Lisez! icon: Search engine
Omnibus
EAN : 9782258096738
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Le chien jaune

Maigret

Date de parution : 22/11/2012

L’incontournable !

A Concarneau, le sort s'acharne sur les joueurs d'une banale partie de carte...

L'incoutournable !

 

Des notables peu recommandables…
A Concarneau, des faits troublants mettent la ville en émoi. On tente d'assassiner M. Mostaguen, au sortir de sa partie de cartes quotidienne à l'Hôtel de l'Amiral. Le sort s'acharne sur ses partenaires, car, deux jours après l'arrivée de Maigret, Jean Servières, rédacteur au Phare de...

L'incoutournable !

 

Des notables peu recommandables…
A Concarneau, des faits troublants mettent la ville en émoi. On tente d'assassiner M. Mostaguen, au sortir de sa partie de cartes quotidienne à l'Hôtel de l'Amiral. Le sort s'acharne sur ses partenaires, car, deux jours après l'arrivée de Maigret, Jean Servières, rédacteur au Phare de Brest, disparaît ; le siège avant de sa voiture est maculé de sang. M. Le Pommeret meurt chez lui, empoisonné. Le docteur Michoux pense être le suivant. 
Adapté pour le cinéma, en 1932, dans un film de Jean Tarride, avec Abel Tarride (Commissaire Maigret), Robert Le Vigan (Docteur Michoux) et pour la télévision en 1968, par Claude Barma, avec Jean Richard (Commissaire Maigret), puis en 1988, dans une réalisation de Pierre Bureau, avec Jean Richard (Commissaire Maigret) et Eléonore Hirt (Mme Michoux).

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258096738
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Livrepassion16 Posté le 7 Mai 2020
    Délicieusement démodé, ce roman de Simenon est agréable à lire mais sans trop de suspense. Je ne me suis pas trop intéressé à ces personnages, c'est personnel, je ne saurais dire pourquoi. L'idée du chien jaune est bonne, c'est le seul élément qui m'a intriguée.
  • berbonet Posté le 5 Mai 2020
    Il s'agit de l'un des premiers Maigret écrit par Georges Simenon. L'histoire courte et plausible se situe à Concarneau. Maigret réussi, par pure déduction, à rapidement trouver le coupable de plusieurs meurtres. Pas si simple en apparence.
  • huguesgeryl Posté le 18 Avril 2020
    Dès qu'un meurtre se produit dans un petit village, on est immédiatement pris par l'histoire et on a hâte de trouver le tueur des quatre meurtres. C'est exactement ce qui se passe quand vous lisez ce livre. Même si vous n'aimez pas le genre policier, ce livre vaut vraiment la peine d'être lu. En bref, c'est l'un des chefs-d'œuvre de Maigret Simenon. Malgré le fait qu'il s'agisse d'un vieux livre, il contient toujours des thèmes d'actualité, comme la drogue. Le livre existe depuis plusieurs de générations. Personnellement je trouve que l'environnement est la meilleure part de la livre. Surtout la part òu Léon est emprisonné a la prison de Sing-Sing aux Étas-Unis. En effet, il a transporté de la drogue en Amérique avec trois autres criminels parce qu'il avait un besoin urgent d'argent...
  • Variation6 Posté le 1 Avril 2020
    Un des Maigret les plus connus. le récit est bien rythmé, il se passe toujours quelque chose. Un très bon roman, mais je trouve la conclusion tirée par les cheveux [masquer] le type veut se venger : il veut envoyer ses délateurs en prison en les poussant à commettre l'irréparable[/masquer] Il y a toujours cette ambiance "à la Simenon" , et ici dans le cadre bien particulier de Concarneau. Simenon plante bien le décor, comme dans chacun de ses textes: le paysage apparaît sous nos yeux à une heure particulière. Et cela avec une syntaxe très simple mais un vocabulaire précis (qui peut même pousser à ouvrir un dictionnaire) donc pas de périphrase verbeuse.
  • SophieLesBasBleus Posté le 14 Février 2020
    J'ai dû lire quelques romans de Georges Simenon vers 15-16 ans et n'en avais plus ouvert un depuis. Sais pas pourquoi. Un souvenir trop prégnant des adaptations télévisuelles et cinématographiques des enquêtes de Maigret, peut-être ? Quoi qu'il en soit c'est avec délectation que j'ai renoué avec le personnage de ce commissaire à l'allure faussement bonasse et surtout avec le "style Simenon" qui n'était certes pas ma première préoccupation lors de mes lectures adolescentes. Concarneau est le théâtre d'une série de crimes qui semblent viser plus particulièrement les clients habituels du bar de l'Amiral. Détaché à la Brigade mobile de Rennes, Maigret est appelé sur les lieux. L'inspecteur Leroy l'accompagne et le seconde pour la première fois dans une enquête. Fidèle à ses habitudes, Maigret s'installe, fume d'innombrables pipes sans piper un mot et observe. Alors que le jeune policier rompu aux prélèvements d'indices, aux raisonnements et aux déductions, bref aux habituelles méthodes policières, s'interroge sur l'apparente passivité de son supérieur, le commissaire "sent" l'atmosphère, les interactions des uns et des autres et s'insère benoîtement dans le groupe de familiers du café. Un chien (celui du titre) brusquement apparu sur les lieux du premier crime l'intéresse tout particulièrement. D'où vient... J'ai dû lire quelques romans de Georges Simenon vers 15-16 ans et n'en avais plus ouvert un depuis. Sais pas pourquoi. Un souvenir trop prégnant des adaptations télévisuelles et cinématographiques des enquêtes de Maigret, peut-être ? Quoi qu'il en soit c'est avec délectation que j'ai renoué avec le personnage de ce commissaire à l'allure faussement bonasse et surtout avec le "style Simenon" qui n'était certes pas ma première préoccupation lors de mes lectures adolescentes. Concarneau est le théâtre d'une série de crimes qui semblent viser plus particulièrement les clients habituels du bar de l'Amiral. Détaché à la Brigade mobile de Rennes, Maigret est appelé sur les lieux. L'inspecteur Leroy l'accompagne et le seconde pour la première fois dans une enquête. Fidèle à ses habitudes, Maigret s'installe, fume d'innombrables pipes sans piper un mot et observe. Alors que le jeune policier rompu aux prélèvements d'indices, aux raisonnements et aux déductions, bref aux habituelles méthodes policières, s'interroge sur l'apparente passivité de son supérieur, le commissaire "sent" l'atmosphère, les interactions des uns et des autres et s'insère benoîtement dans le groupe de familiers du café. Un chien (celui du titre) brusquement apparu sur les lieux du premier crime l'intéresse tout particulièrement. D'où vient ce chien ? Qui est son maître ? Pourquoi ne quitte-t-il pratiquement plus le café ? Maigret impose son rythme à l'enquête, faisant fi des habituelles techniques d'investigation et s'imprègne de l'ambiance pour mieux en discerner les dissonances. Sans profusion de détails mais en choisissant ceux qui seront les plus évocateurs, l'écriture parvient à nous faire saisir la vérité d'un personnage, au-delà du masque de sociabilité qu'il revêt. Ainsi d'Emma, la serveuse du café : "Il y avait en elle une humilité exagérée. Ses yeux battus, sa façon de se glisser sans bruit, sans rien heurter, de frémir avec inquiétude au moindre mot, cadraient assez bien avec l'idée qu'on se fait du souillon habitué à toutes les duretés. Et pourtant on sentait sous ces apparences comme des pointes d'orgueil qu'elle s'efforçait de ne pas laisser percer." (p.29). En quelques mots, le personnage acquiert une épaisseur, une vie qui se déploie souterrainement, camouflée derrière une façade protectrice. Est-ce qu'on est jamais ce que l'on dit être ? Ce que l'on croit être ? En s'éloignant des interrogatoires conventionnels, Maigret réussit à fissurer cette façade pour qu'apparaisse l'histoire vraie. Je crois que ce "chien jaune" m'a mise en appétit et que je vais de ce pas engloutir quelques autres romans de Simenon !
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions OMNIBUS
Revivez chaque mois les chefs-d'œuvre classiques et populaires.