Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221127735
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Le Clandestin

Patrick BERTHON (Traducteur)
Collection : Best-sellers
Date de parution : 19/04/2012

La question n'est pas de savoir s'il va être tué, mais qui va le tuer...
Lobbyiste sans foi ni loi, Joel Backman a été condamné à vingt ans de prison pour avoir vendu à une puissance étrangère un superlogiciel capable de contrôler un ensemble de satellites espions.
Six ans plus tard, à...

La question n'est pas de savoir s'il va être tué, mais qui va le tuer...
Lobbyiste sans foi ni loi, Joel Backman a été condamné à vingt ans de prison pour avoir vendu à une puissance étrangère un superlogiciel capable de contrôler un ensemble de satellites espions.
Six ans plus tard, à sa grande surprise, il est gracié par le président des États-Unis sortant et exfiltré dans une jolie ville d'Italie. Sous une nouvelle identité, le Clandestin découvre l'art subtil d'être heureux.
Il est libre... mais transformé en appât. Car, si la CIA a obtenu sa grâce, c'est pour mieux savoir qui va le tuer : les Israéliens ? les Saoudiens ? les Chinois ?
La chasse à l'homme a commencé...

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221127735
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • nathalou93 Posté le 11 Novembre 2020
    Joël BACKMAN est en prison depuis 6 ans, et un beau matin il apprends qu'il est gracié par le président sortant, mais sous conditions, il doit être exiler à l'étranger, et la CIA l'aideras a l'installer très loin de son pays d'origine. Cet ouvrage traite de beaucoup de sujets, d'abord de la politique, un président sortant accorde une grâce, elle va par la suite être mise en doute par le nouveau président élus, et puis la CIA est assez proche du pouvoir. Et puis le milieu des espions, des différents pays, comment il les traques ? Comment ils les traitent ? Et puis le thème de fond, la liberté, qu'est que c'est être libre ? Et comment Joël BACKMAN va obtenir sa véritable liberté ? C'est un récit terriblement addictif, surtout à partir du moment qu'il décide de ne plus dépendre de la CIA, c'est une chasse à l'homme, c'est une véritable aventure, énormément de rebondissements, on pense qu'il va se faire prendre, et non il arrive à passer dans les mailles du filet. J’ai considéré cela très intelligent, dans la première partie du récit, qu’on ne sache pas ce qu’on reproche à cet ancien avocat, cela mettait encore plus de suspens. Le protagoniste... Joël BACKMAN est en prison depuis 6 ans, et un beau matin il apprends qu'il est gracié par le président sortant, mais sous conditions, il doit être exiler à l'étranger, et la CIA l'aideras a l'installer très loin de son pays d'origine. Cet ouvrage traite de beaucoup de sujets, d'abord de la politique, un président sortant accorde une grâce, elle va par la suite être mise en doute par le nouveau président élus, et puis la CIA est assez proche du pouvoir. Et puis le milieu des espions, des différents pays, comment il les traques ? Comment ils les traitent ? Et puis le thème de fond, la liberté, qu'est que c'est être libre ? Et comment Joël BACKMAN va obtenir sa véritable liberté ? C'est un récit terriblement addictif, surtout à partir du moment qu'il décide de ne plus dépendre de la CIA, c'est une chasse à l'homme, c'est une véritable aventure, énormément de rebondissements, on pense qu'il va se faire prendre, et non il arrive à passer dans les mailles du filet. J’ai considéré cela très intelligent, dans la première partie du récit, qu’on ne sache pas ce qu’on reproche à cet ancien avocat, cela mettait encore plus de suspens. Le protagoniste principal est avocat et terriblement intelligent, il sait qu'il se bat pour sa vie, donc il met tout son énergie, dans sa course-poursuite, et ne néglige aucun moyen. Cette trame nous fait réellement voyager, en Italie qui m'as donné envie de découvrir ce pays, les détails de l'auteur sur ce pays, les monuments, les villes sont nombreuses et m'ont beaucoup plus, et nous immerge totalement dans le contexte, pour moi cela donne un plus au livre qui permet d'abord d'alléger la tension et surtout de nous dépayser totalement. Et il y a aussi un zeste de romance, quand il ne sait plus comment s'en sortir, une main se tends et ce geste va devenir peut-être le premier pas d'une belle histoire ? J'aime beaucoup quand on lit une histoire aussi prenante, une pointe de sentiment viennent accompagner une action très présente. J'apprécie vraiment cet auteur, ce livre est vraiment différent du premier que j'ai lu, ou on apprend beaucoup de choses, sur le milieu politique des états unis et en même temps on est dans un vrai thriller, ça me donne envie de me pencher sur sa bibliographie et de découvrir d'autre publications.
    Lire la suite
    En lire moins
  • bfauriaux Posté le 12 Décembre 2019
    Une grace inesperee qui en fait n'est qu'une condamnation à mort deguisee de la IA voici le suspense de ce roman machiavelique un des meilleurs du maitre à son sommet ! A devorer !
  • Derfuchs Posté le 12 Octobre 2019
    Au fur et à mesure de ses publications, Grisham continue, implacablement, son analyse des Etats-Unis, sa patrie. Sans complaisance il tente de nous amener à découvrir qu'idyllique ce pays ne l'est point. Ici, par le biais du roman d'espionnage, nous nous aventurons dans les arcanes du pouvoir réel, de ses enjeux et de ses risques. Convaincant au fil des bouquins, la toute puissance du président est, petit à petit, réduite à la portion congrue : sois beau et tais-toi ! Certes il y a des exemples contradictoires mais globalement est-on vraiment loin du compte ? Il ne faut pas se méprendre, le livre n'est pas politique, il est, comme toujours, profondément humain. La politique est le vecteur de l'abaissement de l'homme, la partie réductive de ses qualités. Elle change le loup en agneau et le merle siffleur en vautour au bec dégoulinant de fange sanguinolente. Joël qu'on maltraite, qui est ce ON ? - Qui êtes-vous, pour qui travaillez-vous? - Cela vous avancerait à quoi de le savoir ? - C'est vrai, à rien. Alors, du changement, tu vas en avoir mon p'tit Joël, de nom d'abord, d'habitudes ensuite : tu as connu le luxe et le pognon, tu vas connaître l'indigence et le manque. Et, pour commencer, apprends l'italien, ça mange pas pain et ça occupe, pas... Au fur et à mesure de ses publications, Grisham continue, implacablement, son analyse des Etats-Unis, sa patrie. Sans complaisance il tente de nous amener à découvrir qu'idyllique ce pays ne l'est point. Ici, par le biais du roman d'espionnage, nous nous aventurons dans les arcanes du pouvoir réel, de ses enjeux et de ses risques. Convaincant au fil des bouquins, la toute puissance du président est, petit à petit, réduite à la portion congrue : sois beau et tais-toi ! Certes il y a des exemples contradictoires mais globalement est-on vraiment loin du compte ? Il ne faut pas se méprendre, le livre n'est pas politique, il est, comme toujours, profondément humain. La politique est le vecteur de l'abaissement de l'homme, la partie réductive de ses qualités. Elle change le loup en agneau et le merle siffleur en vautour au bec dégoulinant de fange sanguinolente. Joël qu'on maltraite, qui est ce ON ? - Qui êtes-vous, pour qui travaillez-vous? - Cela vous avancerait à quoi de le savoir ? - C'est vrai, à rien. Alors, du changement, tu vas en avoir mon p'tit Joël, de nom d'abord, d'habitudes ensuite : tu as connu le luxe et le pognon, tu vas connaître l'indigence et le manque. Et, pour commencer, apprends l'italien, ça mange pas pain et ça occupe, pas vrai ? Alors, Grisham, nous fait découvrir une ville superbe : Bologne ! Il entre dans l'âme des bolognais, de leurs restaurants, de leur université, de leur fierté d'être bolognais, communistes et anti-fascistes et italiens jusqu'au bout des ongles, de leur élégance extérieure et intérieure. Joël ou Marco, qu'importe, lui qui sort de six ans d'enfermement, libre : - Qui m'empêcherait de vous planter là, maintenant de sortir libre, hein, qui ? - Personne, mais combien de temps resteriez-vous en vie ? Carotte, bâton, bâton, carotte, n'empêche l'homme est serein et combatif ce qu'il découvre. On peut vivre sans secrétaire et sans larbin, heureux avec pas grand-chose, c'est nouveau, ça vient de sortir ? Mais non, ça a toujours existé, mais ta vie, Joël, ta vie, tu la perdais. Alors il rattrape, s'accroche à un sourire, se rabiboche avec son fils, le seul de ses trois enfants à avoir correspondu avec lui en prison, avoir envoyé une photo de son mariage de son épouse et de leur fille, ta petite fille, grand-père, c'est quelque chose. Et puis il y a Francesca, qui est belle comme un soleil et triste comme une nuit sans lune. L'espoir c'est elle, elle et Neal, le fils. Elle l'aidera, il l'aidera ! Traqué il le sera, mais il apprendra la ruse et puis quand on a été l'un des hommes les plus puissants de cette grande nation c'est une preuve d'intelligence. Vous croyez ? Certainement, il le prouve et fera mieux, il retrouvera sa dignité. Oh, pas pour lui, pour ceux qui l'aiment, pour ceux qu'il aime. Surprenant John, de l'espionnage, fallait le faire, n'est pas Le Carré qui veut. Le message, pourtant, est le même : avant d'être les maîtres du monde, un petit coup de Monsieur Propre, une bonne serpillère, de l'huile de coude et on frotte, ça fait pas de mal à l'ego. Sous une plume toujours aussi impeccable, simple, la prosodie qui coule comme une source, Grisham est passionnant. Il se fait guide et pas de n'importe quoi, de Bologne. Des personnages pleins et percutants, déroutants parfois mais humains, ni super héros, ni benêts, touchants souvent. Vous, moi avec nos qualités, nos défauts, nos appréhensions, nos doutes, notre humanité tout simplement. De la belle ouvrage, mais est-ce une nouveauté ? Un bémol quand même, beau jeune homme, les leçons d'italien, bravo, bravissimo, cependant des dialogues entiers traduits, c'est un peu lourd, heureusement, la qualité les rend supportables.
    Lire la suite
    En lire moins
  • manu_deh Posté le 15 Juillet 2017
    Un bon petit roman lu afin de découvrir cet auteur, mais que je ne conseillerais pas forcément, car ne casse pas trois pattes à un canard. Vite lu, vite oublié
  • ZAPATARTHURUS Posté le 29 Mars 2016
    Quand j'ouvre un roman de John Grisham, je sais que je ne serais pas déçu et que j'aurais envie de le finir très vite. Pour le Clandestin, j'ai été, comme d'habitude avec cet auteur, très pris par le récit dès le début. Cependant, ce roman me laisse un peu sur ma fin. Il aurait mérité d'être plus touffu, il fait intervenir des personnages dont il ne se sert pas. On a la désagréable impression qu'il a été bâclé et qu'il reste inachevé. C'est dommage ! Surtout que la qualité de l'écriture est toujours là.
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.