Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782348075810
Code sériel : 560
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Nouveauté
Le genre du capital
Comment la famille reproduit les inégalités
Date de parution : 22/09/2022
Éditeurs :
La Découverte
Nouveauté

Le genre du capital

Comment la famille reproduit les inégalités

,

Date de parution : 22/09/2022
On sait que le capitalisme au XXIe siècle est synonyme d’inégalités grandissantes entre les classes sociales. Ce que l’on sait moins, c’est que l’inégalité de richesse entre les hommes et... On sait que le capitalisme au XXIe siècle est synonyme d’inégalités grandissantes entre les classes sociales. Ce que l’on sait moins, c’est que l’inégalité de richesse entre les hommes et les femmes augmente aussi, malgré des droits formellement égaux et la croyance selon laquelle, en accédant au marché du travail,... On sait que le capitalisme au XXIe siècle est synonyme d’inégalités grandissantes entre les classes sociales. Ce que l’on sait moins, c’est que l’inégalité de richesse entre les hommes et les femmes augmente aussi, malgré des droits formellement égaux et la croyance selon laquelle, en accédant au marché du travail, les femmes auraient gagné leur autonomie. Pour comprendre pourquoi, il faut regarder ce qui se passe dans les familles, qui accumulent et transmettent le capital économique afin de consolider leur position sociale d’une génération à la suivante. Fruit de vingt ans de recherches, ce livre analyse comment la société de classes se reproduit grâce à l’appropriation masculine du capital. Les autrices enquêtent sur les calculs, les partages et les conflits qui ont lieu au moment des séparations conjugales et des héritages, avec le concours des professions du droit. Des mères isolées du mouvement des Gilets jaunes au divorce de Jeff Bezos et MacKenzie Scott, des transmissions de petites entreprises à l’héritage de Johnny Hallyday, les mécanismes de contrôle et de distribution du capital varient selon les classes sociales, mais aboutissent toujours à la dépossession des femmes. 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782348075810
Code sériel : 560
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ambresf 18/05/2022
    formidable, et rageant... ou comment le patriacat influe sur le patrimoine de chacun des 2 sexes, en lésant, évidemment, toujours la même moitié de la population. malgré le sujet parfois ardu, la vulgarisation est suffisante pour que l'on comprenne les éléments apportés par les autrices. passionnant!
  • foxinthesnow 19/12/2021
    Un essai passionnant, fruit de 15 années de recherche. Les deux sociologues ont pénétré les cabinets des notaires, avocat•es et magistrat•es, afin d'étudier les coulisses des héritages et des séparations. Que ce soit le divorce d'un PDG d'une entreprise de transport, celui de mères isolées, ou la mort très médiatisée de Johnny Hallyday, elles passent au crible le contrôle, la circulation et la répartition de l'argent entre les personnes. Les mécanismes aboutissent majoritairement en défaveur des pauvres : ce sont des cas moins intéressants à défendre pour des avocat•es commis•es d'office qui n'ont que peu de temps à leur accorder, contrairement aux avocat•es et notaires aux tarifs élevés qui prennent le temps sur le dossier de leurs client•es riches, se familiarisent, et offrent diverses combines pour de l'optimisation fiscale éventuellement... Et en défaveur  des femmes : des pensions alimentaires faibles ou inexistantes, ne prenant pas en compte le travail domestique et le coût réel de l'éducation des enfants; et pour les héritages, des lignées masculines dans lesquelles on confie différemment l'argent à un homme, censé mieux savoir comment le faire fructifier. Les a priori sexistes sont nombreux. Les femmes ne sauraient pas bien gérer l'argent. Dans les classes populaires ce sont... Un essai passionnant, fruit de 15 années de recherche. Les deux sociologues ont pénétré les cabinets des notaires, avocat•es et magistrat•es, afin d'étudier les coulisses des héritages et des séparations. Que ce soit le divorce d'un PDG d'une entreprise de transport, celui de mères isolées, ou la mort très médiatisée de Johnny Hallyday, elles passent au crible le contrôle, la circulation et la répartition de l'argent entre les personnes. Les mécanismes aboutissent majoritairement en défaveur des pauvres : ce sont des cas moins intéressants à défendre pour des avocat•es commis•es d'office qui n'ont que peu de temps à leur accorder, contrairement aux avocat•es et notaires aux tarifs élevés qui prennent le temps sur le dossier de leurs client•es riches, se familiarisent, et offrent diverses combines pour de l'optimisation fiscale éventuellement... Et en défaveur  des femmes : des pensions alimentaires faibles ou inexistantes, ne prenant pas en compte le travail domestique et le coût réel de l'éducation des enfants; et pour les héritages, des lignées masculines dans lesquelles on confie différemment l'argent à un homme, censé mieux savoir comment le faire fructifier. Les a priori sexistes sont nombreux. Les femmes ne sauraient pas bien gérer l'argent. Dans les classes populaires ce sont souvent elles qui le gèrent ; mais dans les classes supérieures, quand il y a beaucoup d'argent, il est contrôlé par un homme, qui garde le contrôle et le pouvoir. Les discriminations juridiques ont longtemps empêché les femmes d'accumuler de la richesse. Aujourd'hui les lois permettent une égalité théorique, qui n'est pas réalisée en pratique. L'inégalité est souvent due à des arrangements économiques familiaux. Or, avoir du patrimoine détermine l'accès à l'éducation, à l'emploi, au logement. Il y a plein de cas décrits finement. Celui que je garde le + en tête est la succession de 2 soeurs et 1 frère, organisée avant décès des parents. Le frère hérite de + de patrimoine (locaux) pour monter son propre commerce (une boulangerie) et l'accord trouvé est de payer des pains au chocolat à ses soeurs tous les matins pendant quelques années. Oui, ça sent l'arnaque, et les femmes se font souvent avoir dans ses transactions intimes qui mêlent les valeurs, les obligations morales et l'argent. Les sociologues prouvent qu'après un XXè ayant réduit la part de l'héritage dans le capital des personnes (on pouvait aussi acquérir du capital avec son travail, par exemple), on constate un retour du nécessaire héritage, et un retour de l'institution familiale comme acteur clé de l'économie. Qui renforce par conséquent les frontières de race et de classe. Rejoignant les thèses des féministes matérialistes et de l'économie Thomas Piketty, cet ouvrage fabuleux explorent les inégalités dans la France contemporaine, et m'a fait découvrir dans le détail les professions juridiques...qui jouent leur rôle aussi dans le creusement des inégalités économiques entre hommes et femmes, entre riches et pauvres. En un mot, les classes sociales doivent être observées à partir des rapports familiaux et des inégalités de genre.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Apoapo 20/03/2021
    Cet excellent travail de sociologie critique provoque le dévoilement des mécanismes impensés et en grande partie involontaires, mais néanmoins systématiques, de création des inégalités de genre dans l'accumulation, la gestion, l'éventuel partage lors de la résolution de la communauté matrimoniale et enfin la transmission héréditaire du patrimoine. Sont visées la famille et la justice : la première comme lieu de reproduction des telles inégalités, la seconde comme moyen de les aggraver par une certaine interprétation du droit de la part de ses professionnels : avocats, notaires, juges. L'exposé mêle de façon très équilibrée les apports théoriques et le terrain des études de cas et des entretiens avec ces professionnels. À une époque où les inégalités de patrimoine sont de plus en plus prégnantes, où le salariat n'est plus un réparateur d'écarts de revenus, la disparité de ressources entre hommes et femmes se creuse ; (ré-)émergent alors des atavismes dignes de la loi salique : favoritisme entre héritiers en dépit de la loi et au plus grand profit de la conservation de l'unité patrimoniale, surtout dans le foncier et dans les actifs professionnels (capitaux des entreprises familiales) ; mariage bourgeois conçu comme une rente et une garantie à vie même lors de sa dissolution, en contradiction avec... Cet excellent travail de sociologie critique provoque le dévoilement des mécanismes impensés et en grande partie involontaires, mais néanmoins systématiques, de création des inégalités de genre dans l'accumulation, la gestion, l'éventuel partage lors de la résolution de la communauté matrimoniale et enfin la transmission héréditaire du patrimoine. Sont visées la famille et la justice : la première comme lieu de reproduction des telles inégalités, la seconde comme moyen de les aggraver par une certaine interprétation du droit de la part de ses professionnels : avocats, notaires, juges. L'exposé mêle de façon très équilibrée les apports théoriques et le terrain des études de cas et des entretiens avec ces professionnels. À une époque où les inégalités de patrimoine sont de plus en plus prégnantes, où le salariat n'est plus un réparateur d'écarts de revenus, la disparité de ressources entre hommes et femmes se creuse ; (ré-)émergent alors des atavismes dignes de la loi salique : favoritisme entre héritiers en dépit de la loi et au plus grand profit de la conservation de l'unité patrimoniale, surtout dans le foncier et dans les actifs professionnels (capitaux des entreprises familiales) ; mariage bourgeois conçu comme une rente et une garantie à vie même lors de sa dissolution, en contradiction avec une vision de la femme active capable de mener de front sa carrière et les tâches ménagères et parentales qui continuent de lui incomber très majoritairement ; dispositions apprises aux fillettes dès leur plus jeunes âge au désintéressement, au dévouement, au sacrifice de soi, voire au travail gratuit ou sous-payé au sein de l'entreprise familiale, en vue de la paix domestique et de la meilleure transmission possible de la fortune aux enfants. Les positions sociologiques respectives ainsi qu'une certaine identification (ou son contraire) entre les professionnels du droit et leurs clients ou les justiciables s'avèrent beaucoup plus significatives dans la perpétuation et l'accentuation des inégalités que la lettre de la loi, surtout dès lors qu'elles vont de pair avec la question de « l'optimisation fiscale »... Les auteures sont engagées, pour ne pas dire militantes. Le féminisme du lecteur est mis à l'épreuve de ses propres convictions, ce qui est très salutaire, car on se surprend parfois à comprendre sinon à excuser les « arrangements » des testateurs (dans la mesure où l'on accepte la légitimité de la succession et la liberté de disposer de ses biens après sa mort...) ; les réticences des magistrates chargées des affaires familiales à favoriser des femmes dont elles désapprouvent la philosophie de vie ; un peu moins (!) les manigances des notaires et avocats véreux ; pas du tout le populisme des hommes et femmes politiques réformateurs récents de la CAF... : mais là aussi, c'est selon les sensibilités et la capacité d'identification de chaque lecteur avec les membres de la classe sociale à laquelle il appartient ou dont il se sent proche, donc par forcément avec les sociologues... – et c'est toujours très opportun d'en prendre conscience. Cela excuse les répétitions et les longueurs d'un essai par ailleurs très richement annoté, sourcé et agrémenté de matériaux ethnographiques de qualité. Table [commentée] : Introduction [Sur la pertinence croissante des inégalités patrimoniales par rapport aux inégalités des revenus, entre les genres] 1. « La famille, une institution économique » [Sur l'occultation historique du caractère économique de l'institution familiale et sur les étapes de l'accumulation, de la gestion-disposition, de la transmission patrimoniale, constitutives des inégalités genrées en son sein] 2. « Des stratégies familiales de reproduction défavorables aux femmes » [Sur la constitution précoce d'un « héritier préféré », sur l'impensé étymologique de l'assimilation entre « pater », « patronyme » et « patrimoine »] 3. « Selon que vous serez (un homme) puissant ou (une femme) misérable » [Sur l'accompagnement juridique visant à des « arrangements patrimoniaux à l'ombre du droit » au détriment du fisc et de l'épouse...] 4. « Des comptabilités sexistes sous couvert d'un droit égalitaire » [Sur la « comptabilité inversée », les « biens structurants » et les compensations en matière de succession] 5. « Une paix des familles à l'ombre du fisc et aux dépens des femmes » [Sur la fiscalité des donations, des successions, des pensions alimentaires, sur le travail au noir et tous les autres moyens légaux « d'optimisation fiscale » qui convergent pour pénaliser les femmes] 6. « Une justice pour compenser les inégalités de richesse ? » [Sur les façons de minorer les compensations lors du divorce et sur la perspective anti-féministe des juges des affaires familiales (JAF) qui sont pourtant très majoritairement des femmes] 7. « Esclave entre tous est l'ex-femme du prolétaire » [Sur la pauvreté des familles monoparentales précaires, sur les difficultés du recouvrement des pensions alimentaires impayées et sur la « prise en charge » par la CAF à condition d'un contrôle du budget et de la sexualité des mères isolées] Conclusion [Sur l'articulation des études de genre et des études économiques du capital vers un renouveau du concept de classe] Cit. 1. « En France, à la fin des années 1990, à la suite d'un divorce, le revenu médian des femmes décroît d'un tiers, une des baisses les plus importantes dans l'Union européenne. Ce constat est renouvelé au début des années 2000 pour l'ensemble des séparations […] : le revenu médian des femmes après une séparation se détériore de 31%, contre seulement 6% pour les hommes. » (p. 43) 2. « Or être le plus âgé au moment de la mise en couple signifie concrètement être plus avancé dans sa carrière professionnelle et avoir plus de chances, toutes choses égales par ailleurs, de détenir un patrimoine propre plus important, qu'il soit hérité ou le produit d'économies réalisées en début de vie active. Les inégalités patrimoniales de départ ont alors toutes les chances de s'approfondir au cours de la vie de couple : le plus âgé qui est aussi le plus riche faisant fructifier son patrimoine propre, tandis que l'autre accommode sa carrière professionnelle en fonction. » (p. 72) 3. « On comprend, en creux, comment la fréquentation régulière des cabinets et études des professions libérales du droit permet d'éviter de se confronter au cadre légal dans des circonstances économiquement défavorables. Car ce ne sont pas seulement des informations juridiques qu'avocat.es et notaires proposent à leurs client.es, mais aussi un cadre privé pour mettre leurs arrangements économiques en conformité avec le droit, à l'abri du regard des agents de l’État. Ce huis clos introduit d'importantes marges de manœuvre dans l'application du droit. […] C'est dans la relation avec les professions juridiques libérales que se jouent une grande partie des inégalités sociales face au droit de la famille et de la propriété. Il y a d'abord des inégalités sociales d'accès à ces professionnel.les. […] Ensuite […] les professionnel.les du droit ne traitent pas de la même manière leurs client.es, selon la classe et le genre de ces derniers et dernières. Ces différences de traitement sont le résultat combiné d'une segmentation du marché du conseil patrimonial et d'une différenciation des pratiques professionnelles, en fonction des caractéristiques de la clientèle. » (p. 96) 4. « Est-ce que les professions libérales du droit […] cherchent consciemment à favoriser les hommes par rapport aux femmes ? La question de l'intentionnalité n'est sans doute pas la bonne. La comptabilité inversée est une "logique de la pratique" au sens de Pierre Bourdieu, c'est-à-dire un système incorporé de dispositions qui, sans l'organisation d'une intention, est néanmoins capable d'orienter les pratiques d'une façon qui est à la fois inconsciente et systématique. Des représentations genrées de l'ordre social sont charriées au travers de ces comptabilités, notamment autour de la définition d'un bon héritier on d'un bon chef d'entreprise, d'une veuve raisonnable ou d'une bonne mère, des biens qui doivent être transmis dans la lignée ou qui peuvent être transférés à une conjointe. Les transferts économiques entre personnes apparentées sont empreints d'impensés sexistes, incorporés dans les manières même de compter des notaires et des avocat.es et, de ce fait, dissimulés et légitimés par le droit. » (pp. 165-166) 5. « Les critères juridiques de calcul de la prestation compensatoire sont annulés par cette logique de comptabilité inversée. Quel que soit le besoin dans lequel puisse se retrouver une partie ; quelle que soit la disparité de richesse entre mari et femme ; mais aussi quel que soit le travail gratuit (domestique ou professionnel) réalisé par la conjointe, ce qui prime avant tout est la capacité de paiement de l'époux. Or cette richesse disponible de l'époux est pensée sous la forme d'un capital disponible en numéraire : la compensation ne doit pas mettre en danger la propriété des biens de l'époux structurant son patrimoine familial. La compensation de l'inégalité économique entre époux et épouse passe donc après l'accumulation et la transmission de la richesse en lignée masculine. » (p. 208) 6. « C'est donc doublement que le barème de pensions alimentaires néglige les sacrifices économiques réalisés par les mères seules qui élèvent leurs enfants : il ne tient pas compte des sacrifices de consommation de ces dernières en faveur de leurs enfants, ni des sacrifices en termes de carrière et de revenus pour pouvoir les prendre en charge au quotidien. » (p. 255)
    Lire la suite
    En lire moins
  • Beatrice23011974 01/06/2020
    Un titre inquiétant dîtes-vous? Oh, je dirais qu'il est déictique. Comme le geste premier et ultime des enfants qui montrent les choses du doigt car ils ne savent pas encore les nommer ou parce qu'elles les émerveillent ou, au contraire, leur font peur. Un titre, c'est un peu ça : montrer les choses du doigt. Ce livre, écrit par deux sociologues : une professeure de faculté et une chercheuse au CNRS après 20 années à suivre, pas à pas et, surtout, mot à mot, les notaires, les JAF, les avocats, les familles aussi pendant leur divorce ou leur héritage. En province (comme disent les Parisiens) ou à Paris. Un livre écrit alors que l'affaire autour de l'héritage de Johnny Hallyday éclate. Ça pose son livre cette anecdote, je sais.... Patiemment, ces deux femmes ont écouté, relevé les mots, beaucoup de mots latins : des mots d'un autre monde qui, pourtant, ont toujours cours. C'est là qu'elles rappellent que patrimoine et patronyme ont la même origine : "pater"... J'ajoute, humblement, que le mot famille vient du latin "familia" qui signifie : l'ensemble des esclaves. Ce livre c'est l'acceptation des familles dans la peine, c'est ces femmes, toutes ces femmes qui disent et ne... Un titre inquiétant dîtes-vous? Oh, je dirais qu'il est déictique. Comme le geste premier et ultime des enfants qui montrent les choses du doigt car ils ne savent pas encore les nommer ou parce qu'elles les émerveillent ou, au contraire, leur font peur. Un titre, c'est un peu ça : montrer les choses du doigt. Ce livre, écrit par deux sociologues : une professeure de faculté et une chercheuse au CNRS après 20 années à suivre, pas à pas et, surtout, mot à mot, les notaires, les JAF, les avocats, les familles aussi pendant leur divorce ou leur héritage. En province (comme disent les Parisiens) ou à Paris. Un livre écrit alors que l'affaire autour de l'héritage de Johnny Hallyday éclate. Ça pose son livre cette anecdote, je sais.... Patiemment, ces deux femmes ont écouté, relevé les mots, beaucoup de mots latins : des mots d'un autre monde qui, pourtant, ont toujours cours. C'est là qu'elles rappellent que patrimoine et patronyme ont la même origine : "pater"... J'ajoute, humblement, que le mot famille vient du latin "familia" qui signifie : l'ensemble des esclaves. Ce livre c'est l'acceptation des familles dans la peine, c'est ces femmes, toutes ces femmes qui disent et ne sont pas entendues, pas comprises, c'est les dérives de certains juges qui ont oublié le sens du mot "impartialité" , c'est l'univers des faux-monnayeurs, c'est un passé patriarcal qui se conjugue au présent. Ce livre c'est donc un présent d'inertie. Or le présent qui applique le passé n'est qu'un présent de répétition, un rejeton, c'est pire... Ces deux sociologues, comme le demande leur métier qu'elles ont épousé, renvoient le miroir de ce présent pour qu'il change. Avec une intelligence fine et nuancée, avec une grande honnêteté intellectuelle.
    Lire la suite
    En lire moins
Abonnez-vous à la lettre d'information de la Découverte
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !

Vous aimerez aussi