Lisez! icon: Search engine
Omnibus
EAN : 9782258096196
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Le coup de lune

Romans durs

Date de parution : 14/06/2012

Sortilèges africains - Parti plein d'enthousiasme pour les colonies, Joseph Timar ressent, dès son arrivée au Gabon, un malaise indéfinissable qui n'est pas seulement dû à la moiteur accablante du climat.

Sortilèges africains
Parti plein d'enthousiasme pour les colonies, Joseph Timar ressent, dès son arrivée au Gabon, un malaise indéfinissable qui n'est pas seulement dû à la moiteur accablante du climat. Il s'est installé dans l'unique hôtel européen du port de Libreville, tenu par les Renaud et, dès le premier jour,...

Sortilèges africains
Parti plein d'enthousiasme pour les colonies, Joseph Timar ressent, dès son arrivée au Gabon, un malaise indéfinissable qui n'est pas seulement dû à la moiteur accablante du climat. Il s'est installé dans l'unique hôtel européen du port de Libreville, tenu par les Renaud et, dès le premier jour, la plantureuse patronne Adèle, dont le mari agonise lentement, s'est offerte à lui.
Adapté pour le cinéma en 1983, sous le titre Equateur, par Serge Gainsbourg, avec Barbara Sukowa (Adèle), Francis Huster (Timar), François Dyrek (le commissaire), Jean Bouise (le procureur), Julien Guiomar (Bouilloux), Roland Blanche (le borgne), et pour la télévision en 1999, sous le titre Adela, par Eduardo Mignona, avec Eulalia Ramon (Adèle), Grégoire Colin (Timar), Martin Lamote (Eugène).
Simenon chez Omnibus : les enquêtes du célèbre commissaire Maigret, et les très “noirs” Romans durs

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258096196
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Baluzo Posté le 21 Mars 2020
    Lire ce livre de nos jours , c'est un vrai plongeon dans la moiteur de l'époque coloniale de l'entre 2 guerres. On y retrouve ces complicités sombres, ces rêves de gosses bien vite détruits , ces mensonges qui ne trompent personne et qui permettent juste à la société de tenir . Simenon a écrit ce livre après un voyage découverte en Afrique noire et traduit avec talent dans le livre ce triste monde. Les personnages sont saisissants et Simenon sait nous emmener au bout de l'intrigue en gardant page après page le secret du dénouement final
  • hazzunah Posté le 18 Janvier 2019
    Le "coup de lune"... D'après ce que j'ai lu, il s'agirait - de l'autre côté de l'équateur - de notre "coup de blues"... Un coup de blues démultiplié par la chaleur, la moiteur, l'alcool, la brûlure du soleil. Car le héros de ce court roman, Joseph Timar, se retrouve au Congo grâce à un oncle influent, qui lui a promis une bonne place à la Sacova. En arrivant à Libreville, il va cependant découvrir que la société est en train de couler et qu'il ne peut pas accéder à son poste. Il va alors séjourner dans un bar/hôtel où, dès le premier soir, il commence une relation avec la patronne, Adèle. Or, quelques jours après son arrivée, Thomas, un "boy noir" est assassiné. Timar a de bonnes raisons de soupçonner Adèle, mais il semble bien trop envoûtée par cette femme pour dire quoi que ce soit. Son amour pour elle est d'ailleurs à double tranchant : elle semble l'obséder tout autant qu'il la hait. Finalement, Joseph Timar va rentrer fou de voyage en Afrique. À cause de son "coup de lune", certainement, mais aussi parce qu'il n'a jamais réussi à comprendre le Gabon, pays où il s'est senti mal et... Le "coup de lune"... D'après ce que j'ai lu, il s'agirait - de l'autre côté de l'équateur - de notre "coup de blues"... Un coup de blues démultiplié par la chaleur, la moiteur, l'alcool, la brûlure du soleil. Car le héros de ce court roman, Joseph Timar, se retrouve au Congo grâce à un oncle influent, qui lui a promis une bonne place à la Sacova. En arrivant à Libreville, il va cependant découvrir que la société est en train de couler et qu'il ne peut pas accéder à son poste. Il va alors séjourner dans un bar/hôtel où, dès le premier soir, il commence une relation avec la patronne, Adèle. Or, quelques jours après son arrivée, Thomas, un "boy noir" est assassiné. Timar a de bonnes raisons de soupçonner Adèle, mais il semble bien trop envoûtée par cette femme pour dire quoi que ce soit. Son amour pour elle est d'ailleurs à double tranchant : elle semble l'obséder tout autant qu'il la hait. Finalement, Joseph Timar va rentrer fou de voyage en Afrique. À cause de son "coup de lune", certainement, mais aussi parce qu'il n'a jamais réussi à comprendre le Gabon, pays où il s'est senti mal et étranger dès son arrivée... Pour ma part, je crois que j'ai également eu du mal à trouver ma place dans ce roman. L'écriture de Simenon m'a laissé quelque peu indifférente... J'ai tout de suite trouvé le personnage principal assez détestable, et passer le roman en sa compagnie n'était donc pas vraiment une partie de plaisir. Mais ce roman est sans conteste efficace, car il dépeint avec brutalité l'Afrique coloniale, l'alcoolisme des hommes blancs, leur racisme envers les noirs - qui payent pour tous leurs crimes, même les plus ignobles. Le tout est cynique, parfois ironique et toujours très réaliste.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Sasha1979 Posté le 22 Août 2016
    Encore un Simenon @livredepoche... Pas un Maigret... Un livre brutal sur l'Afrique coloniale... Sur Libreville au Gabon... On y parle des Blancs tout puissants, des africains qu'on traité comme des moins que rien... D'une jeune français Joseph Timar qui part faire fortune et qui reviendra en France à moitié fou.... Des crimes commis par des Blancs restes impunis....De la métropole qui s'imagine l'Afrique comme un paradis exotique... Des coloniaux désabusés et alcooliques... Des couleurs de bois revenus de tout... C'est noir, c'est sombre... Peut être un peu raciste mais c'est aussi un témoignage de ce que fut l'Afrique coloniale... A lire !
  • Woland Posté le 6 Mai 2015
    Selon mes sources, car j'ignorais l'expression jusqu'à ce que je la découvrisse chez Simenon, le "coup de lune" serait comparable, sous les latitudes équatoriales, à ce que nous nommons ici "coup de blues", aggravé cependant par la tendance à la boisson qui caractérise le comportement des Blancs en Afrique et en Extrême-Orient ainsi que par les attaques éventuelles de maladies telles que la dengue, par exemple. Un "coup de lune" peut donc se révéler très grave pour ceux qui en sont atteint, d'autant que, paraît-il, il vous tombe dessus sans prévenir, avec une brutalité qui vous met hors service pour pas mal de temps - si ce n'est pour le reste de votre existence. Ce "coup de lune" en tous cas n'a pas manqué sa cible en choisissant le héros du roman, Joseph Timar, jeune homme de bonne famille (néanmoins appauvrie) mais ayant conservé d'excellentes relations, comme cet oncle qui, bientôt, deviendra sénateur. C'est d'ailleurs celui-ci qui lui a procuré un poste au Gabon, alors colonie française, dans une société nommée la Sacova. Tout frétillant et des étoiles plein les yeux et la cervelle, notre jeune homme qui, en plus, n'est pas mal de sa personne, a fait directo ses bagages... Selon mes sources, car j'ignorais l'expression jusqu'à ce que je la découvrisse chez Simenon, le "coup de lune" serait comparable, sous les latitudes équatoriales, à ce que nous nommons ici "coup de blues", aggravé cependant par la tendance à la boisson qui caractérise le comportement des Blancs en Afrique et en Extrême-Orient ainsi que par les attaques éventuelles de maladies telles que la dengue, par exemple. Un "coup de lune" peut donc se révéler très grave pour ceux qui en sont atteint, d'autant que, paraît-il, il vous tombe dessus sans prévenir, avec une brutalité qui vous met hors service pour pas mal de temps - si ce n'est pour le reste de votre existence. Ce "coup de lune" en tous cas n'a pas manqué sa cible en choisissant le héros du roman, Joseph Timar, jeune homme de bonne famille (néanmoins appauvrie) mais ayant conservé d'excellentes relations, comme cet oncle qui, bientôt, deviendra sénateur. C'est d'ailleurs celui-ci qui lui a procuré un poste au Gabon, alors colonie française, dans une société nommée la Sacova. Tout frétillant et des étoiles plein les yeux et la cervelle, notre jeune homme qui, en plus, n'est pas mal de sa personne, a fait directo ses bagages pour Libreville où il va se retrouver complètement à la masse bien avant, il faut le souligner, d'avoir subi l'assaut de la terrible Hécate. S'il nous dresse un tableau saisissant de l'Afrique coloniale française, des moeurs des Noirs comme celles des Blancs (il faut distinguer en effet les Noirs des villes de ceux qui vivent en forêt et sont demeurés plus "nature"), tout cela sur fond de paysages faussement urbanisés (à Libreville) et tout bonnement inquiétants mais merveilleux pour la brousse, le but premier de Simenon est bien sûr d'aspirer son lecteur au plus profond de l'abîme tapi en Timar, qu'il ignorait jusque là mais que va faire s'ouvrir, de plus en plus béant, le drame qui se joue au coeur du bar-hôtel tenu par Eugène et Adèle Renaud, lesquels ont déjà quinze ans de Gabon derrière eux ... ... ainsi qu'un passé agité puisque, dans sa jeunesse et en métropole, Adèle a "travaillé" pour le bénéfice d'Eugène, qui était son souteneur avant de devenir son mari. Le couple a déjà fait une première fortune dans les coupes de bois du Gabon, fortune qu'il a claquée de concert en quelques mois dès son retour en France. Philosophes et jouisseurs, ils ont ensuite repris le chemin de l'Afrique et se sont remis au travail. De son passé de prostituée, Adèle a conservé l'habitude de coucher avec les uns et les autres, mais surtout avec les notables du coin : procureur, commissaire de police, gouverneur. De temps à autre, elle s'offre, et c'est bien naturel, un petit plaisir. Et c'est ainsi qu'elle se permet une fantaisie avec Timar, le lendemain-même de son arrivée. (Reconnaissons cependant que le jeune homme lui force un peu la main, si vous voyez ce que je veux dire ... ) Adèle, sa chair encore jeune et plaisante, son impassibilité apparente, son air supérieurement blasé de femme qui en en a trop vu, tout cela va se muer, pour Timar, en une véritable obsession. Il aime Adèle sans parvenir à analyser ses sentiments, il ne peut détacher d'elle son regard lors de cette fête où Thomas, l'un des boys noirs, est assassiné par balle, il la soupçonne, il la soutient, il la console lors de la mort prématurée d'Eugène, enlevé par une hématurie galopante et puis, tout naturellement, il prend la place du mari dans le lit et dans le bar. Le pire, c'est que, en même temps, il hait aussi Adèle et la méprise. La population locale blanche s'amuse plus ou moins de la situation - on peut penser qu'il en est de même pour les Noirs que Simenon nous décrit pourvus d'un sens indéniable de l'humour - mais s'en inquiète aussi. Car c'est Adèle qui, parce qu'il la faisait chanter, a abattu Thomas. Cela, tout le monde le sait ou le soupçonne. Mais les autorités répugnent à accuser une femme avec qui elles ont pris régulièrement leur plaisir, la classe moyenne, comme celle des coupeurs de bois, estime énormément le caractère bien trempé d'Adèle - quant aux Noirs, ma foi, s'ils savent quelque chose - et tout se sait dans de si petites communautés - ils préfèrent détourner les yeux, à l'exception compréhensible de la famille du boy assassiné qui, elle, exige réparation. Une affaire bien embarrassante ... Heureusement, Adèle, qui est loin d'être une sotte, liquide son bar-hôtel pour acheter une concession de bois précieux que l'oncle de Timar leur a permis d'obtenir sans trop de problèmes et ils prennent la route. C'est là que le jeune homme, devenu en quelques mois un parfait alcoolique comme la majeure partie des Blancs qui l'entourent, subit sa première "crise" de dengue - c'est là que le "coup de lune" s'abat sur lui ... Que les âmes sensibles ne s'inquiètent pas trop pour Timar : celui-ci rentrera sain et sauf en France mais complètement démoli par une Afrique, des colons et des Noirs qu'il n'est pas parvenu à comprendre et qui ont, en conséquence, été dans l'impossibilité de l'intégrer. Si ni Adèle, ni ses amis et bien entendu pas un seul Noir, sauf le boy de service pour les bagages, ne l'ont accompagné sur le quai de Libreville où l'attendait un paquebot en route vers la métropole, le "coup de lune", lui, n'a pas eu de ces délicatesses : il a embarqué avec Joseph Timar, et se prélasse sur le pont-promenade en attendant de faire de même du côté de la Charente. Timar, assurément, qu'il épouse ou non sa cousine Blanche, de Cognac, et qu'il mène désormais - ou refuse de mener - la vie tranquille que l'on coule en province, Timar en a pour toute sa vie avec son "coup de lune." Ses ressorts sont brisés, il a laissé en Afrique une bonne partie de sa raison aux bénéfices d'un état paranoïaque qui le fait maintenant se parler tout seul, ou alors ricaner sinistrement, tandis que les passagers le considèrent avec, au choix, tristesse, affolement ou ironie mauvaise. L'Afrique a "eu" Joseph Timar. Mais que les chantres de l'anti-colonialisme actuel ne triomphent pas trop vite Merci ;o) : quand j'écris l'Afrique, je veux dire que, à Libreville, ils s'y sont tous mis pour le faire trébucher, Blancs, Noirs, colons et colonisés, tout le monde était d'accord. Timar était trop différent : il n'était fait ni pour le pays, ni pour le continent, ni pour tous ces gens-là qui, eux, "savent", les uns parce qu'ils sont nés là-bas, les autres parce qu'ils ont fini par apprendre. Mauvais, très mauvais élève, Joseph Timar n'a rien voulu savoir et on l'a mis à la porte, avec ce "coup de lune" qui le rendait bien trop dangereux pour l'avenir de tous. Mais, entre nous, un "coup de lune", ça vaut mieux qu'une balle de revolver, pas vrai ? ... Un roman lucide, cynique, ironique, qui ne fait la part belle à personne. Simenon dénonce sans complaisance le comportement des Blancs mais, en parallèle, démontre qu'une conscience peut toujours s'acheter, même si elle vibre sous une peau noire. Ce n'est pas le colonialisme le responsable : c'est humain, voilà tout. Simenon ne donne pas de leçon - il a horreur de ça : il établit un constat. Désabusé, soit et qui ne plaira pas à tout le monde, mais d'un réalisme redoutable. ;o)
    Lire la suite
    En lire moins
  • moravia Posté le 21 Février 2013
    haut de gamme !!!!
Toute l'actualité des éditions OMNIBUS
Revivez chaque mois les chefs-d'œuvre classiques et populaires.