecins, tous mis devant le fait accompli. Plusieurs sujets de réflexion naissent à la lecture de ce roman. Le temps passe et la vieillesse guette. La vie s'écoule inéluctablement, comme les grains de sable dans un sablier, sans qu'on ne le réalise pleinement, tant notre attention est accrochée ailleurs, sur l'évolution des enfants, sur le bien-être de la maisonnée, sur les relations amicales entretenues avec affection... Ce n'est qu'à l'automne de sa vie que l'on se demande où se sont envolées toutes ces années vécues. La maladie, bien présente avec ses effets néfastes, est régulièrement tenue en laisse grâce à des médications appropriées, retardant l'arrivée inéluctable de la déchéance et permettant de vivre encore de beaux moments. La vie de couple avec ses hauts et ses bas, basée sur la confiance et le respect, enveloppée par l'amour survivant à la routine asphyxiante grâce aux liens forts tissés pendant des années de vie commune. Je me suis laissée portée par les tribulations de ces octogénaires malades, vivant comme des adolescents insouciants, l'humour d'Ella face aux situations cocasses que lui imposent les pertes de mémoire de John ainsi que l'angoisse de le perdre et qu'il l'oublie. Les "gênes" de plus en plus fréquentes, surmontées grâce à de miraculeuses petites pilules bleues dont on devine aisément la composition, ne permettent pas d'omettre le contexte dramatique dans lequel se déroule ce voyage. Pourtant, les quelques situations amusantes n'ont pas suffi à me faire adhérer à cette histoire malgré la sympathie évidente que suscitent Ella et John. Ce récit, heureusement dépouillé de tout pathos et résolument tourné vers la légèreté, est empreint de beaucoup de nostalgie et s'achemine pas à pas vers une chute prévisible. J'avais cru un instant que les lieux de la Mother Road auraient pu retenir mon attention, malheureusement, si quelques descriptions sont appréciables, il est surtout question de malbouffe à la mode américaine. Dommage ! Plus les kilomètres défilent, plus les anecdotes deviennent récurrentes, souvent semblables et un peu ennuyeuses. Elles ont eu raison de ma curiosité et ont émoussé ma patience. Finalement, si je ne renie pas l'amusement quelques fois éveillé par ces voyageurs de l'impossible, le "bout de la route" est bel et bien représenté dans tout ce qu'il a de plus terrible, d'inhumain et d'angoissant, illustrant les mots du Général de Gaulle évoquant le Maréchal Pétain : "La vieillesse est un naufrage." !
    Lire la suite
    En lire moins
  • cecbooks Posté le 21 Avril 2021
    Une fois de plus un coup de cœur ! Ce livre est magnifique ! Une magnifique leçon de vie ! Ce livre n'est pas du tout dans le pathos ou la tristesse ! On découvre les USA et la route 66 à travers les yeux émerveillés de John et Ella, tout est beau... Un vrai concentré d'émotions !
  • Ohlivresvagabonds Posté le 7 Janvier 2021
    Ella et John, 60 ans de mariage, lui perd la tête et Ella à une grave maladie. Bravant les interdits, ils ont juste envie avec leur vieux camping car de faire la route 66 (de Détroit à la Californie), but Disneyland. Les enfants s'en mêlent, les médecins .... pour eux c'est juste une folieUn joli roman, plein de tendresse, d'humour. C'est une belle leçon de vie que nous offre l'auteur.
  • Puszi Posté le 2 Avril 2018
    J'ai eu envie de lire ce livre après en avoir vu l'adaptation au cinéma sous le titre L'échappée-belle. Un film qui m'avait tour à tour fait éclater de rire et monter les larmes aux yeux. Ella et John ont quelques soucis de santé, c'est un euphémisme (voir les citations p.12 ; 18 ; 52 ; 62). Ella est consciente du peu de temps qu'il lui reste à vivre et compte bien en profiter plutôt que de continuer à subir des soins qu'elle juge inutiles. Alors elle décide de partir en vacances avec John, son mari depuis plus de soixante-ans, et avec le Cherche-Bonheur, leur camping-car. Car s'il a pratiquement perdu la mémoire, il sait toujours conduire, n'en déplaise à leurs deux enfants, fous d'inquiétude de les savoir sur la route. C'est comme si les rôles étaient inversés : les enfants se font du souci pour leurs parents. Et s'ils le pouvaient, ils iraient jusqu'à les dénoncer à la police pour les obliger à regagner leur maison à Détroit ; et surtout l'hôpital pour Ella. C'est sans compter sur la volonté de cette dernière qui veut traverser les US pour parvenir jusqu'en Californie et Disneyland. Ce qui m'a particulièrement intéressée et touchée... J'ai eu envie de lire ce livre après en avoir vu l'adaptation au cinéma sous le titre L'échappée-belle. Un film qui m'avait tour à tour fait éclater de rire et monter les larmes aux yeux. Ella et John ont quelques soucis de santé, c'est un euphémisme (voir les citations p.12 ; 18 ; 52 ; 62). Ella est consciente du peu de temps qu'il lui reste à vivre et compte bien en profiter plutôt que de continuer à subir des soins qu'elle juge inutiles. Alors elle décide de partir en vacances avec John, son mari depuis plus de soixante-ans, et avec le Cherche-Bonheur, leur camping-car. Car s'il a pratiquement perdu la mémoire, il sait toujours conduire, n'en déplaise à leurs deux enfants, fous d'inquiétude de les savoir sur la route. C'est comme si les rôles étaient inversés : les enfants se font du souci pour leurs parents. Et s'ils le pouvaient, ils iraient jusqu'à les dénoncer à la police pour les obliger à regagner leur maison à Détroit ; et surtout l'hôpital pour Ella. C'est sans compter sur la volonté de cette dernière qui veut traverser les US pour parvenir jusqu'en Californie et Disneyland. Ce qui m'a particulièrement intéressée et touchée dans ce livre est la manière dont l'auteur évoque la vieillesse de John et d'Ella, leur belle complicité, les difficultés à vivre au quotidien avec un corps qui part en lambeaux, comme un navire qui prendrait l'eau de toute part, avec un capitaine a la mémoire mitée et qui n'a de cesse de vouloir manger des hamburgers tandis qu'Ella peut à peine avaler une glace. J'ai trouvé que le ton sonnait juste et j'en retiens de nombreux passages qui font échos à ce que je vis quotidiennement avec nos vieux amis.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter des lecteurs numériques : 12-21
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !