Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782823842906
Code sériel : 2044
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Le lépreux de Saint-Gilles

Anne BRUNEAU (Traducteur)
Date de parution : 03/11/2015
Retrouvez les romans historiques d'Ellis Peters chez 12-21, l'éditeur numérique !

« Tout comme Umberto Eco a su recréer l'univers d'un monastère de bénédictins dans l'Italie du Nord au milieu du XIVe siècle, Ellis Peters peint à merveille, dans la série des aventures du frère Cadfael, la vie d'un monastère anglais deux siècles plus tôt. Après avoir lu ces romans, on...

« Tout comme Umberto Eco a su recréer l'univers d'un monastère de bénédictins dans l'Italie du Nord au milieu du XIVe siècle, Ellis Peters peint à merveille, dans la série des aventures du frère Cadfael, la vie d'un monastère anglais deux siècles plus tôt. Après avoir lu ces romans, on a le sentiment de tout savoir sur la religion, l'histoire, la structure sociale, la politique et les modes de vie de l'Angleterre du XIIe siècle. Et pour l'habileté des intrigues, seule P. D. James, à mon avis, rivalise avec elle. »

    1. The Armchair Detective

 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823842906
Code sériel : 2044
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • beauscoop Posté le 22 Décembre 2018
    L'un des meilleurs courts romans sur le moyen-âge que j'aie lu. L'histoire relate les différents problèmes survenants lors de mariage arrangé comme souvent selon la coutume et orienté par les alliances de richesses. Un bon début de scénario dans lequel va pouvoir se greffer une histoire amoureuse, une seconde de jalousie. Le tout est survolé par les interventions intelligentes et discrètes de Frère Cadfael qui montre tous ses talents de détective. Le récit est agrémenté d'action et de suspenses avec des passages très émouvants, pour se terminer avec une chute bien imprévue après la fin classique (un peu comme une récompense pour le lecteur)
  • Pat0212 Posté le 29 Mai 2018
    Je n’ai pas encore lu toute la série des aventures de Cadfael, moine bénédictin du douzième siècle, mais celui-ci est un des plus réussis pour moi. On retrouve nos personnages favoris, en particulier Cadfael, Hugh et Aline, l’abbé Ranulphe, soeur Magdeleine et d’autres encore. La ville de Shrewsbury est en émoi, un grand mariage doit y être célébré la semaine suivante et tous les pauvres espèrent recevoir des aumônes et de la nourriture en cadeau. Même les malades de la léproserie voisine de l’abbaye regardent de loin le cortège du fiancé. Il y a un certain va-et-vient chez les lépreux qui vont d’abbayes en lieux saints . D’ailleurs Lazarus, un vieillard arrivé depuis quelques jours s’intéresse aussi aux mondanités comme les autres…. comme quoi la vie des people réjouit le public depuis fort longtemps. Les lépreux et les mendiants en sont pour leurs frais, Huon de Domville est un personnage arrogant et antipathique qui ne se soucient guère des autres. Il est fiancé à Iveta de Massard une jeune orpheline très riche confiée à la garde malveillante de sa tante et de son oncle. En secret, Iveta est amoureuse de Jocelin, un écuyer de Huon. Le jeune homme révèle à Cadfael... Je n’ai pas encore lu toute la série des aventures de Cadfael, moine bénédictin du douzième siècle, mais celui-ci est un des plus réussis pour moi. On retrouve nos personnages favoris, en particulier Cadfael, Hugh et Aline, l’abbé Ranulphe, soeur Magdeleine et d’autres encore. La ville de Shrewsbury est en émoi, un grand mariage doit y être célébré la semaine suivante et tous les pauvres espèrent recevoir des aumônes et de la nourriture en cadeau. Même les malades de la léproserie voisine de l’abbaye regardent de loin le cortège du fiancé. Il y a un certain va-et-vient chez les lépreux qui vont d’abbayes en lieux saints . D’ailleurs Lazarus, un vieillard arrivé depuis quelques jours s’intéresse aussi aux mondanités comme les autres…. comme quoi la vie des people réjouit le public depuis fort longtemps. Les lépreux et les mendiants en sont pour leurs frais, Huon de Domville est un personnage arrogant et antipathique qui ne se soucient guère des autres. Il est fiancé à Iveta de Massard une jeune orpheline très riche confiée à la garde malveillante de sa tante et de son oncle. En secret, Iveta est amoureuse de Jocelin, un écuyer de Huon. Le jeune homme révèle à Cadfael que son amie est maltraitée par ses tuteurs qui la marient contre son gré à leur ami Huon dans le but de se partager son patrimoine. Les amoureux se voient en cachette, Iveta nie être contrainte, mais Cadfael n’est pas dupe. Les préparatifs du mariage vont bon train. La veille de la cérémonie, Jocelin est accusé de vol par son maître Huon qui veut le faire emprisonner, voire pendre. Le jeune homme affirme n’avoir rien à se reprocher et arrive à s’enfuir. Ses amis Simon et Iveta l’aident à échapper à la chasse à l’homme impitoyable dont il est victime. Le lendemain matin à l’église Iveta attend en vain son fiancé dont on retrouve le corps dans l’après midi. Tous les soupçons se portent sur Jocelin, mais heureusement Cadfael n’a pas les yeux dans sa poche. Comme toujours il y a une intrigue amoureuse mais Ellis Peters sait traiter le sujet sans tomber dans la romance à l’eau de rose, même si c’est une constante dans la série. L’intrigue est moins linéaire que dans d’autres épisodes, il y a deux meurtres avec deux assassins différents qui ont chacun leurs raisons bonnes ou mauvaises. Le suspense est bien préservé et on ne devine pas le dénouement avant la fin, sauf pour l’histoire d’amour. Les us et coutumes du douzième siècle anglais sont très bien étudiés et décrits, il ne s’agit pas d’un simple décor. Ici on en apprend plus sur les moeurs matrimoniales, les jeunes filles nobles n’avaient en général pas grand chose à dire sur le choix de leur mari. La partie consacrée à la lèpre et la manière d’y faire face tant au niveau collectif qu’individuel est aussi très intéressante. Au fil des épisodes nous découvrons les divers aspects de cette époque de manière très vivante. Un livre vraiment passionnant.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Mondaye Posté le 9 Avril 2016
    Quand on veut s'attaquer à un auteur dans la langue et que on se repose sur sa bibliothèque, on a pas toujours la possibilité de commencer par le commencement. C'est donc par The Leper of St. Giles que j'ai découvert Ellis Peters. Et ni ce fait, ni l'anglais n'ont pesé en rien dans ma lecture, tant elle a été passionnante. Bon soyons honnête, un livre sur la couverture duquel il y a inscrit "a medieval whodunnit" partait déjà avec un a priori très positif, car quand je dis que j'aime bien certains roman policier, il s'agit en réalité généralement de roman de détection. Mais le livre tient bien ses promesses, et le lecteur attentif peut deviner le meurtrier. J'ai bien faillit le démasquer avec certitude, mais sur la fin j'avais un autre suspect tout aussi probable. [masquer] Qui est en fait également un meurtrier, donc comme quoi je n'était pas loin ^^... et lui par contre j'étais certain que c'était De Massar revenu des morts bien avant la fin[/masquer] Plaisant aussi est le contexte historique et politique, et plus particulièrement toute la thématique des lépreux, de l'acceptation de la maladie, la peur de la contagion. Sinon le style est remarquablement fluide et... Quand on veut s'attaquer à un auteur dans la langue et que on se repose sur sa bibliothèque, on a pas toujours la possibilité de commencer par le commencement. C'est donc par The Leper of St. Giles que j'ai découvert Ellis Peters. Et ni ce fait, ni l'anglais n'ont pesé en rien dans ma lecture, tant elle a été passionnante. Bon soyons honnête, un livre sur la couverture duquel il y a inscrit "a medieval whodunnit" partait déjà avec un a priori très positif, car quand je dis que j'aime bien certains roman policier, il s'agit en réalité généralement de roman de détection. Mais le livre tient bien ses promesses, et le lecteur attentif peut deviner le meurtrier. J'ai bien faillit le démasquer avec certitude, mais sur la fin j'avais un autre suspect tout aussi probable. [masquer] Qui est en fait également un meurtrier, donc comme quoi je n'était pas loin ^^... et lui par contre j'étais certain que c'était De Massar revenu des morts bien avant la fin[/masquer] Plaisant aussi est le contexte historique et politique, et plus particulièrement toute la thématique des lépreux, de l'acceptation de la maladie, la peur de la contagion. Sinon le style est remarquablement fluide et l'intrigue bien maîtrisée, les indices, révélations et retournements de situation amené avec un rythme souple et prenant, ni trop rapide, ni trop languissant. Bref une excellente découverte, j'en dévorerais volontiers d'autres sous peu.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Dixie39 Posté le 28 Octobre 2015
    Je continue ma découverte de l'univers d'Ellis Peters et des aventures de Cadfael. A raison d'un ou deux tomes par an, je ne suis pas au bout du chemin, mais peu importe. C'est toujours un plaisir de se replonger au sein d'un moyen âge où les intrigues, meurtres et vengeances se succèdent tout en nous initiant à la connaissance des monastères anglais au moyen âge. Dans ce cinquième tome, nous nous apprêtons à assister aux noces d'une jeune fille orpheline, mais néanmoins argentée, poussée au mariage par un oncle et une tante sans scrupule, plus intéressés par la main mise sur les biens de leur nièce que par son bonheur matrimonial. Rien de profondément anormal à cette époque. Mais la jeune promise a un autre prétendant décidé à tout mettre en œuvre pour faire échouer ce mariage. Prêt à tout, mais jusqu'où ? Au vol ? Au meurtre ? Frère Cadfael, toujours légèrement en retrait en apparence, va tout faire pour faire éclore la vérité et rétablir les honneurs déchus... Ce n'est pas le meilleur que j'ai lu, mais je suis toujours aussi sensible au charme qui émane de cette lecture et des personnages. Le prochain tome suivra dans quelques mois,... Je continue ma découverte de l'univers d'Ellis Peters et des aventures de Cadfael. A raison d'un ou deux tomes par an, je ne suis pas au bout du chemin, mais peu importe. C'est toujours un plaisir de se replonger au sein d'un moyen âge où les intrigues, meurtres et vengeances se succèdent tout en nous initiant à la connaissance des monastères anglais au moyen âge. Dans ce cinquième tome, nous nous apprêtons à assister aux noces d'une jeune fille orpheline, mais néanmoins argentée, poussée au mariage par un oncle et une tante sans scrupule, plus intéressés par la main mise sur les biens de leur nièce que par son bonheur matrimonial. Rien de profondément anormal à cette époque. Mais la jeune promise a un autre prétendant décidé à tout mettre en œuvre pour faire échouer ce mariage. Prêt à tout, mais jusqu'où ? Au vol ? Au meurtre ? Frère Cadfael, toujours légèrement en retrait en apparence, va tout faire pour faire éclore la vérité et rétablir les honneurs déchus... Ce n'est pas le meilleur que j'ai lu, mais je suis toujours aussi sensible au charme qui émane de cette lecture et des personnages. Le prochain tome suivra dans quelques mois, et les autres à la suite au fur et à mesure des saisons et de mon envie... jusqu'au dernier.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Jazotte Posté le 26 Septembre 2015
    Plutôt pas mal dans le style policier historique... avec les bons franchement bons et les méchants très méchants. ça ne doit pas être mon style.
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !