Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221127889
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Le Droit de tuer

Dominique Defert (Traducteur)
Collection : Best-sellers
Date de parution : 08/11/2012
À Clanton, dans le Mississippi, la petite Tonya Hailey est sauvagement violée et torturée. En plein tribunal, son père, Carl Lee, massacre les deux accusés au fusil-mitrailleur. Son sort semble tout tracé : la chambre à gaz. En effet, nous sommes dans le sud profond des États-Unis et Carl Lee... À Clanton, dans le Mississippi, la petite Tonya Hailey est sauvagement violée et torturée. En plein tribunal, son père, Carl Lee, massacre les deux accusés au fusil-mitrailleur. Son sort semble tout tracé : la chambre à gaz. En effet, nous sommes dans le sud profond des États-Unis et Carl Lee est noir… Mais Jake, un jeune avocat blanc, aussi courageux qu’ambitieux, décide de le défendre. Le Ku Klux Klan fait front. Bientôt un souffle de haine embrase la petite ville de Clanton…
Ce roman, largement autobiographique – John Grisham a été jeune avocat dans le Mississippi –, restitue admirablement l’atmosphère du sud des États-Unis, ce mélange de poussière rouge, de moiteur, d’insouciance et de violence.
Avec un art unique, Grisham plonge le lecteur dans le malaise grandissant d’un suspense qui ne se résoudra qu’à la toute dernière page.

Le droit de tuer a été adapté au cinéma par Joel Schumacher en 1996 avec Matthew McConaughey, Sandra Bullock et Samuel L. Jackson.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221127889
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • annec44 Posté le 20 Septembre 2020
    La première partie nous plonge dans l'horreur du crime tel qu'il a été perpétré avec toute sa barbarie, ce qui ne peut en aucun cas laisser indifférent.Tout le roman est basé sur le point de vue de l'avocat de Carl-Lee qui va essayer de démontrer que ce geste fou du père de la fillette est un geste d'amour extrême et de souffrance. C'est sur cette démonstration que va s'appuyer toute sa procédure de défense qui va trouver une opposition féroce dans le racime anti-noirs avec, notamment, la présence du Ku-Klux-Klan.Le livre dépeint très bien toutes les arcanes d'une procédure juridique aux Etats-Unis, que ce soit dans le déroulement du procès, les relations entre le procureur, l'avocat et le Juge, les différents coups bas portés pour mettre à mal l'adversaire etc....J'ai retrouvé dans ce roman le thème traité par Harper Lee dans "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" bien que John Grisham soit davantage centré sur le côté judiciaire de l'affaire.J'y ai déploré une sorte de surjeu dans le traitement des émotions et une trop grande part laissée à la vie privée et aux relations personnelles qu'entretient l'avocat avec son entourage.En résumé, je suis relativement contente de ma lecture, le thème... La première partie nous plonge dans l'horreur du crime tel qu'il a été perpétré avec toute sa barbarie, ce qui ne peut en aucun cas laisser indifférent.Tout le roman est basé sur le point de vue de l'avocat de Carl-Lee qui va essayer de démontrer que ce geste fou du père de la fillette est un geste d'amour extrême et de souffrance. C'est sur cette démonstration que va s'appuyer toute sa procédure de défense qui va trouver une opposition féroce dans le racime anti-noirs avec, notamment, la présence du Ku-Klux-Klan.Le livre dépeint très bien toutes les arcanes d'une procédure juridique aux Etats-Unis, que ce soit dans le déroulement du procès, les relations entre le procureur, l'avocat et le Juge, les différents coups bas portés pour mettre à mal l'adversaire etc....J'ai retrouvé dans ce roman le thème traité par Harper Lee dans "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" bien que John Grisham soit davantage centré sur le côté judiciaire de l'affaire.J'y ai déploré une sorte de surjeu dans le traitement des émotions et une trop grande part laissée à la vie privée et aux relations personnelles qu'entretient l'avocat avec son entourage.En résumé, je suis relativement contente de ma lecture, le thème est bien traité et j'y ai appris beaucoup de choses de manière plutôt agréable. Je prolongerai ma découverte de cet auteur avec d'autres titres bien que ce livre ne m'ait pas fait vibrer comme Harper Lee était parvenue à le faire...
    Lire la suite
    En lire moins
  • bfauriaux Posté le 26 Octobre 2019
    la vengeance au coeur du mississipi en toile de fond de cette histoire sauvage et tres bien documentée le talent de l'auteur fait le reste j'ai adoré !
  • Eric_bc_92 Posté le 10 Juin 2019
    Ce livre est remarquable. On est emporté comme dans un film où l'on suit l'histoire d'avocat qui défend un père qui a abattu les deux hommes qui ont violé sa fille. Le style de l'auteur est très proche d'un film thriller.
  • Pasunmotdeplus Posté le 12 Mars 2019
    Le droit de tuer est l'un des rares livres qui continue de me remuer à son évocation. Sur le thème du racisme, de la vengeance viscérale et situé au milieu des années 80 dans une ville du sud du Mississippi, Grisham raconte l'histoire d'un homme noir qui a assassiné les deux hommes blancs qui avaient violé et torturé son enfant ainsi que la lutte héroïque d'un avocat blanc pour le défendre dans une société à préjugés raciaux.Pourtant le KKK n'est pas loin et prêt à en découdre avec qui n'entrera pas dans sa ligne de conduite. Jake Brigance, le jeune héros, est sans aucun doute mon personnage préféré de Grisham; car il représente de nombreuses qualités éthiques et professionnelles que les avocats respectent. Peut-être l'auteur a-t-il laissé de lui dans ses lignes. Ici, Jake représente l'avenir, l'esprit libéral et prometteur d'une ville du sud aux préjugés raciaux, une forme de prédiction que chacun mérite d'être vu comme un humain, point. Son combat pour amener le jury à regarder au-delà de la couleur de l’homme et dans le cœur de celui-ci pour comprendre (pas pour approuver) son action est un combat pour l’égalité et la justice aux yeux du droit, quelle... Le droit de tuer est l'un des rares livres qui continue de me remuer à son évocation. Sur le thème du racisme, de la vengeance viscérale et situé au milieu des années 80 dans une ville du sud du Mississippi, Grisham raconte l'histoire d'un homme noir qui a assassiné les deux hommes blancs qui avaient violé et torturé son enfant ainsi que la lutte héroïque d'un avocat blanc pour le défendre dans une société à préjugés raciaux.Pourtant le KKK n'est pas loin et prêt à en découdre avec qui n'entrera pas dans sa ligne de conduite. Jake Brigance, le jeune héros, est sans aucun doute mon personnage préféré de Grisham; car il représente de nombreuses qualités éthiques et professionnelles que les avocats respectent. Peut-être l'auteur a-t-il laissé de lui dans ses lignes. Ici, Jake représente l'avenir, l'esprit libéral et prometteur d'une ville du sud aux préjugés raciaux, une forme de prédiction que chacun mérite d'être vu comme un humain, point. Son combat pour amener le jury à regarder au-delà de la couleur de l’homme et dans le cœur de celui-ci pour comprendre (pas pour approuver) son action est un combat pour l’égalité et la justice aux yeux du droit, quelle que soit la couleur de la peau d’une personne. C'est un père et ses réactions qu'ils jugent et non simplement un homme de couleur, ils leur faut l'assimiler et prendre leur décision en tout état de cause. Et la décision d'un jury entièrement blanc est une victoire de l'humanité; une promesse que les citoyens moyens, quelle que soit la division que les extrémistes puissent créer, restent à même de décider du sort d'un homme quelle que soit la couleur de sa peau. Bien que cette histoire se situe dans une époque révolue, elle est toujours d'actualité, car des préjugés fondés sur la couleur de la peau, le sexe et la religion sont encore bien réels. Donc, dans cette optique, le droit de tuer est un conte intemporel. Et avant de terminer, je dois dire quelques mots sur l’écriture de Grisham. C'est sa première tentative de roman, alors peut-être que l'écriture n'est pas encore à son meilleur. Mais il est écrit avec sincérité, compassion et tant de sentiment sque j’ai personnellement l’impression que l’auteur a versé son coeur et son âme dans ces lignes. En ce qui me concerne, le droit de tuer est le meilleur livre de Grisham; et ce sera toujours mon roman préféré de cet auteur.
    Lire la suite
    En lire moins
  • dorotheehauquier Posté le 10 Mars 2019
    Livre sorti en 2010. Je dois l'avoir lu il y a au moins 5-6 ans 😱 comme quoi je m'étais déjà aventurée dans les thrillers. À ce moment là, je qualifierais ces livres de "roman-procès". Cette histoire est vraiment très dur, l'auteur nous décrit certaines scènes d'une façon qu'on ressent toute la cruauté et la barbarie. Un film a été tiré de ce livre "le droit de tuer" avec Sandra Bullock
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.