Lisez! icon: Search engine

Le K

Robert Laffont
EAN : 9782221141229
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Le K

Jacqueline REMILLET (Traducteur)
Collection : Pavillons
Date de parution : 14/09/2017

«Comme son fils insistait, il alla prendre sa longue-vue et scruta la surface de la mer, en direction du sillage. Stefano le vit pâlir.
- Qu'est-ce qu'il y a ? Pourquoi tu fais cette figure-là, dis, papa ?
- Oh ! si seulement je ne t'avais pas écouté, s'écria le capitaine. Je...

«Comme son fils insistait, il alla prendre sa longue-vue et scruta la surface de la mer, en direction du sillage. Stefano le vit pâlir.
- Qu'est-ce qu'il y a ? Pourquoi tu fais cette figure-là, dis, papa ?
- Oh ! si seulement je ne t'avais pas écouté, s'écria le capitaine. Je vais me faire bien du souci pour toi, maintenant. Ce que tu vois émerger de l'eau et qui nous suit n'est pas une chose, mais bel et bien un K.»
 «Le défunt par erreur», «Un amour trouble», «Le secret de l’écrivain», «Le veston ensorcelé», «Suicide au parc», «Jeune fille qui tombe… tombe», «Le magicien», «Le chien vide», «Petites histoires du soir», «Ubiquité», «Les bosses dans le jardin», «Petite Circé», «Dix-huitième trou», «Douce nuit»…
Chacune des cinquante-deux nouvelles de ce recueil est frappée du sceau du merveilleux, du même poignant fantastique. Dino Buzzati possède, à un degré suprême, cette rare vertu de ne pas refuser l'humour à la conscience et à la présence de la mort...
Buzzati est l'un des plus grands écrivains de notre temps.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221141229
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Severime Posté le 27 Octobre 2019
    Pour moi le meilleur recueil de nouvelles. Des nouvelles acides, portant à réfléchir, merveilleusement bien écrites, de l'humour, de la réflexion, des chutes à tomber. Univers fantastique, politique, philosophique, historique, sociologique ... tout se mêle et s'entremêle. A piocher au gré de ses humeurs. A déguster longtemps. Souvent. J'y reviens de temps en temps
  • Cer45Rt Posté le 30 Juillet 2019
    "Le K" est un recueil de nouvelles pas très long, il comporte seulement 380 pages ; mais quelle richesse ! Que d'idées, que de pensées, que d'émotions, que d'interrogations ! Que de magnifiques réflexions sur le monde, où Buzzati oscille entre un optimisme malgré tout et un pessimisme désabusé… J'ai beaucoup aimé lire ce recueil de nouvelles parfois âcres, pessimistes, d'autres fois marqué par l'espérance… Le style de Buzzati frise le génie, tant ses phrases ont de puissance et émeuvent. Ce livre est plein de questions philosophiques ou autres… Souvent, Buzzati raconte les cruelles désillusions que ces héros subissent, se rendant compte que leur vie a été absurde… Et, bien souvent, cet auteur lucide montre une vision de la nature humaine assez désespérante… Ou plutôt une vision qui serait désespérante, s'il n'y avait l'imagination de Buzzati et l'humour qu'il affiche souvent !... En quelques phrases, en quelques lignes, Buzzati parvient à toucher, comme peu d'auteurs savent le faire. Je suis frappé du nombre de nouvelles abordant des thématiques en rapport avec la religion, et plus particulièrement, la religion chrétienne, et, encore plus particulièrement, le catholicisme… L'ironie de Dino Buzzati brille dans chaque ligne de ce recueil de nouvelles exceptionnel, qui... "Le K" est un recueil de nouvelles pas très long, il comporte seulement 380 pages ; mais quelle richesse ! Que d'idées, que de pensées, que d'émotions, que d'interrogations ! Que de magnifiques réflexions sur le monde, où Buzzati oscille entre un optimisme malgré tout et un pessimisme désabusé… J'ai beaucoup aimé lire ce recueil de nouvelles parfois âcres, pessimistes, d'autres fois marqué par l'espérance… Le style de Buzzati frise le génie, tant ses phrases ont de puissance et émeuvent. Ce livre est plein de questions philosophiques ou autres… Souvent, Buzzati raconte les cruelles désillusions que ces héros subissent, se rendant compte que leur vie a été absurde… Et, bien souvent, cet auteur lucide montre une vision de la nature humaine assez désespérante… Ou plutôt une vision qui serait désespérante, s'il n'y avait l'imagination de Buzzati et l'humour qu'il affiche souvent !... En quelques phrases, en quelques lignes, Buzzati parvient à toucher, comme peu d'auteurs savent le faire. Je suis frappé du nombre de nouvelles abordant des thématiques en rapport avec la religion, et plus particulièrement, la religion chrétienne, et, encore plus particulièrement, le catholicisme… L'ironie de Dino Buzzati brille dans chaque ligne de ce recueil de nouvelles exceptionnel, qui aura fait date dans l'histoire de la littérature. Qui plus est, les nouvelles sont fort diversifiées, il y en a pour tous les goûts ; et pourtant, à chaque fois, on reconnaît la patte de l'auteur, sa maîtrise littéraire, sa lucidité qui oscille entre pessimisme et optimisme, son style, son phrasé… On est pas loin du génie avec ce recueil tellement, tellement, marquant, une œuvre qu'on oublie pas, qui reste encore longtemps en nous, tant elle est réussie, tant elle est inoubliable et tant elle marque. Je pense qu'en la relisant, je m'apercevrais encore de choses dont je ne m'étais pas aperçu jusqu'alors ; car c'est une œuvre riche, et chaque phrase pourrait fournir une heure de réflexion. Un chef-d'oeuvre, incontestablement.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Marpesse Posté le 22 Juillet 2019
    Les nouvelles sont inégales, mais il y a tout de même de petits bijoux (le K, La Création, Pauvre petit garçon)... "Le K" Quand il est enfant, Stefano voit en pleine mer une créature qui ne le quitte pas des yeux. Personne ne la voit à part lui. Son père lui explique qu'il a vu le K et que cette bête n'aura de cesse de le poursuivre jusqu'à ce qu'elle ait sa peau... "La Création" Dieu reçoit les architectes et concepteurs qui lui proposent des tas de créatures. L'un d'entre eux, l'oeil fuyant, peu aimable, a inventé une bête à deux bras et à deux jambes que Dieu refuse de valider : "Il m'a tout l'air une source d'embêtements à n'en plus finir" " "La leçon de 1980" Une drôle de chose se passe dans le monde : les plus puissants sont décimés un à un. C'est donc la lutte de l'anti-pouvoir, plus aucun homme politique ne veut se faire remarquer. Et seul de Gaulle résiste... "À Monsieur le Directeur" Le narrateur, Dino Buzzati, avoue au directeur de son journal qu'il n'est pas l'écrivain qu'il croit. Il a toujours rêvé d'écrire mais n'avait aucun talent. C'est un vieil homme qui écrit tous ses livres et qui reçoit l'argent en... Les nouvelles sont inégales, mais il y a tout de même de petits bijoux (le K, La Création, Pauvre petit garçon)... "Le K" Quand il est enfant, Stefano voit en pleine mer une créature qui ne le quitte pas des yeux. Personne ne la voit à part lui. Son père lui explique qu'il a vu le K et que cette bête n'aura de cesse de le poursuivre jusqu'à ce qu'elle ait sa peau... "La Création" Dieu reçoit les architectes et concepteurs qui lui proposent des tas de créatures. L'un d'entre eux, l'oeil fuyant, peu aimable, a inventé une bête à deux bras et à deux jambes que Dieu refuse de valider : "Il m'a tout l'air une source d'embêtements à n'en plus finir" " "La leçon de 1980" Une drôle de chose se passe dans le monde : les plus puissants sont décimés un à un. C'est donc la lutte de l'anti-pouvoir, plus aucun homme politique ne veut se faire remarquer. Et seul de Gaulle résiste... "À Monsieur le Directeur" Le narrateur, Dino Buzzati, avoue au directeur de son journal qu'il n'est pas l'écrivain qu'il croit. Il a toujours rêvé d'écrire mais n'avait aucun talent. C'est un vieil homme qui écrit tous ses livres et qui reçoit l'argent en échange. L'auteur à succès se trouve pris au piège... "Un amour trouble" C'est l'histoire d'un coup de foudre entre un homme... et une maison. "Pauvre petit garçon" Tout est dans la dernière phrase, la chute... L'histoire d'un enfant rejeté par les autres. "Chasseurs de vieux" La nuit, les jeunes sortent et décident d'en découdre avec les vieux. C'est la traque. "L’œuf" Comment une guerre presque totale est déclenchée par un rien : une petite fille pauvre qui voulait garder un œuf dans une chasse aux œufs qui lui était interdite. "Le veston ensorcelé C'est l'histoire d'un veston qui fournit des billets à celui qui le porte... sauf que chaque somme est tirée d'une catastrophe. Faut-il s'enrichir quand même? "Douce nuit" Quel calme, à la campagne... Et pourtant, chaque nuit, c'est un vrai massacre qui a lieu sans que personne ne le remarque. "L'Ascenseur" Un homme se trouve enfermé dans un ascenseur qui ne cesse de descendre, en compagnie d'un homme étrange et d'une jeune fille qu'il a souvent remarquée et qui l'attire. "Ubiquité" Un homme trouve la formule magique qui lui permet d'être partout où il désire, au moment où il le pense. mais, comme dans toutes les nouvelles, le don sera-t-il empoisonné? "Le petit ballon" Des saints regardent le monde et déplorent que personne ne semble heureux sur cette terre. Oneto cherche à prouver que le bonheur existe : il aperçoit une petite fille qui porte un ballon... "La chute du saint" Le saint Ermogène, de son paradis, voit un groupe de jeunes et, soudain, il les envie... "Le magicien" Schiassi (que l'on retrouve dans d'autres nouvelles et qui incarne toujours un homme étrange) vient expliquer au narrateur le vide et l'inutilité de l'art : plus rien n'intéresse personne, à quoi bon? "Les bosses dans le jardin" Le narrateur remarque une bosse dans son jardin. Giacomo, le jardinier, lui explique que cette bosse vient de la mort récente d'un de ses amis. Et, au fil de la vie du narrateur, les bosses se multiplient... "Quiz aux travaux forcés" En prison, une fois, chaque détenu a l'occasion de prononcer un discours en public. S'il convainc la foule et qu'elle l'applaudit, il est gracié.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Bazart Posté le 15 Juillet 2019
    Vous connaissez peut-être le célèbre recueil de nouvelles de Dino Buzatti, l'auteur italien du Désert des Tartares, portant le nom de sa plus célèbre : Le K. Tantôt elliptiques, tantôt drôles, tantôt fantastiques, toujours fascinantes, parfois contes, paraboles, métaphores, elles nous emmènent chacune dans un univers particulier où à la fin, nous nous sentons en droit de demander à notre voisin s'il a lui aussi, compris ceci ou cela. Vous croiserez notamment un homme qui fête son anniversaire peut-être pour la dernière fois, un couple se déchirant sur un pont, un auteur à succès mis face à lui-même par une curieuse et inquiétante missive, un homme étonné de voir fleurir d'immenses mottes de terre dans son jardin. Au risque de paraître peu original, on ne résiste pas à la tentation de dire que les mots de Buzatti , près de soixante ans après, n'ont pas pris une ride et parleront, ainsi, à tous. On tente donc le risque, et on l'affirme même haut et fort.
  • Cialanma Posté le 4 Mai 2019
    J'ai lu le désert des Tartares quand j'étais au lycée. J'avais aimé. Et puis voilà...j'ai repris la lecture de Dino Buzzati avec le rêve de l'escalier il y a 2 ans un été. Et du coup, j'ai repris la lecture de son oeuvre entre 2 romans et autres ouvrages historiques. J'ADORE ! Je trouve cela moderne, piquant, stressant par moment. Un don de conteur.Comme j'aimerais pouvoir lire Dino Buzzati en italien dans le texte...
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.