Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221130193
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Le long chemin du retour

Raphaële PROVOST (Traducteur)
Collection : Ailleurs et Demain
Date de parution : 20/12/2012

Joseph Keilloran, adolescent, vient d'accomplir en quelques heures d'avion un long voyage entre la Maison de son père, l'un des Maîtres de la planète Patrie, et celle de ses nobles hôtes, les Geften. Il y jouira de tous les privilèges de sa caste. Car Patrie, ainsi nommée depuis l'arrivée des...

Joseph Keilloran, adolescent, vient d'accomplir en quelques heures d'avion un long voyage entre la Maison de son père, l'un des Maîtres de la planète Patrie, et celle de ses nobles hôtes, les Geften. Il y jouira de tous les privilèges de sa caste. Car Patrie, ainsi nommée depuis l'arrivée des Maîtres venus de la Terre des milliers d'années plus tôt, est habitée par trois peuples différents. Il y a les Indigènes, les seuls véritables autochtones, qui vivent à l'écart. Il y a le Peuple, d'origine humaine, qui a colonisé une bonne partie de la planète dans des temps immémoriaux. Et il y a les Maïtres, les derniers venus, qui ont assujetti le Peuple – certains disent qu'ils l'ont réduit en esclavage – lors de la Conquête. Un ordre, apparemment immuable, s'est institué.

Mais une nuit, Joseph est réveillé par des explosions. Le Peuple s'est soulevé et a commencé à massacrer les Maïtres. Une servante loyale lui permet de fuir et de gagner les forêts. Et Joseph comprend qu'il va lui falloir empreunter le long chemin du retour vers la Maison Keilloran, huit ou dix mille kilomètres, à pied, sans aide ni allié. En espérant que la révolte ne s'est pas étendue jusque chez lui.

Il va lui falloir traverser un territoire hostile habité de créatures étrangères, les unes redoutables, d'autres secourables, marcher jusqu'au bout de ses forces, découvrir un monde inconnu et faire l'expérience de la vie.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221130193
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Henri-l-oiseleur Posté le 16 Septembre 2020
    Un bon petit roman de Silverberg vite lu, agréable produit de consommation, qui mérite à peine d'être catalogué dans la science-fiction, même si l'action se déroule sur une autre planète que la Terre. Fort peu de science et de technologie mirifiques, mais un rude retour à la nature. Un jeune homme de l'aristocratie en visite chez des amis de la famille, sur un autre continent, échappe de peu au massacre général de sa caste et à la révolution qui renverse l'ordre social. Ce roman raconte comment le héros, qui n'a pas plus de quinze ans, se débrouille pour survivre dans les bois et les montagnes, et pour rentrer chez lui, dans l'espoir que la révolution n'ait pas détruit son pays et sa famille. Lors de ce voyage (nécessairement) initiatique, il croise de nombreuses espèces non humaines indigènes de cette planète, et son lent trajet de retour à la maison est une découverte douloureuse de l'existence et de soi-même. Rien que de très banal, un récit agréable, et moins de clichés que d'habitude. L'auteur prend plaisir à inventer une faune et une flore étranges, comme dans la série de Majipoor.
  • Fifrildi Posté le 6 Avril 2020
    Quand je me suis lancée dans la lecture de ce roman hier, je ne m’attendais pas à l’avoir terminé en un jour. Cela étant dit, je ne l’ai pas lu d’une traite car j’ai fait quelques pauses « siestes au soleil » dans mon jardin. Le long chemin du retour est un très bon planet opera. L’histoire débute par une insurrection du Peuple envers les Maîtres. Joseph, un jeune Maître de 15 ans n’a pas beaucoup le choix : il doit fuir. Pour échapper à la mort il n’a qu’une seule option, tenter de renter chez lui à pied. En arrondissant, c’est approximativement l’équivalent d’un aller-retour Moscou-Vladivostok. Au fil de son périple, il va apprendre à survivre en nous faisant découvrir Patrie, sa planète : quelques bribes de son histoire (juste assez pour imaginer le contexte) mais surtout une belle description des autres espèces intelligentes. Joseph va voir quelques-unes de ses certitudes voler en éclat et va prendre conscience des réalités de la vie. Elles sont souvent difficiles à accepter. Au fond, dans ce voyage ce n’est pas qu’il arrive à destination qui compte mais le chemin intérieur qu’il va parcourir. J’ai trouvé la fin poignante même si j’avais imaginé autre chose. Un excellent... Quand je me suis lancée dans la lecture de ce roman hier, je ne m’attendais pas à l’avoir terminé en un jour. Cela étant dit, je ne l’ai pas lu d’une traite car j’ai fait quelques pauses « siestes au soleil » dans mon jardin. Le long chemin du retour est un très bon planet opera. L’histoire débute par une insurrection du Peuple envers les Maîtres. Joseph, un jeune Maître de 15 ans n’a pas beaucoup le choix : il doit fuir. Pour échapper à la mort il n’a qu’une seule option, tenter de renter chez lui à pied. En arrondissant, c’est approximativement l’équivalent d’un aller-retour Moscou-Vladivostok. Au fil de son périple, il va apprendre à survivre en nous faisant découvrir Patrie, sa planète : quelques bribes de son histoire (juste assez pour imaginer le contexte) mais surtout une belle description des autres espèces intelligentes. Joseph va voir quelques-unes de ses certitudes voler en éclat et va prendre conscience des réalités de la vie. Elles sont souvent difficiles à accepter. Au fond, dans ce voyage ce n’est pas qu’il arrive à destination qui compte mais le chemin intérieur qu’il va parcourir. J’ai trouvé la fin poignante même si j’avais imaginé autre chose. Un excellent moment de lecture. Club Robert Silverberg Challenge mauvais genre 2020
    Lire la suite
    En lire moins
  • Srafina Posté le 21 Octobre 2019
    Après « Roma Aeterna », je continue dans un autre style Robert Silverberg. « Un si long chemin de retour » nous raconte Joseph Maître Keilloran, adolescent de la race des maîtres qui a été envoyé dans la maison Geften, à l'autre bout de ce monde rural nommé Patrie, pour parachever sa formation. Mais voilà c'est pile le moment où se déclenche une immense révolte du Peuple, humains soumis aux Maîtres. Ces deux races d'humains ont débarqué en deux fois de l'ancienne Terre sur cette planète déjà habitée par d'autres Indigènes. Tous les Maîtres sont supprimés, massacrés et Joseph se retrouve seul à vouloir retrouver le chemin de son domaine qui se trouve sur une autre partie de la planète. Retour qui se transforme comme une quête bien sûr du retour, mais aussi en transformation total de l'adolescent en homme ayant vécu les expériences nécessaires à lui former l'esprit à autre chose que ce qui lui a été inculqué depuis sa plus tendre enfance. Il découvre les autres races d'Indigènes qui peuplent la planète avec leurs modes de vie, de religion, de philosophie de vie. Indigène qu'il considérait auparavant comme des animaux domestiques et qui lui prouvent le contraire. Ce sont des êtres différents... Après « Roma Aeterna », je continue dans un autre style Robert Silverberg. « Un si long chemin de retour » nous raconte Joseph Maître Keilloran, adolescent de la race des maîtres qui a été envoyé dans la maison Geften, à l'autre bout de ce monde rural nommé Patrie, pour parachever sa formation. Mais voilà c'est pile le moment où se déclenche une immense révolte du Peuple, humains soumis aux Maîtres. Ces deux races d'humains ont débarqué en deux fois de l'ancienne Terre sur cette planète déjà habitée par d'autres Indigènes. Tous les Maîtres sont supprimés, massacrés et Joseph se retrouve seul à vouloir retrouver le chemin de son domaine qui se trouve sur une autre partie de la planète. Retour qui se transforme comme une quête bien sûr du retour, mais aussi en transformation total de l'adolescent en homme ayant vécu les expériences nécessaires à lui former l'esprit à autre chose que ce qui lui a été inculqué depuis sa plus tendre enfance. Il découvre les autres races d'Indigènes qui peuplent la planète avec leurs modes de vie, de religion, de philosophie de vie. Indigène qu'il considérait auparavant comme des animaux domestiques et qui lui prouvent le contraire. Ce sont des êtres différents et intelligents avec qui il peut engager des conversations intéressantes. Bonne lecture de SF, intéressante sur le fond, un peu longue dans le périple de Joseph. Les moments cruciaux sont à chaque changement de ses conditions de vie et ses rencontres avec les autres peuples. J'ai bien aimé ses moments ainsi que les questionnements et l'évolution du jeune homme, sa pugnacité à vouloir arriver à son but. L'écriture de Silverberg est très prenante et agréable, il faut que je continue à le lire pour notre challenge Silverberg, sans lui je ne l'aurais jamais découvert ^^
    Lire la suite
    En lire moins
  • Millencolin Posté le 29 Août 2019
    Une petite promenade dans la nature, voilà ce que Silverberg nous a concocté ici, ou une fantastique métaphore sur le passage de l'adolescence à l'âge adulte. En effet, le héros quitte son petit monde, sa petite sphère protégée de privilégié pour se retrouver bien malgré lui livré à lui-même sur une planète pas franchement très hospitalière. Il va devoir s'adapter rapidement s'il ne veut pas mourir là dans l'indifférence et la solitude. Il va faire quelques rencontres très spéciales qui vont lui prouver à quel point chaque communauté prône une philosophie de vie bien différente de la sienne. Se dégage de l'ensemble une certaine monotonie et impression de déprime comme un après-midi gris dans la campagne profonde quand on a toujours vécu dans une grande ville. Si ce n'était un instinct de survie à toute épreuve, notre bon Joseph se serait depuis longtemps abandonné dans la paix d'une mort reposante. Mais il garde espoir de retrouver ses terres et sa famille. Pourtant rien ne pourra plus être comme avant. Il découvre progressivement la vérité sur les sentiments et les émotions des populations autochtones et asservies. Il se découvre un humanisme et un respect de la nature. Un livre qui pousse à... Une petite promenade dans la nature, voilà ce que Silverberg nous a concocté ici, ou une fantastique métaphore sur le passage de l'adolescence à l'âge adulte. En effet, le héros quitte son petit monde, sa petite sphère protégée de privilégié pour se retrouver bien malgré lui livré à lui-même sur une planète pas franchement très hospitalière. Il va devoir s'adapter rapidement s'il ne veut pas mourir là dans l'indifférence et la solitude. Il va faire quelques rencontres très spéciales qui vont lui prouver à quel point chaque communauté prône une philosophie de vie bien différente de la sienne. Se dégage de l'ensemble une certaine monotonie et impression de déprime comme un après-midi gris dans la campagne profonde quand on a toujours vécu dans une grande ville. Si ce n'était un instinct de survie à toute épreuve, notre bon Joseph se serait depuis longtemps abandonné dans la paix d'une mort reposante. Mais il garde espoir de retrouver ses terres et sa famille. Pourtant rien ne pourra plus être comme avant. Il découvre progressivement la vérité sur les sentiments et les émotions des populations autochtones et asservies. Il se découvre un humanisme et un respect de la nature. Un livre qui pousse à la réflexion sur le respect des différences d'autrui, sur le besoin de ne pas imposer notre façon de penser comme la norme universelle, de comprendre que chaque personne, chaque communauté a une vision du bonheur qui lui est propre. Pas le meilleur Silverberg, mais une qualité d'écriture indéniable et une histoire prenante malgré une certaine lenteur.
    Lire la suite
    En lire moins
  • vele Posté le 28 Août 2017
    "Le long chemin du retour" commence sur un coup de tonnerre qui n'en est pas un. Le Peuple de la Maison Geften a amorcé la révolte de ce qui s'avisera être une véritable révolution contre les Maîtres de Patrie. Joseph Maître Keilloran, fils du Maître de la Maison Keilloran, basée à l'extrême austral des terres d'Helikis, parvient à s'échapper in extremis du massacre qui est en train d'avoir lieu grâce à l'aide inespérée d'une femme du Peuple restée fidèle à la Maison qu'elle servait avant qu'arrive les évènements de ce qui sera nommé par la suite "la Libération". Joseph devra ensuite traverser seul les dizaines de milliers de kilomètres qui le séparent de sa Maison. Il ira à pieds le plus souvent, traversant des forêts immenses, des montagnes élevées jusqu'au bout de ses forces. Il fera des rencontres qui boulverseront à jamais ses conceptions du monde -dans une tribu Indigène, dans un village du Peuple libre ou avec des animaux de la forêt- et le feront devenir précocément un adulte. Joseph aura fait le voyage de toute une vie en traversant la planète qui est la sienne depuis que son espèce a réalisé la Conquête. C'est ainsi qu'une révolution lui a permis... "Le long chemin du retour" commence sur un coup de tonnerre qui n'en est pas un. Le Peuple de la Maison Geften a amorcé la révolte de ce qui s'avisera être une véritable révolution contre les Maîtres de Patrie. Joseph Maître Keilloran, fils du Maître de la Maison Keilloran, basée à l'extrême austral des terres d'Helikis, parvient à s'échapper in extremis du massacre qui est en train d'avoir lieu grâce à l'aide inespérée d'une femme du Peuple restée fidèle à la Maison qu'elle servait avant qu'arrive les évènements de ce qui sera nommé par la suite "la Libération". Joseph devra ensuite traverser seul les dizaines de milliers de kilomètres qui le séparent de sa Maison. Il ira à pieds le plus souvent, traversant des forêts immenses, des montagnes élevées jusqu'au bout de ses forces. Il fera des rencontres qui boulverseront à jamais ses conceptions du monde -dans une tribu Indigène, dans un village du Peuple libre ou avec des animaux de la forêt- et le feront devenir précocément un adulte. Joseph aura fait le voyage de toute une vie en traversant la planète qui est la sienne depuis que son espèce a réalisé la Conquête. C'est ainsi qu'une révolution lui a permis une telle évolution personnelle. "Le long chemin du retour" est d'abord un livre de science-fiction, qui tout comme les bons livres de science-fiction se passent dans un lieu incertain et à une époque incertaine. Il évoque des problématiques qui sont éminemment contemporaines comme le rapport au pouvoir, le fonctionnement de la société, les rapports humains et d'autres beaucoup plus profondes encore comme notre idée du monde autant dans le sens temporel que mystique, ce qui relie les peuples les uns aux autres et bien sûr l'amour, le courage et la recherche de soi. La faiblesse de ce livre, comme nombre de livre de science-fiction est une certaine forme de cohérence. Comment est-il possible que le peuple vive pratiquement au Moyen-Âge, les Indigènes à la Préhistoire et les Maîtres à une époque proche de la notre et le tout en parallèle? Comment peut fonctionner le monde sans industrie ou rapport à l'énergie (il y a bien des avions...)? En fin de compte, "le long chemin du retour" est, en effet, un long chemin, une grande reflexion sur nous-même, sur nos croyances et nos choix. Il évite habilement de tomber dans le simplisme et le sens commun et porte toujours un peu plus loin, tout comme Joseph qui avance sur sa route. De la grande science-fiction.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.