En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Le Dernier pour la route

        Robert Laffont
        EAN : 9782221118436
        Façonnage normé : EPUB2
        DRM : Watermark (Tatouage numérique)
        Le Dernier pour la route

        Date de parution : 03/03/2011

        Plume à la main ou caméra au poing, Hervé Chabalier couvre toutes les guerres depuis plus de trente ans. Dans ce livre, il a choisi de raconter la sienne, contre l’alcool. Les drames d’une vie, ses succès et ses belles aventures, l’envoûtement et le dégoût provoqués par cette maîtresse insatiable...

        Plume à la main ou caméra au poing, Hervé Chabalier couvre toutes les guerres depuis plus de trente ans. Dans ce livre, il a choisi de raconter la sienne, contre l’alcool. Les drames d’une vie, ses succès et ses belles aventures, l’envoûtement et le dégoût provoqués par cette maîtresse insatiable et destructrice, ses longues défaites et sa victoire sur lui-même… Un récit intime qui frappe en plein coeur, mais aussi le journal de bord très concret d’une cure réussie : aujourd’hui, Hervé Chabalier ne boit plus, et son témoignage se lit comme un immense cri d’espoir offert à toutes celles et ceux que cette maladie encore largement taboue concerne.
        Le Dernier pour la route, très grand succès de librairie, a été adapté au cinéma en 2009.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221118436
        Façonnage normé : EPUB2
        DRM : Watermark (Tatouage numérique)
        Robert Laffont
        8.99 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • ben44 Posté le 15 Novembre 2017
          Très beau livre qui explique bien le fonctionnement de la maladie alcoolique a ceux qui ne connaissent pas forcément cette maladie, ici tout est dit avec pudeur et tendresse magnifique.Il montre aussi que l'on peut s'en sortir, même si le chemin est long et ardue! Parole d'ancien buveur !!!!
        • Nadouch Posté le 8 Mars 2016
          Avant de voir le film avec Cluzet, j'ai eu envie de lire les mots de Chabalier. Sous la forme d'un journal quotidien lors de ses 40 jours de clinique de sevrage, l'auteur nous livre (se livre) la chronique de son divorce avec l'alcool mais aussi (et surtout) le pourquoi et le comment de la dégringolade d'un alcoolique célèbre mais anonyme, comme tous les autres... Fascinante, cette capacité à se remettre en question. Tout au long de son séjour, l'auteur émeut par sa franchise, force le respect par son charisme, donne de l'optimisme et de la confiance dans la vie, dans le genre humain, dans l'avenir quand on pense qu'il n'y en a plus... De belles pages sur la perte d'un être cher (ouille, le vécu de ce type... on en deviendrait alcoolo-dépendant pour moins que ça !), sur la maladie, sur le repli sur soi... Mais aussi quelques moments très vrais sur le quotidien en clinique psy, le partage, l'ouverture aux autres, éclopés de la vie, parenthèse de rafistolage pour cœurs et corps cabossés qui sonne juste et vraie. Je n'ai pas cherché à savoir si son sevrage avait perduré, mais je l'espère sincèrement, ce monsieur le mériterait.
        • Christelle83230 Posté le 7 Janvier 2016
          Habitué des conflits et des épreuves, l'un des plus grands reporters de guerre se livre ici avec pudeur et sincérité sur un sujet jugé encore trop souvent tabou. Avec discernement sur son histoire, il nous relate son parcours et sa cure en Suisse qui lui sera salutaire. Un beau livre de confidences fort et courageux, avec la note d'humour nécessaire, qui aide à mieux comprendre. Un témoignage chaleureux qui pour ne rien gâcher a un style littéraire et est très facile d'accès, ce qui permettra aux plus jeunes une prise de conscience sur ce fléau.
        • jg69 Posté le 4 Avril 2015
          Un jour d’août 2002, peu après le décès de son père, ce brillant reporter, fondateur de l’agence CAPA s’est reconnu alcoolique et a décidé de s’en sortir . Il démonte le fil de journées pour s’apercevoir que sa vie ne tourne désormais plus qu’autour de l’alcool, que celui-ci est devenu sa préoccupation majeure. Ne jamais manquer de vin est de loin préférable à tout ce qui avait fait sa vie jusque là. Il prend conscience que ni son amour pour sa femme, ni sa passion du métier, ni ses solides amitiés ne priment sur l’alcool. Il part alors pour la Suisse, dans un établissement de désintoxication. Hervé Chabalier se veut lucide. Il a touché le fond, il va s’en sortir. Et s’il évoque une vie aussi riche que tragique, il dissèque le cheminement intime qui l’a conduit lui et pas un autre à cet état. Il est le seul responsable même s’il a de fortes circonstances atténuantes qui en auraient fait plonger plus d’un également. Avec l’hérédité qui a sans doute sa part en la personne d’un grand-père alcoolique. Avec la responsabilité supposée même cinquante ans plus tard de la mort d’une petite sœur adorée. Et puis plus récemment le décès de sa... Un jour d’août 2002, peu après le décès de son père, ce brillant reporter, fondateur de l’agence CAPA s’est reconnu alcoolique et a décidé de s’en sortir . Il démonte le fil de journées pour s’apercevoir que sa vie ne tourne désormais plus qu’autour de l’alcool, que celui-ci est devenu sa préoccupation majeure. Ne jamais manquer de vin est de loin préférable à tout ce qui avait fait sa vie jusque là. Il prend conscience que ni son amour pour sa femme, ni sa passion du métier, ni ses solides amitiés ne priment sur l’alcool. Il part alors pour la Suisse, dans un établissement de désintoxication. Hervé Chabalier se veut lucide. Il a touché le fond, il va s’en sortir. Et s’il évoque une vie aussi riche que tragique, il dissèque le cheminement intime qui l’a conduit lui et pas un autre à cet état. Il est le seul responsable même s’il a de fortes circonstances atténuantes qui en auraient fait plonger plus d’un également. Avec l’hérédité qui a sans doute sa part en la personne d’un grand-père alcoolique. Avec la responsabilité supposée même cinquante ans plus tard de la mort d’une petite sœur adorée. Et puis plus récemment le décès de sa deuxième fille, à l’âge de trois mois, et enfin la terrible maladie orpheline de son fils. En quelques semaines, il découvre le « lâcher prise », la solidarité immense des alcooliques anonymes qui le laissait plus que sceptique jusqu’alors. Il s’avoue humble et dépendant lui qui se voulait battant et vainqueur toujours. Il a trouvé plus fort que lui : l’alcool et l’accepte. Mais pourtant, jamais cette « chronique d’un divorce avec l’alcool » n’est pesante. L’humour et le talent du journaliste sont toujours là avec ses formules caustiques quand il fait la différence entre les maladies "présentables", l’asthme, le diabète opposées à l’alcoolisme, ce mot qui évoque clochard, dépravé, vicieux, amoral. Ce livre est essentiel, salutaire même pour tous ceux qui vivent la maladie alcoolique au quotidien. Qu’ils en soient eux-mêmes victimes, ou qu’un de leurs proches le soient.
          Lire la suite
          En lire moins
        • emi13 Posté le 2 Janvier 2013
          trés beau livre d'un homme qui a connu l'enfer de l'alcool

        Ils en parlent

        PRESSE

         

        À propos de Le Dernier pour la route :

         

        « Cette chronique d'un divorce avec l'alcool est un livre fort que liront ceux qui "ont un problème avec l'alcool", ceux qui les accompagnent et tous ceux que la nature humaine ne laisse pas indifférents. »
        Le Journal du dimanche

         

        « (...) ce récit d'une désintoxication d'un "malade alcoolique" est du genre qui impressionne. Un homme, connu de surcroît, se met à nu et confesse ce que d'ordinaire on tait. C'est fascinant, et utile, n'en doutons pas. »
        Le Point 

         

        « Courageux? L'adjectif vient spontanément à l'esprit quand on lit Le Dernier pour la route. Du courage, il en fallait à Hervé Chabalier pour avouer l'inavouable, la vérité que l'on ne dit pas dans ce monde où "un petit verre ne fait pas de mal". (...) Ce témoignage est une œuvre littéraire. »
        Marianne

         

        « Hervé Chabalier a choisi de dire crûment, fortement, sa plongée dans la bouteille et sa longue et chaotique remontée du fond. (...) L'Odyssée n'est pas une promenade de santé. Prolixe, mais vif, notre Ulysse, quitte à gêner jusqu'à ses frères d'abstinence qui, la guérison survenue, ont préféré un retour en surface plus feutré, raconte son retour de l'alcool comme autrefois sa consommation : sans modération. »
        Le Canard enchaîné

         

        « Le carnet de bord, poignant et drôle, intelligent et salutaire, d'une cure de désintoxication. »
        Libération

         

        « (...) En tenant méthodiquement, dans un style lapidaire, le journal de bord de sa cure de désintoxication, Hervé Chabalier nous livre une formidable leçon de vie. De celles qui vous forcent à vous interroger sur vous-même, vous poursuivent...Et vous changent. »
        Gala 

         

         « Dans Le Dernier pour la route, le patron de l'agence Capa fait son reportage le plus douloureux: sa cure de désintoxication.Il faut lire ce texte. Révélateur, instructif, émouvant, sincère, transparent, il dit carrément les choses et l'itinéraire d'un homme pour accéder à ce que , jusqu'ici, tout son passé, son métier, sa culture, ses influences, l'empêchaient de faire : l'humilité, la méditation, le recul sur soi-même, la bienveillance, aimer, lâcher prise, comprendre. »
        Paris Match

         

        PRESSE
        ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
        Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
        Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com